Le Président d’un système


Avec ce gouvernement c’est le retour aux vieilles pratiques que Macron avait tant décriées.

Si le pouvoir est « faible » ce n’est que de ses propres erreurs…

Le pouvoir repartira d’un bon pied quand il emploiera sa force pour rapprocher les citoyens de la décision- au contraire d’user de celle-ci pour lui-même en les en écartant toujours plus…
(Si je me trompe, n’hésitez pas à intervenir: quoiqu’il en soit, le débat est ouvert; à savoir que si le pouvoir est faible est-ce bien ou non que ce ne peut être que de ses propres erreurs…)

« POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT… »

La vérité dérange souvent en politique mais nous devons la dire !

Pour cela votre contribution est essentielle. Sans votre aide financière, le site disparaitra. L’Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France : alors pensez-y et donnez…

€5,00

Le Président d’un système

Que Macron se « fiche de l’élection présidentielle de 2022 » montre qu’il est avant tout le président d’un système.

Par Michel Baude

Depuis 2012, on élit moins un président qu’on reconduit un système.
C’est la logique même.
Un manège en marche qui cessera quand suffisamment de citoyens comprendront l’impensable régime des grands-élus et ex grands-élus sous la coupe duquel est le pays, des majorités artificielles aidant se modifient et que chacun à sa façon en subit les dures conséquences – pendant combien de temps encore: nul ne le sait.
À coup sûr pourtant en 2012, Nicolas Sarkozy ne voulait pas être réélu.
Rappelons-nous.
Bien qu’impopulaire à cause de ses cinq ans de pouvoir très contesté, François Hollande n’avait aucune chance contre lui s’il n’avait pas fait (volontairement contre lui-même) du Le Pen notamment aux Sables d’Olonne.
Mais dans cette hypothèse, il n’aurait pas pu tenir cinq de plus sans devoir revoir sa politique: celle du système qui l’avait pressenti en 2007 comme étant le mieux placé pour le reconduire.
À coup sûr également en 2012, c’est François Hollande qui devint le candidat du système.
Il eut – aussi invraisemblable que ça paraisse à beaucoup de gens – pour tâche de préparer l’arrivée d’Emmanuel Macron en 2017, avec la loi Khomri de près-réforme du code du Travail, La loi Taubira sur le Mariage Pour Tous, etc… Ne reste plus qu’assez de citoyens le comprennent maintenant: et c’est tout le problème.
En attendant, voilà à coup sûr pourquoi Emmanuel se fiche des élections présidentielles en 2022…

Michel Baude

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !
Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Michel Baude pour Ne vous méprenez pas !
Dessin de couverture par MUTIO pour URTIKAN

Dire entre autre que «Les lois liberticides prospèrent sur NOTRE DÉMISSION COLLECTIVE» n’est pas recevable

par Michel BAUDE

Nous ne pouvons en rester à ce constat que fait François Sureau dans le Figaro Vox. pour qui les lois liberticides prospéreraient sur notre démission collective. Il fait là un constat trop réducteur et tendancieux comme le confirme selon moi ce qui ressort en substance de son propos.
Le refus des lois liberticides doit être plus fort que celui de l’erreur, même quand il s’agit de combattre la haine sur internet. Aucune loi du plus fort ne doit prévaloir même pour lutter contre la haine ou contre quoi que ce soit d’aussi moche et odieux. Comment pourrait-on dire de ces lois qu’elles prospèrent quand ça voudrait dire qu’on doive se réjouir pour ceux à qui elles profitent pendant qu’elles ne peuvent que nuire particulièrement à des millions de gens et plus généralement à tout le monde dès lors que ne serait-ce le pouvoir qui en est le principal instigateur n’en ressortira pas grandi. Pour toutes ces raisons, prétendre que les lois liberticides prospèrent sur notre démission collective est totalement irrecevable.
D’abord, cette accusation est injustifiée: Le terrain sur lequel se développent ces lois est à trouver dans la politique toujours à l’oeuvre menée depuis plus de 40 ans qui a orchestré l’état d’impuissance sociale et autre que connaissent des millions de citoyens. Dans la bouche de quelqu’un qui fait valoir sa position d’écrivain et d’avocat, c’est trop catégorique. Accuser de façon aussi péremptoire la démission collective à laquelle il s’associe, c’est laisser entendre qu’il serait prétentieux d’émettre une autre explication que la sienne. Aussi, François Sureau serait le premier de la classe de toute la société dans chaque membre de laquelle il dit voir une personne qui n’est «jamais dérangé par les opinions qu’il réprouve».
Et enfin, c’est un appel incroyable au défaitisme en forme presque de plaidoyer. Si, dans un premier temps, il condamne assez énergiquement les lois liberticides, dans un deuxième non seulement il s’en accommode très vite – il dit bien »notre démission collective » – mais ce notre a valeur de commandement à accepter. Il s’inclue dans cette démission. Du rejet pure et simple qu’il manifeste vis à vis de ces lois dans son analyse, il aboutit dans sa conclusion à la reconnaissance d’un constat que quoiqu’on en pense par ailleurs, ces lois liberticides sont compréhensibles même si elles sont injustes, et tout ce que vous voulez: criminelles, imbéciles et prospèrent sur une démission collective qu’il appelle presque de ses vœux… Tout cela ressemble au mieux à une bien étrange cabriole…
Plus encore. Si au nom de la liberté d’expression la haine sur internet est inadmissible, des restrictions de cette liberté le sont encore plus, si vertueux que soit ce qui anime tout refus de cette haine fait au nom du respect dû à des règles. Car de telles restrictions comme tout laisser-aller qui y conduise, reviendraient à supposer que la vérité considérée au mépris de la liberté serait préférable à l’exercice de la liberté pratiquée au mépris de la vérité. Ce serait pire que tout: la négation de la liberté et de la vérité comme idéal, modèle de société.
C’est donc cette politique toujours à l’oeuvre menée depuis plus de 40 ans qu’il faut combattre. Ce qui ne sera possible que par une organisation pas à pas, point par point des citoyens, par les citoyens, pour les citoyens qui devront – puissent-il arrêter de penser et réfléchir avant – comprendre que c’est par une réforme bien comprise du Code électoral qu’il parviendront non à contrôler les lois ou à je ne sais quel rêve insensé de prendre et d’exercer le pouvoir mais à contrôler ceux qui les font.

Michel Baude

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Michel Baude pour Ne vous méprenez pas !

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !
Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

♣   ♣   ♣   ♣   ♣

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

 

La vérité dérange souvent en politique mais nous devons la dire !

Pour cela votre contribution est essentielle. Sans votre aide financière, le site disparaitra. L’Observatoire du MENSONGE est le premier site de l’opposition en France : alors pensez-y et donnez…

€5,00

parution chaque samedi

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE inscrivez-vous GRATUITEMENT :

 

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Ecrivez vos suggestions pour sauver la France dans la rubrique « LAISSER UN COMMENTAIRE » après cet article

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

La censure est en marche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.