Discrimination : pourquoi Schiappa se trompe


L’idéologie antiraciste et son principe de non-discrimination sont à la source du communautarisme et des infiltrations islamistes dans la société désarmée.

Discrimination : pourquoi Schiappa se trompe


L’idéologie antiraciste et son principe de non-discrimination sont à la source du communautarisme et des infiltrations islamistes dans la société désarmée. Mais pour Marlène Schiappa, ce désastre ne vaut visiblement rien. Ce lundi, sur RTL, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a annoncé vouloir « dénoncer » les entreprises accusées de discriminer à l’embauche. Une liste des fautives sera publiée le 6 février, sur le principe du « name and shame ». Au début du mois, une étude auprès de grandes entreprises françaises aurait mis en évidence « une discrimination significative et robuste selon le critère de l’origine à l’encontre du candidat présumé maghrébin ». Le gouvernement relance donc la vieille dialectique antiraciste qui accorde aux minorités le statut de victimes, sésame dispensant des efforts d’intégration et d’assimilation aux valeurs françaises. C’est parce qu’il ne fallait pas discriminer Mickaël Harpon que ce fonctionnaire de police avait été laissé en paix malgré sa radicalisation islamiste. Elle allait le pousser, le 3 octobre, à assassiner au couteau quatre policiers au sein de l’impénétrable préfecture de Paris. C’est en application de cette même attitude que la RATP s’est largement ouverte à la « diversité », au point d’y accueillir des Fichés S. Samy Amimour, un des tueurs du Bataclan, avait été chauffeur de bus. L’ancien élu socialiste François Pupponi dénonce, cette semaine, (1) « les leçons « d’antiracisme » données par nos élites », qui ont abouti à rendre la République vulnérable face aux islamistes. Ceux-ci sont aux portes du pouvoir dans certaines communes. « J’ai peur que Garges-lès-Gonesses ne devienne la première ville islamiste de France », écrit l’ancien maire de Sarcelles (Val d’Oise).

Dresser des listes d’entreprises présumées racistes est un procédé arbitraire indigne d’une démocratie équilibrée. Le gouvernement est mal venu de se plaindre de la violence des réseaux sociaux quand lui-même se prête aux intimidations sur la place publique dans des procès sans juges. Il est d’ailleurs paradoxal de défendre la non-discrimination pour certaines minorités quand, dans le même temps, le ministre de l’Intérieur décide autoritairement, dans la comptabilité des prochains suffrages aux municipales, d’écarter 96% des communes de la classification politique. La révolte des Oubliés est aussi celle d’une France périphérique qui n’en peut plus de subir l’injustice de la préférence immigrée. La non-discrimination que défend Marlène Schiappa est celle que promeuvent aussi les tenants du séparatisme ethnique et culturel : ils ont compris depuis longtemps que cet impératif permettait de justifier les repliements et les passe-droits. On peut comprendre Marlène Schiappa dans son désir de promouvoir les talents à égalité. Il est probable que de jeunes maghrébins méritants paient injustement la suspicion née du comportement de ceux qui refusent l’autorité de l’Etat. Mais plutôt que de dresser des listes d’entreprises en laissant croire qu’elles appliqueraient un odieux critère racial, il serait plus judicieux que le gouvernement publie l’inventaire des associations et de leurs mentors qui incitent les jeunes à refuser de jouer le jeu avec la République.

Ivan Rioufol

éditorialiste au Figaro

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier : Ivan Rioufol pour Le Figaro

(1) Les émirats de la République, les Editions du Cerf

Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Pour nous suivre : il faut remplir « Adresse mail » puis cliquer sur Suivre ci- dessous, ce service gratuit vise à nous soutenir

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.


Nous avons besoin de votre soutien ! Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don. – voir ci dessous –

Même modeste, à partir 1 Euro, votre don ne peut que nous aider. Merci ! Alexandre Goldfarb


4 commentaires

  1. En France tout autant qu’ailleurs, le discours politique est de moins en moins… politique au profit d’un électoralisme qui ne se cache même plus et au sujet duquel on fait feu de tout bois (Voir la déclaration de Philippe à propos de sa candidature renouvelée à la mairie du Havre. On n’avait pas interdit le cumul des mandats en France, jadis ? ou naguère ??) Madame Schiappa ne fait que suivre la tendance, façon D. Trump ou Boris Johnson, pour ne citer qu’eux : c’est l’un des innombrables bienfaits pervers de la mondialisation. Pour le reste, elle est à tous points de vue d’une nullité crasse qui la rend bien digne de la REM et de son Jupitron de chef : elle ne dépare pas le lot !
    T.O.

    J'aime

  2. Monsieur Rioufol, j’ai beaucoup aimé votre article. Il me rejoint, sur le fond et laisse entrevoir certains « cancers » en développement dans l’appareil d’État.
    Mais il y a une chose qui m’a hérissé : « name and shame ».
    Je suis bilingue français-anglais. Mais l’anglais n’est pas ma langue maternelle. La question que je vous pose : « qu’est-ce que cette expression anglaise apporte à votre texte? ». Je peux donner une traduction de chacun des deux mots. Mais la signification dans le texte… n’est qu’un embrouillamini pour moi.
    J’ai donc fait des recherches sur internet, afin de trouver la vraie définition de cette expression anglaise. La seule qui m’a un peu éclairé, est composée d’une phrase en anglais d’une dizaine de mots. Ceci étant dit…
    Il y a une anglicisation galopante de notre langue. Le français n’est pas avare de mots. De plus en plus, dans tous les domaines, des mots voire des expressions anglaises sont utilisés… Alors que les mots français pour le dire existent… Plus encore… souvent beaucoup plus précis.
    Beaucoup de mots anglais sont utilisés, malheureusement dans le langage courant. Mais ils sont, comme pour l’anglais, des mots fourre-tout.
    Je donnerai comme exemple : « timing ». En français, dépendant du sujet discuté, il manque de précision. Car en français, plusieurs mots, très français sont plus adéquats et précis que d’autres.
    Le Larousse l’explique très bien. Le mot « timing » est mentionné avec la mention « anglicisme ». Ci-jointe l’adresse du site spécifiquement pour « timing ». (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/timing/78106?q=timing#77188). Vous verrez tous les mots français qu’il est préférable d’utiliser, dépendant du contexte dans lequel un mot doit être utilisé à la place de « timing ».
    Et ceci n’est qu’un exemple.
    Enfin, avec l’évolution alarmante de la présence de l’Islam… Notre français va devenir quoi? Alors que Macron a déjà dit qu’il voulait faire de l’arable la deuxième langue officielle en France.
    « L’histoire de France commence avec la langue française. La langue est le signe principal d’une nationalité. » – Jules Michelet
    « Ma patrie, c’est la langue française » – Albert Camus .
    C’est là où je me situe face à notre langue. La choyer, c’est protéger notre culture et notre identité (malheureusement agressée de toutes parts!).

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.