Deux femmes au pouvoir, l’Europe est sauvée…


Le féminisme ridicule ne pouvait épargner les institutions européennes. C’est chose faite, il était temps…

Sous le manteau !

La censure arbitraire  des réseaux sociaux est contraire à la liberté d’expression.

Deux femmes au pouvoir, l’Europe est sauvée…

Par Grégory Roose

Le féminisme ridicule ne pouvait épargner les institutions européennes. C’est chose faite, il était temps : les dirigeants européens se sont entendus sur leur casting pour diriger l’UE, qui verra donc deux femmes aux postes clés : une ministre allemande, Ursula von der Leyen, à la Commission, et la Française Christine Lagarde à la BCE. Après l’explosion en plein vol des différents favoris et de divers outsiders (le Français Michel Barnier, la Danoise Margrethe Vestager), la situation était devenue inextricable. Jusqu’à ce qu’Emmanuel Macron et Angela Merkel réussissent à s’accorder sur les noms d’Ursula von der Leyen, pour la présidence de la Commission, et de Christine Lagarde pour celle de la Banque centrale européenne. Le politiquement correct permet donc de dissimuler l’impasse des institutions européennes.
Ursula von der Leyen, 60 ans, est une proche de la chancelière Angela Merkel, qui l’a nommée ministre dans chacun de ses quatre gouvernements (2005-2019) et dont elle passa un temps pour la dauphine potentielle. Une série de scandales ont notamment éclaboussé la Bundeswehr et son ministère : matériel obsolète, sous-investissements, experts surpayés, essor de “l’extrême droite” dans les rangs… Si bien que le verdict des Allemands est dur : selon un sondage récent du quotidien Bild, elle est considérée comme l’une des deux ministres les moins compétents du gouvernement. Le boulet du gouvernement allemand est propulsé à la tête de l’Europe.
Christine Lagarde, la candidate de Macron mais surtout de Merkel, est à l’opposé du comportement actuel au niveau des déficits du président français. En tant que directrice générale du FMI, elle a plaidé pour l’orthodoxie financière aux quatre coins du globe, et spécialement en Grèce, quitte à froisser ses anciens partenaires européens. Son franc-parler sera aussi à l’origine d’un tollé quand elle appellera les Grecs, essorés par les plans d’austérité, à payer tous « leurs impôts » ou quand elle reprochera implicitement aux autorités de ne pas se comporter en « adultes ».
C’est d’ailleurs d’Athènes que sont venues les attaques les plus virulentes contre l’action du FMI, accusé d’avoir une « responsabilité criminelle » dans la situation du pays. Mais on sait qu’une femme ne peut être ni responsable ni coupable. Ainsi, la justice française, qui l’a déclarée coupable en décembre 2016 d’une « négligence » très coûteuse pour les deniers publics quand elle était ministre, dans un dossier mêlant l’homme d’affaires Bernard Tapie et la débâcle du Crédit lyonnais, a été désavouée par la Cour de Justice de la République eu égard à sa « réputation internationale » et la directrice du FMI a été dispensée de peine. Un homme aurait sauté. Mais Mme Lagarde, qui prétend en féministe assumée que tout irait mieux avec les femmes aux affaires, n’a jamais évoqué la discrimination positive dont elle a indiscutablement bénéficié.
Prime à l’échec de personnes au destin national compromis et qui, donc, seront bien sages à Bruxelles. Mais les femmes et la parité sont le gadget qui cache le fond du problème. La confusion sur le choix des nouveaux dirigeants de l’Union trouve sa cause dans le nouveau Parlement de Strasbourg : le nombre de sièges détenus par les conservateurs (PPE) et les sociaux-démocrates (S & D) a chuté de 401 à 336, brisant la majorité qui leur permettait de cogérer l’Europe.
La CDU allemande reste le contingent le plus important du Parlement (29 sièges), mais juste devant la Ligue italienne (28) et le Rassemblement national (22), qui illustrent la progression des nationalistes. Vient ensuite le PiS polonais (26), qui incarne une autre forme d’euroscepticisme, et surtout la montée de l’Europe centrale. Puis En Marche (22), chef de file des centristes libéraux, grands vainqueurs des élections (passés de 69 à 108 sièges). Et les Grünen allemands (21) du groupe écologiste, l’autre vainqueur des Européennes (de 52 à 74 sièges). Le premier contingent social-démocrate n’arrive qu’en huitième place, avec les Espagnols (20 sièges).
L’Europe éclatée a trouvé le remède à sa crise, le féminisme médiatique. Les deux femmes les plus puissantes d’Europe devront démontrer qu’elles ne sont pas un deuxième choix pour une voie de garage européenne sinon elles finiront en… potiches !

Grégory ROOSE

Source : Correspondance Polémia

La censure arbitraire  des réseaux sociaux est contraire à la liberté d’expression.

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Grégory ROOSE pour LE COQ ENCHAÎNÉ 

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !
Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

La vérité dérange souvent en politique mais nous devons la dire !

Pour cela votre contribution est essentielle. Sans votre aide financière, le site disparaitra. L’Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France : alors pensez-y et donnez…

€5,00

parution chaque samedi

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE inscrivez-vous GRATUITEMENT :

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Ecrivez vos suggestions pour sauver la France dans la rubrique « LAISSER UN COMMENTAIRE » après cet article

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

Nous vous en remercions !

Publicités

5 commentaires

  1. LES DÉMOLISSEURS MERKEL ET SON ÂME DAMNÉE MACRONERON ,se sont accordées pour mettre ces 2 femmes à la tête de cette entité moribonde qu’est L’UE par idéologie ,l’une à la solde de la finance qui ruinent les pays:,Lagarde et l’autre placée par Merkel afin d’être manipulée vu ses antécédents!! Et tout ça sans avoir consulté les principaux concernés:les peuples européens!!!!
    Vladimir Boukovski – L’Union européenne: la nouvelle URSS | Le Club …
    blogs.mediapart…/vladimir-boukovski-lunion-europeenne-la-nouvelle-urss

    J'aime

  2. Nous voilà avec une Europe socialiste qui ne fera rien pour les Européens sauf plus de misère, de chômage et moins de pouvoir d’achat. Les migrants pourront venir en nombre et nous devrons finir par partir pour pouvoir vivre normalement.

    J'aime

    1. « Finira » ? Il me semble que c’est déjà bien commencé. Quant à la façon dont l’Europe finira, il vaut mieux ne pas trop y penser.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.