Et la laïcité ? Bordel !!! #5


L’inexorable processus de désintégration des standards laïcs se poursuit au XXIe siècle

Et la laïcité ? Bordel !!!

Par Daniel Desurvire

Chapitre 5

En outre, la religion étant par définition le produit incorporel de la superstition humaine, puisque Dieu n’est pas de ce monde, l’incroyant se doit de rester indépendant et pugnace pour ne pas adhérer à une autre forme de religion : l’athéisme en marge de l’histoire, à l’opposé de la société en général, tout ce qui a façonné les civilisations entre la trace des Hominines et l’Homo sapiens. Ce pourquoi, d’autres types d’appartenance sont nés de l’athéisme, comme le panthéisme, l’agnosticisme, le déisme, le scientisme et même le pyrrhonisme et le scepticisme. Pour Pierre Simon de Laplace, qui fut le symbole de l’athéisme, Dieu n’est qu’une hypothèse à partir d’une invention de l’homme. Pour Baruch Spinoza, rien de mieux pour libérer son esprit que de neutraliser le divin, le désacraliser. Pour Prosper Mérimée, la seule excuse de Dieu, c’est qu’il n’existe pas. Quant à Auguste Comte, il catéchisa le positivisme comme une organisation politique. Enfin, pour Friedrich Nietzsche, Dieu est mort. Même si son imprégnation axiologique demeure, il ne fait que perpétuer cette erreur, un avatar qui déambule dans les méandres d’un culte factice.

Il aura fallu l’influence magnétique du siècle de Périclès avec la maïeutique de Socrate, puis Prodicos de Céos, puis encore avec Lucrèce zélateur d’Épicure, ou Théodore au début du Christianisme (+ 304), puis avec les philosophes des Lumières, enfin la séparation des Églises et de l’État, une prémisse de la laïcité et de la liberté de conscience constitutionnalisée en l’an III (1795), finalisée par la loi du 9 décembre 1905. Vînt l’avènement chtonien du collectivisme socialiste, mais en échange, l’éclairage de quelques esprits aussi brillants que redoutables comme Nicolas Machiavel, Thomas Hobbs, Paul Henri d’Holbach, Henri Beyle (Stendal), Arthur Schopenhauer, Ludwig Feuerbach, John Shelby Spong, Karl Marx, Ludwig Wittgenstein, André Comte-Sponville… pour que la transcendance d’un dieu, définit comme immanent, sorte enfin du champ de la raison, pour ne pas dire du bon sens, dans ce monde éclairé par la science, la nature et ses réalités.

À présent le Bouddhisme, dogme ancestral dépourvu de divinité supérieure, s’impose telle une dialectique d’idées, ou l’anthropothéisme échappe à la dictature spirituelle. D’ailleurs, il est temps que les sangs bleus sortent de la lointaine dynastie des dieux. Selon Jean-Jacques Rousseau, la liberté serait le seul attribut de Dieu et pour Emmanuel Kant, sortir de la tutelle des autres (y compris de celle de Dieu), c’est renaître de son incapacité à se servir de son entendement. Dieu, ce Grand Horloger, fut combattu par l’armée révolutionnaire des « Sans-Dieu » de Maximilien Robespierre, non pas pour ce qu’il était, mais pour ce qu’il infligea aux sujets du Royaume. Pourtant, la terreur rouge prescrivit à son tour bien des tourments aux citoyens prétendument libérés du joug clérical avec plus de cent mille exécutions ! Lorsqu’une société se construit au centre d’une religion martiale qui vous enferme dans la menace et la peur, dans une chasse aux hérétiques impitoyable, entre les bûchers de l’Inquisition naguère et le fer des républiques islamiques aujourd’hui, comment mésestimer cette nuisance dogmatique qui ensorcèle l’humanité ?

À défaut de positivisme, la religion peut néanmoins être pratiquée et vécue comme une science appliquée, psychique ou sociale, avec ses poses méditatives, sa propension à la componction et sa logique altruiste s’il en est. Oui mais voilà, le savoir et la conscience butent toujours sur le même obstacle anti-intellectuel : Dieu. Ainsi, un rabbin ou un hakham, un ascète bouddhique, un muhaddith ou un râwî, puis encore un ecclésiastique savant, lesquels sans doute disposent tous d’un savoir linguistique, interprétatif, historiographique et onomastique avéré, resteront inopportunément confinés dans l’esprit éthéré de leur perception restreinte. Leur habileté herméneutique et exégétique, autour de leur histoire sainte distinctive, relève de la pratique ascète et ordonnancée de leur culte respectif. Néanmoins, ces érudits n’ont pas vocation à tourner leur esprit vers l’épistémologie des connaissances constitutives au progrès, autrement dit, ceux-là passent à côté des sciences rationnelles qui servent la société moderne œuvrant pour le bien-être de l’humanité, dès lors que le lobbying des affaires n’entrave pas son parcours.

Pourtant, cette philosophie spirituelle travaillée dans le recueillement, la contemplation et l’étude théologique centrée sur l’exercice mystique et la piété, n’est pas une perte de temps ou un gaspillage des compétences, à condition que le travail fourni autour d’une confession parvient à améliorer le genre humain. En échange, c’est précisément à la source des sciences fondamentales (biologie nucléaire, astrophysique, nanotechnologie etc.) qu’un chercheur, non affidé à une croyance, servira à sa manière la société, en lui ouvrant de nouvelles pistes d’exploration éclectiques, une autre forme d’ontologie pragmatique aux portes de l’émergence. Entre le rationnel et l’indicible, les deux sont-ils compatibles ? Pas toujours, car l’espace mental d’un cénobite rivé dans ses convictions peut expirer aux frontières d’un savoir claustré, étiolant par là toute dynamique cognitive. L’effet d’extraversion spirituelle tend à se briser dans une hétéronomie inadéquate aux facultés naturelles de l’exploration. La régression par le péché du doute est l’un des canons divins qui s’oppose à l’accouchement de l’esprit.

Or, c’est précisément pour rompre avec l’entendement, cette fonction temporelle de l’esprit qui prend la place de l’âme (entité virtuelle des croyants), que le culte de Muhammad prêche le renoncement à toutes les autres formes de savoir non explicitées dans le Coran, un ouvrage d’une monumentale médiocrité culturelle et morale. Cette secte-religion, emmenée par une idole prophétique inculte (le chevrier Muhammad devenu chef de ses armées), est même parvenue à polluer l’esprit de ses propres croyants, jusqu’à altérer leur conception du divin en les menaçant d’un glaive perpétuel, plutôt que de leur apporter la quiétude, la confiance, l’amour et la concorde. 

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Achetez le livre Et la laïcité ? Bordel !!! en exclusivité sur AMAZON :
en cliquant ICI
également disponible en version numérique :
en cliquant

Nous vous remercions de nous aider en vous abonnant à


parution chaque samedi

La Semaine du MENSONGE pour seulement 12 € par an. 

Validation sécurisée du formulaire de paiement en cliquant ICI

En cadeau, pour tout abonnement à Semaine du MENSONGE, vous recevrez mon dernier livre en PDF « à travers mes commentaires »(V2)

*****

NB : vérifiez que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Pour nous suivre : il faut remplir « Adresse mail » puis cliquer sur Suivre ci- dessous, ce service gratuit vise à nous soutenir

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Voici les livres et Ebook que nous éditons en exclusivité via AMAZON, pour les visualiser et les acheter sur AMAZON, cliquer sur le titre :

Le temps du boniment
La conquête de l’Occident  
L’histoire vraie sur Israël
À travers mes commentaires
Et la laïcité ? Bordel !!!
Nouveau : à travers mes commentaires V2


Nous avons besoin de votre soutien ! Comment ?
Soit vous nous suivez, c’est gratuit, soit vous vous abonnez (12€ par an) à Semaine du MENSONGE, soit en faisant un don. – voir ci dessous –

Même modeste, à partir 1 Euro, votre don ne peut que nous aider. Merci ! Alexandre Goldfarb


Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.