Qui manipule l’information 5 ?


C’est une dialectique corrosive pour mieux diaboliser les Français qui osent s’exprimer hors des rails du politburo de l’Élysée via l’Hôtel de Beauvau ! Chapitre 5

Qui manipule l’information ?

Par Daniel Desurvire

Qui, de l’État ou le peuple, manipule le plus l’information ?

Cette étude se décline ainsi :
1°) Une loi inique contre les fake news qui cuirasse les élus, mais un outil inquisitorial contre la Nation
2°) L’art de prohiber les fausses informations s’insinue par le maniement des consciences
3°) Quand des enfants réfugiés participent aux vraies fausses nouvelles pour entortiller les quotas d’immigrés
4°) Le mensonge d’État, c’est autant occulter l’information que de refuser les réalités

Chapitre 5
1°) Une loi inique contre les fake news qui cuirasse les élus, mais un outil inquisitorial contre la Nation

Dans l’exposé des motifs, il est même évoqué le risque de liens capitalistiques ou de rémunération des services d’influence mis en ligne ; une dialectique corrosive pour mieux diaboliser les Français qui osent s’exprimer hors des rails du politburo de l’Élysée via l’Hôtel de Beauvau ! Sauf que ce terrorisme-là, dont le contenu offre souvent une expression plutôt parodique ou satirique qui ne tue pas sauf l’honneur, pourra faire l’objet d’un effacement d’un site, dès lors que son style et ses idées n’entrent pas dans le calibrage de la presse conventionnelle agréée par l’oligarchie du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. Il s’agira, pour l’internaute de se plier au contrôle drastique de la plateforme d’expression citoyenne mise en place pour faire barrage à la divulgation d’informations gênantes pour les pouvoirs publics ; une censure à grande échelle selon l’analyse de Citizaction.
Cette obsession du chef d’État à museler l’information, un paradigme complotiste hérité de son prédécesseur, n’a pas sa place en démocratie. Or, ce dispositif fait déjà doublon avec l’article 14 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 s’agissant de la presse étrangère ; un pilier des libertés constitutionnelles que le président Macron voudrait réformer pour mieux se l’approprier ; en tout état de cause pour le confisquer aux autres ! Quant à l’excuse pathétique des fausses nouvelles, cette excommunication déguisée verrouille un pan fondamental des libertés souveraines, ainsi le droit d’accès à l’information, puisqu’il s’adresse à la presse française déjà sous contrôle. Certes, l’exécutif n’avait alors que peu de moyens pour agir contre les sphères d’influence des États étrangers, en particulier avec ses alliés politiques et/ou économiques. Ce pourquoi un devoir de coopération fut institué à l’intention des opérateurs du média (dont les Gafam), qui implique une inclination à la délation d’un nouveau genre, sorte d’automutilation des libertés par la presse elle-même : notice and take down (Remarquer et décrocher) !

Vous aimez ? Alors participez !

Contribuez à maintenir une opposition digne de ce nom !

€5,00


Non, il ne s’agit pas de lanceurs d’alerte, mais d’un vrai coup de filet inquisitorial aux mailles serrées qui ne laissera pas même filtrer un débat contradictoire, voire une projection télévisuelle ou électronique susceptible de compromettre les objectifs du censeur institutionnel. Voilà bien un risque que le chef d’État n’accepterait pas de courir, comme de laisser profiler son honorabilité dès lors qu’elle serait entachée de complicité de corruption avec les pétromonarchies du Golfe, à dessein d’effacer les Français de sol au profit d’un Islam sunnite feudataire, via l’injection en masse de réfugiés. Selon la formule exposée dans la présentation de cette loi, ce dispositif a pour dessein d’autoriser au CSA le prompt retrait des contenus en ligne ; un black-out numérique afin d’éviter leur propagation ou leur réapparition. Quid du temps nécessaire aux sages pour juger en quelques minutes de la véracité ou de la pertinence d’une information ? Pourquoi les énarques méprisent-ils avec autant d’aplomb le peuple pour lui confisquer son libre-arbitre ; autrement dit lui ôter le droit de fouiller, d’infirmer ou d’authentifier lui-même les informations qu’il va puiser pour se forger son opinion ?
Le déréférencement d’un site réputé diffuser des fake news, de même que l’interdiction d’accès à certaines adresses électroniques des services de communication au public en ligne, pourront également s’ordonner par un juge des référés devant un tribunal de grande instance dans les 48 heures suivant leur dépôt au greffe. Recevable ou non, justifiés ou illégitimes, ces dossiers relevant d’une prétendue sécurité nationale seront traités comme des affaires prioritaires, car politiquement sensibles. Côté pénal, les infractions présumées seront punies de peines aggravées jusqu’à un an d’emprisonnement et une amende de 75 000 euros. Autant dire que la justice civile devient plus redoutable contre les intellectuels pamphlétaires et les mousquetaires caricaturistes, qu’avec la délinquance des jeunes encapuchonnée en zones péri-urbaines tendues des ZUP, QPV et REP ; laquelle est protégée par la clémence réservée aux individus issus de l’immigration.
Il est plausible qu’à l’aube des élections européennes de mai 2018, une crainte se fait jour devant la montée en puissance des citoyens cocardiers et autres folliculaires hardis, d’où un renversement vraisemblable de la coalition déjà déboulonnée des socio-démocrates et des conservateurs de Bruxelles à Strasbourg. De sorte que cette loi scélérate n’est pas étrangère à ces viols successifs des libertés chèrement acquises sous la Révolution. C’est ainsi que nous entrons dans une ère poststalinienne de sinistre mémoire, où les journalistes, les philosophes et les essayistes imprudents devront désormais composer leurs travaux épistolaires avec la peur au ventre ; là même où le terrorisme islamique, au nom de la sécurité nationale qui sert d’excuse à cette mobilisation liberticide de l’exécutif, aura par cet effet rebond porté l’estocade.
À suivre

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

Retrouver les chapitres précédents en cliquant sur le numéro :
1 234

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Minute du MENSONGE 61
La liberté de penser s’arrête là désormais. Là où ce gouvernement nous manipule sans arrêt et sans vergogne !

Le chant des sans-parti
On recherche activement l’opposition disparue partie sans laisser de traces…

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

 

 

 

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Faire un don

Pour aider le site à poursuivre…

€5,00

Publicités

8 commentaires

  1. J’ai publié plusieurs articles de vos auteurs sur FACEBOOK SUR LE GROUPE « TETE A CLAQUES » . A plusieurs reprises certains ont été censurés.

    J'aime

      1. Nous sommes en Démocrature : dictature , version soft ! Tout est ficellé, huilé, orienté, sauce Enarque Macronniène .
        En écoutant, ou regardant les JTs , de radios ou télés , le french devient un zombie , dopé aux fake news , si chères à Macron !!!
        Lui qui cyniquement veut faire la chasse à ces fake news , alors qu’il en use et en abuse !!!
        Mais à l’Ena , la culture du Cynisme fait partie du cursus : tous les types estampillés, Ena , apprennent à mentir comme des arracheurs de dents , en jurant , Sincérité. ….. Curieuse école que cette Ena ?
        Et surtout , ils apprennent à bien remplir leur comptes en banque , vite fait , en cas de subite déchéance de statut .
        La caste politique french fonctionne ainsi depuis 40 ans !!!!
        C’est incroyable , l’amnésie des électeurs frenchs , effarant de stupidité.

        J'aime

        1. Entièrement d’accord avec votre commentaire NECAS ! En plus les énarques n’ont aucune idée de ce qui se passe réellement pour nous les gueux.

          J'aime

          1. Merci Duret : il vaudrait mieux vivre sur une île deserte , loin de ces fourberies de Scapin politiques , et ne rien savoir , ne rien comprendre, on n’en vivrait que mieux ! Car il n’y a rien de pire que de se rendre compte des réalités de notre époque !
            Heureux les sots , ou les niais : ils souffrent moins que nous , mentalement. ……

            J'aime

  2. Très bon article bien pour la France qui accepte de se faire avoir par Macron qui ne la préside même plus, il est soit en voyage à l’étranger soit en réunions de propagande électorale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.