Hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame


Par le sacrifice de sa vie pour en sauver d’autres, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est entré dans la légende en devenant un héros national

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame

Par le Général (2s) Antoine Martinez

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime »
(évangile selon saint Jean 15, 12-17)
Par le sacrifice de sa vie pour en sauver d’autres, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est entré dans la légende en devenant, sans le savoir et probablement sans le vouloir, un héros, ce héros tant attendu et seul capable de réveiller brutalement les consciences assoupies. Seul le héros peut montrer le chemin qui doit être à présent celui de la reconquête face à la barbarie, au séparatisme territorial instauré par le renoncement et la lâcheté des élites politiques, à la soumission à une idéologie totalitaire et mortifère. Au-delà de la confrontation de ces deux conceptions de la vie – opposant d’un côté le don de sa vie pour tuer l’autre, et d’un autre côté le don de sa vie pour en sauver d’autres – qui marque indiscutablement la victoire définitive du christianisme porteur d’espérance sur l’islamisme porteur de mort, c’est l’appel du héros qui interpelle aujourd’hui le citoyen en tant qu’homme responsable. C’est un appel qui exhume, en fait, le culte qui était voué au héros ayant marqué l’histoire du peuple et qui avait disparu depuis trop longtemps.
Ce culte du héros, qui concerne des personnages de l’Histoire dont les hauts faits sont passés dans la légende populaire, nous enseigne que les peuples ont souvent identifié leurs valeurs suprêmes comme la bravoure, le sacrifice, l’audace, à un individu qui en semblait porteur. Ses exploits – qui finalement sont la traduction de la réalisation de son engagement et l’aboutissement de sa « mission », même et surtout s’il y laisse sa vie – ont une fonction pédagogique qui se réalise par le miroir qu’il nous renvoie et l’appel qu’il nous lance pour aller de l’avant.
Comment et pourquoi – car il y a bien un pourquoi – le héros se révèle-t-il ? Car au-delà de ces valeurs qui peuvent être partagées par le plus grand nombre, l’accession du héros à son statut ne relève pas de sa volonté ou d’un calcul personnel. En effet, le héros ne se révèle que si les circonstances se présentent, sans l’avoir théorisé, ni s’y être préparé ou l’avoir planifié. Et l’acte de naissance du héros est paradoxalement souvent son acte de décès. La vraie vie du héros commence souvent après une mort qui, si elle n’est pas toujours nécessaire, souligne le courage et la violence d’un engagement voulu.
A partir du modèle d’Achille, mais également de la plupart des héros qui ont marqué l’Histoire, on peut discerner un certain nombre de qualités que l’on peut même qualifier de vertus et qui leur sont communes et reconnues, voire idéalisées par la légende qui leur survit. Parmi ces vertus, on peut reconnaître une certaine noblesse dans le comportement qui conduit le héros à affronter dignement l’adversité ou la fatalité qui l’accable et qu’il accepte avec lucidité et résignation car il a conscience que ce qui le guide peut le perdre.
Par ailleurs, il déploie une grande énergie que certains présentent comme une expansion vitale qui peut se manifester d’ailleurs comme du dédain à l’égard de la hiérarchie, voire de l’insoumission face au système en place et qui l’amène à déroger aux règles de la discipline collective. Il se signale souvent à ses contemporains par une différence qui peut flirter avec l’insolence. On ne peut s’empêcher de penser ici à la rébellion fondatrice du mythe gaullien avec le discours du 18 juin 1940 qui est devenu le fait glorieux qui a mené à la légende gaullienne.
Ensuite, on ne peut qu’admettre une autre vertu évoquée de façon magistrale par Henri Bergson dans « Les deux sources de la morale et de la religion » qui débouche sur un réel appel du héros. Par sa force de caractère, ne se satisfaisant pas d’une obligation ou d’une morale naturelle qui conduit chacun de nous à obéir à nos devoirs sociaux, le héros s’impose une autre morale complète et absolue qui se traduit par le choix individuel et personnel de modèles et qui l’amène à exercer sur les autres un véritable appel. « Pourquoi les saints ont-ils laissé des imitateurs et pourquoi les grands hommes de bien ont-ils entraîné derrière eux des foules ? Ils ne demandent rien, et pourtant ils obtiennent. Ils n’ont pas besoin d’exhorter; ils n’ont qu’à exister; leur existence est un appel. Car tel est bien le caractère de cette autre morale. Tandis que l’obligation naturelle est pression ou poussée, dans la morale complète et parfaite il y a un appel ».
Enfin, il faut évoquer cette autre vertu caractérisée par cette ardeur généreuse qui transforme l’héroïsme en geste d’amour. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’il se manifeste très souvent par le sacrifice. Car le héros possède une pensée plutôt subversive et radicalement opposée à l’ordre établi, ce qui le conduit à passer à l’action pour mettre en œuvre ses idéaux, souvent par des moyens d’action vertueux mais également en prenant des risques qui forcent le respect et l’admiration. Et ce qui en fait un héros, c’est en fin de compte le fait qu’il soit prêt à tout sacrifier, que ce soit sa vie, comme sa tranquillité ou son anonymat, pour son idéal. Et pour notre camarade et frère Arnaud Beltrame, seule sa foi chrétienne animée par la charité pouvait lui demander ce sacrifice suprême et surhumain.
La possession de ces vertus ne suffit cependant pas à faire apparaître le héros, à le révéler. Ce n’est que dans l’action, paré de ces vertus, qu’il peut être reconnu comme tel et entraîner derrière lui des foules. Mais ce sont, en définitive, des circonstances particulières qui le font basculer vers le passage à l’acte libérateur et salvateur, parfois entraîné, non pas malgré lui, mais sans qu’il l’ait vraiment décidé, à l’image osée de l’écrivain qui ne maîtrise jamais pleinement son texte et est, en partie, conduit par ce qu’il écrit. De la même façon, ce sont les hommes qui font l’Histoire sans savoir ce qu’elle sera. Et le héros n’apparaît que lorsque des circonstances bien particulières se présentent pour déclencher son jaillissement. Cela peut se produire dans la guerre ou le combat – et on perçoit bien ici le lien direct de l’héroïsme avec la vocation militaire – mais également à l’occasion d’une crise morale et sociale majeure, ou au cours d’une catastrophe ou dans certaines situations qui requièrent du courage et de l’abnégation, en tout cas lorsqu’un péril imminent menace un pays ou un peuple.
Et nos élites politiques devraient savoir que l’unité d’un peuple se construit patiemment au fil des siècles et que le sentiment d’appartenance à une nation, à une patrie est fondé par la référence permanente à ses héros qui incarnent son identité. Le mythe du héros est donc particulièrement nécessaire pour maintenir l’unité d’un peuple. C’est pourquoi le multiculturalisme que nos élites veulent imposer est une imposture, une imposture, on le constate, sanglante. Dans la pièce de théâtre « La vie de Galilée », Bertolt Brecht fait dire au disciple Andrea, révolté que son maître se soit rétracté pour échapper à la mort : « Malheureux le pays qui n’a pas de héros ! » Et Galilée de rétorquer : « Malheureux le pays qui a besoin de héros ». Ces deux phrases résonnent aujourd’hui, la première comme un avertissement adressé à ceux qui ont perdu tout repère, ayant oublié leur héritage historique, spirituel et culturel et donc tout sens du collectif transmis précisément par le culte des héros, la seconde comme une supplique lancée dans la douleur et invoquant le besoin vital du héros, comme une imploration traduisant l’appel au héros. Tout cela nous montre qu’un peuple, un pays sans héros, sans héroïsme n’a plus de vitalité pour résister aux coups de boutoir du destin. C’est sa condamnation, sa disparition qui le guettent. La France, notre patrie charnelle, se trouve aujourd’hui dans cette situation périlleuse. Et elle réclamait un héros. Il s’est montré et nous indique le chemin. Le sacrifice de Arnaud Beltrame ne doit pas être vain. Il doit au contraire insuffler cette vitalité et cette volonté déterminée pour résister et engager enfin le combat pour changer les choses.

Général (2s) Antoine Martinez

Président des Volontaires Pour la France
Capture d’écran 2016-06-18 à 22.29.28

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Général (2S) Antoine Martinez pour Observatoire du MENSONGE

IN MEMORIAM 

Nous nous associons sans réserve à l’hommage au sacrifice du courageux Arnaud Beltrame, tombé pour la France parce que c’était un Homme, un héros !
Observatoire du MENSONGE

A lire sur le sujet:
Le sang et la terreur et La théorie de la peur

Observatoire du MENSONGE est un site gratuit : vous pourriez au moins nous SUIVRE pour nous soutenir!  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 555 autres abonnés

 
Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Pour aider l’Observatoire

Publicités

8 commentaires

  1. Indéniablement le Colonel Beltram restera à jamais encré dans nos mémoires comme étant un héros qui a donné sa vie pour défendre les valeurs qui font la force de notre nation. Pour ma part j’estime que le Colonel Beltram n’a pas été reçu aux invalides comme un héros aurait du l’être. En premier lieu je pense que la cérémonie aurait du être présidée par ses pairs les militaires ( je ne compte pas cette fonction de président qui le désigne chef des armées ), les forces de l’ordre et les seuls amoureux de notre France, de notre histoire, de nos racines et sans l’ombre d’un politique, d’une autorité judiciaire ou administrative qui jouent contre leur peuple. Et, puisque les autorités politiques ( personnes dénuées de dignité, de charisme ) voulaient célébrer notre héros ainsi que ce président ( ? ), n’ auraient ils pas du être tous présents pour accueillir ( président compris) le Colonel Beltram et non attendre sa seigneurie. C’est un manquement total de respect inqualifiable et injustifiable de ce président. Mais pensez vous réellement que l’inaction coupable de nos politiques sans charisme, dans la protection de notre nation, changerons quelque chose ? Aujourd’hui ils en font un héros, mais demain tout sera oublié et rien ne changera dès lors que l’on a écouté le discours creux de ce président sans oublier celui de Philippe à l’assemblée Nationale qui est tout simplement pathétique et je dirais même écoeurant de lacheté et de suffisance. Ces politiques surfent depuis 2015 simplement sur les commémorations pour leur popularité et n’ont jamais rien faire pour nous protéger. Souvenons nous de la déclaration absurde de Valls qui disait  » Nous devons nous attendre à d’autres attentats ». Un véritable chef n’aurait il pas dit  » D’autres attentats sont à prévoir mais nous allons combattre avec fermeté et force, sur notre sol, ce terrorisme qui veut nous détruire ». Rien de tout ça et toujours la même attitude de nos politiques qui sont loins d’être hors sol mais qui sont complices du chaos qui s’abat sur la France et je dirais même l’organise. J’aime mon pays et je suis écoeuré de l’attitude de ces politiques, j’ai la haine de ces lâches. Ne pensez vous pas qu’aujourd’hui les généraux ( militaires ) et autorités policières devraient dire stop à la décadence de la France, mettre les pieds dans le plat (comme ont dit) et placer avec pugnacité, ces politiques devant leurs responsabilités qui sont d’ écouter et de respecter son peuple, ses libertés sachant que ces derniers ne le respectent plus et le plonge dans le plus grand des désarrois ans oublier son humiliation permanente. Tous doivent répondre à une éthique et une déontologie qui les obligent à protéger leur nation, le peuple ? l’idéologie funeste d’une poignée de politiques corrompus et avides de pouvoir n’est pas la protection d’un peuple. Je suis stupéfait de ce silence d’autant plus que la démocratie est en danger, je dirais même gravement sabotée tous les jours que dieu fait. Je veux croire à ce réveille pour sauver notre pays, pour l’avenir de la démocratie, de l’avenir de nos enfants. Le Colonel est notre héros et je n’oublie pas les d’adresser mon plus grand respect au 3 autres personnes assassinées lâchement par un barbares musulmans une fois de plus.

    J'aime

  2. Bel hommage en effet, ainsi que celui du Général Tauzin, hommage qui signifie quelque chose, pas comme celui des politiques….. Tout ce que j’ai retenu, c’est que notre 1er ministre disait qu’on ne pouvait pas interdire le salafisme qui était un courant de pensée de l’islam, et qu’en vertu de la déclaration des droits de l’homme de 1789, chaque citoyen était libre de penser ce qu’il voulait ! Et nous avons le salon de propagation du salafisme qui se tient au Bourget…..
    Nous sommes tout à fait dans le livre de Michel Houellebecq : « SOUMISSION ». Je ne suis pas certaine que la mort en héros d’Arnaud Beltrame servira à quelque chose et éveillera les consciences. La France me semble bien endormie…..

    J'aime

  3. Communiqué du Général Didier TAUZIN
    Lundi 26 mars 2018

    Mon Colonel, cher camarade,

    C’est volontairement que j’ai attendu plusieurs jours pour vous adresser quelques mots : cela m’a permis de constater que tous les éloges officiels qui vous ont été faits sont très convenus !

    Pour la plupart des « politiques », votre mort n’est qu’un détail, un incident regrettable qui sera vite oublié, ou, pire, une simple occasion pour eux de « communiquer »… Ces gens démontrent une fois encore qu’ils n’ont aucune idée de la grandeur du métier de soldat et aucune notion de ce qui nous guide : le SERVICE de la France et des Français !

    Quant à moi, l’annonce des circonstances de votre mort m’a tiré les larmes des yeux, des larmes de douleur certes, car je suis incapable de rester indifférent à la mort d’un camarade en opération, des larmes de fierté et d’espoir surtout. Car vous n’avez pas été « victime de votre devoir », selon la formule consacrée, mais vous avez donné volontairement votre vie pour d’autres.

    Par ce geste vous avez donné un exemple d’une portée immense à tous les Français et notamment aux jeunes, en rappelant que l’esprit de chevalerie, qui est l’un des fondamentaux de notre civilisation, anime toujours nos armées et que celles-ci restent et resteront le cœur incandescent de notre France.

    Je suis persuadé que, comme moi, tous les militaires de tous grades et de toutes les armées, d’active, de réserve ou retraités, mais aussi tous ceux qui consacrent leur vie au service des Français, ressentent une immense et légitime fierté de vous avoir comme camarade, chef ou subordonné, et qu’ils ressentent aussi votre geste comme une incitation forte à poursuivre leur mission avec plus de zèle encore. Pour nous tous, vous êtes et resterez un très grand gendarme, un immense exemple.

    Au-delà, votre geste ressemble tant à celui de Jésus Christ donnant sa vie pour l’humanité que je crois totalement inutile de prier pour vous, qui, aujourd’hui, êtes évidemment auprès de Lui. Merci d’intercéder auprès de Lui pour la France, pour qu’Il la protège et qu’Il la ramène à sa vocation de chef de file de l’humanité entière à qui elle doit montrer les chemins de l’humanisation de tout homme, quel qu’il soit et où qu’il vive, les chemins de la fraternité, de la paix et de l’épanouissement intégral de chacun.

    En revanche je vous promets de porter votre épouse éplorée dans ma prière quotidienne, et cela jusqu’à mon dernier souffle.
    Merci enfin, mon Colonel et cher camarade, d’avoir fait rimer France avec Espérance !

    Général Didier TAUZIN
    Président d’honneur de Rebâtir La France

    J'aime

  4. Texte excellent mais tant que la majorité de la population restera aphatique et ferra confiance aux « elites » rien ne changera.
    Prenons notre destin en main, construisons nous-mêmes la défense de nos valeurs par tous les moyens quand bien même ces moyens sont considérés comme illégaux par les princes qui nous gouvernent.

    J'aime

  5. « C’est pourquoi le multiculturalisme que nos élites veulent imposer est une imposture, une imposture, on le constate, sanglante.  » Cette phrase est bien celle de Saint Thomas…Magnifique texte émouvant , vous termniez par : « Le sacrifice de Arnaud Beltrame ne doit pas être vain. Il doit au contraire insuffler cette vitalité et cette volonté déterminée pour résister et engager enfin le combat pour changer les choses. »
    Pour ma part je m’associe à cet hommage.

    J'aime

    1. Pour nous opposer à ‘ » ces terroristes barbares », il faut se défendre et rendre coup pour coup. La peur changera de camp..

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s