Quand Valérie Pécresse et Xavier Bertrand trahissent leur tropisme macronien en prônant le confinement des non-vaccinés

A l’issue du deuxième débat entre les candidats à l’investiture LR pour l’élection présidentielle, on voit se dessiner des profils plus accentués.

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :


Autre moyen de paiement proposé :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

Quand Valérie Pécresse et Xavier Bertrand trahissent leur tropisme macronien en prônant le confinement des non-vaccinés

Par Edouard Husson

A l’issue du deuxième débat entre les candidats à l’investiture LR pour l’élection présidentielle, on voit se dessiner des profils plus accentués. Tandis qu’Eric Ciotti s’installe sans complexe à droite, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse – les mêmes qui quittaient le parti naguère parce qu’ils en trouvaient la ligne trop à droite – ont trahi leur tropisme macronien en se prononçant pour un éventuel confinement des « non vaccinés ». Outre le peu de crédibilité de leur zèle de néo-convertis sur le contrôle de l’immigration, on leur préfèrera sans aucun doute l’esprit de sérieux qui est aussi bien le fait de Philippe Juvin que de Michel Barnier

Voilà que vient de se finir le deuxième débat entre candidats à l’investiture par le Congrès des Républicains pour l’élection présidentielle. Les personnalités commencent à se dessiner plus précisément. 

Philippe Juvin: celui qui nous fera oublier Olivier Véran?

Tout d’abord, il y a celui dont les commentateurs ne parlent pas, Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes et chef du service des urgences de l’Hôpital Georges Pompidou. Il confirme, à chaque prestation, le bon niveau des élus locaux LR. Il a la solidité d’un futur Ministre de la Santé. Effectivement, on se prend à rêver qu’il remplace rapidement Olivier Véran. 

Eric Ciotti: l’homme clé du Congrès LR?

Ensuite, il y a Eric Ciotti, celui, très clairement, qui s’était imposé durant le premier débat. L’homme parle au coeur de bien des adhérents parce qu’il n’a pas peur de s’afficher de droite. IL ne s’est pas laissé intimider, ce soir, par les journalistes qui voulaient qu’il se démarque d’Eric Zemmour  critiquant la naïveté coupable de François Hollande laissant entrer des réfugiés, à l’automne 2015, alors qu’on l’avait prévenu qu’il pouvait y avoir des djihadistes parmi eux. Ciotti a tenu bon, aussi, quand les intervieweurs ont voulu lui faire dire qu’il avait tort sur l’afflux de deux millions d’immigrés (y compris les clandestins) pendant le quinquennat Macron. Ce n’est pas seulement que la France tient son futur Ministre de l’Intérieur en cas de victoire du candidat LR. Eric Ciotti va certainement peser lourd dans le choix du candidat s’il réussit, comme c’est probable, un bon score au premier tour.  

Xavier Bertrand: et Valérie Pécresse prêts à reconfiner les non-vaccinés

On sent Xavier Bertrand mal à l’aise: il ne cesse de répéter que la droite à laquelle il appartient est “républicaine”. Comme si Eric Zemmour et Marine Le Pen n’adhéraient pas aux institutions démocratiques. Quant à Valérie Pécresse, elle a, sur l’immigration, le zèle des nouveaux convertis: elle se laisse facilement emporter par ses propres slogans comme “l’immigration zéro”.  Il faut surtout se rappeler que Xavier Bertrand ont quitté Les Républicains parce qu’ils jugeaient la ligne Wauquiez trop à droite. On serait assez amusé de les voir surjouer sur l’immigration – si le sujet n’était pas si grave. 

Michel Barnier : le sérieux paiera-t-il?

Avant l’émission, la tonalité des commentateurs sur BFMTV était de dire que Michel Barnier jouait gros. De fait, l’ancien négociateur du Brexit était ressorti du premier débat mécontent de sa prestation. Après le débat, les mêmes commentateurs avaient décidé que Michel Barnier n’avait pas réussi à s’imposer. 

On comprend bien l’auto-persuasion d’un Bruno Jeudy, par exemple, qui a regardé le débat, sur place à BFMTV en compagnie de Patrick Stéfanini, directeur de campagne de Valérie Pécresse et de Jean-Marc Zakhia, communicant de la candidate; et qui donc, proclame Valérie Pécresse vainqueur. “Etonnant, non?”, comme dit un autre journaliste bien connu à al fin de  ses tweets. Mais de quoi parle-t-on? 

Il est intéressant de voir que ce sont les mêmes journalistes qui poussent des cris à chaque formule vigoureuse d’Eric Zemmour et qui se laissent prendre à la démagogie lorsque l’un des débatteurs de la soirée dit qu’il organisera un référendum en juin 2022 pour essayer de prouver que Michel Barnier n’est pas assez ferme sur l’immigration. C’est de la démagogie pure et simple, bien peu à la hauteur de la crise que traverse le pays. 

Il reste que Michel Barnier, qui a beaucoup d’atouts pour l’emporter le 4 décembre et qui est descendu sans rechigner dans l’arène ce soir, court un risque: être desservi par ce que Michel Richard appelle, avec une belle lucidité, la “maladie médiatique” des journalistes: “Les médias, souvent, snobent et desservent ce qu’ils disent apprécier, le sérieux, et chérissent ce qu’ils disent mépriser, le spectacle. Voilà de quoi, sans le savoir, Michel Barnier est le symbole et la victime.” 

L’enjeu est de taille en effet. On peut – et sans doute à bon droit – penser que l’immigration est un sujet trop explosif pour être laissé à un Eric Zemmour et trop complexe à traiter au niveau européen pour être laissé à une Marine Le Pen. Mais alors pourquoi ne pas mettre en valeur tout ce qui contribue, dans le débat politique du 14 novembre au soir, à construire une méthode réaliste de contrôle de l’immigration – contre tous les slogans faciles? 

Edouard Husson

Professeur des universités, De septembre 2015 à mai 2018, il est vice-président de l’université de recherche Paris-Sciences-et-Lettres (PSL

Edouard Husson a participé en septembre 2019 à la « Convention de la droite » de Marion Maréchal Le Pen aux côtés de d’ Eric Zemmour

En 2020, il considère que la gestion de l’épidémie de COVID est la preuve d’un « tournant politique autoritaire ».

Copyright Le Courrier des Stratèges dirigé par Eric Verhaeghe

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦 🔦

*** NDLR : La grande réinitialisation, en anglais The Great Reset, parfois nommée en français Grand Reset, est le nom d’une proposition du Forum économique mondial de Davos.

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

Chère Lectrice, Cher Lecteur,

Vous pouvez participer au juste combat pour la France contre la dictature que nous menons sans relâche.
Nous vous remercions pour votre apport du montant qu’il vous plaira.

6 commentaires

  1. Outre le fait que Bertrand et Pécresse ont trahi leur Parti et y retournent pour profiter d’1 soutien, surtout financier et structurel, leur position concernant le confinement des non-vaccinés, en dépit de la stupidité, ne me semble qu’être 1 appel à Macron via un maroquin -de PM de préférence-dont ils rêvent l’un et l’autre. Pour moi ce ne sont que deux fauxculs opportunistes. À dégager.

    1. Ce sont deux politicards qui n’en ont rien à faire de la France et qui sont prêts à rejoindre Macron.

  2. Ils sont malades tous les 2. Il faut bien qu il reste des non vaccinés dans le cas où l expérience vaccinale tournerait mal. PRINCIPE DE PRECAUTION.

    1. Ils veulent faire pire que les autres : sauf que Pécresse risque bien d’être choisie car elle représente le plus grand nombre d’adhérents et ainsi coulera LR. Nadine, vous avez raison de signaler qu’il faut qu’il reste des non vaccinés si la vaccination n’est pas efficace, ce qui semblerait être le cas désormais.

  3. Pécresse comme Bertrand avaient quitté LR en crachant dessus : question comment des adhérents d’un parti pourraient les choisir comme leur candidat ? Ce serait grave et et désastreux. Alors comme le veut Larcher, ils vont choisir un cacique décati en la personne de l’européiste Barnier, qui est vraiment un mauvais candidat. Pauvres LR.

Laisser votre commentaire