… qui galvaude la démocratie, désinscrit les libertés naturelles et viole le droit à une vie privée


Le dernier livre de Daniel Desurvire vient de paraître : c’est du jamais lu !!!


Histoire d’un Président qui n’aime pas la France

Par Daniel Desurvire

Chapitre 20

III – Conseil constitutionnel et collabos

A) Petit rappel du climat orchestré par l’État-Macron

Voici dressé un tour d’horizon de cette chute en avant, ici dénommée le péril-Macron, non virale mais politiquement organisée contre la démocratie et le Peuple, dont le lecteur trouvera moult détails informatifs dans mes précédents articles et ouvrages publiés par L’Observatoire du Mensonge. Cette sinistre ambiance maintient le noir décor tissé de fake news par ces élus, lesquels profitent du désarroi et du chaos qu’ils organisent à l’aide des médias serviles, tout en censurant les informations qui mettraient en défaut leurs inquiétants projets. En France, la corruption par le mensonge s’étale à tous les étages des pouvoirs décisionnels, dont on trouve le donneur d’ordre au sommet de la pyramide des pouvoirs politiques et médiatiques, désormais détenus en une seule main.

Tout le pays a été laissé à l’abandon durant deux années, pour n’avoir existé que pour la Covid, tout à la fois un prétexte pour tricher et mentir, mais un problème irrésolu et contourné à des fins cupides. Une large majorité des décrets, d’ordonnances et de lois ne fut consacrée qu’à combler les défaillances, financières et sociales, comme à injecter des aides corporatives partout où l’Exécutif aura ordonné inutilement les cessations d’activité, en transformant les travailleurs en assistés, en chômeurs et en faillis. Les rares activités qui ne ressortaient pas de l’antienne, « prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire » ou « prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire » n’auront été destinées qu’à des ratifications de traités extérieurs aux intérêts de la France.


Il s’agit aussi de mesurettes théâtrales pour un intérêt quelconque de l’État s’agissant de la question des réfugiés, des PMA, agrémentées de substantifs à la mode qui confèrent du lustre derrière une générosité prodiguée avec l’argent des contribuables. En usant de vertueuses adjectivations autour de la repentance et la résilience, des mots vides mais à la mode, ajoutent une couche de vernis à ce tableau de pur angélisme teinté d’hypocrisie. Le problème des handicaps, de l’écologie et de la sécurité aura habillé quelques suggestions qui ne restèrent qu’en l’état d’intention ; d’amnésie en pasquinades surchargées de procédures et de chicanes administratives pour mieux noyer le poisson.

Derrière ce rideau d’incurie et de mensonges, la liberté d’expression s’est muée en délit d’opinion. Des sanctions civiles et pénales rôdent autour des opposants, et menacent les intellectuels et patriotes. L’inquisition fomentée par le pouvoir régalien s’organise entre des légions de mercenaires médicaux, soutenus par des miliciens collaborateurs du régime sous l’empire d’une nouvelle ségrégation. En face, le combat pour la sauvegarde de la République apparaît de force inégale. Il est mené par les citoyens qui refusent de servir de cobaye et de receleurs de poison pour le compte de dirigeants pervertis. Les uns se plient au passe-sanitaire pour préserver un reste de liberté et conserver le droit travailler, tandis que d’autres refusent de se prêter à cette stratégie morbide du passe-sanitaire. Cet ausweis comme il en fut durant la Seconde Guerre Mondiale, fut conçu pour ficher chaque profil des ressortissants du pays, conditionner leur cognition, neutraliser leur libre-arbitre, puis les convaincre de perdre le droit à l’intégrité de leur corps. La République a perdu son honneur, et le citoyen est redevenu sujet, comme avant la prise de la Bastille.

C’est précisément ce régime dictatorial que soutient le Conseil constitutionnel, lequel ne saurait être autre chose que la courroie de transmission de l’autorité régalienne qui en est le moteur. Que de honte et d’affront devrons-nous surmonter avant de réagir ?

À SUIVRE

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI

Vous pouvez acquérir le livre de Daniel Desurvire en cliquant sur l’image :

(existe aussi en format liseuse)

(existe aussi en format liseuse)

 

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI


SCOOP EXCLUSIF

Futur passeport carbone de l’État-Macron

♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • commenter,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou contribuer du montant de votre choix :

Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI


By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “Histoire d’un Président qui n’aime pas la France 20”
  1. De plus en plus, nous sommes face à une dictature que vous avez très bien cernée. Merci Daniel Desurvire pour la qualité de vos écrits.

  2. Je partage votre analyse quand à la liberté d’expression qui est en train de s’évaporer pour laisser place au délit d’opinion. On le constate avec le film produit par le Puy du fou qui est critiqué parce qu’il dérange la nomenklatura.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :