La nouvelle révolution française…

Un texte à lire

COMMENTEZ mieux PARTICIPEZ !

Pourquoi faire un don ? C’est ICI

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

L’info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

  TRIBUNE LIBRE  

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d’informations en ligne sur l’actualité politique parisienne.

La nouvelle révolution française a-t-elle déjà commencé ?

Cette semaine, Serge Federbusch revient sur la démission du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, les mauvais résultats socialistes aux législatives partielles dans l’Oise, l’attaque du RER D, et les prémisses d’un processus révolutionnaire…

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/nouvelle-revolution-francaise-t-elle-deja-commence-serge-federbusch-675065.html#9Xm3xk7DefiPhuUy.99

Les éléments d’une crise de régime se mettent progressivement en place. Mais d’où viendra l’étincelle ? La démission de Cahuzac, alors que la normalité et la moralité sont deux des trémolos habituels de la chanson « hollandaise », érode encore un peu plus la crédibilité du pouvoir. Les processus révolutionnaires commencent souvent avant que leurs acteurs mêmes ne l’aient compris. Et il faut dire que, de semaine en semaine, la dégradation s’accélère, sous l’effet implacable d’une économie en récession.

En attendant, osons un hommage à l’ex ministre du Budget : il était le seul membre du gouvernement avec une véritable expérience du secteur privé et certainement l’un des plus solides intellectuellement. En Normalie aussi, ce sont les meilleurs qui partent les premiers.

1 – François Hollande en piste pour un « Super 21 avril » ?

Mou-Président prétend-il au titre de grand fossoyeur du parti socialiste et promoteur du FN ? Après les sèches défaites des législatives partielles de décembre dernier, où trois candidats socialistes avaient mordu la poussière, le résultat de dimanche dans la deuxième circonscription de l’Oise doit être regardé avec plus d’intérêt que la presse socialo-cajolante ne veut lui accorder. La postulante socialiste n’a même pas atteint le seuil de 12,5 % des inscrits pour pouvoir se maintenir !

Le seul espoir politique de Hollande : que le Front national finisse par dépasser l’UMP et provoque en 2017 – et dans chaque scrutin local d’ici là – un « 21 avril à l’envers », est déjà sérieusement compromis. Le risque pour le PS est plutôt de connaître de multiples « Super 21 avril », accentués par le fait que la différence entre les candidats frontistes et socialistes sera plus prononcée que lors du scrutin ayant conduit à l’éjection brutale de Jospin en 2002. Il ne faut pas oublier qu’Hollande a de l’expérience : il était aux commandes du PS cette année là et il s’employa à faire oublier sa participation à ce désastre collectif.

Les responsables politiques jouent de plus en plus avec l’idée que la montée du Front national pourrait le rapprocher du pouvoir. Il suffisait de voir et d’entendre François Bayrou sur le plateau de « On n’est pas couchés », développer le raisonnement filandreux que son heure viendrait peut-être après un « épisode extrémiste » pour se dire que le désarroi se répand dans les esprits les plus fragiles !

La contradiction dans laquelle se débattent les socialistes depuis bientôt trente ans : défendre l’Union européenne tout en sauvegardant le régime clientéliste de droits acquis dont ils ont été les principaux artisans, devient insupportable. Il a fallu l’usure de trois mandats de présidents de droite, la crise de 2008 et la capacité de dissimulation de François Hollande en 2012 pour leur permettre d’occulter temporairement ce problème. Mais les meilleurs subterfuges ont une fin.

Plus les socialistes tarderont à choisir, plus leur parti sera durablement laminé. La récession actuelle ne leur laisse que quelques mois pour sortir du piège. Déjà, Ayrault et la moitié de son gouvernement sont démonétisés et l’image présidentielle elle-même est atteinte en profondeur. Plus rien ne s’oppose à ce que, d’ici la fin 2013, Hollande soit le président le plus impopulaire de la cinquième république. Rappelons qu’hormis la situation très particulière d’une cohabitation qui faisait de lui un opposant, jamais un chef de l’Etat n’a réussi à regagner l’opinion publique après pareille dégringolade.

La tension ne fait donc que commencer à monter rue de Solférino, siège d’un syndicat d’élus locaux qui seront de plus en plus nerveux au fur et à mesure que les élections municipales de mars 2014 vont approcher. La majorité socialiste à l’Assemblée ne tient qu’à un basculement de 33 voix et il ne faudra pas attendre quatre ans pour que 33 députés socialistes soient particulièrement à cran.

Pendant ce temps, la récession économique frappe le pouvoir de stupeur. Le gouvernement et la majorité parlementaires ne savent comment la juguler et chaque annonce faite, comme la division par deux du montant des allocations familiales, sème le trouble et renforce l’attentisme des ménages et des consommateurs d’autant plus stupidement que ces mesures restent souvent à l’état de projet.

2 – Violences : Valls va devoir communiquer davantage !

Scène de Far-West dans le RER, prise d’otages et fusillades en série à Marseille, hausse générale de la délinquance : il est temps que Valls réagisse comme il sait si bien le faire, qu’il prenne l’avion et tape du poing sur la table dans des conférences de presse … Heureusement qu’il est le ministre le plus sondagièrement populaire.

3 – Notre pape de Paris

Nous n’avons certes pas l’intention de transformer ce Pot aux Roses en forum théologique ni la prétention de dire si l’humilité et l’attention prêtée aux pauvres est le meilleur moyen pour l’Eglise de conforter son audience en péril. Notons en tout cas que c’est un pari audacieux alors que l’agressivité au sein et entre les grandes institutions qui gouvernent et encadrent les hommes de par le monde a plutôt tendance à se développer. Mais que le très Saint Père se rassure : il n’est pas seul.

François de Rome a proclamé urbi et orbi qu’il voulait une « Eglise pauvre ». François de Paris est en train d’en faire autant avec la France. Mais, comme il est encore plus discret et modeste que son homologue, il ne le proclame pas.

4 – Français, planquez votre grisbi !

Le projet de casse qui a vu les épargnants chypriotes et autres naïves personnes ayant déposé leurs petites économies sur les comptes des banques de Vénus menacés d’être soulagés de 6,75 % à 9,9 % de leurs avoirs, inquiète dans les chaumières. Bon, d’accord, il y a sans doute des déposants russes aux revenus pas très orthodoxes dans le lot des victimes et les Chypriotes sont loin d’être aussi pauvres qu’on le croit, la part des actifs financiers bruts détenue par les ménages y étant supérieure à 250% du PIB contre 200% pour la moyenne en zone euro. Mais, enfin, est-ce une raison pour semer ainsi la panique ?

La situation chypriote est catastrophique dit-on ? Pourtant, la dette publique y est à peu près équivalente à celle de la France (90%), le déficit budgétaire guère plus élevé (5 % contre 4 %) et l’immobilisme du gouvernement pas plus inquiétant. La différence est que Paris est davantage soutenu par Berlin que Nicosie et les investisseurs lui réclament donc des taux d’intérêt plus faibles.

Mais ne vous inquiétez pas, il restera à nos gouvernants hexagonaux la possibilité d’une ponction « douce » par l’inflation ou d’une coupe fiscale réglée au nom de la justice patrimoniale.

L’effet immédiat sur les marchés financiers de ce coup de massue sur nos cousins méditerranéens montre en tout cas que les interactions psychologiques sont puissantes. On se met à craindre pour toutes les banques sud-européennes. Chypre ne sera pas la goutte qui fera déborder le vase mais la nervosité que cette petite île répand dans tout l’Euroland est significative de la fragilité globale de ce dernier.

Ah, au fait, avant d’adopter en 2005 la merveilleuse monnaie unique européenne, l’économie chypriote était une des plus dynamiques d’Europe ! En attendant, plus que des dialogues et scénarios de Merkel et Hollande, les Français devraient s’inspirer de ceux de Michel Audiard pour éviter qu’on touche à leur grisbi.

5 – Il faut dissoudre le peuple !

Pour mettre fin à « l’expérimentation » de la présence de jurés populaires dans les tribunaux correctionnels, Taubira et ses acolytes des syndicats de magistrats déclarent qu’ils coûtent cher et ne sont, de toute façon, pas plus répressifs que les juges professionnels.

Avec ce genre d’arguments, on pourra bientôt les supprimer aux assises. Un hiérarque et des bureaucrates trouvent toujours de bonnes raisons pour estimer que le peuple n’a pas à décider par lui-même. Enfin … Taubira et le Syndicat de la magistrature faisant mine de regretter des décisions trop laxistes, on aura au moins gagné un quart d’heure comique dans cette opération.

6 – Chanson pour Carla composée à la demande de mes enfants et offerte aussi aux lecteurs d’Atlantico

(sur l’air immortel du Papa pingouin)

Le François pingouin, le François pingouin

Le François, Le François, Le François pingouin

Le François pingouin angoisse en son palais

On le sent nerveux

Un peu malheureux

Nostalgiques des urnes

Des doux mois de mai

Pour calmer ses nerfs

Il va à Dijon

Il envie Nico

Qui vole en sondages

Il a des pieds de plomb

Ça le rend grognon …

(Au refrain}

Sur le macadam

Face à l’Elysée

Il fait des pas douteux

On l’entend murmurer

Je veux m’en aller

Très haut dans le ciel

Tout près du soleil

Comme l’Obama

Si l’on me retient pas

Je peux voler haut …

Mais voyons François

Pourquoi dis tu ça ?

Tu sais bien que les ailes

Celles des pingouins et des moulins

Ne servent plus à rien

Mais pourquoi François

Vouloir des lambris ?

Ta Tulle était belle

Laisse le trône aux méchants

Aux intrigants

Viens François …

(Au refrain)

Le François pingouin, le François pingouin

Le François, Le François, Le François pingouin

Le François pingouin poursuit son joli rêve

Voilà qu’il se prend

Pour un éléphant

Fait de longs congrès

Descend vers le sud

Et voici Marseille

Et ses fusillades

Les rives de Carthage

Même si les printemps

Y finissent voilés

Mais pourquoi François

Aller au Mali ?

Ici la vie est belle

Si tu vas casqué tu n’iras pas loin

Reste là François

Le François pingouin, le François pingouin

Songe à sa banquise

En 2017

Fera sa valise

Le François, Le François, Le François pingouin

(Au refrain)

Serge Federbusch

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/nouvelle-revolution-francaise-t-elle-deja-commence-serge-federbusch-675065.html#1OuOm24oL1dMpYzt.99
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/nouvelle-revolution-francaise-t-elle-deja-commence-serge-federbusch-675065.html#1OuOm24oL1dMpYzt.99

Merci pour cette publication à ATLANTICO

Atlantico

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Serge Federbusch pour http://www.atlantico.fr

  TOP articles :  

  • Répondre à notre  sondage qui change chaque semaine en cliquant ICI

BLOG, mode d’emploi, cliquez ICI

*****

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

logo L D P

clic

Découvrez :

en cliquant sur l’image ci-dessous :
Blog des LOGO

6 commentaires

  1. Je trouve ce texte franchement moyen et son auteur comme Atlantico sont souvent, même trop souvent, à côté de la réalité. Autant j’apprécie l’Observatoire du Mensonge autant là je reste à l’écart.

Laisser votre commentaire