La Syrie à feu et à sang

  • Voici une nouvelle catégorie qui sera exclusivement consacrée à l’International.
  • Pour commencer, je souhaite évidemment parler d’un sujet que je connais bien : la Syrie.
Août 2012 en Syrie

La Syrie à feu et à sang.

par Alexandre Goldfarb

La cause syrienne… Tout un programme… Mon programme pour ceux qui me connaissent bien. Mon engagement personnel pour une cause juste : la vie! et qui en aucun cas ne remet en cause mes origines et mon soutien indéfectible pour Israel.

Voici une cause que j’ai défendue contre vents et marées et pour  laquelle j’ai reçu un nombre de coups incroyables et tordus. Les réactions furent souvent émotionnelles et anormales à vrai dire.

Des menaces en passant par des insultes ou des racontars voire de la pure affabulation, j’ai tout eu… J’ai quand même réussi à faire plier des médias qui avaient menti sur mon compte. Certains ont eu la correction en bonne visibilité de publier ou de rétablir l’exacte vérité.

Celle d’un français qui a des amis syriens qui dirigent l’opposition libérale à Assad.

Il ne fait pas bon vouloir soutenir une cause juste et démocratique par les temps qui courent.

Mais j’ai eu aussi la chance de collaborer avec des gens merveilleux, actifs et capables.

Comme Bernard-Henri Lévy, pourtant si injustement décrié.

C’est fou comme les gens peuvent parler en mal d’une personne qu’ils ne connaissent absolument pas.

Homme d’esprit, véritablement ouvert, intelligent et tellement humain, Bernard-Henri Lévy est un Monsieur.

Un personnage de roman que j’ai la chance de connaître en vrai.

Il est simplement jalousé et envié. Sa capacité à réagir pour agir est phénoménale porté par une étonnante faculté d’analyse. J’ai eu un énorme plaisir à le côtoyer et à le voir m’aider. Bernard-Henri Lévy est un gentleman de première classe qui m’a ouvert sa porte alors que tant d’autres l’avaient fermé soit par peur soit par bêtise soit pour les deux à la fois. Et pourtant croyez-moi, non seulement il a été menacé et vilipendé, mais la haine qui s’est déversée a été quelque chose de terrifiant. Combien m’auraient lâché alors dans cette tourmente ? Lui jamais !

Je pense aussi à Maria De Franca si gentille et tellement bosseuse, un vrai rayon de soleil dans un monde obscur.

Et à tous mes amis syriens comme Ghassan Aboud, Ayham Haddad, Mohammed Karkouti et tant d’autres dont certains que je ne peux même pas citer sans les mettre en danger de mort. A Bernard Salscha, courageux et téméraire, qui n’a jamais reculé. Et à tous celles et tous ceux qui n’ont pas été effrayés… Femmes ou hommes politiques français qui ont oser me soutenir dans un moment inadéquat.

Aujourd’hui, la Syrie est à feu et à sang.

Des chars et des hélicoptères tirent sur un peuple qui tente de vivre.

Le pouvoir torture et assassine des enfants. Cela est inacceptable.

Mais le Peuple est courageux et il se dresse  contre son dictateur, Bachar Al-Assad.

Le dictateur comme souvent règne par la terreur savamment distillée.

Une époque que je croyais à jamais révolue. Celle où « nous ne savions pas » ou alors trop tard…

Une époque où il était normal de massacrer des gens.

Le régime syrien semble devoir s’effondrer actuellement. C’est une évidence. Assad va quitter son pays et après lui ce sera le chaos.

Assad a su pendant longtemps montrer l’image d’un Président réformateur, moderne et sympathique. Avec une épouse occidentalisée, il a su à merveille faire croire qu’il était l’allié de l’Occident qui s’était empressé de le magnifier.

Politiquement Assas était correct et bien fréquentable.

Aujourd’hui la répression est telle qu’Assad a perdu tout crédit et devient infréquentable.

La durée de cette guerre civile est longue et j’y vois trois raisons principales: la non structuration d’une opposition éclatée en trop de tendances et l’erreur dramatique de l’Occident qui a adoubé les islamistes, là encore. Et bien sûr le soutien total de la troïka russe, chinoise et iranienne.

Assad soutient ouvertement les islamistes radicaux depuis toujours : Hezbollah au Liban, Hamas contre Israël,  et bien sûr alliance affichée avec l’Iran. Assad n’a pas d’état d’âme pour massacrer son propre peuple. La Russie, l’alliée inconditionnelle de toujours du clan alaouite, comme l’Iran pour d’autres motifs, et la Chine qui ont droit de veto aux Nations Unies pour y bloquer toutes tentatives qui gêneraient Assad. Mais la roue va tourner.

Et aussi, il ne faut pas se le cacher, les voisins de la Syrie s’accommodent bien d’Assad. Israel parce qu’il préfère Assad à un régime nouveau et inconnu et qu’il ne souhaite pas de confrontation avec la Syrie, la Turquie qui compte les coups et ne souhaite pas intervenir…

Le problème de la Syrie est que pendant quarante ans, celle-ci a été sous éteignoir de la famille Assad. Le régime Assad est un régime basé sur le communisme façon Moscou. Années 1960 !

Ainsi les élites intellectuelles ont été détruites, les affaires et les études ont suivi. C’est la marque de fabrique marxiste.

Seule la propagande a eu droit de cité. Il existe un phénomène curieux aujourd’hui qui concerne l’opposition syrienne : cette dernière pense et réagit en communiste aussi.

Nous retrouvons la même dialectique, les mêmes paroles, les mêmes contributions et surtout la même haine que chez nous en France dans les années soixante quand le Parti Communiste était la troisième formation politique française et quasi incontournable.

Ce phénomène curieux et d’un autre temps est la triste réalité de la Syrie.

Personne n’a jamais réagi pendant quarante ans et depuis mars 2011, le peuple s’est soulevé.

Le système Assad est connu : il utilise le double langage.

L’apaisement vers les occidentaux pour qu’ils se taisent.

La répression contre son peuple pour qu’il se taise.

Je peux parler d’une révolution au départ liée à Internet.

Depuis mars 2011, l’Occident s’est caché derrière des résolutions ou pire, en méconnaissant totalement la situation locale, comme Juppé, a adoubé les islamistes qui n’en demandaient pas tant. Quand tout a commencé pour une simple peccadille par des enfants écrivant sur un mur, personne n’aurait pensé à pareil soulèvement en Syrie. Personne sauf les Frères musulmans qui ont patiemment tissé leur toile en partant, je vous l’assure, de rien.

Donc nouveau danger car après Assad, nouvel éteignoir en vue…

La Syrie n’est pas sortie de l’enfer.

L’Histoire est un juge devant Dieu. Elle jugera en conséquence.

Alexandre Goldfarb.

A lire aussi : l’opposition syrienne existe…  et aussi la Tribune libre d’Albert SOued.

######################################################################

Un petit effort pour aider mon BLOG ? Devenez suiveur en cliquant sur « Suivre ». Pas difficile, merci!

######################################################################

▪   reproduction autorisée avec la mention suivante :

▪   Copyright: Alexandre Goldfarb  pour http://observatoiredumensonge.com/

2 commentaires

Laisser un commentaire