Libérer la France de sa prison intellectuelle


La faiblesse des élites tient à leur incapacité d’accepter les faits quand ils dérogent à leurs dogmes. Mais pour comprendre les mutations de notre pays, il faut côtoyer les gens et se saisir de la révolte des Oubliés.


«Libérer la France de sa prison intellectuelle»
Par Ivan Rioufol

CHRONIQUE – La faiblesse des élites tient à leur incapacité d’accepter les faits quand ils dérogent à leurs dogmes. Mais pour comprendre les mutations de notre pays, il faut côtoyer les gens et se saisir de la révolte des Oubliés.
Mais où sont les idées neuves? Même Alain Minc, laudateur mal inspiré de la «mondialisation heureuse», avoue ne plus rien comprendre aux mécanismes économiques. Face au «désert intellectuel» qu’il constate à son tour, ce père Joseph des puissants espère un «aggiornamento de la pensée macroéconomique». Toutefois, il pourrait préalablement s’interroger sur la sotte arrogance de ceux qui disent savoir. Après le vote britannique approuvant le Brexit, en 2016, Minc avait commenté: «Ce référendum n’est pas la victoire d’un peuple sur les élites, mais celle des gens peu formés sur des gens éduqués.» Bref, le sacre des crétins. Cet aplomb de la caste est au cœur de la crise de l’intelligence. La faiblesse des élites tient à leur incapacité d’accepter les faits quand ils dérogent à leurs dogmes. Elles préfèrent contourner les réalités obscènes. Cela est vrai en économie, et il faut reconnaître à Minc la sincérité de son désarroi. Cela l’est plus encore quand il s’agit de comprendre la vie ordinaire.
Depuis des décennies, les milieux intellectuels et universitaires tournent en rond. Ils se copient, s’applaudissent, se cooptent. Ils excluent les esprits originaux. Contre ces déviants, la meute est intarissable pour les faire taire ou les ridiculiser. Pas étonnant, après de tels désherbants, de ne trouver qu’un sol aride. Minc propose des pistes pour exploiter la matière grise: lancer des livres blancs, réunir des commissions, susciter des rapports, stimuler des débats. Bien, bien. Mais les armoires des ministères sont emplies de ces travaux. Ces esprits cadenassés doivent d’abord se libérer de leurs fausses croyances. Or cette émancipation est loin d’être gagnée, à en juger par la manière dont les Sachants ont été incapables de se saisir de la révolte des Oubliés. Pour comprendre la France en mutation, il faut côtoyer les gens. Le matérialisme économique, déboussolé, doit intégrer cette humanité qui lui échappe.
Quiconque ne récite pas les mérites de la diversité, de la non-discrimination, du «soi-mêmisme» ou de la contrition occidentale a droit au même statut de dissident
L’avenir d’une nation ne peut se réduire à des chiffres, des courbes, et des taux de CO2, comme s’en persuadent les tenants du tout économique et de l’homme planétaire. Emmanuel Macron se trompait dès 2017, quand il assurait: «La force de notre économie, quand nous l’aurons pleinement retrouvée, c’est le socle même de notre projet de société.» Ce discours est de ceux que produisait le Gosplan soviétique. Il est d’ailleurs troublant de constater les similitudes entre la pauvreté intellectuelle produite en URSS par l’indépassable communisme et la glaciation imposée aux sociétés libérales, surtout en France, par les gardes-chiourmes du politiquement correct. Certes, l’expression y est plus libre, et les goulags n’existent pas. Mais quiconque ne récite pas les mérites de la diversité, de la non-discrimination, du «soi-mêmisme» ou de la contrition occidentale a droit au même statut de dissident. Le pays s’est habitué à vivre dans une prison intellectuelle. Un projet de société ne peut s’épanouir derrière des barreaux.
La place centrale prise par l’écologie dans le débat est le résultat du manque de réflexion des dirigeants. «J’ai changé, très profondément», a déclaré Macron l’autre jour, expliquant avoir été convaincu par les inquiétudes des jeunes sur le climat: une jeunesse embrigadée sous la bannière de Greta Thunberg, 16 ans. L’influence de l’adolescente robotisée a de quoi inquiéter sur la maturité du président, qui a ouvert aussi le procès convenu du capitalisme. Lorsqu’il tweete, à propos des incendies en Amazonie brésilienne: «Notre maison brûle, littéralement!», il reprend une expression employée par Jacques Chirac il y a dix-sept ans. Pour l’originalité, prière de repasser. Alors que la France reste inflammable, le président détourne les attentions pour justifier sa vision mondialiste. Avant de donner des leçons au monde, Macron ferait mieux de renouer avec son peuple inquiet. Or le sujet est visiblement un embarras qu’il veut s’éviter. Il est plus valorisant de vouloir «rendre ce monde plus habitable». Ça ne mange pas de pain.
Le leurre de la communication
La communication macronienne est un leurre qui masque l’absence d’idées. Les clichés, les slogans, l’émotivité du moment tiennent lieu d’arguments. Le chef de l’État est même devenu l’excellent metteur en scène de lui-même. Il a réussi, lors du G7 de Biarritz, à subjuguer les médias par son one-man-show. Macron a, en effet, montré le meilleur dans ses dons d’organisation, son attention aux décors, son goût pour les coups de théâtre. Le festival de Biarritz a été à la politique ce que le Festival de Cannes est au cinéma. Le défenseur du multilatéralisme s’est même «trumpisé» sans dommage, en sortant unilatéralement des accords entre l’Union européenne et le Mercosur (marché commun de l’Amérique du Sud) et en multipliant les contacts bilatéraux. Son invitation surprise, après le OK de Donald Trump, du chef de la diplomatie iranienne a été une audace dont il se rengorge encore. Elle risque d‘être vaine.
Macron a omis de rappeler, de surcroît, que les feux, sous Lula, l’enfant chéri de la gauche, avaient été plus importants encore
Reste la légèreté avec laquelle Macron a cru bon d’insulter, du haut de sa présidence du G7, le président brésilien Jair Bolsonaro, déjà coupable à ses yeux de «populisme». Alors que des feux de forêt ravagent une partie de l’Afrique et de la Sibérie, ce sont les récurrents incendies en Amazonie brésilienne qui ont servi de prétexte au président pour accuser Bolsonaro de lui avoir «menti» sur ses engagements climatiques. Macron n’a pas craint non plus, pour illustrer les importants brûlis de la forêt primaire, de publier une photo spectaculaire datant de plus de quinze ans: une manipulation, au service d’une propagande. Il a omis de rappeler, de surcroît, que les feux, sous Lula, l’enfant chéri de la gauche, avaient été plus importants encore. Les insultes reçues en retour ont été dignes d’une cour d’école. Ainsi se délitent les débats sans substance.
Fuir le mensonge officiel
S’extraire de ce glacis intellectuel, qui a déjà tué la gauche, invite à fuir le mensonge officiel: il vide les mots et nie les évidences. Quand la garde des Sceaux annonce, lundi, que les termes de «mère» et «mère» figureront sur l’acte de naissance de l’enfant né d’une PMA entre lesbiennes, l’État cautionne une tromperie sur la filiation, qui élimine le père. Retrouver le sens du réel oblige aussi le président à abandonner ses discours interminables au profit d’une écoute de la société et de son intelligence collective.
C’est au cœur de la nation et de son peuple que se trouvent les idées neuves. La droite n’a qu’à se pencher pour les ramasser…

Ivan Rioufol

éditorialiste au Figaro

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Ivan Rioufol pour Le Figaro

♣   ♣   ♣   ♣   ♣

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose et soutenez-nous en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an.
Votre aide représente 1€ par mois !!!
Ce n’est pas grand chose mais cela change tout…
Merci !

Abonnement Semaine du MENSONGE

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE, je m'abonne un an à Semaine du MENSONGE

€12,00

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

 

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

Découvrez en exclusivité mondiale sur AMAZON, le nouveau livre de Daniel Desurvire en cliquant ICI
↓   ↓   ↓  
Version E BOOK en cliquant

Autres livres disponibles sur AMAZON, commander en cliquant sur le titre :

*** Vous pouvez acquérir le nouveau livre de Daniel Desurvire (en EBOOK ou broché) uniquement sur AMAZON en cliquant sur l’image

Livre


Ebook

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

«Tout a commencé par un rêve, le socialisme, et se termine par un cauchemar, la réalité».
Alexandre Goldfarb

Chers lecteurs,
D’abord nous vous remercions de venir lire nos articles sur Observatoire du MENSONGE.
Nous avons besoin de votre soutien car notre survie dépend des dons (à partir de 2€).
Alors nous comptons sur vous ! Cliquersurleboutonci-dessous : c’est simple et sécurisé!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.