Le calvaire ne fait que commencer pour tous ces entrepreneurs courageux qui sont menacés de faillite.

Par Marie Delarue



Coût de l’énergie : des centaines de milliers d’entreprises vont mourir !

« Je me suis demandé si c’était vrai ou si c’était mes yeux qui fonctionnaient mal. Treize ans d’une vie balayés en un courrier, ce n’est pas facile. » Celle qui parle ainsi à France 3 est la boulangère de Malbuisson, une petite ville du Doubs. Une contrée où il ne fait pas chaud. Malgré cela, elle a déjà coupé le chauffage dans sa boulangerie, mais les recommandations du ministre Véran ne suffiront pas à sauver son commerce.

Comme plus de la moitié des entreprises françaises, la boulangère doit en effet renouveler son contrat d’approvisionnement en énergie au 1er janvier 2023 et le courrier d’EDF vient de lui donner le coup de grâce : avec une augmentation de 400 %, sa facture d’électricité va passer de 7.000 à 28.000 euros par an. Quelle entreprise peut le supporter ? Pas celle de Mme Desmousseaux, qui le dit tout net : « On ne pourra pas survivre à ça. »



Alors, pendant que son confrère nous serine son slogan pour déficients mentaux – je baisse, j’éteins, je décale –, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonce deux mesures chocs. Primo un « amortisseur » pour toutes les entreprises de moins de 250 salariés, « qui fait que toutes les factures qu’aujourd’hui un artisan boulanger reçoit, il faut qu’il défalque 20 %, ça sera 20 % de moins. J’ai d’ailleurs demandé aux énergéticiens, lorsqu’ils envoient leurs factures, qu’ils mettent ces 20 % ! Que le boulanger puisse se dire, ça ne va pas être autant que je pensais, ça ne va pas être 1.000 euros, ça va être 800. » Certes, c’est 5.600 euros de moins pour la boulangère de Malbuisson, mais sa facture va tout de même passer de 7.000 à 22.400 euros. Secundo, dit le ministre, « nous maintiendrons le guichet électricité, qui devait être supprimé au 1er janvier 2023, pour alléger un peu plus la facture des artisans, de toutes les PME qui consomment beaucoup d’électricité, ça représentera un allègement… jusqu’à 35 % de leur facture. »

Les boulangeries, les restaurants, l’industrie… tous sont concernés. Dans les Bouches-du-Rhône, un exemple : on estime que 80.000 emplois seraient de ce fait menacés. Le président de l’Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône se confie à France Bleu Provence : « Toutes les entreprises sont touchées. […] Pour vous donner un exemple, dans un restaurant sur Marseille qui gère une trentaine de salariés, la facture était de 58.000 euros en 2021. En 2023, elle va passer à 136.000 euros. Il y a aussi l’agroalimentaire. Dans ce secteur, la facture passe de 52.000 à 590.000 euros. Donc là, il faut arrêter. Moi, je veux bien qu’on dise aux entreprises de baisser d’un degré et de faire des gestes écoresponsables pour qu’il n’y ait pas de coupures. Mais attendez, ce n’est pas un risque de coupures, là, c’est juste qu’on va fermer ! »

Il est donc à craindre que les « amortisseurs » et le « plan de résilience » de Bruno Le Maire soient de bien peu d’effet, d’autant plus qu’au 1er janvier 2023, il va falloir ajouter à cette hausse vertigineuse des factures d’électricité le remboursement des PGE et la hausse des taux d’intérêt…

Mais qu’importe, la France est encore assez riche pour faire des cadeaux. Il faut le croire, en tout cas, puisqu’on nous a annoncé, jeudi, la gratuité des préservatifs pour les 18-25 ans. On ne nous dit pas de quel sexe, mais après la gratuité des protections périodiques, c’était inévitable. Interrogé par France Info, le Dr Pugliese, spécialiste du VIH et des IST, trouve la chose insuffisante : « Il faut passer à la vitesse supérieure », dit-il. Cela parce qu’il existe « des différences d’exposition des jeunes au risque d’IST en fonction de leur pratique sexuelle et de leur statut social. Par exemple, l’épidémie VIH n’est pas contrôlée chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes. » Mince, alors ! Bon, sinon, et pour la boulangère de Malbuisson, on fait comment ?

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

L’article à lire absolument :

La loi du mépris


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

La liberté va fondre comme neige au soleil, sinon tout va mieux…

Peu importe les idées que l’on peut avoir, la seule certitude : la passivité ne rapportera jamais rien.

Commencer par réagir ne serait-ce que sur Observatoire du MENSONGE en commentant, en disant ce que vous pensez, en apportant votre contribution, votre aide, des idées, des suggestions, des critiques, des articles mais ne soyez plus passifs !

Pour nous suivre, c’est gratuit, idem pour nos vidéos sur You tube

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

8 thoughts on “Coût de l’énergie : des centaines de milliers d’entreprises vont mourir !”
  1. Bonjour, pour votre information.

    Alors, je vous traduis tout ça :

    Le prix de l’électricité baisse de 60 %.
    Le MWh coûte 21,12 euros…
    Le meilleur prix depuis mai 2021.
    Cela contraste avec ce que payeront l’Italie, l’Allemagne ou la France.

    L’essence baisse de 2,86% et le gasoil de 3,16%…
    Cela fait un prix au litre pour l’essence de 1,59 € et pour le gasoil : 1,661 €.
    À Cela, il faut encore soustraire les 20 centimes de remise de l’état.
    Au final : essence : 1,39 € le litre – gasoil : 1,461 €.

    J’ai les photos du journal que je lis et que j’ai traduit bien sur, là :

    m.facebook.com/story.php?story_fbid=pfbid0k1kukXyAHUR39f6unno4jaXUaHg3cehG72CDtPtpD97EB8asDHFSRjPupG7nVE1fl&id=100065686804426

    1. Soit vous avez mal lu soit mal traduit car en France, ces chiffres que vous donnez sont introuvables.
      Le prix du kWh en option base est porté à 0,17167 €. L’offre Sortie de Tarif EDF existe aussi en heures pleines / heures creuses. En heures creuses, le prix du kWh est de 0,13981 €. Il monte à 0,18066 €.
      L’essence est en moyenne vers 1,76 pour le le litre sans plomb et 1,897 pour le super et le gasoil vers 1,764 bien au dessus de vos chiffres évidemment.
      Les chiffres que je vous donne sont facilement trouvables sur Internet via GOOGLE par exemple à la question :
      Quelle est le prix aujourd’hui en France de l’essence, ou du gasoil ou du gazole, ou du super, ou du sans plomb.

      1. Excusez moi, j’ai oublié de préciser que je traduis mon journal du matin espagnol.
        Comme on peut pas mettre de photos ici, j’ai juste mis un lien vers mon mur Facebook pour que vous puissiez vérifier en regardant les photos…
        Cordialement.

        1. Certes mais la France ce n’est pas l’Espagne, ici on surtaxés, épongés par Macron qui depuis son arrivée au pouvoir en 2017 n’a cessé d’augmenter nos contributions directes et indirectes. Car en France les produits énergétiques sont hyper taxés par l’État… Donc l’article s’adresse à la France et pas à l’Espagne.

          1. Comparer n’est pas hors sujet.
            Et l’Espagne c’est en Europe.
            Rien ne nous empêchait de faire comme l’Espagne et le Portugal de sortir des prix fixés par l’Europe. (Indexés sur le gaz).

            1. Oui d’ailleurs si l’Europe existait vraiment, il n’y aurait qu’une seule tarification. En attendant, en France, ce sont les taxes imposées par le gouvernement qui font que l’énergie a flambé.

  2. Marie Delarue , vous avez parfaitement tout compris, il est trop tard, nous ne pourrons éviter l’affrontement, sauf..si les Français comprenaient que nos gouvernants ont trahi la France , et qu’il serait bien qu’ils démissionnent , pour que nous tentions de sauver ce qui nous reste encore de bon, afin que nous survivions, il nous faut reprendre la main, et que nous dirigions nos vies sans tous ces incapables qui ont détruit la France et son peuple de travailleurs, en tout genre , grade et qualité.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :