Par Yves d’Amécourt

En toute logique, plus un logement est ancien, plus son efficacité énergétique est mauvaise.


Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI

La transition écologique, oui, mais pas en zone rurale !

TRIBUNE

D’ici 2028, le gouvernement veut éradiquer toutes les « passoires thermiques ». Il s’agit des logements les plus énergivores, classés F et G sur le diagnostic de performance énergétique. La France en compte 4,8 millions, selon le ministère de la Transition écologique« 7 à 8 millions », selon la FNAIM. Parmi elles, la moitié sont en location, la plupart dans le parc privé.

Pour accompagner cette volonté politique, les normes deviennent de plus en plus exigeantes et les coûts de rénovation et de construction augmentent. Ainsi, depuis le 1er juillet 2021, « les DPE[1] F, G et E sont en forte augmentation » suite à l’application d’un nouveau mode de calcul, comme le déplorait Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM, à l’occasion de la présentation du bilan de l’année 2021 et des perspectives pour 2022.

À partir du 1er janvier 2023, tous les logements dont la consommation énergétique excède les 450 kWh/m²/an (classés G sur le DPE) seront interdits à la location selon un décret publié au Journal officiel.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir directement chaque nouvel article par mail


En toute logique, plus un logement est ancien, plus son efficacité énergétique est mauvaise. Ainsi, les passoires thermiques sont surreprésentées dans les logements datant d’avant 1945, qui pèsent plus d’un tiers du parc de logements français. Le taux de logements classés F ou G s’élève à 41,8 % lorsqu’ils ont été construits avant 1918, de 39,7 % pour ceux construits entre 1919 et 1945 et seulement de 0,4 % après 2013.

Les communes rurales comptent le plus de logements énergivores…

De plus, le problème des passoires thermiques ne se pose pas dans les mêmes proportions selon le type de territoire. Dans un article de novembre 2022, franceinfo a réparti les communes de l’Hexagone en six catégories. Selon cet article, les communes rurales comptent, en moyenne, le plus de logements énergivores, avec près de 30 % des habitations concernées.

… Mais elles ne sont pas éligibles aux aides à la pierre !

Pourtant, les habitations des communes rurales ne sont pas éligibles aux aides à la pierre qui permettent de réaliser les travaux demandés par le gouvernement. Or, sans les aides à la pierre, compte tenu du faible montant des revenus en zone rurale, les travaux de rénovation ne sont pas économiquement réalisables. Ainsi le préfet du Maine-et-Loire a-t-il répondu à un propriétaire de deux maisons[2] situées en zone rurale à une demi-heure d’Angers, qui souhaitait les rénover pour la location moyennant une convention[3] avec l’ANAH[4] :

« La politique de transition écologique et énergétique portée par l’ANAH conduit notamment à refuser l’étalement urbain (sic) et le mitage du territoire (re-sic) et cet établissement public demande à ses délégataires (en l’occurrence le département du Maine-et-Loire) d’établir un programme d’action territorial (PAT) conforme à cette orientation. Dans ce cadre, le PAT du département du Maine-et-Loire considère comme non prioritaires les financements de projets d’amélioration de logements hors enveloppe urbaine. »

On se souvient qu’au début de son mandat, Emmanuel Macron avait exclu les zones rurales du dispositif Borloo, avant de les rendre éligibles au dispositif Cosse… Mais ces dispositifs ne sont utilisables que dans le cadre d’un conventionnement avec l’ANAH, donc « dans les enveloppes urbaines ». Comme si les familles rurales n’avaient pas besoin de se loger.

Si je résume la situation : la transition écologique dans l’habitat, oui, mais pas en zone rurale !

Au moment où, après la crise du Covid, les familles cherchent à quitter les zones urbanisées pour profiter du charme de nos campagnes récemment connectées au monde grâce à la fibre optique, les fermettes du Maine-et-Loire, patrimoine rural du bocage angevin, cher à Joachim du Bellay, sont-elles condamnées à tomber en ruine au nom d’un prétendu « mitage du territoire » ?

Le département du Maine-et-Loire fut présidé, de 2004 à 2015, par un certain Christophe Béchu, actuel ministre de la Transition écologique.

[1] Diagnostic de performance énergétique

[2] Il s’agit de maisons situées en zone agricole à Jarzé-Villages dûment raccordées aux réseaux d’eau et d’électricité

[3] Les logements conventionnés sont des logements sociaux ou très sociaux dans le parc privé. Les subventions sont assorties d’une obligation de louer à des bénéficiaires de logements sociaux pendant douze ans.

[4] Agence nationale d’amélioration de l’habitat

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Article(s) à lire absolument :

Les nouvelles du PPF

ou Paysage Politique Français

+ L’affaire Schiappa ! + L’avion de Darmanin !


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou contribuer du montant de votre choix :

Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI

OU :


La liberté va fondre comme neige au soleil, sinon tout va mieux…

Peu importe les idées que l’on peut avoir, la seule certitude : la passivité ne rapportera jamais rien.

Commencer par réagir ne serait-ce que sur Observatoire du MENSONGE en commentant, en disant ce que vous pensez, en apportant votre contribution, votre aide, des idées, des suggestions, des critiques, des articles mais ne soyez plus passifs !

Pour nous suivre, c’est gratuit, idem pour nos vidéos sur You tube

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “La transition écologique, oui, mais pas en zone rurale !”
  1. Sous prétexte de mieux vivre ensemble, le pouvoir socialiste veut diminuer le nombre de propriétaires privés , ce qui est grandement recommandé par l’Europe qui a ruiné les pays.
    Alors, on impose et développe des normes de plus en plus contraignantes.
    Et au final, les villes sont plus malléables que les campagnes.

  2. La transition écologique : encore une expression foireuse pour enfumer les Français et le pire c’est que cela fonctionne très bien !

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :