Les zones d’ombre du Bataclan


Le terrorisme n’est pas suffisamment combattu par nos gouvernants, plus occupés à commémorer…

Un document exclusif Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Les zones d’ombre du Bataclan

Par Daniel Desurvire

Que reste-t-il de la mémoire du carnage au Bataclan ?

CHAPITRE 6 et fin

Il ne fallait surtout pas affoler plus les Français en racontant vraiment ce qui arriva au Bataclan : les atermoiements des autorités françaises…
Selon la gouvernation du « contenu retiré en fonction du pays émetteur », la démocratie a perdu son âme, exactement comme le souhaitent et y travaillent les fondamentalistes musulmans promoteurs d’un grand khalifat hiérocratique, déjà donné gagnants sur ce registre à l’agonie de nos libertés, avec l’éradication des standards constitutionnels et l’effondrement des sacro-saintes valeurs éthiques et laïques. Le bouleversement des fondamentaux qui président à notre civilisation s’examine au prisme d’une théologie maligne, aux versets comminatoires et meurtriers. L’inversion de la morale et l’absorption de nos canons démocratiques s’observent depuis la montée en charge de l’émotion suscitée par la lecture le Coran, où gravitent la peur, la haine, l’avanie et l’excitation perverse dans la violence. Comment les Musulmans lambda parviennent-ils à gérer cette fâcheuse proximité des leurs, intégristes, pervers et terroristes, en acceptant que ceux-là partagent le même culte, récitent les mêmes prières, puis encore culpabilisent leurs coreligionnaires qui ne prodiguent pas leur idéologie délétère et mortifère ?
Tels sont les parcours de Daesh, de Boko Haram, d’Al Qaïda, du Hamas, des Frères musulmans, du Hezbollah, d’Ansar Eddine, de la Jamaat-e-Islami, de la Sharia Jamaat, d’Al Shabaab, de l’OLP et même du Fatah, puis de tant d’autres nébuleuses terroristes qui se ressourcent dans les pages du Coran ; un creuset chthonien du crime et de la perversité. Si les horreurs commises au Bataclan – à l’instar de tant d’autres attentats perpétrés par des islamistes endoctrinés dans cette spirale mortifère, – sont l’œuvre d’individus fascinés par ce mal coranique, il n’en demeure pas moins qu’un voile de silence honteux recouvrit les horreurs commises au Bataclan.

Nous soutenir

€5,00


Voyons plutôt derrière cette chape de plomb élyséenne qui masqua le pire des atrocités perpétrées par des fous d’Allah, une connivence vénale de certains élus pusillanimes au pouvoir. Ce drame n’aurait pu être envisagé sans le financement du terrorisme par des mollahs, ayatollahs, émirs et têtes couronnées de la péninsule arabique, assurément les argentiers des réseaux terroristes, mais compères plénipotentiaires du quai d’Orsay. Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane, n’a-t-il pas été invité le 9 avril 2018 à dîner à l’Élysée par le Président Français Emmanuel Macron ? Mohammed ben Nayef Al Saoud, alors ministre de l’intérieur de ce royaume, n’avait-t-il pas reçu le 6 mars 2016 en toute discrétion la Légion d’honneur de la main du chef d’État François Hollande ? Pourtant, toutes ces têtes couronnées sunnites de la péninsule arabique, à l’instar de l’antimonde shi’ite pour une calamité annoncée venant de l’Iran, figurent parmi les pires dictateurs, exécuteurs sanguinaires et farouches adversaires des droits de l’Homme – surtout ceux de la femme – et de tout ce qui se rapporte aux libertés, à la démocratie et à la laïcité.
De fait, à cette guerre panislamique que mènent de front ces potentats musulmans – là où la mort est préférée à la vie et la guerre à la paix – s’ajoute la corruption offshore dont profite un corps politique engagé dans les intérêts pétroliers et gaziers, dans l’industrie lourde de l’armement de guerre. D’autres affairistes crapuleux, profitant des bonnes relations géopolitiques entre les États européens avec les théocraties d’Afrique et autres républiques islamiques du Proche-Orient, se vautrent dans les trafics de drogue dont le Pavot, le khat et le cannabis, notamment avec les dynasties alaouite et hachémite, puis l’Afghanistan, la Turquie, le Yémen, l’Éthiopie, la Somalie, la Mauritanie, le Nigéria, le Bénin, le Kenya, Djibouti….
En choisissant, depuis le pinacle du pouvoir politique, de dissimuler aux médias les abominations commises au nom du gourou mahométan de l’Islam, l’État socialiste, au trémolo vertueux d’une litanie qui prêche le « vivre ensemble », aura choisi de protéger la notoriété de ce culte aux rameaux prédateurs, plutôt que d’informer avec honnêteté et rigueur les citoyens de la sinistre réalité de cet Islam à laquelle ils sont tous potentiellement exposés… en première ligne !
Quant aux victimes, les vraies, celles qui ont perdu la vie dans cette salle de spectacle du 11ème arrondissement de Paris, qui saura vraiment dans quelles conditions ils vécurent les atrocités à l’issue desquelles ils périrent dans la fureur et l’indignité de leurs tortionnaires ? Quid de l’indifférence de décideurs politiques, fonctionnaires et militaires, lesquels auraient pu porter secours bien plus tôt aux centaines de captifs s’ils avaient eu le courage de bousculer la torpeur d’un stupide règlement ? Pourquoi ne pas avoir rompu cet immobilisme entre ces atermoiements, autant dire devancer les ordres qui ne venaient pas, voire désobéir aux tergiversations de gradés et d’élus, incapables ou irresponsables, lesquels plaçaient les forces de l’ordre sur place dans une situation d’abstention volontaire de porter assistance à des personnes en péril (article 226-6 du Code pénal) ?
Quant aux autres victimes, celles dont on parle moins mais qui resteront profondément handicapées durant tout le reste de leur existence, ou traineront avec elles jusqu’au bout de leur chemin de vie les stigmates psychiques d’un être cher disparu, qui leur enseignera mieux, sinon par le vécu de leur effroyable expérience, la triste réalité du dogme musulman associé aux mitraillages des kalachnikovs et des tortures à l’arme blanche ?
Quant au[x] terroriste[s] musulmans – islamiques pour les puristes de la langue de bois – du 13 novembre 2015 au Bataclan, présumés enfuis et dont le nombre dedans et dehors du bâtiment ne fut jamais certifié, leur témoignage, s’ils étaient capturés vivants, pourrait vraisemblablement compromettre une certaine impunité que dissimule l’omertà du pouvoir sur cette effroyable affaire. Par analogie à la conjuration politique autour de l’assassinat énigmatique de JFK en 1963 à Dallas, ces criminels ont-ils été vraiment dénombrés et ceux qui se sont enfuis positivement recherchés ?
FIN

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

  • Retrouvez les chapitres précédents en cliquant sur le numéro 12345
 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié(e) par email des nouvelles publications.

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Nous soutenir

€2,00

3 commentaires

  1. « Mohammed ben Nayef Al Saoud, alors ministre de l’intérieur de ce royaume, n’avait-t-il pas reçu le 6 mars 2016 en toute discrétion la Légion d’honneur de la main du chef d’État François Hollande ? ».
    HÉ HÉééééé… Qui, parmi nous, alors que nous étions enfants, n’avons pas fait des tous petits cadeaux, à nos parents, afin de faire cesser leur colère et leurs remontrances? Ou encore, soudainement les attraper par le cou et les embrasser avec ferveur?… Dans l’espoir que leur colère cesse! Chez les parents cela fonctionnait… Peut-être pas toujours bien, mais ramenait l’harmonie dans notre cœur et (bien caché) celui des parents. Ceci dit…
    La Légion d’honneur donnée à ce « père manieur du martinet » fait exactement penser au souhait ainsi que les actions de ces enfants que nous étions, quand la colère de nos parents grondait. Un aveu d’impuissance et d’infantilisme, d’un de nos présidents de notre république… avec le résultat connu!!! Encore et encore des actes punitifs dans la violence et la barbarie des fous d’Allah!
    Nous n’avons rien d’autre à attendre de l’ersatz de président qui mène la France à une ruine certaine.

    J'aime

  2. Le coran me rappel un certain livre écrit par A H en prison. A la fin de ma vie je voyais autre choses pour mes enfants et petit enfants qu’elle tristesse que notre belle patries en soit arrivée la !

    J'aime

  3. Excellent final pour cet article révélateur de l’état d’esprit qui règne notamment en France, aussi en Belgique, en Allemagne , aux Pays-Bas…

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.