Le monologue du débat


Macron ne daigne quasiment plus s’occuper de sa fonction, il est trop pris par ses meetings…

Après les voeux de contrition pas vraiment sincère du Président puis « La lettre à moi-même du même Président, nous voici dans « Le monologue du débat », une variante de campagne électorale menée par un Président en exercice qui délaisse sa fonction.

Le monologue du débat

Par Alexandre Goldfarb

Nous assistons en ce moment à une véritable campagne de propagande digne de l’URSS des années Cinquante : pas une télé pas un média sans voir Macron et son gouvernement ou affiliés nous baratiner pendant des heures. C’est devenu grotesque et ridicule !

Macron ne daigne quasiment plus s’occuper de sa fonction, il est trop pris par ses meetings ici ou là.
C’est quand même incroyable que personne ne songe à manifester contre cette façon de procéder !
Le référendum voulu soi disant maintenant par Macron n’est qu’une mascarade de plus au pays des veaux devenus des moutons.
De qui se moque ce gouvernement ? Vous ne voyez pas ? Allez je vous aide : des Français pris pour des idiots.
La technique de l’enfumage pratiquée à outrance a toujours bien fonctionné avec une gauche qui possède les médias et sait s’en servir face à une opposition vraiment trop minable.
Comme toujours les politiques nous proposent des mesures à prendre mais aucune de ces mesures ne serait appliquée une fois arrivés au pouvoir. En plus si vous les lisez, elles sont presque toutes ridicules parce que sans effet sur notre situation et encore moins sur notre désastre économique.
Curieusement personne n’évoque le déficit record développé et atteint par Macron et son super gouvernement d’incompétents. J’ai proposé des mesures simples et efficaces, à mettre en ouvre immédiatement,  qui ne sont que le reflet du bon sens et de la réalité actuelle de la France.
C’est clair et net : il n’y a plus d’infos en France juste « Télé-Macron » le télé-évangéliste qui ne préside plus vu qu’il est en campagne ! C’est scandaleux et surtout contraire aux lois en vigueur !.
Le leitmotiv c’est toujours #nousprendrepourdescons
Nous vivons dans une République bananière avec les Macron, Philippe, Castaner, Darmanin, Le Maire, Belloubey, Pénicaud et autres Le Drian ou Buzyn sans oublier Schiappa dont la mission visible est de couler Macron ! Soit ils sont incompétents soit ils sont dogmatiques quand ils ne combinent pas les deux pour être encore plus mauvais. La contradiction chez Macron est totale et son gouvernement est inepte. La note risque d’être très salée.
Je crains au vu de l’indifférence générale que nous bouffions du Macron pendant quelques années encore….
En attendant nous sommes otages de ce « Monologue du débat » !

« Avec Macron, la liberté est en marche arrière… ».

« La vérité est une délicieuse plante qui ne pousse pas toujours comme on voudrait ».

Alexandre Goldfarb

Président fondateur de l‘Observatoire du MENSONGE

Dessin de couverture par MUTIO pour URTIKAN

Article à lire : Le grand débat ou le grand dégât ?

« Le grand débat national : je pensais que c’était 60 millions de français qui donnent leur avis pendant plusieurs jours, en fait c’est Emmanuel Macron qui donne son avis à 60 millions de français pendant plusieurs heures ! » Anne Roumanoff.

Encore une fois il y a loin de ce que les médias vous assènent à la réalité avec ce sondage grandeur nature du Figaro en date du 14 février 2019 :

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Alexandre Goldfarb pour Observatoire du MENSONGE

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.


Minute du MENSONGE 62
Macron nous a mis une drôle de musique en marche.

Le chant des sans-parti
On recherche activement l’opposition disparue partie sans laisser de traces…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Faire un don

Pour aider le site à poursuivre…

€5,00

♥ Retrouvez-nous sur FACEBOOK en cliquant ICI

Vous avez envie de vous exprimer ? Ecrivez un article que vous nous soumettrez pour publication, pour nous l’envoyer c’est ICI

Publicités

13 commentaires

  1. « La note risque d’être très salée ». elle est déjà rendue de la saumure. Je pose peut-être une question stupide par ignorance.
    Macron, avant de porter le chapeau de président, est d’abord et avant tout un citoyen français. De ce fait, il devrait être assujetti aux même lois et obligations en tant que citoyen français. Ceci étant dit, président ou non, si il commet des actes justiciables, il devrait, comme tout citoyen « ordinaire » pouvoir être accusé. Et ce… conformément aux lois qui sont appliquées aux communs des mortels français….
    J’en arrive donc à ma suggestion: serait-il possible de trouver des volontaires prêts à porter des accusations, en bonnes et dues formes? Depuis au moins six mois, il y a des allusions faites comme quoi Macron agirait, dans certains cas, en marge de la légalité. Dans ces conditions…
    Sa crédibilité son intégrité seraient misent de l’avant. Nul doute que le résultat serait voué à l’échec. Cependant, il lui serait nécessaire de mentir. Plus encore, dans ce cas, il faudrait que les rouages de la justice arrivent à étouffer l’affaire… Avec tous les remous et les indignations (espérons) que le peuple pourrait monter en épingle. Au bout de la ligne… Ma dernière question: existe-t-il une procédure de destitution du président?… Comme cela existe aux USA?

    J'aime

    1. Bonjour, il existe en effet une procédure de destitution mais qui au vu de ses exigences est quasi inapplicable sauf en cas de maladie très grave et visible qui empêcherait un Président de gouverner. La procédure En France, la procédure de destitution du Président de la République est prévue par l’article 68 de la Constitution. Elle est applicable depuis le 25 novembre 2014.
      C’est la révision constitutionnelle du 23 février 2007 portant sur le statut du président de la République qui a introduit une procédure de destitution.
      La procédure peut être déclenchée par l’Assemblée nationale ou par le Sénat. Il faut qu’un groupe de sénateurs ou de députés formant une majorité des deux-tiers de l’une ou l’autre assemblée votent une proposition mettant en accusation le Président en vue de sa destitution par la Haute Cour. La seconde assemblée doit dans un délai de quinze jours se prononcer sur la proposition. Passé ce délai s’il n’y a pas accord entre les deux assemblée, la procédure est abandonnée.
      En cas d’accord des deux assemblées, la Haute Cour est formée (par l’ensemble des parlementaires) et doit se prononcer dans un délai d’un mois. La Haute Cour est présidée par le Président de l’Assemblée nationale. Les votes des membres de la Haute Cour se font à bulletins secrets. Il est interdit de voter par délégation de vote.
      La décision de destitution doit recueillir les deux-tiers de voix.
      Pendant la durée de la procédure, le Président continue d’exercer ses fonctions. Il n’y a pas d’intérim.
      Le Président peut être traduit en Haute Cour en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat. Ce manquement n’est pas lié à la nature, à la gravité du manquement mais au fait qu’il ne permet plus de poursuivre l’exercice normal des fonctions de Président de la République.
      En fait c’est quasi inapplicable pour la bonne et unique raison que le Président est en général soutenu par une majorité d’élus. Ici par exemple le Président de l’Assemblée est son proche, Ferrand.
      Donc même si le Sénat arrivait à voter par ⅔ cette demande, l’Assemblée Nationale la rejetterait immanquablement. En plus le motif de cette demande doit être recevable…
      Donc cette possibilité est improbable en réalité.
      Bon dimanche Christian, Alexandre

      J'aime

      1. Merci infiniment Alexandre!… Comme ils disent au Québec: « je vais me coucher moins niaiseux ce soir! ». Je retire de votre explication bien détaillée, que dans le fond, la procédure de destitution du président établie en 2014, n’est que du vent. Car en fin de compte, pour que cela puisse arriver il faudrait que sa députation vire capot! Donc très peu probable, car chaque député y aurait beaucoup à perdre. Bon dimanche Alexandre, Christian.

        J'aime

    1. Non mais comme d’habitude Wauquiez a déclaré qu’il allait déposer un recours… Qu’il allait ce qu’ils disent et ensuite il n’y a rien ! A ce jour aucun recours donc.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.