La France bâillonnée 5


Europe sans peuple, pays sans nom !

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

La France bâillonnée

Par Jean-Marie Pieri

Chapitre 5
Europe sans peuple, pays sans nom !

À ceux qu’on foule aux pieds, (L’année terrible) 1872, Victor Hugo (voir extrait après l’article).
Triste constat Messieurs les Anglais, tirez (vous) les premiers! L’Europe des débuts n’existe plus, elle est bien morte, de 6 à 12 elle s’est élargie l’Europe obèse à 27 n’est plus viable, ce monstre protéiforme devient un non sens, une aberration politique qui marie la carpe et le lapin (les forts contre les faibles, les maîtres contre les esclaves, escroquerie du siècle d’un empire caduc et pourrissant à la veille d’un effondrement, d’un cataclysme en marche) le rêve d’une zone économique préservée s’est transformé en véritable cauchemar antidémocratique où règnent violences et compromissions, trafics d’influence et clientélisme des partis, une Assemblée « croupion » qui ne décide de rien et ne fait qu’avaliser les caprices des satrapes, les réglementations absurdes, concoctées au fond des salles obscures, des cabinets secrets par des technocrates non moins obscurs et non élus qui exercent une tyrannie insupportable!

Vous aimez ? Alors participez !

A tous nos lecteurs Vous voulez comme nous restés informés et libres ? Faîtes un don pour que nous puissions continuer à vous informer et vous divertir. MERCI !

€5,00


Toutes ces dérives d’une planification désordonnée aussi stériles qu’inefficaces font craindre à brève échéance un désastre et une implosion d’un système déficient qui verra surgir des conflits économiques majeurs, la bête agonise, les scandales se multiplient au niveau des institutions dirigées par des poulets sans-tête, des ambitieux sans foi ni loi (commissaires européens grassement rétribués n’ayant de compte à rendre à personne), nous retrouvons l’absurdie d’un système de type néo-soviétique qui s’appuie sur une idéologie hors sol, après le socialisme défectueux, le capitalisme utilise le jouet de la mondialisation cette lèpre galopante qui ruine les pays, les cultures et les traditions!
Le diable n’hésite pas à se mordre la queue sous couvert de progressisme le plus haineux, il impose ses choix les plus contestables et nous jette à la figure tous les immondices contenus dans la boite de Pandore (parent 1, parent 2, GPA, PMA, christianophobie, islamophobie, antisémitisme, ultra-gauche, ultra-droite, terrorisme, revenants, migrants, gilets jaunes….)
Le citoyen européen sera analphabète, inculte, lâche, amnésique, muet, consommateur boulimique drogué, formaté aux réflexes les mieux conditionnés d’une nouvelle ère de type pavlovien, esclave des nouvelles lubies et technologies dites numériques, victime de ses passions, d’une idéologie désastreuse, celles des moulins à vent (moulins à paroles ou éoliennes écolos même combat chez tartufe épris de son nombril) digne des délires de Don Quichotte, oublieux de ses droits et de ses devoirs, rouage irresponsable de la pensée commune, de la pensée unique d’un politiquement correct, celui du visionnaire Orwell 1984 ou la ferme des animaux que nous sommes devenus, chair à canon du prêt à cuire en toute saison!!
Le citoyen nourri et abreuvé à la « substantifique moelle » de la médiocratie bien-pensante s’endort entre le foot et la tv- réalité, nouvel opium du peuple que l’on jette comme un os aux pourceaux, car Moloch n’a pas changé il tue et dévore bien les siens avec une triste volupté!
Sous le boisseau de la république du bla-bla festif, logorrhée et images trafiquées d’une pseudo-culture (Hanouna, Ruquier, Schiappa en maîtres du genre) nous éructons, nous parlons pour ne rien dire, le temps perdu à débattre ne se rattrape jamais, « clown service ou buffet campagnard gratuit d’un odieux dîner de cons » qui s’affiche aux frontons de nos mairies, têtes bien faites et bien vides, immondes et interminables parlottes d’une Odyssée de l’espace qui ne mène à rien, expression d’un dialogue du vide de ce débat, qui n’est qu’un vilain soliloque d’un seul contre tous, si brillant fût-il, il nous casse la tête!
Pendant que les shaddoks – citoyens se font pomper rien ne change au royaume du Danemark, tout stagne vers le néant, propagande et manipulation quotidienne, voici venir l’épisode 14 et après?
Le gouvernement gouverne, il agit par le pays et pour le pays, qu’en est-il à cette heure de notre cahier de doléances?
Les paroles s’envolent (lettres mortes), les écrits restent!

À suivre

Jean-Marie Pieri

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Jean-Marie Pieri pour Observatoire du MENSONGE

 

À ceux qu’on foule aux pieds

Poète : Victor Hugo (1802-1885)

Recueil : L’année terrible (1872).

(Extrait)

Ce n’est pas le canon du noir vendémiaire,
Ni les boulets de juin, ni les bombes de mai,
Qui font la haine éteinte et l’ulcère fermé.
Moi, pour aider le peuple à résoudre un problème,
Je me penche vers lui. Commencement : je l’aime.
Le reste vient après. Oui, je suis avec vous,
J’ai l’obstination farouche d’être doux,
Ô vaincus, et je dis : Non, pas de représailles !
Ô mon vieux coeur pensif, jamais tu ne tressailles
Mieux que sur l’homme en pleurs, et toujours tu vibras
Pour des mères ayant leurs enfants dans les bras.

Quand je pense qu’on a tué des femmes grosses,
Qu’on a vu le matin des mains sortir des fosses,
Ô pitié ! quand je pense à ceux qui vont partir !
Ne disons pas : Je fus proscrit, je fus martyr.
Ne parlons pas de nous devant ces deuils terribles ;
De toutes les douleurs ils traversent les cribles ;
Ils sont vannés au vent qui les emporte, et vont
Dans on ne sait quelle ombre au fond du ciel profond.
Où ? qui le sait ? leurs bras vers nous en vain se dressent.
Oh ! ces pontons sur qui j’ai pleuré reparaissent,
Avec leurs entreponts où l’on expire, ayant
Sur soi l’énormité du navire fuyant !
On ne peut se lever debout ; le plancher tremble ;
On mange avec les doigts au baquet tous ensemble,
On boit l’un après l’autre au bidon, on a chaud,
On a froid, l’ouragan tourmente le cachot ;
L’eau gronde, et l’on ne voit, parmi ces bruits funèbres,
Qu’un canon allongeant son cou dans les ténèbres.
Je retombe en ce deuil qui jadis m’étouffait.
Personne n’est méchant, et que de mal on fait !

Victor Hugo.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.


Minute du MENSONGE 62
Macron nous a mis une drôle de musique en marche.

Le chant des sans-parti
On recherche activement l’opposition disparue partie sans laisser de traces…

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Ne manquer aucun article d’Observatoire du MENSONGE en vous inscrivant GRATUITEMENT à

parution chaque samedi

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Faire un don

Pour aider le site à poursuivre…

€5,00

Vous avez envie de vous exprimer ? Ecrivez un article que vous nous soumettrez pour publication, pour nous l’envoyer c’est ICI

Publicités

2 commentaires

  1. ben , j’ai,l’impression que certains ont compris , ils s’appellent les Gilets Jaunes qui , quoique l’on dise, ont compris et ne souffrent pas de digression ! on peut toujours dire : oui ils sont violents ou bien ils sont antisémites , juste pour les discréditer …en sachant bien QUI est antisémite !! rien ne les persuade de continuer et c’est heureux . Alors juste une chose : tous ceux qui se plaignent, peuvent aller dans la rue , c’est le moment, je peux même dire que si le peuple français dans son entier était dans la rue, tout ce dont on se plaint serait terminé , car si les GJ perdurent dans la rue , c’est parce que toutes les personnes qui se plaignent , n’y sont pas ! Ce n’est pas parfait mais, on ne fait pas d’omelette sans casser les oeufs, et ce sont eux aujourd’hui qui prennent de leur temps , qui se font éborgner et incarcérés !!

    J'aime

  2. Ce poème de Victor Hugo peut être transposé dans le moment, tant il est vrai dans toutes ses lignes, et que les shaddoks se retourneraient dans leurs tombes… Cet écrit rassemble les conneries d’un gouvernement en faillite et d’un roi a bout de soufle menant son troupeau à l’abattoir…Je ne Crois pas qu’il y ait commentaire à formuler sur cette présentation d’actualités, par contre ce qui est grave c’est l’obstruction des droits de défense du peuple !
    On est revenu aux temps des Serfs et Maîtres ! Une Monarchie installée et entretenue !Le peuple braille….
    La question est simple : Combien de temps les Français vont supporter ça ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.