Le mondialisme prôné par Macron est en marche contre les démocraties.

Nous vivons désormais dans un monde dangereux, inhumain sous prétexte d’être plus humain, et dirigé par des profanes.

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)


Sans votre soutien, point de salut ! Contribuez maintenant*** ICI

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).

     Le mondialisme prôné par Macron est en marche contre les démocraties.

Par LE REDOUTABLE

Chapitre 1 (En trois chapitres)

J’ai décidé de rédiger cette chronique  afin de poser quelques uns de mes éléments de réflexion recueillis durant  plusieurs dizaines longues années de ma petite expérience, ajoutant celles qui m’ont  été confiées par mes défunts parents, savoir: mon grand père et père qui servirent chacun, en leur temps, toujours passionnément la France, entre….. 1914 /1945 pour le premier et 1941/ 1954 auprès de nombreuses personnalités de notre monde, ceci, durant la grande  guerre, puis la seconde guerre mondiale, et après, afin de vous  révéler ce qu’ils nommaient, humblement, être leurs vérités, lesquelles étaient bien différentes de celles de  tous nos gouvernants imprégnés par leur propagande, afin de conserver, « quoiqu’il en coûte » « le pouvoir », avec tous leurs privilèges personnels qui y sont très attachés, trop souvent contraires à l’intérêt général de la France, niant l’abolition des privilèges » déclarée dans notre première Constitution . 

           Considérant être arrivé au carrefour de tous les dangers pour nos démocraties, je souhaite que mon article vous apporte la connaissance d’une autre vérité qui serait susceptible de faire comprendre à tous, dans quel monde dangereux « de dingue » nous vivons, à cause de l’incompétence notoire de nos mauvais gestionnaires, et surtout, leur  malhonnêteté récurrente, qui a fait mourir la France et l’Europe depuis que les « désinformations » écrites ou parlées nous sont martelées  24 heures sur 24 par des médias, afin d’épouser la « pensée unique » que vous enregistrez, peut-être, par faute d’autres vérités qui vous sont dissimulées, vérités cachées autres que celles dont vous a abreuvées un président, déconnecté des réalités que la majorité du peuple de France supporte, de plus en plus mal.

           Pour beaucoup d’entre Vous, vous n’en croirez peut-être pas vos oreilles, et pourtant tout a été vécu personnellement, intensément, souvent violemment, au cours d’événements tragiques survenus au cours de notre Histoire de France. 

           Par exemple, vous avez tous vu, le 11 février 2022 à Paris,  des   blindés  se positionner face à la  « Marche du Convoi de la Liberté », malgré l’interdiction, nombreux ont été les manifestants à s’arrêter dans la capitale à Paris avant de se rendre à Bruxelles. 

           Or, selon des témoins parisiens qui ont assisté à la marche dudit convoi de la Liberté, lorsqu’ils ont tenté de s’entretenir avec les forces de l’ordre, ils ont été surpris que les soldats de l’ordre ne parlaient pas la  langue française! Et, sur les blindés « anti-émeutes » qui faisaient  face aux 450 véhicules interceptés à Paris, était apposé le symbole de l’Union européenne (photographie jointe). 283 personnes ont été verbalisées par 7.200 policiers et gendarmes qui ont été déployés pour faire respecter les interdictions de convois de véhicules.

            En conséquence, trois questions se posent :

            La première : lesdits blindés venaient-ils vraiment de l’Union européenne ? 

            La deuxième : si oui qui les a commandés? 

            Et la dernière question : serait-ce un des volets du « Mondialisme en marche implacable  » si cher à Macron ? 

            Si tel est le cas, le peuple de France devrait s’inquiéter sur les effets néfastes de l’esprit d’un mondialisme qui supprime des libertés fondamentales, dans une Europe  en cours de désintégration. 
En effet, depuis  si longtemps que nos gouvernants veulent continuer à nous manipuler et nous tromper, en nous  imposant leur pensée unique, avec le soutien des médias, afin, de ne pas tomber dans le piège de la désinformation, nous nous devons de réfléchir, clés en main, face aux faits réels, afin de comprendre ce qui se passe réellement sous nos yeux, en France, en Europe et dans un monde en crise permanente.

            Pour parvenir à cette vérité cachée, depuis plusieurs dizaines d’années, il me paraît  temps de faire connaître, à celles et ceux qui ne le saurait pas, les origines de cette idéologie mondialiste dont les piliers fondamentaux sont nés, concrètement, dès la fin de la première guerre mondiale lorsque le Traité de Versailles fut signé en 1919,  et dont la France paya l’addition en 1940. 

            La crise de 1929, puis les événements tragiques qui ont suivis en Amérique, Allemagne,  Autriche, etc., durant les années Vingt et Trente ont stoppé net cette idéologie mondialiste qui n’était pas nouvelle, nous le démontrerons ci-après.

            Dès la Libération, en 1944-45,  Charles de Gaulle nous mit en garde contre les dangers d’une mondialisation sous l’égide de l’impérialisme atlantique, pour avoir vécu pendant les deux guerres mondiales, auprès d’anglo-américains, De Gaulle savait bien ce qu’il en adviendrait pour la  France, et fort de sa grande expérience, il défendit toujours, à la tête de son gouvernement provisoire, l’indépendance de la France .

             Et, pour contrer ledit courant atlantiste, il déclara « La France n’est réellement elle-même qu’au premier rang ». 
En ces termes, il eut le courage de s’opposer à nos amis américains, pour que la France resta souveraine afin de sauvegarder l’âme du peuple de France en rassemblant une majorité des Français, de tous horizons, sous notre  devise républicaine : « Liberté Égalité Fraternité », selon les principes de 1789.  

            Mais, en 1946, de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française, démissionna, déplorant que ses ministres étaient trop liés à leurs Partis politiques devenus pro- atlantistes, influencés par la méthode Monnet et Schuman, ses ministres voulurent amorcer une révolution politique en faveur d’un partenariat transatlantique afin de construire : L’Union européenne, sous la houlette de Jean Monnet et de Robert Schuman surnommé le père de l’ Europe.

         Faut-il rappeler que Jean Monnet, étant viscéralement antigaulliste et le plus farouche adversaire de l’indépendance nationale, n’eût de cesse de prôner l’extinction des nations, et il s’opposa avec acharnement à l’Homme du 18 Juin 1940 pour qui la souveraineté des États était une condition absolue et non négociable de toute démocratie.  

          Charles De Gaulle  et Jean Monnet, de par leur naissance et leur vécu personnel,  ne pouvaient avoir, l’un et l’autre, que deux « conceptions  » différentes sur le monde.

          En revanche, Charles de Gaulle, né près d’une frontière meurtrie par les invasions et traumatisé par la perte de l’Alsace et la Lorraine voisines, considérait que le devoir de la France n’était point de renier ses racines, affirmant que la politique « Monnet-Schuman » n’apporterait que régression, échecs, humiliations, fiascos dans tous les chapitres, et que la France y perdrait son indépendance, c’est ainsi que de Gaulle, attaqué par les Partis politiques, démissionna un dimanche matin de l’An 1946, de sa fonction présidentielle du Gouvernement provisoire de la République française.   

          Par ailleurs, Jean Monnet né à Cognac, fils d’un exportateur d’alcool dans une région où durant la guerre de Cent Ans, la Charente a servi un temps de frontière entre le domaine du roi d’Angleterre et celui du Roi de France. Le territoire  ravagé plusieurs fois  n’a jamais connu d’unité politique, ni religieuse, ni judiciaire, tout naturellement, Jean Monnet n’a su voir, en France qu’un étranger, un client ou un associé. Ses seules préoccupations étant l’état des  affaires.
Homme, certes, professionnellement ouvert  sur le monde, mais avec une vision policée du monde.
Lors de l’un de ses voyages effectué en 1908, il est remarqué par un célèbre banquier, et il entre à la Banque Lazare de New-York, traitant d’égal à égal avec les plus grands noms de la finance anglo-saxonne, à Londres, Shanghaï, Tokyo, etc.

           Et, lorsque  le pur « nationaliste » Charles de Gaulle démissionna, en novembre 1946, bien que celui-ci soit devenu le héros des peuples opprimés qui voyaient dans la France un moyen de retrouver leur dignité, Jean Monnet l’Européen (Longtemps rémunéré par Wall Street), devait rebondir en France, forcément. Jean Monnet, ne pensant qu’à défendre les intérêts d’une Europe puissamment soutenue par une Amérique qui comptait, depuis 1919, de très nombreux antigaullistes, en l’occurrence, le président Roosevelt, très lié à Jean Monnet, tel fut l’étrange paradoxe, à défaut d’avoir trouvé un semblable continuateur de la pensée gaullienne, en France, les objectifs considérés comme nobles de  » Monnet -Schuman » ont pu favorablement cheminer, et sont effectivement toujours d’actualité.  Ils étaient d’éviter un nouveau conflit en Europe, selon le principe que des pays qui coopèrent économiquement ne se font pas la guerre, d’où la nécessité de s’unir, selon les Américains pour garantir la sécurité européenne. 

          Mais, aujourd’hui, qu’en est-il réellement ? 
Parce que, selon ce que nous  vivons aujourd’hui, sera-ce que nous connaîtrons demain : eu égard au mondialisme implacable dont nous goûtons aujourd’hui l’amertume : le pire va-t-il arriver en France et en Europe ? 

          Comme l’a expliqué le Grand rabbin kabbaliste et philosophe italien Elie Benamozegh, dans son livre intitulé « Israël et l’Humanité » :

Il est établi que le non-respect et l’affaiblissement de nos démocraties qui ont oublié, voire trahi  nos fondamentaux mosaïstes pour l’ensemble de l’Humanité, qui sont, selon les « Écritures » tous les peuples sur notre Terre sont aussi des enfants de Dieu. Par conséquent,  il est impératif pour le genre humain de toujours s’efforcer à réunir toutes les nations du monde. En s’y opposant, nous devons nous attendre, inéluctablement, à de graves  punitions.            Par exemple, Macron, en oubliant volontairement, ou non, de se référer à cette idée maîtresse d’une foi claire, simple, rationnelle énoncée dans les principes bibliques , si nous nous référons à la signature du Traité d’Aix-la -Chapelle, le 22  janvier  2019, par Emmanuel Macron et Angela Merkel, ledit Traité impose à la France désindustrialisée une soumission d’ordre politique, et la France  devra se plier aux normes de l’Allemagne qui possède toutes les  structures promouvant la puissance du « made in Germany ».  L’objectif proclamé, haut et fort, consiste à détruire, non seulement les frontières des États comme le stipule une charte, afin que les frontières étatiques deviennent  simplement administratives (Ce qui signifie la fin de la souveraineté d’un État quel qu’il soit).
Procédé permettant de créer progressivement des « eurorégions » (simples départements de l’Union Européenne), de part et d’autre  de la frontière défunte, comme il est prévu  entre l’Alsace et le Pays de Bade, afin de favoriser la création d’un Parlement franco-allemand, comme il a été décidé dans un projet d’accord signé le 6 novembre 2018 entre l’Assemblée nationale et le Bundestag, lequel projet ne fait que renforcer ledit Traité d’Aix-la -Chapelle, signé par Macron, ne nous privons point de le répéter, haut et fort, lequel Macron en soumettant la France à un autre état, a détruit, durant son quinquennat catastrophique, toujours plus la France.

A bon entendeur…

À suivre

LE REDOUTABLE

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
LE REDOUTABLE pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Article du moment :


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE

Sans votre soutien, point de salut ! Contribuez maintenant*** ICI

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoile.

7 commentaires

  1. Belle leçon d’histoire. La politique devrait toujours prendre appui sur la mémoire des nations afin d’éviter les dérapages. Mais à cet endroit de notre vécu, le lien avec nos annales étant rompu, plus rien ne semble pouvoir arrêter cette chute dans l’abandon des valeurs humaines, des standards juridiques et des fondamentaux qui président à l’indépendance des pays. Sans souveraineté, point de patriotisme, car pour l’engeance actuelle de l’Élysée, aimer son pays relève du populisme, un nationalisme sans pulsion xénophobe nonobstant honni, car méconnu sauf dans la mémoire de nos anciens. Merci pour votre précieuse analyse. Daniel Desurvire

  2. L’Amérique soutien l’Ukraine alors Macron soutient l’Ukraine, ce pays de néo-nazis.

  3. Macron est juste un beau parleur mais la réalité est qu’il est un très mauvais président : les Allemands viennent d’acheter chez les Américains des avions alors qu’ils étaient logiquement nos partenaires. Personne n’en parle et pourtant la perte est énorme pour la France. Alors au moment de voter, il faudra penser à tout cela sans oublier les augmentations des produits énergétiques qui sont liés aux taxes qu’ils ont.

  4. Merci pour cet excellent article qui démontre le quinquennat raté de Macron. Partagé !

  5. Le mondialisme gagne parce qu’en face il n’y a pas d’intellectuels pour le combattre. Les socialistes et autres communistes peuvent dire ce qu’ils veulent sans craindre d’être repris. Zemmour vient de l’apprendre à ses dépens en prenant position contre les réfugiés ukrainiens : toute la gauche et la droite se sont liguées cintre lyui et il est descendu très bas dans les sondages depuis hier !

Laisser votre commentaire