Par Maxime Tandonnet

Cette idéologie imprègne plus que jamais les esprits.


Abonnez-vous gratuitement pour recevoir directement chaque nouvel article par mail


La table rase est au cœur des idéologies contemporaines. Elle consiste à prôner la destruction des vestiges du passé pour engendrer un homme neuf, apuré de sa culture, de son caractère et par là même, aisément manipulable.

On la trouve pendant la révolution française, sous la Convention à partir de 1792, puis atteignant son paroxysme sous la Terreur, dans la Russie des Soviets, le national-socialisme allemand, la Chine de Mao, le régime de Pol Pot, etc…

La table rase s’exprime sous des formes différentes, mais elle tend vers le même but: briser les racines ou les valeurs des personnes pour créer un grand troupeau acéphale, facile à mener à la baguette autour d’une idole – le culte de la personnalité en est une autre caractéristique.

Cette idéologie imprègne plus que jamais les esprits.


Quand un chef d’Etat entend déconstruire l’histoire de son pays il s’en inspire.
Saboter le socle d’une civilisation, la langue par la banalisation de l’écriture inclusive ou le saccage de son orthographe en est un outil particulièrement efficace.
L’organisation du déclin scolaire qui se traduit par l’effondrement de la curiosité historique, littéraire ou la maîtrise des sciences et des mathématiques relève de cette même logique.
Le bétonnage des splendeurs du patrimoine naturel par l’implantation d’usines d’éoliennes (en parfaite bonne conscience), représente l’un des modes d’action actuel de cette idéologie: casser, briser, détruire ce qui est la raison de vivre… Au fond, les petits salopards qui s’en prennent dans les musées aux œuvres les plus sacrées de la création ne font que traduire le pire de l’idéologie dominante: cracher sur la beauté…

Ce qui est saisissant, c’est le fatalisme, la résignation, au fond l’acceptation tacite de la société face à cette nouvelle poussée d’un nihilisme imbibé d’idiotie.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE

 

 


Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

« L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoile. »


By Observatoire du MENSONGE

Pour une opposition constructive et réelle, le site de l'opposition au marxisme et au fascisme, ni rouge ni noir mais bleu : L'info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

3 thoughts on “Table rase et déconstruction nihiliste”
  1. L’idéologie dominante est totalitaire voire fasciste et c’est même tellement évident que personne ne semble y prêter attention. Regardez les écologistes qui se conduisent comme des dictateurs et qui veulent imposer leur dogme par la violence : ils sont le reflet d ela société décadente actuelle.

  2. Je suis parfaitement en accord avec Vous Maxime Tandonnet.
    En effet, cette idéologie imprègne plus que jamais les esprits en France , les manipulateurs au pouvoir en sont la cause primordiale.
    Aujourd’hui, En cette période grave et dangereuse de notre Histoire , nos libertés sont en berne, il est vital que nous posions les éléments de réflexion, comme vous l’avez si bien démontré, cette idéologie mortifère est de gauche.
    Ainsi, en ont été victimes : Les peuples de la Russie des Soviets, le national socialiste allemand, la Chine de Mao, le régime monstrueux de Pol Pot, sans omettre le régime monstrueux de la Terreur qui fut le nôtre , pendant la révolution française.
    Cependant, parce que vous connaissez mieux l’Histoire Universelle que moi, j’aimerais que l’on m’explique : Comment le national -socialisme allemand qui avait été  » frappé » du fer rouge de gauche , voire « d’ extrême gauche » par des historiens de l’époque , puis étiqueté  » extrême droite » à la fin de la seconde guerre mondiale, ceci, dès la Libération , par des Historiens dits révisionnistes ?
    Aujourd’hui, je m’ en étonne encore, et m’interroge toujours, je croyais connaître l’Histoire qui s’est déroulée entre 1919 et 1945, mais force est de reconnaître que je ne comprends toujours point ce  » tour de passe -passe ».
    Merci Maxime Tandonnet pour votre excellent article, et si vous pouviez m’éclairer…

Ecrire ci-dessous votre commentaire, merci :