Par Iris Bridier

« Quand vous avez des fabricants de produits à base de cacao qui vous invoquent l’Ukraine pour une augmentation de 15 % de tarifs sur la confiserie, sur les barres chocolatées – je parle de Nestlé, je parle de Mars –, faut quand même pas déconner ! On est sur l’autre continent, pour le cacao ! » Invité sur BFM TV, jeudi 30 juin, Michel-Édouard Leclerc a jeté un pavé dans la mare.
Six mois après ses positions controversées sur l’application du passe sanitaire dans les grandes surfaces, le président du comité exécutif des magasins Leclerc s’exprime à nouveau publiquement pour demander, cette fois, à l’État et aux parlementaires d’enquêter sur les vraies causes de l’inflation.
Il dénonce des hausses de prix « suspectes ».

Une inflation qui s’accélère, selon les derniers chiffres publiés par l’INSEE, le 30 juin, pour atteindre 5,8 % sur un an (contre 5,2 % en mai). Une hausse due, selon l’institut, « à une accélération des prix de l’énergie et de l’alimentation ». Depuis juin 2021, les prix de l’énergie ont ainsi augmenté de 33,1 % et ceux des produits alimentaires de 5,7 %. Si la répercussion de la guerre en Ukraine sur les coûts énergétiques peut s’expliquer, celle-ci ne peut pas justifier à elle seule toutes les augmentations de prix. Ainsi Michel-Édouard Leclerc de faire le buzz en lâchant, au micro d’Apolline de Malherbe : « L’Ukraine a bon dos. » Une façon de prendre à témoin les consommateurs et dénoncer les méthodes des industriels.

Il prend l’exemple de l’huile de tournesol en révélant la façon dont les tractations commerciales se déroulent : « On nous dit : “On va te livrer mais il faut augmenter de 34 % le prix d’acquisition de cette huile […] Et dans ces conditions, on assèchera tes concurrents et on te donnera 130 % de ta demande.” » Nul doute que le consommateur désormais averti par Michel-Édouard Leclerc ne pourra plus supporter cet effort supplémentaire.

Sauf que pour les industriels, le son de cloche est différent. Sur BFM Business (16 juin), Jean-Philippe André, président de l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA), déplorait : « On tourne en rond, on n’avance pas. » Lui plaide pour que les industriels impactés par l’inflation des matières premières, packaging et transports puissent augmenter leur prix sous peine de se retrouver dans une situation d’« asphyxie étouffante ». En Grande-Bretagne, l’enseigne de grande distribution Tesco a tranché en préférant supprimer les produits Heinz de ses rayons plutôt que de répercuter la hausse « abusive » du coût des matières premières sur leur prix de vente.

Quant à l’État qui a laissé la France sombrer dans une faillite historique, il se veut rassurant et annonce qu’il « fera les comptes » avec les « profiteurs de guerre ». Bruno Le Maire a ainsi assuré, lors d’un point presse (Europe 1 avec AFP, 30 juin) : « Nous avons demandé des efforts à un certain nombre de grandes entreprises qui aujourd’hui bénéficient de ce pic inflationniste […] Nous verrons ce que les grandes entreprises ont mis sur la table pour protéger nos compatriotes contre l’inflation. »

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • commenter,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou vous pouvez nous soutenir en vous abonnant à Semaine du MENSONGE pour 12 €/an :

Vous voulez nous soutenir ? Rien de plus simple : abonnez-vous à Semaine du MENSONGE, parution chaque samedi.
L’abonnement est à 12 € par an. Remplissez le formulaire ci-dessous et pour le valider, réglez 12 €

Abonnement Semaine du MENSONGE

Envoi par mail chaque semaine pendant un an

12,00 €



« Nous vous remercions d’avoir lu cet article sur Observatoire du MENSONGE.
Vous pouvez le commenter ci-après, soyez courtois, évitez de mettre un lien.
Seul votre nom ou pseudo apparaitra sur votre commentaire une fois publié.

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

5 thoughts on “Inflation : L’Ukraine a bon dos ? Haro sur les profiteurs de guerre”
  1. Ca fait mal de dire qu’il a raison mais il faut parfois le reconnaître, Ceci dit, on nous annonce une inflation autour de 8 pour la fin de l’année, en ce moment elle est à 5,8. Les retraités vont avoir 4 % pour compenser, le compte n’y est pas et à la fin de l’année si l’inflation est de 8, il n’y aura plus que dalle. Personne ne moufte, comme vous dites l’Ukraine à bon dos mais pas tant que ça car c’est oublier un peu vite que ces problèmes sont la conséquence d’une politique irrationnelle de sanctions à l’égard de la Russie.
    La réalité est que nous sommes ainsi que toutes l’Europe les premières victimes de ces sanctions imbéciles. Le Maire promettait de mettre l’économie russe à genoux. Trois mois plus tard, qui c’est qui l’a dans le baba, « nous », puisque Le Maire annonce que les dépenses publiques en France atteignent une côte d’alerte. Pendant ce temps je rigole , la Russie n’a jamais vendu autant de pétrole et jamais aussi cher. Le rouble gagne en valeur et le résultat pour la France, déficit commercial record, dette abyssale, budget en déficit chronique..
    Comme d’hab la France a misé sur le mauvais cheval.

    1. Oui la France comme avec sa politique pro-arabe se trompe toujours et les Français sont bien des veaux qui se sont soumis. Il suffit de constater ce qui se passe ici ou là sur le territoire.

  2. Un seul mot : BRAVO à Michel-Edouard Leclerc pour ce qu’il dit à cette caste médiatico-politique bien pourrie.

  3. Bravo M. Leclerc pour votre déclaration sans ambiguïté, ce qui nous change des politiques.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :