Du bon sens, bon sang !


« La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes » Bernard Grasset.

Du bon sens, bon sang !

Par Claude Picard

Le fondateur des éditions Grasset (Bernard), avait une formule très pertinente pour détecter les bluffeurs en écriture : « La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes » ; ce à quoi notre célèbre Jean de La Fontaine, aurait pu rétorquer, s’il avait vécu à la même époque : « Il avait du bon sens : le reste vient ensuite« . N’en doutons pas, ces deux-là étaient pleins de bon sens ! Comme la plupart de ceux qui savent garder, en toute occasion, les pieds sur terre, parce qu’ils sont, perpétuellement sur le terrain, confrontés à la réalité. 
Contrairement à ceux qui, les yeux rivés sur leurs chiffres statistiques, se fourvoient en permanence et qui, ensuite, vont se perdre dans d’interminables circonlocutions surabondantes pour essayer de justifier leurs sempiternelles approximations et, surtout, leurs incompétences.

Le bon sens n’est qu’une capacité à avoir, aisément, une réponse appropriée à un problème donné. C’est aussi simple que cela ! Enfin, peut-être pas aussi simple, pour les « spécialistes » : technocrates, énarques ou économistes, empêtrés dans leurs tableaux prévisionnels et leur idéologie du chiffre ; on peut même se demander comment ils font pour ne pas être encore plus bêtes ou pour ne pas avoir le vertige, quand, en plus, ils ont devant eux, en permanence, une avalanche de codes et de règlements qui conditionnent leur quotidien et qui rend folle toute l’administration publique ? Une administration paralysée par de multiples comités circonstanciels et une pléthore de spécialistes ou de petits chefs parfaitement inutiles qui édictent des oukases en dépit du bon sens ! 

Tout le problème est là : nous sommes gouvernés, du haut de la pyramide jusqu’à sa base, par des fonctionnaires bornés et stupides pour qui l’humain ne peut pas être un cas particulier. Et qui, d’autre part, aimeraient bien, pour sefaciliter la tâche, placer en surveillance généralisée et sous tutelle, comme des gosses de maternelle, tous les Français. Mais là, forcément, ça coince : les « Gaulois réfractaires » veulent bien se discipliner quand il s’agit de leurs survies, mais jamais ils n’abandonneront leurs libertés intrinsèques à des tordus emberlificotés dans des certitudes chimériques et mortifères. Car ces Gaulois, en tout cas ceux qui se retroussent les manches pour faire marcher la machine, ont du bon sens. Ils savent, mieux que quiconque, ce qu’il faut faire pour que la France reste un pays où il fait bon vivre. Si on les laisse s’exprimer ! 

L’intelligence, donc le bon sens, n’est pas l’apanage des spécialistes, ce n’est pas une affaire de diplômes, mais plutôt une histoire d’expérience. Rien ne remplacera la réalité du terrain, au propre, comme au figuré : un paysan qui connaît son champ, saura, quand, et comment le labourer, ce qu’il conviendra de faire pousser, au gré des saisons. Ce n’est pas un fonctionnaire, de Bruxelles ou d’ailleurs, dans son bureau feutré, qui doit lui dire ce qu’il doit faire. Malheureusement, nous en sommes là ! On voit le résultat : suicides en cascade – bon an, mal an, un par jour – dans cette profession. Et cela n’est qu’un triste exemple parmi tous les métiers qui composent le tissu économique du pays : partout, c’est la même gabegie, le même mal-être, les mêmes incompréhensions. La France est au bout du rouleau et ploie sous le joug des normes et des diktats, imposés par des apprentis sorciers qui ne comprennent rien à rien. 

Heureusement pour nous, la crise sanitaire du Covid-19 a révélé toute la fatuité de ces imbéciles spécialisés qui régentent nos vies ; après tous leurs couacs, il leur sera très difficile de continuer à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! 
À part quelques indécrottables courtisans de Macron ou quelques autres benêts, plus personne, de bon sens, ne pourra gober leurs inepties.

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Dessin de couverture par DELIGNE pour URTIKAN

Vous avez le droit de nous soutenir en vous abonnant simplement à :

parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an. Votre aide nous est précieuse  !

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

  Nous avons besoin de votre soutien !
Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don
– voir ci dessous –

Même modeste, à partir d’un Euro, votre don ne peut que nous aider.
Merci ! Alexandre Goldfarb

N’hésitez pas à commenter après cet article ! Vous pouvez utiliser un pseudo et votre adresse mail n’apparaitra pas…

3 commentaires

  1. La France, aujourd’hui, est méconnaissable et si d’aventure, Macron est réélu en 2022, ce sera la fin de notre société. Pensez-y !

    J'aime

  2. C ‘est le « soviet suprême » !!!! le Soviet suprême de l’Union soviétique constituait la plus haute institution législative en Union soviétique,. il fut institué par la constitution de 1936 et celle de 1977 ; il était une assemblée bicamérale, élue au suffrage universel direct, mais uniquement pour des candidats proposés par le Parti Communiste n’est ce pas pareil en France avec la mise en place des préfets et autres hauts fonctionnaires et dans les médias pour « leurs spécialistes » parlant d’une même voix !!! de même l’union européenne est une dictature comme le disait Vladimir Boukovsky et tombera comme l’URSS ILS PEUVENT TOUJOURS ESSAYER DE NOUS BROUILLER LES PISTES LE BON SENS PRENDRA LE DESSUS ET ….GARE!!!

    J'aime

  3. le bons sens n’existe plus en France depuis 1974 et l’arrivée des bobos et des socialistes au pouvoir. La droite est incapable d’être dans l’opposition et cela se ressent très fort aujourd’hui.

    J'aime

Répondre à maury Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.