Par Claude Picard

Que la peur soit une mauvaise conseillère, tout le monde le sait. Pourtant, en politique, elle sert encore de boussole à tous les paumés du discernement.
Ceux qui ont, toujours, le trouillomètre à zéro ! Et quand ces handicapés de l’initiative ne savent pas quelle décision prendre – cela leur arrive souvent – ils utilisent leur peur. Pour égarer l’adversaire ou, quand ils gouvernent, pour asseoir leur pouvoir. C’est en pratiquant ce genre de gouvernance que Macron et ses comparses ont réussi à imposer leur hégémonie politique. Parce qu’eux-mêmes, paradoxalement, ont l’angoisse du commandement. De leurs injonctions ! Ce n’est pas « le vertige de l’amour » mais ça y ressemble ! Comme une addiction, ils ne peuvent plus se passer de cette adrénaline que procure leur domination, même quand ils ont conscience que cette dépendance paralyse leur cerveau. Au point que la moindre parcelle de lucidité n’a plus sa place. 


La pleutrerie est congénitale chez les Macronistes. N’étant pas très sûrs d’eux-mêmes, ils font n’importe quoi, n’importe comment, n’importe quand, n’importe où. Quand on sait que leur désarroi est là, toujours présent, quelque part dans leurs actes, on peut les comprend. Cela n’empêche pas de les jauger à leur juste valeur : trouillards, ils sont, trouillards, ils restent ! Mais, en attendant, tout cela n’arrange pas nos affaires et bien que nos Macronistes, depuis les dernières élections législatives, n’aient plus la majorité absolue à l’Assemblée nationale, nous craignons toujours qu’ils nous fassent subir la pire des entourloupes. Car on sait de quoi ils sont capables ! Pas la peine de faire des efforts pour se remémorer leur calamiteuse gestion du Covid et son cortège d’incohérences : enfermement généralisé, discrimination odieuse et méprisante entre vaccinés et non vaccinés, verbalisations intempestives et autres persécutions à la fois condescendantes et contradictoires, voilà leur gestion de crise. C’était du grand n’importe quoi où toutes nos libertés fondamentales ont été bafouées ou, carrément, passées à la trappe ! Un pilotage à vue, décrété, comme toujours, dans la panique et l’impréparation. En détournant les véritables recommandations scientifiques, pour nous contenir ! Au passage, n’oublions pas les conflits d’intérêt, probables et nombreux, que cette pandémie a, forcément, suscité. Rien que cet épisode de la gouvernance Macron devrait ouvrir les yeux à plus d’un. Quant au constat global, il y aurait trop à dire. 

Si la France est dans l’état de sidération et d’immobilisme empesé, dans lequel elle se trouve, c’est parce que Macron n’est pas un président : il n’est que le représentant des actionnaires de la mondialisation. Qui ont dépensé, sans compter, pour qu’il devienne président de la République française et sur lequel ils attendent un retour sur investissements qui doit combler toutes leurs attentes. Elles ont déjà obtenu, ces élites, la casse des services publics et des acquis sociaux et elles visent à l’instauration d’un libéralisme le plus débridé possible où seul le marché fera la loi. À la place des législateurs ! Depuis, les Français ne savent plus où ils habitent et ils sont au bord de la crise de nerfs. Et en colère ! Mais la Macronie s’en fiche ! Inconsciente, droite dans ses bottes, elle continue à appliquer la politique pour laquelle elle a été élue et réélue. En entretenant, encore et toujours, la peur ! Qui reste sa règle de conduite et sa seule boussole. Sait-elle qu’elle n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée nationale ? Apparemment pas ! Parce qu’elle ne veut pas voir ? 

Mais qu’attend l’opposition, la vraie – pas celle qui s’agite furieusement en faisant beaucoup de bruit pour rien – pour déboulonner la Macronie ? Pour la remettre à sa place : dans la poubelle de l’Histoire ! Cette engeance a déjà fait tellement de mal à la France que les Français n’en peuvent plus. Ils s’impatientent ! Et eux n’ont pas perdu la boussole… 

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou contribuer du montant de votre choix :

Soutien du site via système de paiement 100% sécurisé : cliquer ICI

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “La boussole de la Macronie”
  1. cet homme providentiel où est il ? Il ne doit pas être encore né. Dans l’éventail politique actuel je ,ne vois personne. pour relever le défi.

  2. Nous avons besoin de leaders qui ne soient pas amoureux de l’argent mais de justice
    Nous avons besoin de leaders qui ne soient pas amoureux de publicité mais d’humanité
    Martin Luther King
    Nous n’avons pas besoin de Macron plein de contradictions mais d’un vrai président qui aime la France, un Homme en qui nous pouvons accorder toute notre confiance.
    Nous avons besoin d’un vrai président plein de bon sens qui ne perde pas la boussole.
    Merci Claude Picard d’avoir posé les qualités d’une boussole fiable , celle qui ne perd jamais le Nord…

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :