Analyse du Chaos Syrien


Alors où en est-on aujourd’hui en Syrie et comment décrypter le terrain ?

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Analyse du Chaos Syrien

Par Albert Soued

Très récemment, les Russes ont perdu entre 100 et 300 mercenaires dans une seule bataille menée en appui de forces syriennes estimées à 500 combattants et de milices shiites affiliées à l’Iran, contre les Forces Démocratiques Syriennes, appuyées par une unité de spécialistes américains, à 150 m d’une base américaine, près de Deir el Zor, au centre-est de la Syrie.
Dans une guerre chaotique qui dure depuis 7 ans déjà, voilà que 2 puissances mondiales sont soudain l’une face à l’autre et se confrontent directement. Et le résultat n’est pas en faveur des Russes. Les forces d’Assad ont utilisé des chars T55 et T72, ainsi que des Howitzer 122mm et des lance-roquettes à tête multiple. La coalition menée par les Etats-Unis a riposté avec des AC130, des F15 et F22, des hélicoptères Apache et l’artillerie du Corps des Marines. Des drones MQ9 et des lanceurs multiples Himar ont également été utilisés. Une véritable confrontation d’une guerre qui n’est plus « civile ».
Alors où en est-on aujourd’hui et comment décrypter le terrain ?
Le printemps arabe de la Syrie a commencé par des émeutes contre le régime baathiste des Assad, s’est poursuivi en guerre civile entre des factions ethniques et devient aujourd’hui un conflit armé, impliquant des pays voisins et les grandes puissances.
L’opposition politique en exil a formé le Conseil national syrien (CNS) en 2011, puis la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution (CNFOR) en 2012. Parmi les multiples groupes insurgés, l’Armée syrienne libre est le premier mouvement à mener la rébellion, mais à partir de 2013 elle est supplantée dans plusieurs régions par des brigades islamistes sunnites, telles que Ahrar al-Cham ou Jaych al-Islam. Les mouvements rebelles sont soutenus par les pays du Golfe et l’Occident, et en particulier par l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar et les États-Unis. Le régime syrien bénéficie quant à lui des appuis du Hezbollah et de brigades islamistes chiites irakiennes et étrangères, ainsi que du soutien militaire de l’Iran et de la Russie. À ces forces s’ajoutent les Kurdes du PYD et des YPG, qui combattent pour l’autodétermination du Rojava, leur fief au nord-est de la Syrie, et les salafistes djihadistes, représentés principalement par le Front al-Nosra — branche syrienne d’Al-Qaeda jusqu’en 2016 — et l’État islamique. Si le Front al-Nosra combat aux côtés de la rébellion, l’État islamique entre en guerre contre tous les autres belligérants à partir de 2014 et devient la cible d’une campagne de frappes aériennes effectuées par une coalition arabo-occidentale menée par les États-Unis.
Depuis mars 2011, le conflit a fait près de 500 000 morts. Des attaques à l’arme chimique et des crimes contre l’humanité ont été commis, principalement par le régime syrien et par l’État islamique. Le camp loyaliste syrien est responsable de la grande majorité des victimes civiles de la guerre du fait des bombardements aériens massifs et de la répression contre l’opposition. Entre 70 000 et 200 000 personnes ont disparu dans les prisons du régime, au moins 17 000 d’entre elles y ont été torturées et plus de 5 000 à 13 000 autres ont été exécutées par pendaison.
La moitié de la population syrienne a été déplacée pendant le conflit, et cinq à six millions de Syriens ont fui le pays, soit le quart d’une population de 23 millions d’habitants.

Aujourd’hui qui se bat contre qui et qui contrôle quoi ?
Aux deux acteurs initiaux de ce conflit, le régime des Assad et l’opposition laïque comme religieuse, se sont ajoutés progressivement avec leurs propres objectifs, les Islamistes et les forces de la minorité ethnique kurde et 4 états étrangers, la Russie, les Etats-Unis, l’Iran et la Turquie.
1 – Les forces gouvernementales, loyalistes au régime de Bashar Al- Assad comprennent outre l’armée régulière, des milices shiites locales et étrangères, le Hezbollah libanais et les brigades Al Qods, légion étrangère iranienne. Cette coalition qui contrôlait 1/3 du territoire syrien, la zone alaouite, essentiellement à l’ouest du pays, depuis la capitale Damas jusqu’à Lattaquieh, comprenant toute la zone côtière et les villes principales de Homs, Hama et une moitié d’Alep, contrôle aujourd’hui plus des 60% de la Syrie, grâce à l’aide irano-russe.
Les hélicoptères des troupes pro-régime larguent quotidiennement des barils explosifs sur les zones rebelles, faisant des dizaines de victimes civiles. L’armée du régime s’est battue contre l’Etat islamique avec beaucoup moins de détermination et d’efficacité que contre les insurgés syriens, laissant cette action aux forces kurdes aidées des Américains.
2 – L’opposition armée syrienne, appelée au début « Armée syrienne libre » (ASL), appelée aussi « insurgée », n’a jamais réussi à former une force coordonnée et centralisée. Elle est composée de différents groupes et brigades locales, des civils qui ont pris les armes ou des militaires sunnites de l’armée syrienne qui ont déserté. Dépendante de l’aide extérieure pour son financement et son équipement, elle a été dominée petit à petit par les islamistes plus ou moins radicaux, du fait que les soutiens venaient de la péninsule arabique. Disposant de peu de moyens, l’ASL a perdu des combattants au profit de brigades islamistes, plus riches en moyens de subsistance.
Faute de moyens, après avoir contrôlé une grande partie du pays jusqu’en 2014, l’opposition armée n’a cessé de reculer depuis l’intervention russe à l’automne 2015. Après la perte de la moitié est d’Alep fin 2016, elle sévit surtout à la périphérie de Damas, à la Ghouta, à El Tanf à la frontière irakienne, à Dera’a à la frontière jordano-israélienne, une zone entre Hama et Homs, et au nord une zone autour d’Idlib et une autre à la frontière turque. Ces zones sont régulièrement bombardées par l’armée du régime et l’aviation russe, poussant une grande partie de leur population à fuir, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.
3 – L’Etat islamique (EI) a occupé le terrain à partir du printemps 2013. Cette formation jihadiste de non Syriens et d’islamistes radicaux venus du monde entier, ayant pour objectif un califat mondial, a été harcelée depuis l’été 2014, par les raids aériens d’une coalition internationale menée par les Etats-Unis, puis depuis l’automne 2015 par l’aviation russe. L’EI a finalement été éliminé du pays fin 2017, surtout grâce aux forces kurdes. Aujourd’hui en débandade, l’EI n’est plus constituée que de petits groupes terroristes.
4 – Les forces kurdes syriennes, contrôlent leur zone quasi-autonome nord-est, frontalière de la Turquie. Les combattants appartiennent au PYD, une branche syrienne du PKK kurde de Turquie. Le retrait du régime Assad des enclaves kurdes à l’été 2012 – les 3 cantons que sont Qamischli, Kobané, Afrin – a profité au PYD. Ces forces ont lutté contre l’EI pour garder leur territoire et leur relative autonomie, et ne sont pas considérées comme une opposition au régime syrien.
En effet, avec l’évolution du conflit, les Kurdes se sont retrouvés en première ligne pour lutter contre l’EI au Nord de la Syrie. Ils ont mené la grande bataille pour défendre et reconquérir la ville de Kobané. Une action rendue possible grâce aux livraisons d’armes américaines, au grand dam d’Ankara. Les forces kurdes ont réussi à évincer l’EI d’une très grande partie de la Syrie, occupant plus du 1/3 du territoire (voir carte), protégés par les Américains. Début 2018, pour des raisons de politique intérieure la Turquie a envahi le nord-ouest de la Syrie, zone kurde, pour évincer le PYD, sans beaucoup de succès.
Objectifs des pays étrangers
Iran
Ce pays a comme objectif de contrôler une axe shiite qui irait jusqu’à la Méditerranée, via l’Irak et la Syrie/Liban. Pour cela, l’Iran a besoin de bases en Syrie, notamment pour narguer l’état d’Israël qui gêne dans la volonté d’hégémonie des Ayatollahs. Sa Légion étrangère, appelée « brigade al Qods », sous le commandement d’un homme habile et dangereux, Kassem Soleimani, forme, arme et contrôle 82.000 combattants dans le pays, dont 6000 membres du Hezbollah. L’Iran construit une base à El-Kiswah, à 14 kilomètres au sud de Damas et contrôle une dizaine de bases militaires, aériennes et navales, notamment près de Palmyre. L’Iran construit aussi des usines pour la production de missiles.(voir Les Légions Etrangères Iraniennes en Syrie)
Turquie
A la fin des années 90, la Turquie aspirait à jouer un rôle de médiateur entre les différents pays du Moyen-Orient et elle entretenait de bonnes relations avec la Syrie. À l’été 2011, la Turquie rompt avec le régime syrien, croyant à tort à sa chute imminente, et apporte son soutien à la rébellion. Par ailleurs, le gouvernement turc d’Erdogan considère comme une menace la formation d’un Kurdistan syrien autonome tenu par le PYD et sa branche armée les YPG, liés au PKK turc. Il voit d’un mauvais œil l’alliance formée en 2014 entre les YPG et la coalition internationale menée par les États-Unis, coalition qu’il est obligé d’intégrer, faisant partie de l’Otan. De 2011 à 2016 la Turquie accueille plus de deux millions de réfugiés syriens, mais réclame à de nombreuses reprises la mise en place d’une zone tampon et d’une zone d’exclusion aérienne au nord de la Syrie, mais elle se heurte à l’opposition des Américains. Début 2018, la Turquie lance une opération militaire en territoire kurde au nord-est d’Alep, cherchant à créer une zone tampon avec la Syrie de 30 km de profondeur. Elle se heurte à Afrin aux milices pro-Damas venues soutenir les forces Kurdes. Malgré 2 mois de bombardements les résultats semblent mitigés. Un affrontement armé entre les armées turque et syrienne autour de l’enclave d’Afrin a été évité de justesse, par l’intervention russe. Pour le moment….
Russie
La Russie cherche à avoir des bases navales et aériennes en Méditerranée. La Russie soviétique a formé l’armée des Assad depuis un demi-siècle, et des milliers d’officiers syriens ont épousé des femmes russes. Il y a une affinité entre la foi alaouite et la chrétienté notamment orthodoxe.
À l’été 2015, la Russie intensifie son aide au régime syrien, notamment par la livraison de blindés et d’avions Su-24, Su-25, ainsi que des avions de reconnaissance, et renforce les garnisons russes aux bases navales de Lattaquié et Tartous. La base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié, est agrandie et des dizaines d’avions de chasse, des chars et des missiles antiaériens SA-22 y sont déployés. L’intervention militaire de la Russie prend alors la forme d’une campagne de bombardements en soutien aux forces de Bachar el-Assad. Les forces déployées sont relativement modestes — 4 000 à 5 000 hommes, sans compter les mercenaires et 50 à 70 avions — mais ont été suffisantes pour faire pencher la balance en faveur du régime syrien Ceci étant pour pacifier le pays, Poutine serait prêt à redonner le pouvoir à la majorité sunnite et à évincer l’Iran du pays ainsi que les milices shiites affiliées et le Hezbollah.
(La Russie Construit 4 Nouvelles Bases Aériennes en Syrie et Déploie 6.000 Hommes de Troupes Supplémentaires)
Etats-Unis
L’objectif américain est de remplir à nouveau le vide laissé au Moyen Orient par l’administration Obama. Les Américains aident les kurdes ainsi que les groupes d’opposition et cherchent à empêcher le déploiement iranien. Ils sont présents dans les zones kurdes et près des champs pétrolifères au centre du pays au-delà de l’Euphrate ; ils sont également présents aux frontières jordano-israéliennes.
Une base militaire américaine a été mise en place dans la ville de Raqqa, l’ex-«capitale» de l’EI.

Albert Soued

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Albert Soued pour Nuit d’Orient

Observatoire du MENSONGE est un site gratuit : vous pourriez au moins nous SUIVRE pour nous soutenir!  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 12 654 autres abonnés

 
Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Pour aider l’Observatoire

Publicités

8 commentaires

  1. La Syrie de Bachar Al Assad est en passe de gagner cette guerre de « dupes » ou les civils sont pris pour cibles dans des zones de guerres » .(Alors, la 3 ème grande guerre auras lieu , prenez du chaud !)

    J'aime

  2. La situation en Syrie est pourtant simple d’un côté la famille au pouvoir depuis des années, Hafez el-Assad a pris le pouvoir à la faveur d’un coup d’état en 1970 et a mis son pays sous éteignoir. Lorsqu’il décide en 2000 c’est son fils Bachar qui reprend la dictature. Donc cela fait maintenant 48 ans que la Syrie souffre. Je connais très bien les dirigeants de l’opposition syrienne et si le répit est venu par la force avec la tentative de Daech de prendre la Syrie, maintenant Bachar s’apprête à terminer le travail et le monde fait semblant de vouloir faire quelque chose pour l’opposition syrienne depuis mars 2011 pendant que des milliers meurent sur place.

    J'aime

  3. Merci pour ces explications, il faudra que j’y revienne car malgré de réels efforts, j’ai beaucoup de mal à comprendre cet imbroglio ! Mais on assiste, impuissants, à un génocide !
    Comme toujours « La guerre, c’est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas » (Paul Valéry)

    J'aime

  4. Le pays est chaotique et on découvre ce qu’est la « guerre » mais, la guerre c’est toujours le meurtre de civils , femmes ,enfants en première ligne . Logiquement ,les « rebelles » qui ont déclaré la guerre au « régime » auraient due envoyez les familles en sécurité hors du territoires en Jordanie par exemple mais, il n’en est rien parce que probablement « on » leur as rétorqués qu’il valait mieux garder des civils de sorte que si en face ils utilisent des « avions de combat » (que les rebelles n’ont pas !) alors ils auraient des « morts civils » sur la conscience de sorte que je me pose la question des responsabilité . Qui est coupable ? Celui qui tire pour répondre à une attaque ? OU celui qui n’as pas mis toute sa famille à l’abri ??? ( Cette guerre est un véritable jeu de stratégie ou tout les coups sont permis apparemment). Moi ,je suis un « anti -guerre » ne vous fiez pas aux apparences !Ceux qui l’a veulent n’ont pas pris le temps sont souvent ceux qui décide dans l’ombre de changer celui qui doit disparaître ! Les armes mènent à la guerre et la rancœur sont un fléau . (La France n’as pas à soutenir une cause qui n’est pas la sienne et laisse déverser sur son sol des « tas de migrants » qui dérèglent l’organisation mondiale .

    J'aime

    1. C’est quoi ce commentaire? Aucun rapport déjà avec notre cause en Syrie et c’est franchement du charabia incompréhensible. cela me rappelle un habitué ici de ce types d’absurdités, un certain Negelman. Russkoff quand on méconnait comme vous la réalité dans mon pays, ce serait plus sage de ne rien écrire. La réalité Monsieur c’est qu’une famille de dictateurs de père en fils a ruiné mon pays, a supprimé culture et intelligence et liberté, et massacre depuis plus de 40 ans les Syriens épris de liberté.

      J'aime

    2. Effectivement ce commentaire est quasi illisible mais il est surtout très tendancieux dans ce qu’il cherche à dire. Une propagande évidente et surtout une méconnaissance totale de ce qui se passe en Syrie. C’est même effarant de penser que des gens puissent à ce point nier la réalité.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.