Après le mensonge, la fourberie #2

La confiscation des libertés et de la sécurité par le digital.

Après le mensonge, la fourberie

Par Daniel Desurvire

Chapitre 2

La confiscation des libertés et de la sécurité par le digital

Ce pourquoi, la délivrance d’un code, après l’identifiant, le tout par la banque, et non pas à l’aide d’un code secret composé et connu par le seul client, est une absurdité en termes de garantie de confidentialité globale, autant dire contre les indiscrétions de hackers, mais autant venant de ceux de l’État qui ne se prive de rien lorsqu’il est question de dérober des informations les plus intimes des citoyens. De surcroît, l’authentification à deux facteurs n’apporte pas – contrairement à ce qu’il paraît – une meilleure sûreté. Or, c’est précisément le téléphone portable qui fragilise l’ordinateur, car il sert d’antenne au PC ou au Mac pour les plus mal intentionnés. Toutes les communications non filaires sont susceptibles d’être captée à l’aide d’un scanner, dont même les automobiles récentes sont dotées, comme d’entendre la communication d’une personne en conversation téléphonique mobile frôlant le véhicule dès lors que son Bluetooth est en fonction. Capter un signal près d’une opération sans contact est de même nature, puisque nombre de consommateurs se sont déjà fait piégés à cause de cette indiscrétion, d’où les infos faciles à dérober. Alors pourquoi les banques, qui prétendent, à l’unisson avec le Gouvernement et l’UE, que grâce à ladite authentification forte, le client sera mieux protégé avec toutes les infos stockées sur le mobile de leurs clients ? Mensonge !

SUIVRE gratuitement Observatoire du MENSONGE

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Nous voyons bien que les desseins du pouvoir exécutif, ne sont pas de protéger le citoyen, mais de violer son espace privé, via les téléphones modulaires, dont toutes les applications contenues sont facilement visitables par les pirates, en particulier ceux de Bercy ou de la place Beauvau entre autres adresses ministérielles. Ici, il ne s’agit pas seulement de géolocaliser les gens, ou encore de voler leur carnet d’adresse et le contenu des messageries, mais d’accéder directement aux QR codes ou autres applications comme la NFC susdite, et d’ouvrir par cette porte grande ouverte tout ce que contient cet outil de renseignement, dont les avoirs bancaires ou encore les applications CARE ou Doctisia ; ce carnet de santé numérique stocké sur l’appareil mobile ou la tablette. Quant à ou TousAntiCovid, cette application va plus loin encore, puisqu’elle met en péril la tranquillité de tout un chacun qui peut, à tout instant, être traité comme un cas contact, une nouvelle forme du pestiféré de jadis placé en isolement !

Par cette collecte de données personnelle, la vie des citoyens, même au prétexte d’une prétendue sécurité sanitaire et financière, ne peut que rompre avec l’individualité de chacun, l’intimité, le secret et tout ce qui se rattache à l’existence d’un être. Bien entendu, d’aucuns argueront que c’est pour le bien de tous, sauf que chacun ne signifie pas que l’on doit hériter des problèmes collectifs que la politique-espion nous impose, car n’y voyons pas ici de la solidarité et que de bonnes intentions dont se parent les pouvoirs publics, mais d’indélicatesses voire de rapines en termes de fraude, ou d’un viol, ou encore d’une mise en quarantaine en termes de santé publique. Ce pourquoi désormais chaque organisme bancaire impose son système en direction de l’État par Bercy, avec certes des appellations nuancées pour se conformer à la directive susvisée, et que le ministère de la Santé transforme la carte vitale en une vitrine offerte à tous les organismes publics ou privés, pour s’octroyer des informations confidentielles enfermées dans une puce aussi peu discrète qu’un cerf-volant, mais surtout aisément dérivables.

Que le lecteur ne s’imagine pas que ces lignes sont l’œuvre d’un délire paranoïde ou de quelque autre trouble obsessionnel sous l’empire d’une pathologie conspirationniste, car ce serait alors ignorer les motifs convergents des lois et règlements qui, depuis les dernières mandatures, n’ont de cesse que d’emprisonner l’information, le droit d’expression et surtout les libertés les plus élémentaires, comme de circuler sans être constamment pisté, sondé et piraté. Trop d’intérêts financiers sont en jeu, de sorte que chaque citoyen est un revenu potentiel pour le lobbying mercantile et une source d’informations statistiques indispensable pour l’ordre politique afin de manœuvrer dans les méandres obscurs des faiseurs d’opinion.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Quelques livres de Daniel Desurvire à voir sur AMAZON.FR



« La religion des quanta et des quasars »
Le nouveau livre de Daniel Desurvire en vente en exclusivité sur AMAZON
Format livre c’est ICI format KINDLE c’est
synopsis : dans une réalité alternative, ce voyage entre la Terre et Sagittarius A, le trou noir de la Voie lactée, met en exergue les conséquences de nos mentalités projetées dans le sombre devenir de la planète. On y découvre l’inexorable destin d’une civilisation insouciante quant aux pollutions anthropiques qui annihilent la planète, ou les dogmes réducteurs que la social-démocratie hésite à repenser sous le sceau de ses labels complaisants…

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le livre sur  » L’absurde traitement du Covid-19 » Pourquoi une campagne anxiogène est menée par l’Exécutif, où le virus est devenu l’arme des industriels pharmaceutiques pour effrayer le peuple ? Pourquoi un vaccin ARNm, qui pourrait altérer le génome humain, fut-il imposé sans recul ni randomisation, en foulant les règles de la pharmacovigilance ? Pourquoi les Ehpad sont-ils devenus des laboratoires de cobayes, où il s’y pratique la sédation par le Rivotril® pour libérer des places dans les CHU, là où l’État y a confisqué des milliers de lits en soins intensifs ? Par Daniel Desurvire en exclusivité sur amazon.fr

Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne


Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE


Vous aimez ? Merci de nous aider !

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

Pour commenter c’est simple : à la fin de l’article, il vous suffit de placer votre commentaire dans la case prévue à cet effet, de mettre une adresse mail (jamais publiée), votre nom ou un pseudo et de valider en cliquant sur la case « Laisser un commentaire »

2 commentaires

  1. la confiscation des libertés, vous avez raison de l’écrire ainsi, puisque nous sommes en plein dedans. Espérons que le pays finira par réagir et dès les prochaines élections en mettant une rouste à la Macronie et au socialisme.

Laisser un commentaire