L’ultime traquenard de Macron avant les élections

SCOOP de dernière minute ! Pour masquer son incurie, ce chef d’État se targua très tardivement de signer la fin de la pandémie (Décret n° 2022-352 du 12 mars 2022) qui fut son mobile pour déconstruire la France…

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).


L’ultime traquenard de Macron avant les élections

Par Daniel Desurvire

Pour masquer son incurie, ce chef d’État se targua très tardivement de signer la fin de la pandémie (Décret n° 2022-352 du 12 mars 2022) qui fut son mobile pour déconstruire la France, mais seulement en suspendant le QR code TAC dans certaines conditions, afin de pouvoir le rétablir s’il venait à être réélu. Or, le virus, imperturbablement, aura fait son chemin, ignorant les gesticulations des benêts de l’Élysée à Matignon, comme en se moquant des horaires et de la géographie des couvre-feu, des confinements, des quarantaines, des distanciations et des masques, autant de gesticulations pour laisser croire au public que le politique en sait plus et sait mieux faire que les scientifiques médusés.

Puis, pour se dédouaner et masquer son immaturité, ce chef d’État s’est entouré des vieilles barbes d’un Conseil scientifique, la plupart d’entre eux en inactivité depuis des lustres, dont aucun nobélisé et membre d’un cercle de vrais chercheurs et d’ingénieurs, mais tous en génuflexion devant le pensionnaire de l’Élysée. Gageons que lorsqu’un dirigeant politique a goûté à l’addiction des prérogatives d’un dictateur, cette drogue autolâtre et enivrante persistera à intoxiquer son mental, tel un halluciné ou un Narcisse gagné par l’accoutumance d’un pouvoir sans partage. De surcroît, pour rehausser sa superbe, Emmanuel Macron tout à la fois arrogant, inapte mais cynique, aura choisi durant son mandat de plastronner au cœur d’une cour mentalement déficiente mais obséquieuse, ce qui l’autorisa durant cinq an à régner en seigneur incontesté.

À propos du QR Code TAC, non désactivé par le décret susvisé, ce mouchard se voit déjà, dans un avenir proche si Emmanuel Macron devait être réélu, rattrapé par le crédit social chinois. De nombreuses applications invisibles vont s’y greffer, via France connect et autres parasites-espions implantés par les barbouzes de l’Intérieur, de Bercy, de la Santé ou de la Communication (l’Arcom), pour corrompre les droits individuels, comme de voyager, d’inhiber la volition d’où le libre-arbitre, de violer le journal intime des gens, de contrôler les finances des contribuables sans en passer par une commission rogatoire (verrou de Bercy), et d’accéder à des services pour avoir le droit d’exister civilement (Voir l’Observatoire du Mensonge du 23 février 2022, « Le passe vaccinal bientôt intégré au passeport numérique européen. Numérisé, tracé et bientôt pucé » !

Enfin, la guerre en Ukraine participe, tel un écran de fumée, à occulter l’actualité du désastre de l’État-Macron, pour ne pas avoir à répondre des fautes de gestion, des mensonges derrière chacune des annonces, et des manquements graves comme les viols contre les Droits de l’homme et le mépris du droit positif national, puis encore des crimes (Rivotril® dans les Ehpad, retour en 1939 à la discrimination d’État…). Pour étouffer les adversaires concurrents à l’Élysée, la guerre en Ukraine aura même décidé ce chef d’État à stopper les campagnes Tv ; des affrontements qu’il esquive au risque de devoir répondre de ses fautes ; mais un repliement qui trahit son nombrilisme. De sorte que ce croque-mitaine maléfique prétexte un nouveau régime d’exception, après l’état d’urgence sanitaire, pour phagocyter les Français autour d’une nouvelle guerre, qui n’est pourtant pas celle de la France. De sorte qu’après sa guéguerre pathétique annoncée en mars 2020 contre la Covid, qu’il a de jure et facto perdue puisque ledit virus aura servi à anéantir le pays, l’État-Macron organise sa présidence à vie !

Trop de confiance confine au relâchement de la vigilance. L’État-Macron a fort bien compris qu’il fallait endormir puis infantiliser le peuple, flatter les uns en culpabilisant les autres, se servir des premiers pour incriminer ces derniers. Pour parvenir à ses fins, ce Machiavel aura muselé les médias en leur confisquant le plus important des informations, via l’AFP (monopole d’État) et l’Insee (le chien de garde de Bercy). Pour garnir les pixels et les LEDs, l’Arcom (le pirate institutionnel de la communication qui concourt avec France connect) y substitue l’accessoire et le ludique comme le foot, les shows ou le people. Puis en évoquant le plus souvent possible la Covid et l’Ukraine dans la presse, les plateaux et les forums diligentés par l’Élysée, l’anecdote suborne l’essentiel, ainsi la faillite de l’État depuis chaque recoin des ministères. En jouant de pression et de chantage, ce Président aura réussi à inverser les valeurs éthiques et les standards juridiques, provoquant la flétrissure et l’injustice. Qu’importe, l’illusion fonctionne !

De fait à ce jour, c’est le conflit en Ukraine qui a pris le relai de cet enfumage, mais un problème dont il a su tirer parti en se faisant passer pour un pacifiste, alors qu’Emmanuel Macron avait déjà jeté de l’huile sur le feu dans cette partie du monde en soutenant les partisans pro-européens contre les pro-russes, dans une guerre civile qui dure depuis déjà huit ans. Cette façon de dissocier les citoyens avait déjà été légiférée en France entre vaccinés et non-vaccinés en usant de la discrimination d’un passe sanitaire. En échange, ne pas distribuer de nouvelles économiques et sociales au profit d’un matraquage d’informations sur la politique extérieure procède à l’évanouissement des échecs de la gestion de l’État. À l’instar des journaux télévisés de la RDC, il est diffusé en boucle que « tout va bien », que les camarades dang (le parti), zheng (l’administration) et jun (l’armée) « sont des bienfaiteurs ou des héros », et que les dissidents n’existent pas, puisque l’État en prend bien soins dans les centre de rééducation !

Certes, le Président français prend le chemin de ce collectivisme et s’en inspire sans doute puisqu’il sort d’une législature socialiste. Mais cette illusion aux accents thérapeutiques cesse d’abuser le monde lorsque les citoyens manifestent leur colère dans la rue et les réseaux sociaux, même si l’État-Macron ne cesse d’interdire les rassemblements et manifestations, puis de censurer Facebook, Instagram, Messager et les autres réseaux sociaux dès lors qu’un seul mot disconvient à l’élite politique. Or l’essentiel évoqué plus haut, sont les centaines de milliers d’entreprises qui disparurent après le désastre de cette politique sanitaire ; les 560 milliards d’euros de dettes publiques cumulés depuis le début de la crise par Emmanuel Macron ; le million de chômeurs que ce chef d’État fabriqua à coup de licenciements illicitement autorisés par une législation liberticide et scélérate, la baisse vertigineuse du pouvoir d’achat ; la déchéance budgétaire des CHU, le démembrement de notre système de santé, puis la vidange des finances publiques mises à sac, outre le désastre de la gestion du Covid par une immigration dévastatrice, génératrice d’attentats et d’insécurité.

Même si nos concitoyens font l’impasse sur les confinements et couvre-feux inutiles, les attestations de sortie, la discrimination par ausweis (passe) et les contraventions qui n’eurent rien de prophylactiques, puis les vaccins inefficaces et dangereux, en occultant dans la foulée les incuries énoncées au paragraphe précédent, ce n’est pas en distribuant des indemnités vectrices de dépendance ou d’assistanat sur le dos des contribuables que tout ira mieux. Les 100 € attribués pour la vie chère ressemble davantage à une aumône, eu égard à la dure réalité de l’inflation, financée par les contribuables, pour appâter des prospects lors des prochaines présidentielles. Quid de nos enfants qui hériteront de cette dette colossale qui frôle les trois mille milliards d’€ et de l’état industriel, économique et social d’une France délabrée ? Doit-on laisser le champ libre à cette gabegie orchestrée par ce vampire de la Nation, ou devrons-nous inhiber par injection l’idiosyncrasie cyclothymique de ce chef d’État ?

Même les instances budgétaires de l’UE auront distribué en février 2022 un sévère avertissement au pensionnaire de l’Élysée devant le risque imminent de l’effondrement financier de la France, l’un des plus indispensables pilier de l’Union. Mais pour le peuple français, ni le chômage ou les activités partielles, ni l’endettement public ni l’insécurité ne sont à l’ordre du jour, car seul la Covid puis l’Ukraine doivent prendre toute la place dans les journaux et les tribunes pour masquer le pire ; la situation financière affligeante et l’effondrement de la productivité du pays. Pour ce faire, les médias sont privés de statistiques, de chiffres, de pourcentages, de tableaux et de commentaires sur la réalité du désastre social et économique français. L’Arcom y veille et Bercy ne délivre que ce que l’Insee ne peut pas dissimuler, du fait de l’internationalisation des informations sur la toile que l’État-Macron n’a pas le droit de censurer. En effet, la France avait ratifié les conventions protégeant les droits de la presse.

La France a fait l’objet de sévères réprimandes et d’avertissements cinglants par les Nations unies, s’agissant des violations répétées des droits fondamentaux sous le mandat d’Emmanuel Macron. Ainsi, la loi dite « Sécurité globale » (n° 2021-646 du 25 mai 2021) fut taclée par les rapporteurs des Droits de l’homme (Source : Huffpost du 16 novembre 2020 par Pierre Tremblay). Puis encore, ce Gouvernement fut une nouvelle fois mis en accusation par le Haut-commissaire DDH de l’ONU s’agissant du logement en regard des sans-abri (Source : Overblog, 15 avril 2019 par Pierre Bénit). En toile de fond, c’est la politique migratoire anarchique et sans contrôle d’Emanuel Macron qui est mise en cause, avec ses reliefs insurrectionnels et terroristes.

En l’occurrence, Emmanuel Macron est entré dans l’histoire du monde, mi-février 2022, au titre du premier Président français « rappelé à l’ordre par l’ONU », nonobstant le déni outragé de l’AFP… mais rappelons-le, une agence oligopolistique partisane contrôlée par le Gouvernement ! En l’occurrence, le potentiel des atteintes aux Droits de l’homme, dénoncé par cet organe à mission spécifique, est apparu sur Twitter et Facebook ; mais des annonces qui furent censurées par les barbouzes digitalisés de l’État-Macron le 22 février 2022. Une telle pratique relève habituellement des dictatures. Mais le chef de l’État ne peut effacer toutes les traces de ces dénonciations quant à ses violations incessantes aux droits fondamentaux, comme celles qui furent instaurées sous le prétexte galvaudé de la crise sanitaire.

De fait, l’Exécutif français a été cité de nombreuses fois dans une soixantaine de rapports émis par des organes de l’ONU ; en témoigne la page du site du Haut-commissariat des Nations unies aux Droits de l’homme qui les répertorie. Sans doute à ce jour, la gestion autoritaire de la France par Emmanuel Macron n’échappe pas aux pays étrangers… sauf aux Français privés d’informations loyales, puisque triées et réinventées par l’oligarchie totalitaire de l’Élysée.

Bien des citoyens persistent à s’abreuver des narratifs et postures simplistes de cet individu, pour qui le mensonge et l’hypocrisie s’offrent en paravent pour dissimuler sa réelle nature et ses véritables desseins. Entre ses accablantes postures de vertu indignée, son arrogance et son mépris pour le peuple d’en bas, ses flatteries pour les uns et ses menaces pour les autres, celui-là partage avec Nicolas Machiavel le cynique apophtegme ; divid ut regnes. Cette icône pathétique se fait tantôt chef de guerre, tantôt pacifiste, selon l’actualité qu’il dessine lui-même en fonction des opportunités qui se présentent à lui. De fait, la Covid et le conflit en Ukraine se sont à présent passés le relais de l’information unique et obligatoire. Ces désinformations et mystifications écrasent tout le reste ; autant dire tout ce qui concerne la gestion scabreuse du pays de 2017 à 2022 depuis cette régie présidentielle, entre conditionnement et intoxication ; le pied dans le starking Blok des élections d’avril 2022.

En privant les Français de la part réelle des informations indispensables pour une bonne compréhension de la gestion du pays, non en masquant la corruption pour y substituer un paquetage de menteries, c’est toute la République qui bascule dans l’ignorance et l’amnésie. En occultant l’essentiel, le peuple confie son destin entre les mains d’antagonistes en embuscade, une camarilla de prédateurs qui abuse les citoyens candides, lesquels perdront ainsi leur liberté, en y abandonnant par imprudence et absence de vigilance, leurs droits et leurs biens. La confiance en politique apparaît comme le pire ennemi de la démocratie, dès lors que les électeurs sont vulnérables, confiants, fidèles donc exposés, incapables de deviner la félonie des élus à qui ils ont confié le pouvoir politique. Cette abdication en temps de paix s’apparente à une résignation qui ouvre grand les portes du régime présidentiel de l’État-Macron ; pour une dictature en marche !

Certes, le l’électeur suborné par des prétextes fallacieux, ne voit pas venir le danger. Ainsi, la Covid et l’Ukraine, qui sont présentés comme des priorités, ne sont que les mobiles d’opportunité d’une politique insane qui se dédouane de ses arnaques et incuries. Ce pourquoi il est urgent d’impliquer davantage les citoyens en politique, notamment en modifiant la Constitution. L’idée serait de contraindre les candidats à la Présidence à respecter leurs engagements de campagne, et d’obliger le chef d’État élu à se soumettre à la vox populi par référendum, dès qu’une décision importante pour le pays n’entre pas dans son programme électoral, sans devoir en passer par un congrès, eu égard à la triste expérience de la servilité du pouvoir législative durant cette crise sanitaire organisée par l’Exécutif. Puis enfin il s’agirait de réformer le labyrinthe ségrégationniste des 500 signatures ; d’où un système vicieux qui écarte les candidats qui n’entrent pas dans le moule sectaire de la World Economic Forum ou de la coterie sociale-démocrate.

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Le livre à ne pas manquer !

Pour en savoir plus et l’acheter, existe aussi en format KINDLE,
cliquer ICI ou sur l’image

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

6 commentaires

  1. Comme vous M. Desurvire, je pense que si Macron est réélu, il rétablira toutes les contraintes liées au virus actuel. Certes, il changera de Premier ministre, pour faire croire à une autre politique mais ce sera du vent comme toujours.

  2. Visiblement, votre site est souvent très bien informé, bien mieux que ces gros médias qui n’informent plus. Bravo!!!

  3. Superbe article qui démontre aux gueux et autres qui ne sont rien comment un président, Macron, les a bien niqués et en prime il devrait être réélu. mais dans quel monde bisounounours vivent les Français ?

    1. facebook.com/objectifdefense/videos/470749384432928 Un résumé des turpitudes de macronéron diagnostiqué par un psy italien comme narcissique et psychopathe youtu.be/ZoRcNlr4eHY

Laisser votre commentaire