Au détriment de la France


Ah qu’il est triste de voir son pays décliner à ce point.

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Au détriment de la France

Par Laurent CASSIAU-HAURIE

Ah qu’il est triste de voir son pays décliner à ce point. Je ne parle pas de nos éternels et récurrents conflits sociaux dont nous sommes les seuls à porter haut et fort au travers de manifestations et grèves, la démonstration de force de notre pouvoir de négociation et de notre seul dialogue.

Je veux insister sur les nombreux travers dans lesquels nous glissons dangereusement, à savoir les manipulations, les mensonges et l’instrumentalisation des faits et actes dont nous sommes dorénavant confrontés quasiment quotidiennement.

Mais que dire aussi de l’inversion des valeurs , de l’incohérence et de l’inéquité des différentes résolutions, démonstrations et actions politiques en faveur de telle ou telle idéologie, au détriment du bon sens, de la sincérité et du courage.

Là où se trouvaient les dernières résistances à ces folies débiles, là où résidaient les forces de repli à ces outrances où l’on pouvait faire œuvre utile d’honnêteté intellectuelle, de volontarisme et d’humanisme et j’ose le dire d’intelligence, on est en train de casser un magnifique jouet, fruit d’une histoire et de concepts forgés au long des épreuves.

Je veux parler de la Police, dernière administration de l’ancien monde, comme ils disent. Autrefois, on avait des services compétents, des hommes valeureux qui produisaient au gré des vicissitudes leur travail sur des règles stables et conformes à la régulation d’une société. Certes, il y avait quelques erreurs, quelques franchissements de ligne rouge et quelques égarements mais ils étaient esseulés au milieu d’une philosophie bien tracée et voulue par un système unifié et séculaire réactif au modernisme essentiellement technique.

Bref, les procédures étaient montées vaille que vaille dans un seul esprit, la constatation des infractions, la recherche et l’interpellation des auteurs et leur transmission aux juges. In fine, on incarcérait raisonnablement en fonction de la seule dangerosité de l’acte et du contrevenant.

Petit à petit, depuis quarante ans et surtout ces dernières années, insidieusement puis grossièrement, cette institution a subi avec acharnement les différentes attaques du nouveau monde à l’image de la société.

C’est ainsi que le management féodal, caporaliste dans une lente mais inéluctable protection des élites a corseté les divers rouages, faisant de l’organisation hiérarchique une pyramide immuable, défenseur de l’entre soit et du progressisme envahisseur.

On ne fait plus de la lutte contre la délinquance moyenne notamment,  soit 90% des délits et crimes, une priorité mais une servitude obligée, à traiter à minima sans saveur, sans énergie, sans vitalité, en fait sans rien. Car le but n’est plus de s’opposer aux délinquants mais de les accompagner ou de suivre le mouvement, en hausse évidemment. 

On subit, on encaisse dans un délire total et dans un déni mortifère. Ce qui s’est traduit par plus d’administration, plus de virtuel, plus de communication creuse, plus de réunions , plus de tout ce qui justifie l’emploi d’individus à justifier leur salaire et leur poste faute de quoi ils n’auraient jamais existé dans le fonctionnement normal d’une organisation.

Exit, les flics, les vrais, ceux qui n’ont de cesse le bien commun et public, la souffrance des victimes, les procédures bien écrites, les enquêtes bien ficelées. 

Cela n’intéresse plus personne, cela ne rapporte pas au contraire cela indispose. Rendez vous compte, une affaire rondement menée avec précision, ardeur, compétence et courage obligerait les juges à incarcérer, les politiques à concevoir la nature des problèmes et surtout aux citoyens à abonder dans leurs croyances d’un laxisme généralisé, coupable et destructeur. Alors on a robotisé et chloroformé les troupes de policiers en leur faisant croire qu’ils faisaient encore œuvre utile. Beaucoup ont démissionné dans leur tête mais également physiquement en se mettant en disponibilité. 

On laisse de côté tout cela, pertes et profits dans un silence bien orchestré avec la complicité des médias mainstream.

Car la révolte des gilets jaunes a tout compris. Je parle des premiers actes des samedis de novembre et décembre. On trompe, on ment, on manipule et on finit par instrumentaliser. La Police n’a pas suivi le mouvement, il s’en est fallu de peu. Pour finalement se fourvoyer dans une violence rare et injuste pour certains de leurs actes, à l’image des tirs de LBD en plein visage. 

Tout cela au milieu d’une déconfiture incroyable d’un pays en déliquescence totale, voulue par une politique oublieuse de sa morale, de ses devoirs et de ses engagements.

Alors je vous propose ces deux livres qui constituent certainement des éléments de réflexion et de réponse, modestement. 

Je vous laisserai découvrir comment la hiérarchie lutte efficacement contre les suicides dans la Police … vous découvrirez le personnage véridique de Ma Dalton Directrice sur Bordeaux qui deviendra plus tard la Directrice de l’IGPN , la Police des Police chargée notamment des violences policières. Quel merveilleux exemple d’humanisme et de compétence, comme un résumé caricatural.

Je vous laisserai découvrir comment la hiérarchie lutte efficacement contre les suicides dans la Police … vous découvrirez le personnage véridique de Ma Dalton Directrice sur Bordeaux qui deviendra plus tard la Directrice de l’IGPN , la Police des Police chargée notamment des violences policières. Quel merveilleux exemple d’humanisme et de compétence, comme un résumé caricatural.

Laurent CASSIAU-HAURIE

Auteur de « La police m’a tué » et de « Flic et Gilet jaune ».
Les deux livres sont en vente sur les sites de Fnac, Cultura, Amazon

LA POLICE M’A TUÉ 

M. CASSIAU-HAURIE Laurent, âgé de 55 ans, est entré dans la Police en 1984. Premier poste à EVRY puis au sein de la PJ d’AJACCIO et de VERSAILLES. Il revient en Sécurité Publique lors de son retour sur BORDEAUX, où il va intégrer de nombreux services bordelais et la direction de plusieurs brigades et unités judiciaires : AUTO, VIOLENCES, CRIME, Economie Souterraine. Il participe activement au GIR de SARKO et à la ZSP de VALLS, sans oublier un intermède de deux ans à l’Ambassade d’ALGER.
Actuellement Commandant de Police au sein de la Police bordelaise, cet Officier a subi une vague de bêtise, jalousie et amertume de la part d’une hiérarchie aveugle et incompétente au départ de son précédent Directeur, en 2014. Malgré une carrière riche, variée et exemplaire, cet Officier n’a pu échapper aux tenailles d’une administration représentée par des décideurs indignes, le conduisant à une placardisation en bonne et due forme après de nombreuses tentatives de nuisances en tout genre.

C’est au travers de son cas, mis au rebut à 53 ans, qu’il décrit puis détaille les méandres d’une profession dont il décline l’ensemble des problèmes auxquels elle est confrontée dans un silence savamment entretenu.
Les freins et blocages sont méticuleusement et techniquement décortiqués car ponctués d’exemples précis. Fil conducteur de son propos, il indique que la délinquance moyenne notamment, n’est plus traitée à sa juste valeur, voire abandonnée en raison de difficultés administratives, juridiques et d’une mentalité peu à peu empreinte de découragement néfaste, sous couvert d’une philosophie moderne mais injuste.
L’obligation de réserve est transgressée mais justement argumentée par M. CASSIAU-HAURIE qui ne craint pas les retours administratifs, certain d’être dans son bon droit au service d’une cause juste.

FLIC ET GILET JAUNE 

L’auteur, flic de son état, victime des travers de son ad- ministration, raconte la suite de son premier livre LA POLICE M’A TUÉ. C’est en toute logique, mais aussi par nature et tempérament qu’il a rejoint les gilets jaunes. Placé des deux côtés de la révolte, partageant les raisons et le cœur des mécontentements, il analyse et donne son sentiment sur ce mouvement mais aussi sur l’institution policière décriée, avec le recul et l’ex- périence acquise après 35 ans de carrière et d’épreuves. Ce livre est un cri du cœur et un appel au retour des valeurs modestes, simples et de bon sens.
Tout ce qu’on a vu, entendu et cru s’éloigne peu à peu, devant les nouveaux paradigmes sociétaux et dogmes économiques. Certes, ils étaient déjà présents mais ne s’imposaient pas comme des évidences. À balayer le pays, la nation, le passé et son identité, on joue avec le feu. À mentir et manipuler, on dissout la parole pu- blique déjà fortement décrédibilisée. À cantonner le dé- bat, le réduire au silence, caricaturer les oppositions, dénaturer les propos, on fabrique de la frustration et de l’aigreur. Il est des moments où l’on ne peut plus se taire, ne rien dire, ne plus attendre. C’est l’avis d’un flic et d’un gilet jaune qui tente d’assumer ses idées en toute cohérence

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Laurent CASSIAU-HAURIE pour Observatoire du MENSONGE


Abonnement Semaine du MENSONGE en remplissant le questionnaire ci-dessous :

Vous avez le droit de nous soutenir en vous abonnant simplement à :

parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Votre aide nous est précieuse  !

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Paiement sécurisé par carte de crédit avec STRIPE :

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour nous suivre : il faut remplir « Adresse mail » puis cliquer sur Suivre ci- dessous, ce service gratuit vise à nous soutenir

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Voici les livres et Ebook que nous éditons en exclusivité via AMAZON, pour les visualiser et les acheter sur AMAZON, cliquer sur le titre :

Le temps du boniment
La conquête de l’Occident  
L’histoire vraie sur Israël
À travers mes commentaires
Et la laïcité ? Bordel !!!
Nouveau : à travers mes commentaires V2

Chers lecteurs, D’abord nous vous remercions de venir lire nos articles sur Observatoire du MENSONGE. Nous avons besoin de votre soutien car notre survie dépend des dons (à partir de 2€). Alors nous comptons sur vous ! Cliquersurleboutonci-dessous : c’est simple et sécurisé!

 

N’hésitez pas à commenter après cet article ! Vous pouvez utiliser un pseudo et votre adresse mail n’apparaitra pas…

3 commentaires

  1. Cet écrit est bien la vérité que nous voyons chaque jour, il me fait penser à mon ami Sébastien Jallamion qui lui a aussi subit les méandres d’un chef de service, et c’est dans livre qu’il nous raconte sa mésaventure qui lui a coûter sa fonction d’officier de police judiciaire menacé de prison par la justice française dont le titre est :  » A mort le Flic « .

    Victor Hugo écrivait en 1851, « Ce gouvernement , je le caractérise d’un mot;: la police partout, la justice nulle part ».
    Méditons….

    J'aime

  2. « Je veux insister sur les nombreux travers dans lesquels nous glissons dangereusement, à savoir les manipulations, les mensonges et l’instrumentalisation des faits et actes dont nous sommes dorénavant confrontés quasiment quotidiennement. » et ce n’est pas fini car avec ce gouvernement, nous nous dirigeons vers une bonne dictature socialiste comme celles connues en Amérique du Sud…

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.