Autopsie du culte mahométan


Une étude approfondie sur l’Islam et une réponse aux interrogations le concernant.

Nous SUIVRE : c’est gratuit en plus !  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 989 autres abonnés

Un document exclusif Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Autopsie du culte mahométan

Par Daniel Desurvire

CHAPITRE 1
1°) Exhumation des reliefs délétères du Coran et dissection des comportements catatoniques du Prophète induisant des projections mortifères sur ses panégyristes

Il est vraisemblable que l’Islam, qui est apparu dans une région déshéritée du monde, où des légions de barbares s’entretuaient pour engranger des biens, violer des femmes, garnir des enclos d’esclaves, sinon pour subsister. En l’absence de morale, d’instruction et de vertu, les adulateurs du culte d’Allah ne pouvaient guère s’écarter du comportement béotien de leur cicérone céleste tel qu’il s’inscrivait dans la tradition orale. L’un d’eux voulu surpasser les autres pour s’emparer du pouvoir de subjugation sur les siens. Muhammad, correspond à ce type de comportement de l’époque, ou de chevrier il devînt chef de guerre puis un criminel endurci. L’absence de morale et d’éducation, puisque illettré selon l’aveu même des scribes du Coran, poussa ce farouche et rustre belliciste à revêtir l’identité d’un personnage égal aux prophètes de la Bible pour rehausser son prestige, et apparaître tel un pendant du messie (messager ou augure) aux yeux de ses contemporains guère difficile à berner.
Selon toute vraisemblance, Muhammad disposait autour de lui de différents scribes et doctes comme Ali, Othman, Zaïd, Moawia et autres compagnons de guerre, pour laisser quelques traces écrites de son auguste mémoire et de ses néanmoins lugubres œuvres. Muhammad ne savait vraisemblablement ni lire, ni écrire (in Coran, VII.157 et LXII.2). Dans le Coran, il est qualifié de « ummî », (illettré) ce qui est relaté dans le verset 47, sourate 29 : « Il y avait un temps (la révélation du Coran), où tu ne récitais aucun livre, où tu n’en aurais écrit aucun de ta main droite (la dextre) ». Mais l’interprétation de cette lecture dérange les islamologues, ainsi l’historien Mohamed Talbi (XXe siècle), lequel tenta d’éloigner la lecture directe du Coran au profit d’un décryptage vectoriel (l’intentionnalité des Écritures).
C’est ainsi que des exégètes musulmans traduisent, selon une tendance apologétique et en diagonal, que le Prophète d’une grande culture aurait été de ceux qui maîtrisaient le mieux la littérature et la poésie en son temps. En l’occurrence, même ce qui est écrit de façon évidente, peut être inversé par la pensée de ceux qui n’en veule pas. Cette bibliographie ajustée de façon bien malhabile à l’histoire sainte des « gens du livre », deviendra le Coran, auquel les contemporains de Muhammad y ajoutèrent des inscriptions supposées sceller ces annales divines pour la postérité (la sunnah), mais avec des témoignages hadîthiques plutôt fragmentaires, réputés authentiques ou non pour mieux servir des interprétations aux strophes redondantes, sans liens ni ordre chronologique et discordantes. Par analogie avec la Bible et les apocryphes : des sourates sont dites abrogées. Mais ô paradoxe, ceux-là apparaissent en clair dans le Coran avec les sourates abrogeantes, sans même avoir effacé les premières !
Le dernier-né des cultes monothéistes, une branche notoirement viciée des religions d’Abraham, aura probablement été l’ambition de quelques-uns à vouloir élever un homme à l’image des grands prédicateurs comme Jésus, Bouddha ou autres sages tantriques. Or Muhammad était inculte et violent de son état. Pour ce faire, les pères de cette confession, fraichement sortie du chapeau, s’employèrent à édifier leurs propres tables de loi pour faire autant que leurs prédécesseurs, mais les avilir pour ériger leur dieu en despote incontestable et obligatoire, sorte de seigneur absolu sur les autres divinités que ce logos prétend écraser. Il apparaît que ce prophète, frustré par l’érudition de ses rivaux juifs et chrétiens, se soit ainsi retranché dans la violence* comme d’une thérapie pour surmonter son anémie intellectuelle. Sur ce registre pathétique, ce démiurge autoproclamé provoqua les autres croyants en leur proposant de mourir pour voir s’ils iront effectivement en enfer ou au ciel ! Selon la définition du psychiatre Pascal de Sutter, « C’est une impression pénible d’être inférieur à la normale ou à un idéal désiré, soit dans un secteur déterminé, soit dans tous les domaines ».
Ce sentiment d’infériorité désagrégeant peut induire un comportement masochiste dès lors que le sujet se replie sur lui-même pour ne pas révéler son handicap, stigmatisant au passage ses propres amis dans un réflexe d’auto-victimisation ; ainsi « le vilain canard » selon Hans C. Andersen. Cette dévalorisation de soi peut engendrer un comportement excessif* pour occuper l’espace blessant d’une déficience ou d’un complexe refoulé. C’est le syndrome du « The Great Dictator » (1940) que Charlie Chaplin su mettre en spectacle avec un humour féroce dans une scène satirique, où Adolf Hitler, sous l’empire d’une crise de démence délirante et narcissique, se met à grimper au rideau et à jouer à la balle avec un globe terrestre en caoutchouc gonflé. Ipso facto, l’effet placebo de la mégalomanie comble ce mal-être enfoui pour remonter jusqu’à la folie extatique.
Vu sous le regard anamorphosé des Chrétiens, dont La divine comédie (Dante Alighieri : début du XIVe siècle), Minos prodigue à chaque pécheur le sort qu’il mérite selon les offenses de son existence temporelle, et son obstination à se complaire dans l’inconduite ou l’hérésie. Cette allégorie fut peinte et dessinée à une époque où le Prophète Mahomet était apparenté à une enseigne diabolique, une figure chtonienne de l’antéchrist. L’enfer, chant XXVIII, extrait de cette commedia florentine :
« Le tonneau, lorsqu’il perd quelque douve ou le fond,
 ne reste pas béant, comme un que j’aperçus, 
ouvert depuis le cou jusqu’au trône des pets. Entre ses deux genoux pendillaient ses boyaux,
 les entrailles à l’air, avec le sac fétide 
qui prend nos aliments pour les merdifier. Je tenais mon regard rivé sur cette horreur ; il ouvrit, m’ayant vu, de ses mains sa poitrine 
et dit : “Regarde donc comme je me déchire” ! Vois à quel triste état est réduit Mahomet ! 
Celui qui va devant en pleurant, c’est Ali,
 le visage béant du toupet au menton. Tous les autres esprits que tu peux voir ici
 dans la vie ont été des semeurs de scandale
 et de schisme ; et voilà ce qui les fend ainsi » !
Dans cette strophe médiévale, on y ressent la dérive, suggérée depuis les frayeurs imprimées par l’Église apostolique qui cherchait à convertir les âmes damnées pour assurer leur Salut, voire d’user de tourments, un calvaire infligé jusqu’à la mort rédemptrice. En ces époques éculées, où la religion égalait en superstition, la société moyenâgeuse n’était alors pas très éloignée de la rugueuse opiniâtreté de l’Islam rétrograde tel qu’il se présente aujourd’hui ; un rameau vicié des cultes monolâtres.
A suivre…

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

Inscrivez-vous pour nous SUIVRE – c’est gratuit en plus !  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 989 autres abonnés

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevezgratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Soutenez Observatoire du MENSONGE c’est notre seul moyen de nous développer et nous comptons vraiment sur votre aide


Via  Plateforme totalement sécurisée PAYPAL.

Vous avez envie de vous exprimer ? Faîtes-le !
Comment ?
C’est simple : vous rédigez un article* d’au moins 40 lignes, maximum 150 lignes et vous l’envoyez par mail en cliquant ICI

*Si le comité de lecture l’approuve, l’article sera vite publié.

Publicités

7 commentaires

  1. très bel article , puissiez-vous être entendu par tous ceux qui sont sourds et aveugles, à commencer par notre président, pendant son discours à Versailles, et d’autres gouvernements européens ! il faudrait parcourir le monde, en commençant par notre nation , vous en avez les titres
    anéantissement de tout esprit critique, c’est certain et les printemps arabes n’étaient visiblement pas prêts, pour l’ accession à la maturité, qui semble impossible avec un tel fardeau ! merci

    Aimé par 1 personne

    1. Vous avez rien compris ! Les « pseudo printemps arabes » , c’était des leurres couverts par nos gentils médias . En réalité , c’est le nouvel ordre mondial car, celui qui contrôle les médias et les services de renseignement dirigent ce monde de « faux -semblants » .
      ——————————————————————————————————————–

      J'aime

  2. Analyse décapante d’une religion qui sème le trouble dans les esprits, religion de haine, d’intolérance et de violence, qui détruit, pille et assassine depuis 15 siècles et tente de présenter une image en trompe-l’oeil qui se voudrait apaisée et masque la réalité des massacres, des génocides par une stratégie de dissimulation et de victimisation outrancières, cette religion des ténèbres fanatise et transforme ses victimes en esclaves dociles, adeptes du sang, du meurtre, c’est l’anéantissement de tout esprit critique, négation de toute culture qui ne se soumet pas à la culture, aux mœurs barbares de la tyrannie islamique!
    L’islam conquérant a pillé, spolié les peuples, travesti et dérobé les connaissances, s’attribuant les sciences venues de civilisations antérieures, y compris celles de l’héritage grec! Merci à vous!

    J'aime

    1. Ce qui est le plus incroyable et décourageant à constater, c’est que des gens instruits, dans nos facultés et celles du monde autre que musulman… Continuent à croire, voire véhiculer cette religion mortifère. Dans mon université, j’ai connu un professeur musulman (nous avons travaillé ensemble su un projet de recherche), très compétent dans son domaine. Il a dû quitter car il nous « emmerdait » tous pour adhérer à sa religion! De deux choses l’une: il n’avait jamais lu le Coran, si oui… Il, comme bien d’autres, avait été endoctriné depuis l’instant même de la naissance.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.