Les effets d’une soumission française à l’islam


Où sont les braves? Face à l’islam ombrageux, les flambards sont muets. Ils plient l’échine.

Les effets d’une soumission française à l’islam


Où sont les braves? Face à l’islam ombrageux, les flambards sont muets. Ils plient l’échine. Ainsi font les dhimmis, ces citoyens de seconde zone sous la loi islamique. Mais les lâches n’ont pas attendu que la France soit conquise pour se soumettre. Pour avoir insulté l’islam, Mila, 16 ans, a dû être déscolarisée par sécurité, dans l’indifférence des professionnels des droits de l’homme. Si le parquet de Vienne a ouvert une enquête pour «menaces de mort» à l’encontre de la lycéenne, il en a diligenté une autre contre la jeune fille, pour «provocation à la haine», avant de la classer sans suite hier. Les propos de Mila, tenus sur les réseaux sociaux, étaient vulgaires («Votre religion c’est de la merde. Votre Dieu je lui mets un doigt dans le trou du cul»). Ils répliquaient aux insultes de jeunes musulmans critiquant son orientation sexuelle. Reste que le blasphème n’est plus un délit en France. Or Nicole Belloubet, garde des Sceaux, l’oublie quand elle tweete: «On peut critiquer les religions. Pas inciter à la haine.» La haine, que veut sanctionner la proposition de loi Avia, est le nouveau prétexte pour faire taire.À lire aussi : Menaces de mort, blasphème, polémique… l’affaire Mila en cinq actes

La menace est la première arme de l’islam susceptible. Quand, l’autre jour, un comique maison a chanté sur France Inter: «Jésus est pédé (…) pourquoi l’avoir pas enculé», c’est à la communauté homosexuelle que sont allées ses excuses. Les catholiques ont laissé dire. En revanche, le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, commentant les appels au meurtre dont Mila est la cible, a déclaré: «Elle doit assumer les conséquences de ce qu’elle a dit.» Réflexion désavouée par le président du Conseil, Mohammed Moussaoui. Reste que Zekri est celui qui avait lancé il y a peu: «Je demande à certains hommes politiques qui 
ont fait leur commerce sur l’islam et les musulmans de fermer leur gueule.»
 Le plus souvent, c’est hélas ce qu’ils font. De fait, l’islam a imposé son statut d’intouchable par la brutalité. Ce n’est pas le pouvoir actuel, en quête d’un nouvel électorat, qui relèvera la tête. La honte n’est pas seulement chez Belloubet.La victimisation, dont abuse l’islamisme quand il se déguise en agneau, est encouragée par Macron

Voyez Emmanuel Macron: il ne fera rien qui pourrait contrarier la «diversité», qu’il compte solliciter à la présidentielle. En annonçant, mardi, vouloir briguer à nouveau la municipalité de Tourcoing (Nord), Gérald Darmanin entend démontrer qu’un membre du gouvernement peut reconquérir une ville où les salafistes ont pignon sur rue. L’occasion sera donnée d’observer l’attitude du ministre du Budget face au communautarisme. Dès à présent, le chef de l’État a assumé son renoncement à faire obstacle à la libanisation de la société. Dans des confidences au Figaro lors de son retour d’Israël, il a déclaré: «Il faut accepter qu’il y a, dans notre République aujourd’hui, ce que j’appellerai un séparatisme.» Il a également tiré un trait sur le principe de l’assimilation, présent dans le code civil, qui a permis à des générations d’immigrés de se fondre dans la masse. Pour Macron, «la droite dure et l’extrême droite» utilisent cette notion «à mauvais escient». Lui préfère parler d’intégration, un concept flou.

Ces abandons sont des reculs face à l’islam impérieux. Ils s’ajoutent aux effets produits par l’accusation en «islamophobie», qui voit de la haine et du racisme dans le refus de cette idéologie. Il est devenu impensable de caricaturer Mahomet tandis que tout reste permis pour le Christ. La victimisation, dont abuse l’islamisme quand il se déguise en agneau, est encouragée par Macron. La semaine dernière, il a dit ne pas regretter d’avoir qualifié la colonisation en Algérie de «crime contre l’humanité». Surtout, il a annoncé vouloir mener sur cette époque et sur la guerre d’Algérie un «travail mémoriel» qu’il veut calquer sur celui porté par Jacques Chirac en 1995 concernant la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs. Autrement dit: alors que certains musulmans comparent outrageusement leur sort en France à celui des Juifs sous l’Occupation, le président conforte cette odieuse symétrie, dans un relativisme qui banalise la Shoah.

Ne pas irriter les cités

Il y a une approximation de la pensée présidentielle quand elle est 
soutenue par des mots mouvants et des expressions verbeuses (Macron: «Quelque part, vous vous dites…»). Reste qu’au-delà des propos fumeux et déroutants du chef de l’État se lit son choix de plaire à la France musulmane, présumée solidaire du monde arabe. À Jérusalem, le «Go outside!» («Sortez!») lancé théâtralement par Macron à un agent de sécurité israélien lors de sa visite de l’église Sainte-Anne, sous administration française, a été bien compris des Palestiniens soumis à l’expansionnisme de l’État hébreu. Les banlieues françaises n’ont pu que se réjouir de ce rappel à l’ordre humiliant. Lorsque le chef de l’État, visitant peu après Yad Vashem, l’institut international pour la mémoire de la Shoah, a déclaré: «Nul n’a le droit de convoquer ses morts pour justifier quelque division ou quelque haine contemporaines», il a alimenté également le procès fait par les ennemis d’Israël, accusé d’instrumentaliser la Shoah à des fins politiques, notamment face à l’Iran. Ce jeu est dangereux.

Certes, le président est sincère quand il s’alarme du retour de la haine anti-juive en France. Lundi, commémorant à Paris le 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, il a admis l’existence d’un «nouvel antisémitisme»: «Qui ne voit ce mal souterrain progresser, qu’il porte son visage de toujours ou qu’il emprunte les masques nouveaux de la haine islamiste, de l’antisionisme?» Toutefois, il se garde de dire plus nettement que l’antisémitisme a muté. Il est surtout porté par l’islam suprémaciste, qui trouve dans certaines sourates le droit de tuer les Juifs et les mécréants. Or la tentation est grande, à l’Élysée, d’alimenter une prétendue menace de «lèpre» populiste. Ce sont les «gilets jaunes», ces Oubliés de la macronie, qui ont été accusés d’antisémitisme par le chef de l’État, dans le but de les déconsidérer. 

Le Pen, pas la bienvenue

Pour avoir dénoncé, dans un tweet, «la barbarie génocidaire du régime nazi»Marine Le Pen a été critiquée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. «Marine Le Pen et son parti ne sont pas les bienvenus quand ils parlent du nazisme et de l’antisémitisme.» Mais ce renvoi au passé alimente une diabolisation de moins en moins convaincante.

Ivan Rioufol

éditorialiste au Figaro

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier : Ivan Rioufol pour Le Figaro

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Nous avons besoin de votre aide qui représente 1€ par mois !!!

Le but, c’est de soutenir notre travail… Merci !

 

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour nous suivre : il faut remplir « Adresse mail » puis cliquer sur Suivre ci- dessous, ce service gratuit vise à nous soutenir

Nous savons que vous êtes trop sollicités. Mais un site comme Observatoire du MENSONGE dépend de votre soutien. Alors, même petit, votre don ne peut que nous aider. Merci ! Alexandre Goldfarb


2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.