Un monde irréel 5


EXCLUSIF : l’inexorable déclin, entre le désengagement des peuples et la dégénérescence morale des élites… Chapitre 5

Un monde irréel

Par Daniel Desurvire

Chapitre 5

V – Effacer la mémoire collective des pages les plus incommodantes de notre histoire, c’est occire notre civilisation, pour y substituer le mensonge qui dissimule l’islam esclavagiste et l’islamo-nazisme historique

L’histoire peut également être dénaturée par le négationnisme ou le révisionnisme. La loi dite Gayssot (n° 90-615 du 13 juillet 1990) fut la première loi mémorielle de la France qui condamna tout propos contestant l’existence des crimes contre l’humanité, tels qu’ils furent définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg passé la seconde guerre mondiale. Cette mesure législative est venue à point nommé pour mettre fin aux assertions de quelques personnages publics classés extrémistes aux discours intolérables, mais aussi pour appuyer la diplomatie française dans son soutient historique s’agissant du génocide arménien (1,5 millions de morts entre 1914 à 1923) perpétré par les Turcs, que ces héritiers mahométans de l’Empire ottoman démentent avec la plus grande mauvaise foi.
Alors pourquoi les livres scolaires, façonnés et livrés par les académies en France, persistent à ignorer la participation active des Musulmans du Maghreb et du Moyen-Orient pour leur participation, active et en grand nombre, régimentée avec les nazis pour la solution finale (la Shoa), ou le génocide de dizaines de millions d’hindous par les sultans sunnites turcs jusqu’en 1525 ? N’est-ce pas pour s’incliner, à la façon d’une génuflexion, devant les provocations et les menaces des islamistes que certaines annales sont cachées aux enfants, donc aux futurs citoyens qui ne sauront jamais le contenu de leur véritable histoire ?

Entrer une adresse mail valide dans la case dédiée.

Le déni de l’histoire peut aussi s’exprimer autrement, comme dans certaines manifestations de rue aux États-Unis mais aussi en Europe dont la France, courant mai-juin 2020. Des individus, tout à la fois incultes et fanatiques, voudraient effacer la mémoire de personnages historiques, comme Colbert pour la France et Ulysses S. Grant aux États-Unis, qui incarnent, selon eux, l’esclavagisme et le racisme. Ô paradoxe, le Président Grant fut le commandant en chef des forces nordistes abolitionnistes pendant la guerre de sécession, celui-là même qui a combattu et vaincu les esclavagistes des États confédérés du Sud !
Ces gestes démonstratifs relevant plutôt des esprits emportés, ombrageux voire obscurantistes plus que réfléchis, ne sauraient en aucun cas provoquer autre chose qu’une exaspération pour ceux-là mêmes qui partagent cet émoi de l’histoire. En s’attaquant aux monuments ancestraux, comme l’effigie du général Lee aux États-Unis, la statue de Edward Colson et de Christophe Colomb au Royaume-Uni, de Léopold II en Belgique et autres figures emblématiques, cette colère noire ne fait que resserrer plus encore les chaînes de l’ignorance. En jetant à l’eau d’un port ou d’un lac l’histoire de leurs ancêtres mélanodermes dans une liquéfaction intellectuelle, ces actes de vandalisme n’œuvrent pas pour honorer la mémoire blessée des leurs. Pourtant, c’est dans l’esprit de cette reconversion que nos sociétés modernes dénoncent la répression des nouvelles formes de l’esclavage, ainsi vu plus haut dans le monde islamique. De surcroît, le mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, comme bien d’autres musées de l’histoire coloniale (l’exposition de 1931), et plus tard de l’immigration au palais de la Porte Dorée à Paris, témoignent de ces reconnaissances. Le « Modèle noir » fut, les 6 et 7 mai 2019, l’occasion d’un colloque riche en échanges culturels et historiques sur fond d’art pictural et sculptural organisé au Musée d’Orsay à Paris.
En cherchant à ranimer les vaines querelles identitaires, les pourvoyeurs de cette résurgence de la haine raciale contre ladite « race blanche », portent un coup d’épée à la restauration mémorielle entreprise depuis des lustres contre les ségrégations. Car derrière cette vague hurlante, comme si les agitateurs furent eux-mêmes les victimes par procuration de leurs ainés, c’est la conscience d’une dignité oubliée qui est refoulée… voire foulée du pied par leur propre descendance. Selon Aimé Césaire, « Et j’ai acquis la force de parler Plus haut que les fleuves Plus fort que les désastres… », laissant parler la culture de la négritude en vers et en prose au côté de Claude MacKay, plutôt que par la violence à l’instar de Martin Luther King.
Quant au code noir de Jean-Baptiste Colbert (Edit du Roy, ordonnance de mars 1685), il ne fut achevé que de la main de son fils. Afin de lutter contre les usages dégradants et la souffrance des Africains débarqués aux Antilles, avec la sauvagerie qui sied à cette époque, les rédacteurs dudit code reconnaissent que les Noirs sont des êtres humains, qu’il faut les instruire et leur prodiguer une éducation. Il ne s’agissait pas de les affranchir, cependant ce code leur accorda une mansuétude en les protégeant du pire et en leur accordant une sépulture en fin de vie. Quant aux usages répressifs, leur dureté marque cette page d’histoire où le droit se confondait avec la morale, les tortures avec la religion. Est-il encore possible de lutter contre ces fléaux qui ont la vie dure encore à ce jour, précisément en terre d’islam, en faisant tomber des symboles, comme en descellant des statues ? La mémoire collective mérite-elle d’être amputée de ces témoignages artistiques et littéraires au prétexte qu’elle ne correspond pas aux idéaux du XXIe siècle ?

À suivre

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Note :
Voir les persiques reproduits en 1ère de couverture sur les ouvrages : « Les pages noires du Coran… » et « La malédiction de naître femme en islam » (in fine en bibliographie).

Pour faire le don de votre choix :
Cliquer ICI

➜ Retrouvez le sommaire en cliquant ICI

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager !

Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Quelques livres de Daniel Desurvire à voir sur AMAZON.FR



« La religion des quanta et des quasars »
Le nouveau livre de Daniel Desurvire en vente en exclusivité sur AMAZON
Format livre c’est ICI format KINDLE c’est
synopsis : dans une réalité alternative, ce voyage entre la Terre et Sagittarius A, le trou noir de la Voie lactée, met en exergue les conséquences de nos mentalités projetées dans le sombre devenir de la planète. On y découvre l’inexorable destin d’une civilisation insouciante quant aux pollutions anthropiques qui annihilent la planète, ou les dogmes réducteurs que la social-démocratie hésite à repenser sous le sceau de ses labels complaisants…

Pour vous abonner à notre chaîne YOUTUBE : cliquer ICI 

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 60 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Vous aimez nos articles ? Alors soutenez-nous en vous abonnant pour seulement 12 € par an à 

Validation sécurisée du paiement via PAYPAL en cliquant ICI

Sinon Vous pouvez payer par chèque à l’ordre de CABPRATIC : Adresse : Cabpratic, 42 avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly

Vous pouvez aussi utilisez cet autre mode de paiement sécurisé avec votre carte de crédit :


Si vous ne voulez pas vivre dans une France libanisée en ruines, alors c’est le moment de s’engager et de rejoindre, le seul mouvement d’opposition !

3 commentaires

  1. Même Estrosi à Nice évoque maintenant l’islamo-nazisme : c’est dire que la situation est devenue dramatique en France et pendant ce temps que fait Darmanin, ministre de l’Intérieur, censé protéger les Français ? Il va en Algérie rendre aux hommages aux tueurs du FLN !

    J'aime

  2. Ils sont les ennemis de l’Occident c’est pourquoi, comme dans des pays comme l’Irak par exemple, ils commencent par attaquer des symboles et à détruire des statues. Le reste suivra logiquement. C’est une guerre mais que beaucoup d’occidentaux ne veulent toujours pas voir hélas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.