Les femmes seront particulièrement pénalisées par le projet de réforme des retraites.

Par Sabine de Villeroché

Un livre sans concession mais tellement réaliste !


[Entretien] Réforme des retraites : les femmes et surtout les mères sont les grandes perdantes !

Les femmes seront particulièrement pénalisées par le projet de réforme des retraites. Alors qu’elles touchent des retraites généralement moins élevées que les hommes (40% de moins), elles partiront en moyenne 7 mois plus tard (contre 5 mois pour les hommes). Le gouvernement, par la voix de Franck Riester, ministre des Relations avec le Parlement, l’assume. Celles qui auront élevé des enfants seront encore plus défavorisées car « sans syndicat pour défendre leurs intérêts », déplore Marie-Laure Gagey des Brosses, porte parole de l’ONG Make Mothers Matter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir directement chaque nouvel article par mail


Sabine de Villeroché. En quoi les femmes, et particulièrement celles qui ont élevé des enfants, sont-elles les grandes perdantes de la réforme des retraites ?

Marie-Laure Gagey des Brosses. Plusieurs points de la réforme vont avoir un impact plus fort sur les mères que sur les autres catégories : les mères n’ayant pas eu des carrières continues seront les premières impactées par l’accélération de la réforme des retraites Touraine (qui exige 43 années, soit 172 trimestres de cotisation). Celles qui sont en emploi devront travailler plus longtemps. Rappelons qu’aujourd’hui, les deux tiers des personnes qui doivent travailler jusqu’à 67 ans sont des femmes. Ceci risque encore d’être accentué. Quant à celles qui n’ont pas d’emploi à l’approche de la retraite, elles verront leur retraite diminuer (décote).

Les mères ayant toujours travaillé seront également pénalisées par la réforme : les trimestres de bonification accordés pour la naissance et l’éducation d’un enfant ne seront pas pris en compte pour pouvoir partir plus tôt à la retraite. Ainsi, une mère de deux enfants ayant commencé à travailler à 21 ans et ayant toujours travaillé dans le privé aura validé 172 trimestres à 62 ans : 164 trimestres par son travail et 16 trimestres de bonification pour ses enfants. Mais ses trimestres de bonification ne seront pas pris en compte : elle devra bel et bien travailler jusqu’à 64 ans pour partir à la retraite.

La « double journée » des mères qui travaillent n’est pas du tout prise en compte ni considérée comme une forme de « pénibilité ».

S. d. V. Pour minimiser l’inégalité qui se creuse par rapport aux hommes, le gouvernement met en avant la prise en compte du congé parental et l’amélioration de la retraite minimum prévus par la réforme qui devrait profiter aux femmes. Qu’en pensez-vous ?

M.-L. G. d. B. La prise en compte d’une année de congé parental est de la poudre aux yeux : le gouvernement semble faire une fleur aux mères en annonçant qu’il sera possible de comptabiliser quatre trimestres (une année) de congé parental pour les carrières longues. Mais attention. D’une part, c’est une année maximum par salarié, quel que soit le nombre d’enfants. Or, on sait que les femmes avec de petits salaires sont les plus susceptibles d’avoir pris des congés parentaux longs. Et d’autre part, cela s’appliquera uniquement au cas des carrières longues (femmes ayant commencé à travailler avant 20 ans). Très peu de mères bénéficieront de ce dispositif.

Le gouvernement a certes annoncé une bonification des petites retraite à hauteur de 1.200 €. Les mères étant nombreuses à avoir des petites retraites, ceci pourrait leur être bénéfique. Il n’en est malheureusement rien car il faut impérativement avoir une carrière complète pour bénéficier de ce montant. Les mères ayant des interruptions dans leur carrière n’en bénéficieront pas. Cette exigence de carrière continue limitera la possibilité pour les mères d’en bénéficier en grand nombre.

S. d. V. Que dit de notre société une telle réforme qui désavantage les femmes et les mères ayant élevé des enfants ?

M.-L. G. d. B. Dans sa réforme des retraites, le gouvernement semble oublier que les cotisations que nous versons aujourd’hui financent les retraites des retraités d’aujourd’hui. Elles n’assurent en rien l’avenir du système de retraite.
Pour avoir une retraite demain, il faut qu’il y ait des enfants en nombre suffisant, des enfants élevés pour ne pas tous finir à Fleury-Merogis, des enfants faisant suffisamment d’études pour s’insérer professionnellement et des enfants qui aiment assez la France pour avoir envie d’y vivre, en particulier pour les plus diplômés d’entre eux. Notre travail, nos cotisations et nos impôts financent les maternités, les crèches, les écoles, les universités qui sont utiles à la génération des futurs cotisants. Mais il faut aussi des familles pour accueillir ces enfants, s’en occuper, les élever, les aider à s’insérer dans la société. Le « travail » que font les mères, les parents, pour mettre au monde et élever leurs enfants, est très peu reconnu. Dans cette réforme des retraites, il est totalement oublié, nié, comme s’il ne servait à rien.

Le discours du gouvernement qui ne cesse de dire qu’en travaillant davantage, les mères auront de meilleures retraites renforce l’idée que peu importe que les familles aient ou non des enfants pour l’avenir de nos retraites. Ce qui est pourtant faux.

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Article(s) à lire absolument :

Nouveau : article payant (1€) pour nous soutenir

Politique pas fiction pour 2027

Qu’on le veuille ou non, la stratégie de Macron sera de garder le pouvoir et il fera tout et n’importe quoi pour cela !

Par Alexandre Goldfarb


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou contribuer du montant de votre choix :

Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI


La liberté va fondre comme neige au soleil, sinon tout va mieux…

Peu importe les idées que l’on peut avoir, la seule certitude : la passivité ne rapportera jamais rien.

Commencer par réagir ne serait-ce que sur Observatoire du MENSONGE en commentant, en disant ce que vous pensez, en apportant votre contribution, votre aide, des idées, des suggestions, des critiques, des articles mais ne soyez plus passifs !

Pour nous suivre, c’est gratuit, idem pour nos vidéos sur You tube


By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “[Entretien] Réforme des retraites : les femmes et surtout les mères sont les grandes perdantes !”
  1. Tout à fait d’accord ! Perso, mère de 2 enfants, diplômée de sciences po paris à 21 ans (+prèp ENA et Aff étrangères; mais j’ai renoncé à intégrer ” la caste” !) j’ai travaillé 41 ans (je ne sais pas compter en trimestres) et je perçois 1400 euros (soit 200 de + que le minimum annoncé) en étant partie à 63 ans et 3 mois, de lassitude, maladie et fatigue (et un peu “poussée dehors” les 2 dernières années par l’embauche de mon successeur): Mon tort ? Avoir travaillé dans 10 entreprises/postes différents, privé et public (cadre A de la FP sur concours), y compris dans une coopérative agricole et en Allemagne (à un salaire 3 fois 1/2 inférieur à celui que j’avais 6 ans avant),en fonction des mutations d’un mari militaire de carrière (stages avec triples loyers à régler inclus !).
    Ce que je ne m’explique pas, c’est pourquoi ma belle-mère, ancienne fille de ferme illettrée, a bénéficié durant 21 ans d’un joyeux et libre veuvage, d’un pension de l’Etat de 2300 euros (largement excessif pour ses besoins), alors qu’elle a cessé de piocher les pommes de terre et traire les vaches avant 30 ans pour se ” consacrer” à un élevage minimaliste de 3 gosses (ménage, repas, etc.. ” par dessus la jambe”))
    Toutes ces anomalies me laissent perplexe…
    Rajouter les mutations à Paris pour des loyers exorbitants dépassant de 20% le 2ième salaire cadre dit ” d’appoint”, le tout ne permettant évidemment pas de se constituer un “patrimoine”‘…
    Ce n’est pas le courage qui manque aux femmes (fort heureusement, j’ai payé d’excellentes études à mes enfants – via classes prépas). Ce sont ces “petits malins”- dans le sens malignité – qui grenouillent dans l’immobilier(1000 euros mensuels pour un galetas de 45 m2 aux murs tordus à Versailles)
    ou ces frustrés de petits fonctionnaires qui attribuent les logements bien placés ( psysiquement à moins d’une heure de trajet du lieu de travail) à la tête du client

  2. Merci Sabine de Villeroché et Marie-Laure Gagey des Brosses pour nous avoir dévoilé votre ressenti à propos de la mauvaise et injuste réforme des retraites, notamment, envers les Mères .
    Vous devez savoir que nos politiques sont enchaînés à des banquiers internationaux qui n’aiment pas le “genre humain” , et qu’ils se gavent sur le dos des salariés , alors qu’ils bénéficient de privilèges et d’un régime spécial qui leur permet de percevoir une retraite 42 fois supérieure à celle de tou
    En conséquence, j’ose vous affirmer que nos parlementaires , que j’ai tous très bien connus n’aiment qu’eux –
    mêmes, et dédaignent celles et ceux qui ne sont pas de leur clan.
    En revanche, j’avais très apprécié Madame Marie France Garaud ( mère de deux fils), une ” Belle Personne” qui voulait que les Mères ( Femmes, aujourd’hui !), bénéficient du même régime de pension que celui des hommes, les Femmes eussent été reconnues et non ignorées, comme à ce jour, par des dirigeants politiques, dont l’un, comme vous le savez, a été l’ employé d’ un banquier mondialiste que j’ai connu en 1967, qui n’a jamais connu les soucis d’une mère, ni d’un père, n’ayant élevé aucun enfant , qui n’a ni amour propre, ni lucidité , lequel masochiste notoire, avec un petit côté chien battu , ne respecte pas la France, qu’il a détruite , sans programme économique , qui a tué notre souveraineté. Pourquoi , aurait-il le sens d’équité entre Femmes et Hommes ?
    Je me garderai bien de vous dire, en outre, que le système français des retraites par répartition est une idée de Pétain qui a été mise en place par un communiste.
    Aujourd’hui, rappelons-nous que Macron était membre du Parti socialiste , que Madame Borne est socialiste, tous deux sont , par conséquent très attachés au système français des retraites par répartition, lequel, depuis mars 2010, m’a entamé de six cents euros par mois ( la dernière datant de 2017, lorsque Macron a décidé d’amputer nos retraites , jugées trop élevées, selon lui, c’est ainsi que j’ai une nouvelle fois été “matraqué” de quatre vingt euros par mois.
    Il suffit de croire que ces gens-là sont dignes de nous gouverner, parce que depuis trop longtemps, ils nous ont montré qu’ils en sont totalement incapables, et malhonnêtes, car ils nous mentent, et nous trompent, sans cesse, depuis trop longtemps : AUSSI !
    Il existerait, pourtant, un autre régime de retraites possible, plus tonifiant, plus rémunérateur , et surtout plus juste pour toutes et tous, en l’occurrence pour Vous Mesdames. .
    Ceci fera l’objet d’un de mes prochains articles.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :