Pass sanitaire, un étrange silence

Chacun a bien sûr le droit d’être pour ou d’être contre le pass sanitaire mais il est difficile d’y être indifférent. Son caractère désormais obligatoire pour les actes de la vie courante comme se rendre dans un restaurant ou prendre le train bouleverse bel et bien l’ordre des choses.

Pass sanitaire, un étrange silence

Par Maxime Tandonnet

Chacun a bien sûr le droit d’être pour ou d’être contre le pass sanitaire mais il est difficile d’y être indifférent. Son caractère désormais obligatoire pour les actes de la vie courante comme se rendre dans un restaurant ou prendre le train bouleverse bel et bien l’ordre des choses.

Pour la première fois dans la France contemporaine, la nouvelle règle opère une discrimination (hors sanction pénale) entre des citoyens de plein droit et des citoyens privés de certains droits en rapport avec le quotidien, officialisant une forme d’exclusion. Elle viole de plein fouet les promesses réitérées des plus hauts personnages de l’Etat ayant formellement promis à maintes reprises que jamais (« jamais ») une telle mesure – discriminante – ne serait mise en œuvre. Elle procède d’un climat de peur soigneusement entretenu et dont les fondements sont plus que douteux (les victimes déclarées du covid19, en ce moment 45 par jour, sont 7 fois moins nombreuses que celles de l’alcool et du tabac: 323). Elle engendre un monde de contrôle numérique ou chacun se fait le gendarme de tout le monde. Elle sacrifie la liberté individuelle en soumettant nombre d’activités à la détention de ce pass. Son utilité dans la lutte contre l’épidémie est profondément contestable à l’image de l’interdiction aux personnes qui en sont démunies de fréquenter les terrasses en plein air. Elle déchire une fois de plus le pays et divise les Français en ravivant un climat de guerre civile.

Tout cela devrait passionner, que dis-je, fasciner les intellectuels français prompts à s’enflammer pour toute sorte de micro-polémiques. Or, nous assistons à un silence absolu des grands noms de la littérature, de la philosophie, des médias et autres maîtres-penseurs. Où sont passés les intellectuels? Il en est de même dans le champ politique. Les médias surexposent en ce moment une personnalité isolée et caricaturale (manière de discréditer une sensibilité). Mais pour le reste, les politiques supposés respectables se taisent ou se terrent face à un enjeu de société. Où sont passés les politiques? Leur silence semble d’ailleurs proportionnel à leur ambition: éviter de se compromettre.

Alors, comment expliquer cette démission du monde intellectuel comme du monde politique? D’abord, hélas par l’aveuglement, l’incompréhension de ce qui est en train de se passer: il ne suffit pas de se proclamer « intellectuel », d’être invité sur les plateau de télévision, de disposer de tribunes multiples pour être lucide. Ensuite, par l’opportunisme: attendre de voir comment tout cela va tourner avant de prendre position. De même, par le conformisme: puisque cela vient d’un pouvoir supposé « progressiste », ce ne peut être que bien (que ne dirait-on des mêmes décisions prises par un pouvoir « populiste » ou juste droitier!). Enfin, par une forme de lâcheté, la frousse d’être catalogué « antivax » la nouvelle formule de diabolisation désormais pire que populiste ou complotiste (et mensongère car on peut rejeter le pass discriminant et liberticide tout en étant favorable au vaccin sur une base éclairée et volontaire).

On sent bien que le pays bouge dans ses profondeurs et qu’une grave explosion se prépare. En revanche, une fois encore, les supposées élites, politiques et intellectuelles ou la France dite « d’en haut », censées représenter les Français et apporter un éclairage à l’opinion, sont aux abonnés absents et largement à côté de la plaque.
Et quand elles se réveilleront, il sera trop tard.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE


Abonnez-vous, c’est gratuit, à notre chaîne en cliquant sur YOUTUBE


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE , abonnez-vous annuellement au tarif unique de 2 € par mois***, choisissez votre moyen de paiement sécurisé ci-dessous :

Autre moyen de paiement proposé :

*** En cadeau , vous recevrez chaque samedi, pendant la durée de votre abonnement, Semaine du MENSONGE, et ce gratuitement (Valeur du cadeau = 18€)

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous pouvez aussi vous abonner en un seul paiement, au prix exceptionnel et préférentiel de 20€ (au lieu de 24€) et recevoir chaque samedi Semaine du MENSONGE, en choisissant votre mode de paiement ci-dessous :

Abonnement annuel

Soutenir Observatoire du MENSONGE

20,00 €

*** En cadeau, pendant la durée de l’abonnement, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, Semaine du MENSONGE,

(Valeur 18 €)

4 commentaires

  1. La France, vous le savez, est une grande démocratie qui ne respecte pas les lois quand cela arrange le pouvoir. Là, avec ce pass, on bat tous les records :
    Le pass sanitaire est contraire : (Merci à Escargot pour ces précisions)
    👉Aux droits de l’homme, article 2
    👉À la constitution française, article 55
    👉Au code civil, article 16
    👉Au code pénal, article 225
    👉Au code du travail, article 11.32
    👉Au code de santé publique, article R27.31
    👉Au code de déontologie médicale, article 36
    👉Au serment d’Hippocrate
    👉À la loi du 13 Juillet 1983
    👉À la loi nᵒ 2002-3032 appelée loi Kouchner ( qui appuie aujourd’hui ce pass ! )
    👉Au Conseil de l’Europe, résolution 97 article 5
    etc.

    1. Merci pour ce travail de recherche , oui ça fait beaucoup ! mais au moment où ces droits , ces codes , cette constitution ont pris effet , y avait il un virus , ? si les politiques ne parlent ou n’écrivent plus c’est bien pour cela, c’est une question qui risque d’être posée ! je ne suis partisante de rien, il y a eu trop de mensonges et il y en a encore, comme les pompiers de Guadeloupe que je viens de voir et d’entendre, qui se demande pourquoi des français soignants se déplacent alors que les structures ne sont pas pleines, dans tout le pays ! quand on met en place des structures militaires alors que les cliniques privées se plaignent d’être sous employées …les vrais-faux tests etc .. Oui pour tout cela les politiques auraient pu s’en emparer, ils sont très silencieux .Oui il y a indubitablement des mises en scène qui continueront jusqu’au élections …je ne suis pas vaccinée, je n’ai pas peur, enfin pas trop, et j’éteins la radio et télé …mais ils y a aussi des gens qui sont encore sous oxygène à domicile après avoir contracté ce virus , il y a des séquelles .( évidemment sourcé ) .. Je me rapelle aussi dans certains Ehpads celui du Doubs 15 morts en deux jours …pas forcément du covid, mais tout de même ! Il y a aussi des gens qui ont eu et qui ont encore des séquelles du vaccin … Tout cela est compliqué, mal géré, exagéré ..mais en partie réel , l’autre partie est utilisée  » à bon escient  » ! Alors , alors …

      1. Pourquoi mélanger la réalité des effets d’un virus avec le comportement des gouvernements ?

        D’un coté une maladie rare soignée facilement (quand les soins sont faits convenalement – sachant que les médecins proposant des protocoles de soins ont été terrorisés par le pouvoir) de l’autre une campagne d’asservissement et d’enrichissement de l’élite cupide et pour tout dire de bandits au pouvoir.

        Il n’y a pas de commune mesure entre la réalité de la maladie et les actes de la sphère marchande au pouvoir. C’est ce décalage digne d’un pays totalitaire qui PROUVE le fascisme en marche…

  2. La propagande est tellement intense pour la vaccination que les Français y ont succombé. Bientôt les non vaccinés seront désignés à la vindicte populaire et poursuivis, chassés. Cela ne choque personne au pays des moutons.

Laisser votre commentaire