Étiquette : le double langage permanent