Sur ce sujet des OQTF ou Obligation de Quitter le Territoire Français tout est flou et les résultats sont inexistants.

Par Georges Michel



Emmanuel Macron s’adresse aux Français : la France ne se porte pas au mieux, mais lui va très bien !

Mercredi soir, notre ami Nicolas Gauthier a fort bien rendu compte de la magnifique soirée de prestidigitation offerte aux Français par Emmanuel Macron. Au lendemain de ce spectacle digne de la Piste aux étoiles de jadis, on a comme une envie irrépressible de se repasser les meilleurs moments. Tout particulièrement celui sur les OQTF, les désormais célèbres obligations de quitter le territoire français. Là, il faut reconnaître qu’Emmanuel Macron a été grandiose. 3.501 personnes renvoyées chez elles au premier semestre 2021, soit 5,6 % des OQTF ? Un fiasco, vous me direz. Pas du tout, mais alors pas du tout. Pourquoi ? On va vous expliquer.

« On a les obligations de quitter le territoire sans délai de départ pour motif d’ordre public. Et c’est là-dessus qu’on s’est concentré. » Donc, ce n’est pas un échec, c’est une volonté. Et Emmanuel Macron de nous donner les chiffres qu’il a sous les yeux : 2007-2011, 12.300 départs forcés ; 2012-2017, 14.000. Et puis, enfin, Macron vint : « Ces dernières années avant Covid, on est passé de 13.000 à 14.000 à 15.000 à 19.000. » Et dire que tout ça, on ne nous l’avait pas dit. Et puis… « C’est le Covid qui nous a mis un coup d’arrêt. » Un désormais grand classique. En revanche, Emmanuel Macron s’est bien gardé de parler en pourcentages : de 2011, on est passé de 16,7 % d’OQTF exécutées à 12 % en 2019 et 6,9 % en 2020 (le Covid, on vous a dit). De même, Emmanuel Macron a oublié (manque de temps, sans doute) de nous donner le nombre d’OQTF prononcées durant la même période : en 2011, 59.998 ; en 2019, 122.839, soit plus du double. Des chiffres qui reflètent sans doute l’explosion de l’immigration illégale dans notre pays. Tout cela, le grand magicien de l’Élysée s’est bien gardé de le dire. Pourtant, vous pouvez vérifier : c’est sur le site du Sénat.

Mais il faut regarder de l’avant, comme on dit, et Emmanuel Macron veut que 100 % des OQTF soient exécutées. Carrément ? Attendez… D’abord, dans quels délais ? On sait pas. Ensuite, notre courtier en assurances précise le contrat : « 100 % des OQTF… les plus dangereux ». C’est quoi, au fait, les « OQTF les plus dangereux » ? Où met-on le curseur ? Notre visiteur du soir dans son bel habit de magicien se garde bien de nous le dire car il n’en a sans doute aucune idée. On en déduit donc que l’État ne va pas s’éreinter à faire exécuter les OQTF attachées aux personnes les moins dangereuses. Cela vous étonne ?

Souvenez-vous de ce que disait Élisabeth Borne en juillet dernier. Après son discours de politique générale, elle s’adressait à Marine Le Pen qui venait de l’inviter à faire exécuter les OQTF : « Je vous le confirme, je n’irai pas chercher les voix du Rassemblement national […] Car il y aura toujours quelque chose qui s’interposera entre nous. Cela s’appelle les valeurs. » Les valeurs qui permettent de tout relativiser. D’ailleurs, deux semaines après le meurtre de Lola, on a envie de dire à Emmanuel Macron : la meurtrière présumée de Lola n’était pas parmi les personnes les plus dangereuses… Mais on fait là de la vile récupération.

Si c’est de la récupération, elle n’est pas pire que celle que l’on voit poindre avec le viol et le meurtre de cette jeune Lotoise de 20 ans, Justine Vayrac, mère d’un enfant de deux ans et demi. Le suspect qui a avoué est un jeune agriculteur du coin. Je cite quelques commentaires postés, ici et là, par des lecteurs sur des sites d’information de grands médias. La Dépêche : « Cette fois-ci, les xénophobes ne pourront pas accuser un immigré… » Franceinfo : « Alors, Zemmour et Le Pen, vous êtes où ? »« Et du coup il [le suspect] sera expulsé de la campagne ? » On va en rester là. Il faut d’ailleurs s’attendre, dans les prochains jours, à ce qu’on mette dos à dos ces deux affaires, comme pour dédouaner l’incapacité de l’État à faire exécuter les OQTF.

Pour en revenir à la question posée (de qui se moque Emmanuel Macron ?), le lecteur a sans doute trouvé la réponse.

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Boulevard Voltaire

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

L’article à lire absolument :

La loi du mépris


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

Un site comme le notre ne peut pas survivre sans votre aide !
Vous pouvez nous aider de diverses façons : 

  • nous suivre gratuitement, lien disponible sur chaque article,
  • partager nos articles au maximum,
  • acheter des livres que nous publions, c’est ICI

Ou contribuer du montant de votre choix :

Pour nous soutenir, montant de votre choix : cliquer ICI


La liberté va fondre comme neige au soleil, sinon tout va mieux…

Peu importe les idées que l’on peut avoir, la seule certitude : la passivité ne rapportera jamais rien.

Commencer par réagir ne serait-ce que sur Observatoire du MENSONGE en commentant, en disant ce que vous pensez, en apportant votre contribution, votre aide, des idées, des suggestions, des critiques, des articles mais ne soyez plus passifs !

Pour nous suivre, c’est gratuit, idem pour nos vidéos sur You tube

By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

3 thoughts on “OQTF : de qui se moque Emmanuel Macron ?”
  1. Encore une appellation bidon, OQTF, pour masquer leurs fautes et le fait qu’ils ne font rien, comme toujours avec ces nuls.

  2. Le problème de l’immigration est devenu insurmontable sauf à prendre des mesures drastiques et sans état d’âme. Ce n’est pas un Darmanin qui le fera, encore moins Macron. Donc la France sera submergée et la suite sera terrible.

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :