Le monde de demain #5

Pourquoi confier des postes stratégiques à des gens n’ayant aucune expérience pour ces postes ?

Le monde de demain

Par Robert Coignard

Chapitre 5

Binationaux, une question de sécurité, partout :

– Dans le contexte actuel tendu « musulman-catholique », comment être sûr de la fiabilité du binational sollicité pour des actions douteuses ou subissant un chantage de sécurité pour ses familles des 2 origines ?
– Des fonctions administratives de haut niveau ne sont-elles pas, alors, très risquées entre ces mains ? (Ministères, directions générales, polices, armées, renseignements, santé, justice, etc.).

1.3- Dans les « Entreprises, publiques et  privées »
Une erreur stratégique majeure, là aussi, est perpétuée 
depuis les années 1975 surtout
 :

à Peu à peu, tous les « postes de décision », quelle que soit l’activité du service (public et privé) ont été  confiés à des « financiers » n’ayant aucune expérience opérationnelle des activités techniques (industrielles, médicales, etc.)  qui sont la « raison d’être » du service qu’ils dirigent !
Ils sont indispensables pour garantir la « bonne gestion » des « services logistiques d’appui » qui doivent aider la « raison d’être » à pouvoir pérenniser la « garantie de résultat » de l’activité qui leur est confiéeUn point c’est tout !

– « L’appui logistique » (Plans A2 à A6 en marron sur le schéma joint ) à donner en permanence au « Plan technique » est illustré en page suivante (p. 5).

► Ce sont les « Hommes clés » de l’entité qui possèdent les « compétences distinctives » de l’activité dont ils ont la responsabilité (sécuriser, rationaliser, optimiser) pour assurer les « avantages concurrentiels » de la « raison d’être » du service et « sa pérénité par la garantie de résultat » (Qualité, quantité, délais, coût) qui doivent piloter l’activité !!!

Ces erreurs stratégiques ont eu pour conséquences (entre autres) :

 Le déclin des performances de nos industries qui créaient les « richesses pour tous » 
à Le déclin de nos Hôpitaux dont les performances étaient une fierté de réussite technique pour les personnels et pour le bien-être des habitants.

Remarques et hypothèses ?:

à Là encore, sous-estimer l’intelligence de notre Caste entière de hauts fonctionnaires et de leurs « experts conseillers techniques », me parait une erreur dommageable !
Il ne me semble pas crédible, certes malgré l’auto aveuglement que peut produire un « égo surdimensionné auto-entretenu par l’impunité générale  dont profite la Caste »,
qu’une majorité d’entre eux ne voit pas les conséquences néfastes de 
ces « erreurs stratégiques majeures injustifiables »…

► A qui profite le « déclin général ainsi provoqué » sinon à faciliter l’atteinte de l’objectif d’asservissement des peuples voulu par la « Super Classe Mondiale (financière) » dénoncée par Michel Geffroy (et ses nombreux prédécesseurs),
ceux qui donneraient les ordres suprêmes aux dirigeants et hauts fonctionnaires complices 
recrutés dans chaque Etat du monde entier ?

► Notre Caste de hauts fonctionnaires et élus complices, serviles « maîtres d’œuvres », seraient ainsi assurés de rester protégés en toutes circonstances fâcheuses 
et de pouvoir continuer impunément à se « servir eux-mêmes » sur place?

L’ENSEMBLE DE PRODUCTION

Quelle que soit l’activité de l’entité et son « statut » (produit ou service

« Business Process » ou « ensemble de production collective »

NB :

– Les divers « domaines d’activités » (de A1 à A6) représentent les « compétences métiers » nécessaires pour faire tourner l’activité. (A2 à A6 sont l’appui logistique qui permet à A1 de « garantir le résultat »)

– Le « système d’information » (A7) est une partie du réel de l’entreprise. Il véhicule toutes les informations, encadrantes et cognitives communes, que l’entreprise a choisi pour constituer le socle commun de toute l’organisation, faciliter les ajustements mutuels pour la bonne gestion des interdépendances.

Trois questions sont vitales pour toute entité, pour toute organisation (publique et privée) : *
1. Quels sont les besoins critiques réels, ceux qui conditionnent la réussite (et leurs « juste nécessaire »)?
2. Quels risques sont jugés rédhibitoires pour chaque catégorie d’acteurs de la société ?
3. Quels critères de confiance ont le plus d’impact auprès de chaque catégorie d’acteurs des divers segments et zone de marché (Service ou Production) ?

* sans oublier les périodiques « Revues de questions » pour « l’Aide à la décision » du pilotage.général

Robert Coignard


(Ingénieur Conservatoire National des Arts et Métiers) (DEA images et communications – Labo. IMAC de Paris Nord) (Euring : Ingénieur européen FEANI)


Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Robert Coignard pour Observatoire du MENSONGE


2 commentaires

  1. Ecrit de qualité,mais peut être trop technique, à lire plusieurs fois pour la bonne compréhension du texte.

Laisser un commentaire