EXCLUSIF ! Ce que les médias ne vous montrent jamais : des textes au JORF* pour faire propre sur fond de dictature.

Investigation au coeur du pouvoir

Par Daniel Desurvire

Des textes au JORF* pour faire propre sur fond de dictature

PREMIERE PARTIE

I – Des édits de l’État-Macron qui prennent l’allure de wanted de western !

Emmanuel Macron ne sait plus comment grimer la face lugubre de ses pratiques nébuleuses et manifestement suspectes, quant à la gestion de la crise, dite improprement sanitaire dans le pays. Cependant, en période post-électoral, beaucoup de Français entrés en résistance, car lucides et imperméables à sa propagande délétère, à l’insolence, aux mensonges éhontés et aux artifices cyniques du pouvoir dominant, l’attendent sans doute en embuscade. Une de ses dernières duplicités, qui confine à la perfidie pour se travestir en bon samaritain, fut de promulguer une loi aux apparences angéliques, pour se dédouaner des oppressions ordonnancées contre le Peuple ; donc de se parer d’une bon conscience, et apparaître vertueux dans la peau d’un homme qui aurait de la compassion et de l’empathie.
Cette loi récente, « n° 2021-1575 du 6 décembre 2021 relative aux restrictions d’accès à certaines professions en raison de l’état de santé », a été promulguée, sans doute pour édulcorer la loi scélérate du 5 août 2021, car ségrégationniste et liberticide, autorisant les licenciements secs et sans indemnités des personnels soignants et autres catégories d’emplois non vaccinées contre la Covid. Comment oser prétendre protéger le travail des personnes handicapées, alors que le véritable handicap, car privatif de travail, donc de revenus et de liberté, ne saurait être plus contraignant que le passe sanitaire instauré erga omnes et sans discernement… puisque même les personnes handicapées ne sont pas exemptées par cette loi de cette obligation vaccinale ? C’est donc avec l’audace d’un despote que défendre la veuve et l’orphelin consiste d’abord à fabriquer des exclus qui ont l’imprudence de se réclamer des droits naturels et imprescriptibles qui s’inscrivent dans la Déclaration des droits de l’homme de 1789 (art. 1er, 2, 6, 10 et 11), des chartes et des conventions internationales.
L’hypocrisie de cette mesure législative vise à couvrir le législateur d’une honorabilité de façade quant à sa prétendue bienveillance envers les citoyens Français. En effet, cette loi, dont l’exposé des motif est absent, institue un comité d’évaluation (pour quoi faire ?) concernant l’accès au marché du travail des personnes atteintes de maladies chroniques, pour soi-disant veiller à ce que ces personnes ne soient pas exclues de l’emploi. Pathétique ! Ce comité n’est ni une autorité de régulation, ni une autorité administrative (ou publique) indépendante, ni l’inspection du travail, ni un organisme médiateur, ni les prud’hommes.
Pas même les employeurs ne pourraient y trouver matière à réflexion dans une « évaluation » dont le destinataire de ces prétendus travaux n’est même pas désigné au sein du Gouvernement ou du Parlement, ni de rapport signifié ou exigé à une date jamais précisée par décret. Les évolutions médicales, scientifiques et technologiques évoquées n’attendent donc personne au sein de cette nouvelle coterie fantôme, et les aptitudes médicales demeureront résolument sous l’appréciation des médecins du travail. Voilà donc encore un comité qui ne servira à rien, sinon aux fonctionnaires de Bercy à gaspiller l’argent public pour combler ce néant !

De fait, ce comité n’a donc aucun rôle ni pouvoir contraignant, il est seulement virtuel, institué sans réel objectif pour donner du lustre à des individus irresponsables au sommet de l’Exécutif. Créer un comité souvent constitués de zélateurs que l’Exécutif remercie ainsi pour leur servilité, c’est aussi laisser croire que l’État-Macron consulte, écoute avant d’agir, alors qu’il n’en est rien, puis cette engeance aura délibérément violé une vingtaine de lois naturelles pourtant indispensables au maintien de la démocratie. L’oligarque, depuis le perron de l’Élysée, aura même foulé du pied des chartes et conventions internationales, outre la Constitution et les Droits de l’homme dans de grandes largeurs. Quant au Conseil constitutionnel et le Conseil d’État, ces hautes juridictions ne sont plus qu’une caisse de résonnance qui fait écho depuis les colonnes de Buren à celles du perron de l’Élysée (Voir « L’antipatriotisme d’un chef d’État », p. 189 à 196, éditions de L’Observatoire du MENSONGE).
Comment un chef d’État, avec son comparse Olivier Véran doté de pouvoirs exorbitants, osent-t-ils faire semblant de se préoccuper d’handicap dans le monde du travail, alors que ces dirigeants hors-la-loi se sont accoquinés pour faire licencier des dizaines de milliers de salariés sans motif prophylactique ni autre raison avouable ? En effet, vaccinés ou non, la Covid se contracte et se répand quel que soit le statut vaccinal des personnes. Rappelons avec insistance – et les faits sont têtus – que tous peuvent contracter la maladie et la transmettre, selon l’aveu de l’OMS et nombre d’organes de veille scientifiques comme l’INSERM ou l’Institut Pasteur en France, parmi une dizaine d’autres observatoires étrangers. De sorte que le passe sanitaire, que nous devrions requalifier de « passe discrimination » dans cette dictature en marche, n’est qu’un instrument de rétorsion inique, un ostracisme sanitaire sans finalité thérapeutique, qui ne prévient aucunement cette infection virale, ni la rend moins grave et pire encore, laisse croire à certains de ses détenteurs qu’ils sont à l’abri et peuvent s’autoriser toutes les imprudences.
Alors pourquoi cette loi susvisée, superfétatoire et sans signification juridique et pratique, dépourvue d’application sociale sur le terrain en faveur des handicaps, puisqu’il existe déjà une redondance, dans le Code du travail et le Code de la santé publique, de lois et de décrets protégeant les personnes handicapées et leur favorisant l’accès à la formation et à l’emploi ? Ne devrait-on pas plutôt évoquer les commissions occultes liées au marché juteux des centaines de millions de doses de vaccins anti-Covid versées, via des sociétés extraterritoriales, par le Big Pharma aux dirigeants politiques, médecins stipendiés par ces derniers ou autres fonctionnaires serviles et peu scrupuleux ?
Puisque ces vaccins dépourvus de rapports scientifiques, non randomisés, privés d’AMM avec un décret (n° 2020-1691 du 25 déc. 2020) qui gomme toute vigilance sanitaire à raison de onze dérogations au Code de la santé publique, ne sont encore que des expérimentations d’apprentis-sorciers,
que les pays qui ont eu le plus fort taux de vaccinations à la fin du premier semestre 2021 (l’UK, Israël, la Floride, Malte…) rencontrent la plus importante proportion de contaminations dans une échelle à progression géométrique,
et qu’après chaque vague épidémique, aucun vaccin anti-Covid n’a encore jamais prouvé une quelque efficacité face aux prétendus « variants » qui ne sont que des répliques mutantes du virion original (SARS-CoV-2 [2019]). Ces formes évolutive du virus ne font que muter par survivre dans un processus naturel, à l’instar de l’influenza et de tout être vivant face aux prédateurs ou au climat (processus de transformisme et d’évolution selon Lamarck et Darwin). En l’occurrence, telle est la réponse de Covid aux assauts vaccinaux répétés et rapprochés de façon irrationnelle, lesquels finissent par fausser l’information génétique transmise aux anticorps des organismes ainsi agressés par des leurres, puis ébranlés dans la confusion de messages géniques incohérents.
puis enfin que les autorités médicales les mieux avisées reconnaissent enfin que ladite « cinquième vague » de cette contagion par le virus mutant dénommé « omicron », ne trouve aucun vaccin efficace pour combattre sa propagation. Cependant, il aura fallu trop de temps pour réaliser que les vagues précédentes ne connurent pas davantage de succès, quel que soit la formule vaccinale dédiée ;
… comprenons que, nonobstant les annonces dithyrambiques et lénifiantes des textes publiés aux JORF, le pouvoir régalien se moque de tout principe de précaution, n’a cure de la santé des citoyens en ajoutant un mal à ce fléau, donc ne se soucie que de légaliser une gigantesque escroquerie vaccinale depuis les laboratoires pharmaceutiques pour faire perdurer cette corruption à grande échelle, cela pour en partager les dividendes. La voie empruntée par les dirigeants français fut d’éconduire le peuple, telle une armée de rats de laboratoire condamnés à faire les frais d’une expérience délétère, sinon létale.

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


*JORF : Journal Officiel de la République française

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :


Autre moyen de paiement proposé :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

7 thoughts on “Investigation au coeur du pouvoir”
  1. Effrayantes manipulations effectuées par un président en exercice sans que personne au sommet ne bronche. On aimerait bien entendre les principaux candidats sur ces sujets. Là c’est silence radio. .
    Macron gouverne par décrets comme dans une dictature qui se respecte. Il décide tout en son château sans passer par les assemblées : c’est très grave même dangereux à terme.
    Quant aux politiques de tous bords, ils ne cherchent que leur seul intérêt et c’est dramatique.

  2. Macron joue sur du velours en voulant « emmerder » les non vaccinés puisque l’immense majorité des Français est pro vax et pro pass. Macron sait très bien que ceux qui sont anti vax ne voteront pas pour lui.

  3. Macron ne dirige pas la France mais sa propre agence de pub : actuellement, il met en place sa campagne depuis quelques mois déjà. Le pire c’est qu’il risque fort d’être réélu. Il pourra dire merci à tous les veaux en ce cas et faire de la France la nouvelle RDA.

  4. Ce qui est dramatique, c’est qu’à priori personne ne peut affirmé que tous ces vaccins soient efficaces. cela rend d’autant moins acceptable lma chasse aux non vaccinés et de couper la France en deux comme vient de le refaire Macron.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :