Un monde irréel 6.4

EXCLUSIF : l’inexorable déclin, entre le désengagement des peuples et la dégénérescence morale des élites… Chapitre 6.4

Un monde irréel

Par Daniel Desurvire

Chapitre 6.4

VI – La démocratie, l’authentique, n’aurait jamais existé. Toutes les politiques qui s’en réclament ne sont que de pâles succédanées

Comment des partis politiques, d’idéologies diamétralement opposées, peuvent-ils tout à coup se retrouver d’accord pour chasser un ou plusieurs candidats n’ayant pas partie liée avec une machination électorale multipartite (PS, LR, EÉLV et Modem), qui réunis des frères ennemis tous socio-démocrates, lesquels se sont acoquinés en coulisse pour donner l’illusion de la pluralité dans le choix des bulletins de vote ? Ce qui est devenu un rituel en France, plutôt que d’abandonner à la démocratie un droit équitable à la proportionnelle aux législatives et aux régionales, aura donné naissance d’une part à un clone, ainsi Emmanuel Macron, l’avatar des perdants chassés du second tour, puis des Gilets jaunes qui entrent dans une nouvelle ère révolutionnaire, lesquels ont compris beaucoup de choses, mais n’aboutissent qu’à se faire haïr par le peuple tranquille ; les anesthésiés du petit écran sur confort canapé.
La souveraineté populaire, exprimée en termes de démocratie participative, ne sera jamais qu’un mythe qui se retranche derrière une stratégie discursive de légitimation, qui dédouane les accents collectivistes derrière les symboles d’une Révolution qui n’appartient plus qu’à une histoire jamais aboutie. En effet, pour le girondin Jacques Pierre Brissot de Warville, « La plupart des désordres qu’ont connus les cités démocratiques antiques peuvent être attribués à leur manière de délibérer ».

Autant dire que laisser parler le peuple est inaudible puisqu’il ne peut s’exprimer d’une seule voix derrière le brouhaha désordonné et véhément des foules où tout le monde parle simultanément sans écouter. Sous la monarchie, il fallait une noblesse et des prévôts pour codifier et réglementer, puis le clergé pour définir l’ordre moral. Ce pourquoi sous la république, il fut institué le mode électoral pour désigner celui qui parlera à la place du peuple (décret du 11 août 1792 suspendu par le Directoire et rétabli lors de la Révolution de 1848). Or, depuis la fin du XIXe siècle, il apparaît évident que les standards démocratiques sont bafoués, les règles d’équité laminées et les citoyens écrasés sous la densité d’une population étrangère nécessiteuse et belliqueuse, puisqu’elle ignore les codes sociaux et importe avec eux la violence qui fut leur seul mode de vie.
Comme l’Empire romain qui croula sous le nombre de ses esclaves, les communautés de l’UE, dont principalement la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la Suède, sont emmenées dans un déclin irréversible sous la charge conquérante des réfugiés musulmans. Les partis patriotes qui regroupent une majorité de Français, taxés de populistes ou de fascistes, n’ont de cesse que de prévenir les gouvernances de ce danger grondant. Que nenni, les oligarques aux commandes demeurent imperturbables, nonobstant les dangers du terrorisme et des émeutes qui montent en nombre et en violence. Pour les grands élus, un peuple qui s’exprime couve l’anarchie, il ne faut donc pas le laisser prendre de l’audace ; ainsi en fut-il des gilets jaunes en France !
James Madison (quatrième président des États-Unis d’Amérique), exprima cette crainte de laisser parler le peuple pour lui-même : « Si chaque citoyen avait été un Socrate, chaque assemblée athénienne aurait été malgré tout une cohue […]. L’idée que le peuple est le meilleur gardien de sa liberté n’est pas vraie. Il est le pire envisageable, il n’est pas un gardien du tout. Il ne peut agir, ni juger, ni penser, ni vouloir ». Ainsi naquit l’antidémocratisme de la bouche d’un démocrate ; l’un des principaux auteurs de la Constitution américaine qui se distingua pour avoir soutenu la séparation des pouvoirs. Ce pourquoi, puisque la démocratie, selon l’analyse académique, est l’art de défendre le bien commun, il semble convenu d’abandonner aux représentants supposés méritants et vertueux – puisque choisis par le peuple – la mission de conduire le destin de la Nation selon les normes instituées, et non pas le peuple à se conduire lui-même.
À l’incapacité présumée du peuple d’en bas à se gouverner seul – la démocratie participative ne demeurant qu’une utopie de rhétorique, – d’autres ajoutèrent, tel Montesquieu, « Qu’une démocratie n’était possible qu’à l’échelle d’une cité antique ». Ce qui sous-entend que les États aussi vastes et/ou peuplés que les États-Unis d’Amérique, la Couronne britannique, la sainte Russie, l’Empire germanique ou la France révolutionnaire, furent beaucoup trop denses pour permettre l’instauration d’une démocratie directe.

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


➜ Retrouvez le sommaire en cliquant ICI

Quelques livres de Daniel Desurvire à voir sur AMAZON.FR




Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

SUIVRE gratuitement Observatoire du MENSONGE

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Reprenez votre liberté de penser : ne regardez plus les médias !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous vous remercions de nous soutenir par un petit geste financier.

OU sinon


Nouvelle formule d’abonnement à 1,50 € par mois

Vous aimez nos articles ? Vous aussi vous voulez vous opposer ?

Soutenez notre travail en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour recevoir chaque samedi par mail le récapitulatif de nos articles.

Tarif 1,50 € par mois – minimum un an

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le livre sur  » L’absurde traitement du Covid-19 » Pourquoi une campagne anxiogène est menée par l’Exécutif, où le virus est devenu l’arme des industriels pharmaceutiques pour effrayer le peuple ? Pourquoi un vaccin ARNm, qui pourrait altérer le génome humain, fut-il imposé sans recul ni randomisation, en foulant les règles de la pharmacovigilance ? Pourquoi les Ehpad sont-ils devenus des laboratoires de cobayes, où il s’y pratique la sédation par le Rivotril® pour libérer des places dans les CHU, là où l’État y a confisqué des milliers de lits en soins intensifs ? Par Daniel Desurvire en exclusivité sur amazon.fr

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

2 commentaires

  1. Cet article est très intéressant et cette phrase est tellement réaliste : « Comme l’Empire romain qui croula sous le nombre de ses esclaves, les communautés de l’UE, dont principalement la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la Suède, sont emmenées dans un déclin irréversible sous la charge conquérante des réfugiés musulmans. » C’est une simple guerre de religion et tant que nos gouvernements occidentaux ne la reconnaîtront pas comme telle, il n’y aura aucun salut possible.

Laisser un commentaire