Un monde irréel 2.4


EXCLUSIF : l’inexorable déclin, entre le désengagement des peuples et la dégénérescence morale des élites… Chapitre 2- suite

Un monde irréel

Par Daniel Desurvire

Chapitre 2 quatrième partie

II – La guerre des tranchées se perpétue sur notre territoire

A fortiori s’agissant de l’islam, puisque l’aniconisme de ce culte vomit l’idolâtrie, le Coran demeure une chose représentative d’une expression divine ; un objet de culte et non un être vivant, même déifié. D’où l’évocation d’outrage ou de blasphème par les croyants musulmans ne saurait être recevable, eu égard aux interdits islamiques qui subodorent qu’une reproduction évocatrice de leur culte ou de leur dieu relève du paganisme… donc le Coran aussi ! En clair, la loi susdite pose une contradiction entre les personnes victimes de discrimination et l’objet de la discrimination qui ne saurait souffrir d’une attaque jugée diffamatoire. En outre, puisque le Coran est truffé d’injures et d’appels à la violence contre les non-musulmans, en particulier contre les Juifs, l’objet de ce culte ne saurait échapper à la critique, voire à la censure eu égard à cette disposition législative. Mais aussi vrai que cela puisse l’être, déclasser l’islam de son rang de religion à celui d’une secte dangereuse emmènerait le monde civilisé d’Occident dans une fâcheuse posture face à plus d’un milliard et demi de Musulmans dans le monde.

Sur ce chapitre, rappelons que les Français de souche musulmane, intégrés et actifs, socialement indiscernable dans la population, ne sauraient faire l’objet d’une discrimination haineuse en regard de leurs origines, de leur condition ou des actes barbares de leurs coreligionnaires. Cette suspicion attentatoire ne doit pas davantage conduire à un amalgame entre les islamistes fondamentalistes et les millions de ressortissants étrangers d’origine diverses, productifs de richesses pour le pays qui les a accueillis, leurs ascendants ou eux-mêmes, dans lequel ils doivent se sentir inclus et égaux. Cependant, ces Musulmans lambda seraient mieux avisés, à l’instar de tous les Français, s’ils pouvaient appréhender le danger que constitue le Coran, dont la lecture ne saurait laisser indifférent les croyants dès lors qu’ils en ressortent indemne, mais au risque pour les plus fragiles de verser dans le radicalisme, ou dans l’islamophobie eu égard aux horreurs que contient ce livre sacralisé.

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

En résumé, l’observateur doit savoir distinguer « la personne » de « l’objet », autrement-dit ne jamais confondre un croyant, personne physique et présumée respectable, lorsqu’elle pratique paisiblement sa tradition, d’une religion instrumentée par les arabesques d’une confession chthonienne qui verse manifestement dans un sectarisme apocalyptique (Voir en bibliographie in fine : « Les pages noires du Coran à bannir du XXIe siècle » ; puis « Et la laïcité ? Bordel ! »). Les personnes douées de lucidité et d’honnêteté intellectuelle ne devraient jamais accepter que des relais médiatiques autorisés laissent passer des messages affirmant que l’islam est une religion de paix. À la simple lecture du Coran, pareille assertion est à ranger parmi les fake news que nous injectent les faiseurs d’opinion du Gouvernement ; gardiens d’un politiquement correct dont ils ont façonné le contenu.

À l’aune des invasions migratoires des hordes d’islamistes déferlant depuis les régions moyen-orientales et africaines, l’effondrement du capital historique et culturel de la vieille Europe, depuis l’Atlantique à l’Oural et de la Scandinavie au nord de la Méditerranée, semble irrésistiblement programmé du fait de l’irresponsabilité de quelques illuminés qui font le jeu des passeurs de réfugiés clandestins (ONG, élus politiques, employeurs [travail dissimulé] et particuliers [charitables mais complices]) ; le laxisme des institutions y pourvoyant. Ce que les pays de l’Europe refusèrent à l’Allemagne nazie, l’Union européenne est en voie de le concéder à l’islam radical emmené par des activistes belliqueux et prêts à toutes les audaces et crimes. Pour ces derniers, chaque avantage octroyé est considéré comme une victoire sur l’impur : le dhimmi, l’esclave soumis à un droit de vivre moyennant l’impôt (la zizya). En terre d’islam, faire son chahâda (allégeance à Allah), c’est rejoindre la fratrie musulmane pour ne pas subir les canons discriminatoires de la shari’a, voire survivre. De sorte que c’est le peuple des mécréants qui accueille des Musulmans qui devient l’imposteur sur le territoire ainsi occupé et accaparé par l’islam.

Le radicalisme confessionnel aura ainsi pris le relai de l’idéologie nationale-socialiste raciste du IIIe Reich, en occultant les vertus de l’indépendance, des libertés inaliénables, dont l’égalité des genres et le respect des convictions ontologiques ou existentielles de chacune et de chacun. Tandis que les cinq piliers de l’islam constituent la pierre angulaire des impératifs religieux, le devoir solennel du bon Musulman ne saurait être dissocié de l’obligation de chasser voire d’éliminer les Juifs, les parias, les idolâtres, et les réprouvés. Véritable manuel de guerre et de tortures, le Coran met en scène le rôle consubstantiel du Musulman dévot et conquis par le djihâd, avec la mission purificatrice du combattant, lequel, outre-tombe, sera sexuellement gratifié des faveurs sexuelles de 72 houris, avec lesquelles il pourra forniquer dans l’au-delà coranique. Comment pourrait-on mieux fabriquer des sociopathes frustrés et enragés qu’en lui ouvrant la voie d’un prétendu bien, en l’imprégnant de haine, en l’honorant d’une mission divine, tel le bras armé d’un dieu tout à la fois tutélaire et vengeur ?

Dans les pages de la sourate II, versets 37 à 286 et beaucoup d’autres chapitres, puis dans les hadîths, dont El-Bokhari 56 il se lit : « L’heure du jugement n’arrivera pas tant que vous n’aurez pas combattu les Juifs et à tel point que la pierre, derrière laquelle s’abritera un Juif, dira : Musulman, voilà un Juif derrière moi, tue-le » ! Bien des Palestiniens du Hamas et fondamentalistes du Maghreb, entre autres factions terroristes sunnites et shi’ites, arborent la croix gammée et font l’apologie du nazisme. Cela se constate aux salons du livre à Casablanca et sur la péninsule arabique où « Mein Kampf » y est érigé en best-seller (Voir in fine en bibliographie : « L’histoire vraie sur Israël »).

L’asservissement des résidents endémiques, en totale immersion dans un dogme discriminatoire et hautement pathogène, induit une hiérocratie totalitaire avec pour corolaire l’esclavagisme, la torture, les pratiques infamantes sur les femmes comme la polygynie, la répudiation, l’excision, l’infibulation, la répudiation ; le seul droit pour une femme étant de revendiquer d’être la moitié d’un homme (Voir en bibliographie in fine : « La malédiction de naître femme en Islam »). Ces usages sont des pratiques ignobles en vigueur en Égypte, dans les théocraties islamiques, les pétromonarchies du Golfe entre autres, avec pour seules règles de vie ; celles qui s’inscrivent dans le Coran. Quant aux hadîts transposés en droit positif, ces traditions orales, prétendument supérieures aux standards temporels, y refondent un nouvel ordre de vie rétrograde dans les sociétés occidentales, car placées sous le joug de la shari’a et du fiqh, dès lors que ces populations s’agglutinent sur des zones péri-urbaines.

Derrière cette illustration – ici succinctement explicitée – du produit délétère d’une religion sectaire aux desseins expansionnistes, sous des dehors victimaires ce culte, s’emploie à contraindre ses bienfaiteurs de manière intraitable. Dans le cours de ses incursions migratoires, le dogme mahométan aura explicitement pris le pas sur les institutions politiques et sociales des pays qu’il occupe ; celles-là mêmes qui se réclament de la démocratie, de la laïcité et du droit d’asile. Chaque pan de la démocratie concédé à l’islam est reçu comme un aveu de faiblesse de l’impur, non pour un geste de compassion. Selon la parole prophétique, les kouffar (les non-musulmans) doivent verser un impôt aux Musulmans (la djizîa) ; sorte de bienfait que réserve l’islam à ses sujets. L’instauration d’un grand khalifat planétaire constitue, pour les séides du prophète Muhammad, guerrier et sanguinaire, la seconde étape qui suivra l’envahissement du vieux continent par les réfugiés et leur croissance démographique.

De sorte que chaque privilège accordé, aux ressortissants mahométans, ne saurait faire l’objet de leur reconnaissance, car il se comprend comme un devoir venant des mécréants à leur égard. Les nazis qui pillaient les biens des populations juives, devaient être remerciés pour ne pas de surcroît violenter, déporter ou assassiner les malheureux ainsi dépouillés et condamnés à l’exode. Voilà ce qui aurait pu être le sort de l’État d’Israël s’il ne s’était pas vaillamment défendu, alors même que dans les manuels scolaires de Palestine, d’Iran et de beaucoup d’autres régions islamiques, la Nation cartographiée héritière des Hébreux, souveraine depuis son indépendance le 14 mai 1948 n’y figurent toujours pas. Au grand dam de la social-démocratie, huit millions d’israéliens ont le grand tort de se défendre avec succès contre trois cent millions de Musulmans qui cernent ce petit pays en cherchant par tous les moyens à le vaporiser !

En imprimant une Palestine arabe sur toute cette zone géographique qui inclut Israël comme terre d’islam, comprenons également pourquoi cette logique musulmane s’étend aussi à la Couronne d’Espagne revendiquée par les intégristes arabes du Maroc à l’Égypte (côte méditerranéenne du Maghreb sous domination ottomane du XVIe au XVIIe siècles), nostalgiques de l’al Andalus des VIIIe au XVe siècles. La quasi-totalité des pays musulmans, y compris l’actuelle Turquie, rejette l’histoire de la Reconquista. Ce pourquoi le Coran est à l’humanité du XXIe siècle, ce que le nazisme fut à l’Europe durant la dernière Grande Guerre. L’islam hégémoniste, antisémite et ethnocide dans les grandes largeurs, entre autres altérations mentales et cruautés machiavéliques, n’a rien à envier à l’auteur de Mein Kampf.

Et si l’Europe, dans une réalité alternative, s’était fabriquée autrement ? Ce que les Euro-convaincus persistent à associer l’Union à une réussite économique, géopolitique et sociale, la construction subcontinentale de l’Europe n’est en réalité qu’un échec permanent, là où seuls les technocrates et les politiciens y gagnent en salaires disproportionnés et en produits de corruption. Depuis 1951, la gabegie des institutions européennes n’est plus à démontrer, face à l’absence d’entente entre les partenaires nationaux et à défaut d’une constitution fédérale que la règle de l’unanimité rend impossible. Déjà, ce monument instable s’effrite avec le Brexit. L’euro, pourtant promise pour concurrencer le dollar US, perd la confiance des investisseurs, quoique demeurant une monnaie d’échange, principalement sur les territoires de la Communauté. De sorte que la plupart des paiements commerciaux et convertibilités boursières étalonnées dans le monde s’effectuent encore avec quasiment la seule devise américaine.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


➜ Retrouvez le sommaire en cliquant ICI

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Livre KINDLE « Un monde irréel » + BONUS « L’usine à gaz du 55 faubourg Saint-Honoré » en format KINDLE sur AMAZON à voir ICI

Achetez le livre Et la laïcité ? Bordel !!! en exclusivité sur AMAZON : en cliquant ICI (Disponible aussi en version numérique)


« La religion des quanta et des quasars »
Le nouveau livre de Daniel Desurvire en vente en exclusivité sur AMAZON
Format livre c’est ICI format KINDLE c’est
synopsis : dans une réalité alternative, ce voyage entre la Terre et Sagittarius A, le trou noir de la Voie lactée, met en exergue les conséquences de nos mentalités projetées dans le sombre devenir de la planète. On y découvre l’inexorable destin d’une civilisation insouciante quant aux pollutions anthropiques qui annihilent la planète, ou les dogmes réducteurs que la social-démocratie hésite à repenser sous le sceau de ses labels complaisants…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour vous abonner à notre chaîne YOUTUBE : cliquer ICI 

Si vous ne voulez pas vivre dans une France libanisée en ruines, alors c’est le moment de s’engager et de rejoindre, le seul mouvement d’opposition !

Vous voulez nous soutenir ? Alors abonnez-vous maintenant !

parution chaque samedi – 12 € par an 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Sinon vous avez le droit de nous aider en faisant un simple don du montant de votre choix.

Pour faire le don de votre choix :
Cliquer ICI

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.