La France bâillonnée 7


Le faux nez de la démocratie

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

La France bâillonnée

Par Jean-Marie Pieri

Chapitre 7
Le faux nez de la démocratie

« … le pacte social établit entre les citoyens une telle égalité qu’ils s’engagent tous sous les mêmes conditions, et doivent jouir tous des mêmes droits. Ainsi par la nature du pacte, tout acte de souveraineté, c-a-d tout acte authentique de la volonté générale, oblige ou favorise également tous les Citoyens… Qu’est-ce donc qu’un acte de souveraineté? Ce n’est pas une convention du supérieur avec l’inférieur, mais une convention du corps avec chacun de ses membres… elle a pour base le contrat social, équitable… commune à tous, utile… ne peut avoir d’autre objet que le bien général… tant que les sujets ne sont soumis qu’à de telles conventions, ils n’obéissent à personne, mais seulement à leur propre volonté… on voit que le pouvoir souverain, tout absolu, tout sacré, tout inviolable qu’il est, ne passe, ni ne peut passer les bornes des conventions générales… »

 … Le cas de la dissolution de l’etat peut arriver de deux manières. Premièrement quand le Prince n’administre plus l’Etat selon les lois et qu’il usurpe le pouvoir souverain. Alors il se fait un changement remarquable; c’est que non pas le Gouvernement, mais l’Etat se resserre, je veu dire que le grand Etat se dissout et qu’il s’en forme un autre dans celui-là, composé seulement des membres du gouvernement, et qui n’est plus rien au reste du peuple que son maître et son tyran… à l’instant que le gouvernement usurpe la souveraineté, le pacte social est rompu, et tous les citoyens, rentrés de droit dans leur liberté naturelle, sont forcés mais non pas obligés d’obéir…
Quand l’état se dissout, l’abus du gouvernement… prend le nom commun d’anarchie. .. la Démocratie dégénère en Ochlocratie, l’Aristocratie en Oligarchie… la Royauté dégénère en Tyrannie… un Tyran est un particulier qui s’arroge l’autorité (royale) sans y avoir droit… j’appelle tyran l’usurpateur de l’autorité (royale), et Despote l’usurpateur du pouvoir Souverain…
« Du Contrat Social » Livre 3 chapitre X de Jean-Jacques Rousseau.

La démocratie ne souffre-t-elle pas d’une maladie honteuse qu’elle dissimule sous un faux nez? Réminiscence d’une atmosphère d’ancien régime avec tous ses désordres les plus pervers jetés en pâture au public (silence prudent)la fausse modernité des incultes rejoint la chute des illusions et fait le lit de la barbarie. Ensauvagement et confusion des esprits.

Vous aimez ? Alors participez !

A tous nos lecteurs Vous voulez comme nous restés informés et libres ? Faîtes un don pour que nous puissions continuer à vous informer et vous divertir. MERCI !

€5,00


Affligeant constat qui ressort de cet épisode 16 de la manifestation des gilets jaunes sur tout le territoire de la République en faillite, rien ne change en Macronie jupitérienne: le pouvoir oppose un mur d’incompréhension cynique et froid fermé à toute revendication légitime dans un état de droit, ce régime dit « progressiste » s’enfonce dans un conservatisme brutal, stratégie de l’oppression la plus systématique, la plus stérile qui peut déboucher sur les pires débordements et les pires violences!
Une fraction du peuple, celle des nantis défend ses intérêts catégoriels, l’oligarchie des possédants, la bourgeoisie institutionnelle, la caste des bobos-écolos, la fausse élite arrogante qui s’arroge tous les pouvoirs et gangrène les rouages de l’état s’oppose au peuple des modestes, des sans voix, des sans droits, des »sans dents », de « ceux qui ne sont rien », qui peinent « à traverser la rue pour trouver un emploi »!
Ce mépris de caste n’a que trop duré et le pays des droits de l’homme, symbole de Liberté, d’Egalité et de Fraternité se transforme en vulgaire République bananière où droits et devoirs des citoyens sont bafoués en toute impunité, la démocratie est-elle en danger, serions nous dans l’antichambre « socialiste » de la dictature (W. Churchill), la tyrannie la plus féroce nous guette-t-elle à brève échéance, un pouvoir ne doit pas exercer de telles violences (manifestants gazés, mutilés, éborgnés, bastonnés …) sur ses administrés et mettre en péril le « contrat social » qui assure le bon fonctionnement de notre société!
Le même état d’esprit désastreux (gouvernance plus que contestable) traverse l’Europe, captée par des technocrates hors sol, sinécure pour des fonctionnaires et des bureaucrates non élus, voie de garage pour des politiques pleins de morgue qui maltraitent odieusement les peuples, les citoyens européens sont réduits à l’état de bétail, traités avec le plus grand mépris par des pillards et des concussionnaires du fond des bois!
Ce malaise grandissant remet en cause le bon fonctionnement des institutions européennes et explique le réveil des peuples qui refusent un asservissement programmé, ce fameux populisme si décrié par les gouvernants en panique se dresse contre gaspillages et détournement de l’idéal européen!
La lèpre n’est-elle pas plutôt aux commandes de ces états croupions qui détruisent les idéaux de peuples libres, des citoyens responsables se heurtent à un mur d’une idéologie obscurantiste qui se moque de la démocratie! Ténèbres de la civilisation ou chute des idées?
Ce cosmopolitisme transnational sous couvert de la « mondialisation » affecte et infecte les esprits, faux-messianisme, avènement d’une fausse idéologie du progrès et du bonheur, hypocrisie qui va transformer l’Europe en champ de ruines!
Comment comprendre cette danse du ventre indécente de politiques (de droite comme de gauche) incapables de trouver une sortie de crise pour résoudre les problèmes urgents, le temps est venu de prendre ses responsabilités, une remise à plat rapide du système s’impose pour plus de dignité et de respect de l’intérêt général!
Tous les acteurs en cause ont l’obligation de trouver une solution qui permettrait de sortir la tête haute, en premier l’exécutif a le devoir moral (l’obligation) de créer un électrochoc dans l’opinion pour restaurer une meilleure image de notre pays dans le monde et ainsi de renouer avec la confiance et de manifester bienveillance et respect dû au peuple!
Tous les efforts engagés par le régime pour minimiser et masquer la réalité, les problèmes brûlants qui déstabilisent le pays (mal-être des faibles, souffrance, sentiment d’injustice, misère sociale…) se heurtent à une contestation durable et manipulations et falsifications de la propagande n’y pourront rien changer!

À suivre

Jean-Marie Pieri

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Jean-Marie Pieri pour Observatoire du MENSONGE

La « tirade du nez » est le nom couramment donné à une célèbre tirade située dans le premier acte (scène IV) de la pièce Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. La voici :

Cyrano :

Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire… Oh! Dieu!… bien des choses en somme.
En variant le ton,-par exemple, tenez:
Agressif: Moi, Monsieur, si j’avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse !
Amical: Mais il doit tremper dans votre tasse !
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap!
Descriptif: C’est un roc ! . .. c’est un pic ! . . . c’est un cap !
Que dis-je, c’est un cap ?. .. C’est une péninsule !
Curieux: De quoi sert cette oblongue capsule ?
D’écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ?
Gracieux: Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ?
Truculent: Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ?
Prévenant: Gardez-vous, votre tête entrainée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !
Tendre: Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane !
Pédant: L’animal seul, Monsieur, qu’Aristophane
Appelle Hippocampelephantocamelos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os !
Cavalier: Quoi, I’ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau, c’est vraiment très commode!
Emphatique: Aucun vent ne peut, nez magistral,
T’enrhumer tout entier, excepté le mistral !
Dramatique : C’est la Mer Rouge quand il saigne !
Admiratif: Pour un parfumeur, quelle enseigne !
Lyrique: Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?
Naïf: Ce monument, quand le visite-t-on ?
Respectueux: Souffrez, Monsieur, qu’on vous salue,
C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue!
Campagnard: He, ardé ! C’est-y un nez ? Nanain !
C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain !
Militaire: Pointez contre cavalerie !
Pratique: Voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, Monsieur, ce sera le gros lot !
Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot :
Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie! Il en rougit, le traître !
– Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit :
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n’avez que les trois qui forment le mot: sot !
Eussiez-vous eu, d’ailleurs, I’invention qu’il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d’une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve
Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.


Minute du MENSONGE 63
Macron a bien choisi ses ministres : je plaisante !

Le chant des sans-parti
On recherche activement l’opposition disparue partie sans laisser de traces…

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Faire un don

Pour aider le site à poursuivre…

€5,00

Vous avez envie de vous exprimer ? Ecrivez un article que vous nous soumettrez pour publication, pour nous l’envoyer c’est ICI

Publicités

4 commentaires

  1. facile de baillonner les peuples : quand vous avez les médias, la justice, les institus de sondages , et les forces de l’ordre à vos bottes = tout est ficellé, orienté et manipulé !!!! Simple !

    Aimé par 1 personne

  2. Clairement, l’avantage de la démocratie sur la dictature est de permettre aux gouvernants de mesurer l’expression du mécontentement du peuple, à temps pour pouvoir y remédier. Un pouvoir sans opposition risque fort de se bercer d’illusions, jusqu’à ce que la situation dégénère et nécessite d’avoir recours à la répression.

    J'aime

    1. La répression a déjà commencé notamment face aux Gilets jaunes… Chaque semaine de nombreux blessés par les forces de l’ordre sont hospitalisés mais comme les médias ne l’évoquent pas alors cela n’existe pas…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.