man in black sweater and blue denim jeans sitting on brown wooden rocking chair

Par Claude Picard


La France est bloquée à l’Assemblée nationale et Macron attend que les oppositions débloquent la situation. Pas lui ! Comme toujours, il n’est gestionnaire de rien et surtout pas responsable. Président de la République, son inaction confirme le peu d’idées politiques et le manque de projets qu’un adolescent attardé n’a pas la capacité à proposer. A-t-il été, un jour, apte à gouverner le pays ? Depuis trop longtemps, les Français supportent son incompétence. Et, aujourd’hui, Macron ne comprend pas ce qui lui arrive : il n’a plus de majorité à l’Assemblée nationale ! Pourtant, il va bien être obligé de faire avec… 

Gouverner en faisant des compromis est la base de tout pouvoir démocratique dans lequel le débat doit être permanent. Avec toutes les composantes de l’Assemblée nationale. Mais Macron et ses acolytes n’ont jamais eu cette culture démocratique. Pour eux, le pouvoir a toujours été un jeu – de dupes – pour imposer leurs diktats. Méprisants et arrogants, ils ont cru que le peuple allait, ad vitam æternam et sans rechigner, suivre leurs délires insensés. La nouvelle situation, que provoque l’élection de groupes d’opposition importants tels que la NUPES et le RN, change la donne. D’autant que ce dernier groupe devient le premier de d’opposition. Macron va vite s’apercevoir que cela va avoir des conséquences sur son quinquennat. Peut-être a-t-il déjà conscience que cela va compliquer son ministère ?

Si le RN devient le groupe le plus important de l’Assemblée nationale avec 89 députés, c’est un peu grâce à la radicalité imbécile des principaux dirigeants de la NUPES, à commencer par Mélenchon qui, avec ses discours à l’emporte-pièce ou ses vociférations, a effrayé une bonne partie des électeurs modérés. En se reportant sur les candidats du RN, du coup, ce parti leur a semblé plus républicain et pondéré. Résultat : les électeurs ont fait voler en éclats le plafond de verre qui avait toujours empêché le RN, en général, de sortir gagnant. La stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen a enfin payé. Grâce à ses concurrents. Merci, Mélenchon ! Et Zemmour, qui avait commencé, en son temps, à servir d’exutoire.

La nouvelle Assemblée nationale doit encore trouver le bon équilibre pour faire fonctionner cette institution, hautement républicaine. Pour ne pas l’obstruer inutilement, l’opposition doit, sans compromissions, exercer son pouvoir avec fermeté et détermination, mais avec beaucoup de souplesse. Sans oublier que sous la Cinquième République et par sa constitution, le président de la République garde ses prérogatives, toutes ses prérogatives. Même quand la rupture est consommée entre le peuple et ses gouvernants. Sinon, c’est la chienlit ! Mais de son côté, Macron, en pervers narcissique accompli, va-t-il comprendre ainsi son nouveau rôle et laisser vivre la démocratie ? On peut en douter… 

Le malheur pour la France, c’est Macron ! Pas les extrêmes, comme ils disent. Par une radicalité, quelquefois provocante, les partis d’opposition peuvent permettre la réflexion. Pour un peu que l’on se donne la peine de faire le bon tri. Il n’en reste pas moins, qu’en ayant gouverné cinq années, à coups de com’ ou à coups de massue, avec des thèmes creux comme le fameux « en même temps » et d’autres, aussi verbeux, Macron a fait du grand n’importe quoi. Est-il capable de faire autrement ? Quoi qu’il en soit, il ferait bien de ne pas oublier que le peuple vient de lui faire clairement comprendre qu’il ne lui accorde plus, pour cinq années encore, de chèque en blanc. Sans quoi, l’on va assister, cette fois, à un véritable blocage institutionnel et qui, probablement, peut déboucher sur une crise de régime. Espérons que l’opposition puisse nous éviter le pire en étant plus adulte que le Président. Qui restera, pour le petite histoire, un adolescent attardé et, forcément, le plus calamiteux des présidents de la République. 

Claude Picard


 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Mieux vous pouvez vous abonner à Semaine du MENSONGE pour un an en remplissant ce formulaire et ensuite en réglant votre abonnement, merci d’avance pour votre précieux soutien.

N’oubliez pas de cliquer sur envoyer ci-dessus puis de choisir et de valider votre paiement ci-dessous.

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

2 thoughts on “Macron, l’éternel adolescent”
  1. Excellent article , très limpide Claude Picard …
    Espérons que la démocratie reprendra ses droits avec cette nouvelle Assemblée nationale « recomposée »,.
    Espérons que les républicains  » L.R. » ne trahiront pas leurs électeurs en s’alliant avec le parti des godillots.
    Espérons que Macron sera l’objet d’une procédure de destitution avant qu’il nous entraîne dans sa chute mortelle pour le peuple de France…..
    Présentement , certains experts en économie prévoient une aggravation de notre endettement « public » en fin de l’an 2023 , à savoir : pour un montant de plus de mille milliards d’euros , ce qui porterait notre « surendettement  » à QUATRE MILLE MILLIARDS d’EUROS , auquel il conviendra d’ajouter celui des entreprises etc…dont personne n’ose parler , forcément!

Laisser votre commentaire