Les enfants gâtés


Par contre ce qui est moins sympathique, ce sont leurs déclarations intempestives que le système utilise comme si elles étaient des vérités incontestables.

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Les enfants gâtés

Par Claude Picard

Dans l’univers du spectacle en général, celui de la télé et du cinéma en particulier ou dans le monde du football, les enfants gâtés pullulent.
Quelques-uns sont « fils ou fille de ».
Après tout, ce n’est pas une tare, notamment quand certains d’entre eux révèlent un réel talent.
Cela dit, c’est assez facile d’être un honnête bateleur, quand on se sent protégé et que l’on sait que son patronyme va rassurer les producteurs.
Pour les autres, n’ayant aucune disposition particulière, l’ascension sociale se fera tout de même sans encombre : les relations, ça aide ! Tant mieux pour eux.
Et si la plupart gagnent beaucoup d’argent en s’amusant, il n’y a là rien de répréhensible.
Par contre ce qui est moins sympathique, ce sont leurs déclarations intempestives que le système utilise comme si elles étaient des vérités incontestables.
Surtout, le plus déplaisant, c’est quand ces enfants gâtés deviennent méprisants et pontifiants, alors qu’ils ne sont que des clowns, et qu’ils se prêtent au jeu en finissant par croire, eux-mêmes, qu’ils sont les nouveaux philosophes des temps modernes.
Plutôt que de donner des leçons de savoir-vivre à tous ceux qui sont les véritables piliers économiques et culturels du pays, qui triment chaque jour pour que la France reste un pays où il fait bon vivre, ils feraient mieux de se taire. Et quand ils insultent des policiers, en les traitant de « bâtards », quelles que soient les circonstances, là, on frise l’indécence. Car, on connaît l’habituelle compassion des « fils et filles de », envers les nouveaux « damnés de la terre », délinquants en tous genres et autres dealers des cités, pauvres « victimes des brutalités policières »…
Dans le monde du football, les enfants gâtés sont rarement des héritiers. Tout au moins, ceux qui sont sur le terrain. Il faut reconnaître que ceux-là transpirent toutes les sueurs de leur corps, pour arriver au sommet d’une carrière. Mais là où ça dérape, c’est justement quand ils y arrivent. Beaucoup, n’ayant aucune éducation et un pois chiche à la place de la cervelle, se muent, très vite, en véritables vauriens capricieux et insolents. Le plus souvent vulgaires et incultes, ne sachant pas prononcer un seul mot en bon français, crachant sur la France à tout-va, ils sont présentés comme des exemples de réussite sociale. Idoles de toute une jeunesse décérébrée qui rêve de devenir célèbre à tout prix, le système ne se prive pas pour porter au pinacle leurs moindres faits et gestes. Bel exemple !
Les enfants gâtés aux patronymes prestigieux sont une aubaine pour le néolibéralisme, uniquement préoccupé par la rentabilité immédiate ; la reproduction sociale des élites est plus efficiente que la méritocratie qui mettra trop de temps à porter ses fruits.
Pour cela, la consolidation des dynasties est assurée par une savante mise en place de l’entre-soi dès l’école (privée) où se retrouvent tous les enfants de la crème du monde artistique, économique et politique. Et les liens se créeront très vite, naturellement, pour tenir, plus tard, le haut du pavé ! Cela est particulièrement vrai dans le microcosme du cinéma : on ne compte plus les enfants issus de professionnels du spectacle qui ont été consacrés par un César… sans réelle justification. Et qui leur permet de faire des carrières fructueuses. Facilement. Comme il leur est facile de passer pour un bon comédien, devant une caméra, après quinze prises de vue et si le metteur en scène est un peu compétent. Bien sûr, quand on a une solide formation d’acteur, c’est mieux – pour le spectateur – mais ce n’est pas indispensable. Au théâtre, c’est une autre paire de manches. Tous les acteurs connaissent la différence : il vaut mieux éviter, devant les spectateurs, de redire, en rigolant, une réplique ratée. Ici, la désinvolture de l’enfant gâté n’est pas de mise.
Dans le monde économique où la méritocratie est particulièrement en panne, c’est un ancien dirigeant du CNPF (ancien MEDEF) Yvon Gattaz qui, en paraphrasant Marcel Achard, a eu un trait d’humour qui résume bien la condition de cette société élitiste : « Pour la succession des entreprises familiales, les patrons se partagent en deux catégories : ceux qui croient que le génie est héréditaire et ceux qui n’ont pas d’enfants ». Quel que soit le domaine, le génie n’est jamais héréditaire. Mais si l’héritier n’est pas génial, c’est un moindre mal, s’il assume, plutôt bien, son job.
Sinon qu’il se taise !
Tout au moins sur la manière d’exercer un métier, mal payé, à ceux qui n’en rigolent pas tous les jours.

Claude PICARD

Soutenez Observatoire du MENSONGE ! Comment ? C’est simple: soit en partageant cet article, soit en le commentant, soit en devenant « suiveur » ou en contribuant par un don.

Pour faire un don à  Observatoire du MENSONGE cliquer ICI

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article: Claude Picard pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque dimanche matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Publicités

4 commentaires

  1. Je ne connais pas personnellement Mathieu Kassovitz et j’ai même pas vu son dernier film :  » La loi et l’ordre  » mais, s’il as fauté en outrageant , il n’est pas le seul et beaucoup tombe sous le coup d’impulsion facile !Sur les réseaux sociaux , c’est même monnaie courante de diffamez l’autre quand on n’a pas d’argumentation et il est facile d’envisager ce qui se passerait en réel . Comment voulez vous que les quartiers respectent l’autorité alors, que les politiques les ont déserté ??? Le travail seras long pour inverser cette « méfiance » , je le crains .

    J'aime

    1. Argumentaire trop facile car tout le monde connait les excès de Kassovitz. Mais pour la gauche évidemment c’est acceptable puisque ce type vient de ses rangs. Et tout ramener aux quartiers c’est de la propagande comme toujours. En plus vous pourriez au moins écrire clairement. Décidément Staline a toujours des émules.

      J'aime

  2. « C’est quand ces enfants gâtés deviennent méprisants et pontifiants, alors qu’ils ne sont que des clowns, et qu’ils se prêtent au jeu en finissant par croire, eux-mêmes, qu’ils sont les nouveaux philosophes des temps modernes.  » OUI Claude PICARD…..
    « Nous risquons fort de sombrer dans une dictature »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.