Nicolas Sarkozy, homme d’État


Nicolas Sarkozy face au Traité de Lisbonne…

Que chacun apporte un ou des suiveurs au site pour qu’il reste

INCONTOURNABLE !

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Partagez l’information autrement avec

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

Cyril Castro revient sur un fait déterminant de l’histoire de la France et de l’Europe, le Traité de Lisbonne et salue le courage de Nicolas Sarkozy.
A l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

 TRIBUNE LIBRE 

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

traite-lisbonne2-250

Nicolas Sarkozy, Homme d’État

Réflexions sur l’adoption du Traité de Lisbonne au regard des élections européennes de 2014

Par Cyril CASTRO, Président d’EUROPE POPULAIRE

Pour bien comprendre la position qui est développée dans cette tribune libre, à total contre-courant de « la nouvelle pensée unique », il est important de rappeler brièvement 3 orientations essentielles.

Tout d’abord, je précise que je suis un Européen convaincu, non par la tournure que l’Union Européenne a pris ces dernières années, mais par la portée du projet et de la réalité européens : Structurer de manière volontaire – sans violence – un continent, et renoncer pour l’intérêt général, à certaines de ses prérogatives, sont des événements majeurs dans l’histoire de l’humanité et la grande aventure de la 2è partie du XXè siècle, au même titre que la décolonisation. Je ne suis pas un euro-béat, ni un euro-sceptique mais ouvertement un euro-critique.

Ensuite il est à rappeler que, compte tenu de son caractère très constitutionnel, qui allait « figer dans le marbre » les traités passés et mettre ainsi l’Europe à la merci de vétos britanniques, j’ai voté NON au referendum de 2005.

Enfin il convient de souligner que ma déception de la classe politique de gauche, de droite et du centre, et mon rejet de l’extrêmisme – clivage et ravage des Peuples – m’ont amené – car les institutions françaises sont ainsi faites – à créer, avec d’autres, un Mouvement de la Société civique, humaniste et européen, un Parti « de l’Avant » : EUROPE POPULAIRE.

Mon propos suivant, ainsi éclairé car il est véritablement important de savoir d’où on parle- surtout avec des positions originales – met en lumière et combat une des raisons de fond qui ont conduit les partis profondément « anti-Europe » à avoir tant de résonance dans l’opinion et les media, à savoir le « contournement » du NON français de 2005 par l’adoption du traité de Lisbonne.

Ainsi on n’écouterait pas le Peuple et on ferait fi de son avis, voire de sa décision. Et c’est ainsi que Nicolas SARKOZY, auteur de cette forfaiture, est-il continuellement mis au pilori sur ce point. Le noniste que je suis, aurait dû sur lui aboyer avec la meute… Oui mais voilà…

En effet, en 2005, malgré un parti-pris médiatique évident, les Français rejetaient par un referendum décidé par le Président CHIRAC, à 55 %, le traité de la Constitution européenne, mise au point avec brio et ascendance reconnus par l’ancien Président français Valéry GISCARD d’ESTAING et sa respectable Convention.

3 ans plus tard, le traité de Lisbonne, qui reprend pratiquement 2 des 3 parties contenues dans le traité constitutionnel, devait se faire accepter par la France. Et Nicolas SARKOZY devenu Président de la République, le fit adopter par la voie parlementaire, en congrès, ne se risquant pas, ni par timing, ni par incertitude du résultat, à redonner directement la parole directement au Peuple, qui avait déjoué les pronostics en 2005.

Or ne doit-on pas considérer naturel de refaire par le Peuple ce qui a été défait par le Peuple ; autrement exprimé, le traité de Lisbonne, qui reprenait long de celui rejeté par les Français, ne devait-il pas être ratifié par un nouveau referendum ?

Et c’est justement là que je salue le courage de Nicolas SARKOZY, qui a agi alors en véritable Homme d’Etat.

En effet, selon toutes les analyses, et l’histoire le soulignera aussi, Laurent FABIUS a été la caution morale du NON de 2005, par sa stature, son passé de Premier ministre moderne du plus europhile de nos Présidents, François MITTERRAND, ses anciennes fonctions de ministre des Finances efficace, en charge du passage à l’euro, symbole fort.

Laurent FABIUS, pour des raisons que beaucoup ont voulu voir politiciennes, voire de basse politique, avait indiqué très tôt son inclinaison pour le NON. Pour Laurent FABIUS, que l’on retrouve depuis 2 ans au Quai d’Orsay, c’est-à-dire en lien constant avec l’Europe, il s’agissait de dire OUI aux 2 premières parties du traité, parties techniques et avancées certaines, mais NON à la constitutionnalisation des traités antérieurs. Habillage habile pour se démarquer au sein d’un PS qui allait encore servir d’appui ou d’appoint à CHIRAC – après 2002 – et de démonter qu’on pouvait être pour l’Europe comme l’exigeait à l’époque toute ambition présidentielle, et alimenter une pensée simple, plus proche des intérêts des Peuples, peu associés à la mainmise d’une euro-technostructure.

Après un court moment de débat que les femmes et les hommes politiques dominant du moment avaient voulu expédier, avec la complicité des médias, acquis à 95 % au OUI et de tous les milieux d’affaires, certains dans des associations, puis des syndicalistes, puis enfin quelques politiques redonnèrent un nouvel éclairage sur le traité. Des voix jusqu’alors pro-Europe émirent des doutes. FABIUS lui-même reprit une liberté que ne lui refusait pas son Premier secrétaire d’alors. Et enfin le Peuple s’empara du dossier, écoutant, lisant, questionnant, se répondant, dans les amphis, les cafés, les salles communales. Ce fut le plus grand moment de démocratie depuis l’alternance de 1981. Les Français allaient s’exprimer de manière plus éclairée et plus autonomes vis-à-vis des clivages traditionnels que ne l’avaient calculé la classe politique.

Sur les 55 % de nonistes, dont plus de 60 % de socialistes, alors que, pour éclaircir leur position, leur Premier secrétaire en 2005, François HOLLANDE, avait accepté une consultation interne des militants, qui penchaient encore pour le OUI, on peut considérer que 15 % avaient suivi le NON fabiusien, nuancé et calculé. Donc sans le poids de FABIUS, plus parce qu’il avait légitimé la parole noniste non extrême, à laquelle tous se sont référée, de VILLIERS à MELENCHON, que par ses arguments propres, le OUI l’aurait emporté finalement.

FABIUS avançait le NON contre la 3è partie du traité, celle qui constitutionalisait les traités précédents. Sans cela, il déclarait dès 2004 qu’il aurait voté et appelé à voter pour le OUI, faisant basculer la campagne et les résultats.

Or le traité de Lisbonne, en 2008, dont le nouveau Président Nicolas SARKOZY avait la charge de faire adopter, est proche du traité rejeté certes, mais ne comporte pas cette fameuse 3è partie, qui a alimenté une grande partie du NON. Donc on ne peut pas dire que le soumettre à l’approbation des Parlementaires effacerait le vote des Français puisque le vote ne portait précisément pas sur le même traité donc pas sur la même question.

Certes, il aurait été préférable dans le principe d’organiser un referendum nouveau (et non pas un nouveau referendum puisque la question était différente). Mais au fond pourquoi et pour quelle issue ?

Le referendum de 2005 était important et Jacques CHIRAC avait eu raison de choisir ce mode d’approbation – ou en l’occurrence de désapprobation. En effet, comme son nom et son contenu l’indiquaient, il s’agissait bel et bien d’un traité constitutionnel, d’une nouvelle constitution, avec des portées aussi conséquentes que Maastricht en 1992, soumis par le Président MITTERRAND, pourtant impopulaire à l’époque, au vote du Peuple. Dans ce cas, la voie directe du Peuple de France doit être consultée.

Or le traité de Lisbonne, vidé de sa juridiction constitutionnelle, devenait un simple traité « comme les autres ».

De plus, le traité de Lisbonne comportait 3 vertus fondamentales, qui auraient dû convaincre assurément beaucoup de nonistes.

1) Lisbonne empêchait la mise en œuvre du funeste traité de Nice, mini-compromis au rabais, mal préparé et insuffisamment négocié a minima par Jacques CHIRAC et Lionel JOSPIN, qui se neutralisaient, se « tenaient par la barbichette » dans la perspective des élections de 2002, sous le regard amusé d’un Gerhard SCHROEDER qui était rivé sur la refonte de l’économie allemande (qui allait faire que depuis 2004 l’Allemagne soit redevenue le centre économique puis politique du continent), et la stupéfaction complice et ahurie du reste de l’Europe élargie.

2) Lisbonne portait un meilleur équilibre des institutions quant à la représentativité de chacun et quant aux prérogatives renforcées du Parlement européen élu pour 2014. On le verra lors de la prochaine désignation du Président de la commission qui succèdera à José BARROSO.

3) Lisbonne permettait enfin une large souplesse dans l’interprétation des traités, ce qui a permis en 2012 et 2013 de mettre en place des mécanismes monétaires et financiers à traités constants, pour commencer à sortir de la crise, alors que les dirigeants européens ont perdu du temps en défiance à laisser enfin ces solutions prendre formes.

Il était donc sage de faire adopter rapidement ce traité de Lisbonne. Dans les conditions de l’époque, seule la voie du congrès s’imposait à Nicolas SARKOZY, un nouveau NON référendaire risquait de nous amener à être régis par le traité de Nice, dans une campagne cette fois bâclée par manque de temps, en plein début de crise de l’Europe, de l’Euro, des surprimes, et des déprimes, en pleine guerre en Géorgie, et en total patinage du G20.

Le courage de Nicolas SARKOZY fut alors de garder son sang-froid, de penser à la France et à l’Europe, et d’accepter de ne pas regretter ce qui s’imposait à lui, c’est-à-dire le vote par le Parlement, légitime mais en représentation indirecte, même si en fin politique il savait que cela lui serait longtemps reproché.

Il est aussi à noter que durant la campagne présidentielle de 2007, SARKOZY candidat, n’a pas hésité à prévenir de son choix futur et sa position sur ce qui s’esquissait devenir ce traité était claire. L’élection présidentielle, notamment dans un quinquennat, ne vaut-elle pas referendum ? N’est-il pas plus convenable de présenter un projet et de le faire appliquer ensuite par tous les moyens légaux, que de déclarer que « Soi, Président », on renégociera tel ou tel traité, et une fois élu, signer ce traité sans une virgule changée ? N’est-ce pas sur ce terrain que la voie parlementaire, légale, s’en trouve moins légitime ?

SARKOZY a agi dans cette affaire, je le répète, en Homme d’Etat, loin de la lâcheté et en pleine conscience, ce que peu de ses propres troupes défendent encore aujourd’hui sur ce point.

Non, il ne s’agissait pas alors de prendre les Français à contre pieds, mais sincèrement de remettre l’Europe sur des rails sains, en laissant hors constitution un certain nombre de disposition prévues en 2005, donc en laissant la France libre de choisir son destin futur, sans les entraves que comportaient la Constitution GISCARD.

Or c’est par un manque de courage, un manque d’envergure – ou simplement par calcul – des politiciens de droite et du centre, qui n’ont pas pris depuis la défense vigoureuse du choix sarkozien, pas repris clairement à leur compte l’explication institutionnelle et pragmatique nécessaire, que se maintient l’idée que le choix du Peuple français de 2005 a été bafoué par un despote autoritaire et imbu qui s’essuya les pieds par pur caprice sur la voie de ses Compatriotes… Et qui a abouti en 2014 à mener une campagne par pratiquement tous les partis sur le thème, l’ « Europe qu’on nous impose s’est toujours faite sans nous (ce qui fut d’ailleurs souvent le cas mais réellement moins depuis le vote sur Maastricht), elle continuera sans nous et en tout cas plus contre nous » ! Quel ressentiment ce manque de responsabilité de beaucoup a laissé comme trace sur une opinion légitime !

Femmes et Hommes de France, écrivains, philosophes, syndicalistes, entrepreneurs, enseignants, ouvriers, chômeurs, parents, grands-parents, responsables associatifs, commerçants, cadres, employés agriculteurs, attention à ce clivage que l’on veut dresser entre vous. Oui vous devez être écoutés, obéis même, mais ne vous laissez pas croire que votre vote a été foulé aux pieds en 2008. Car attention, d’abord c’est faux et cela nous perdra. Car cela aboutira à creuser définitivement le fossé entre nous et l’Europe juste et protectrice dont une France renouvelée et industrieuse a grandement besoin ; car cela accentuera aussi la méfiance d’une classe politique sclérosée qui se doit de retrouver le Peuple et doit recommencer à faire appel à son bon sens pour des échéances futures dont l’issue devra être impérativement décidée directement par les Français ; car enfin la France s’en sortira si elle est unie, loin des extrêmes de tous poils, qui la bercent d’illusions et ne sont ni à la hauteur de ce qu’ils prétendent être, ni à la hauteur des intérêts de notre cher Pays.

A travers les acteurs de ce débat, qui couvre nos 40 dernières années, on mesure ô combien l’histoire de l’Europe s’écrit à l’encre de l’histoire de France. Souhaitons, à nous et à nos enfants, que ce sera encore le cas dans 20 ans, et pour le meilleur de tous.

Cyril CASTRO,

Président EUROPE POPULAIRE

Auteur de « COMBATS, perspectives 2014 »

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur*** 

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier : 

Cyril Castro pour  Europe Populaire et Observatoire du MENSONGE ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © : vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

# # # # # # # # # #

L’article le plus lu : Qui ne dit mot consent

# # # # # # # # # #

Que chacun apporte un ou des suiveurs au site pour qu’il reste

INCONTOURNABLE !

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Pour soutenir par un don Observatoire du MENSONGE :

clic ici

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Recevez gratuitement

par mail les articles publiés chaque semaine dans

La semaine de l’Observatoire

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.

Mode emploi Obs

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de

l’Observatoire du MENSONGE présent dans 163 pays

suivi par plus de CENT MILLE LECTEURS !

Avec des tribunes libres vraiment libres !

logo Ob dum

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE:

Cliquez ICI

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Envie de changement ?

Rejoignez vous aussi

LOGO-ALLIANCE-sans-cadre copie 2

La politique nous concerne tous !!!

Cliquez sur l’image pour y aller ou recopier ce lien : http://www.alliancesocietecivile.fr

Publicités

20 commentaires

  1. Cette tribune est faite expressément pour souligner que sur un point precis et hautement important, N. SARKOZY a pris ine décision majeure hors jeu politique. Cela ne juge nullement de l’ensemble du quinquennat. Elle donne en revanche un angle nouveau et original sur l’adoption du Traité de Lisbonne, alors que les sarkozystes eux-memes ne mentionnent jamais cet acte fondamental.

    Il est intéressant car écrit par quelqu’un qui n’est justement pas sarkozyste et qui de plus s’est investi pour une Europe différente plus competitive, plus juste et plus démocratique .

    Enfin EUROPE POPULAIRE est un nouveau Mouvement de la Société « civique », qui ne compte aucun élu ou ancien élu et qui veut apporter une voix centrale et humaniste, donc rien à voir avec le niveau des politiciens actuels. Les enjeux sont l’emploi, les PME, l’éducation, la sécurité dans tout ses aspects, et l’Europe plus transparente.

    Merci en tout cas pour le débat ouvert ici.

    A tous les chers lecteurs de l’observatoire !

    J'aime

  2. Que l’on aille chercher encore NS comme un recours et que l’on puisse encore s’imaginer qu’il soit un homme d’état me semble vraiment une pure ineptie.
    Je comprends que l’on puisse croire en un retour de ce président qui après 14 années de Mitterrand +12 de Chirac ait essayé de faire bouger les choses, mais il ne s’est jamais attaqué aux vrais problèmes, s’est laissé enfermer dans un système européen qui nous mène droit dans le mur et que les peuples rejettent de plus en plus massivement et surtout il persévère dans l’erreur, il n’y a qu’a voir cette arrogance face a nos amis suisses qui eux s’en sortent semble t’il un peu mieux que nous.
    Alors homme d’état, laissez moi rire.
    http://www.lematin.ch/suisse/Adolf-Ogi-cloue-le-bec-de-Sarkozy/story/28988414

    J'aime

    1. Désolé mais Adolf Ogi a démenti avoir dit cela sur Sarkozy… et ce de façon officielle… Il serait plus judicieux de s’occuper des problèmes du moment que de continuer la chasse à Sarkzy

      J'aime

      1. De toutes les façons, cet individu ne doit pas revenir au pouvoir et comme je l’ai dit Hollande et Sarko, c’est du copié/collé… Ce que Sarko n’a réussi à faire Hollande le réalise, et si l’autre revient au pouvoir, il réalisera ce qu’Hollande n’aura eu le temps de faire !
        C’est gens ont été mis en place pour tout détruire, et amené le Nouvel Ordre Mondial, comme l’a déclaré Sarkozy http://youtu.be/aeXhEp7dhvw
        Il faut arrêter de se voiler la face. Que vous votez pour la droite, la gauche, l’extrême droite, l’extrême gauche, au centre ou pas du tout, cela revient au même, ils sont TOUS SANS EXEMPTION MIS EN PLACE PAR L’OLIGARCHIE, nous seront toujours les baisés et l’oligarchie gagnante. Il ne faut pas sortir de St Cyr pour comprendre cela !

        J'aime

    2. Dommage pour vous mais le démenti est visible sur certains médias français : On a écouté Nicolas Sarkozy en Suisse: la preuve des mensonges diffamatoires des médias sur son compte est sur le Point.fr/tiny/1-1835477

      J'aime

      1. Le Point appartient à son pote François Pinault ! Pas crédible ! Et dans ce lien http://youtu.be/8VYbpcW4SW8 tout est vérifié, Mr Ploncard d’Assac à certainement plus de crédibilité que Pinault ! La vidéo sur le N.O.M. n’est pas bidon non plus, et elle prouve bien la trahison de Sarkozy vis à vis du peuple français – faire cadeau de nos liberté aux puissances étrangères !

        J'aime

  3. C’est vrai cet article est franchement sans intérêt mais de là à s’emporter ainsi… D’abord le combat est contre ce gouvernement qui ruine notre pays et le président c’est Hollande et pas Sarkozy. Je trouve suspect l’acharnement contre Sarkozy et le peu d’attaques contre Hollande. C’est une drôle de façon de procéder ainsi… pourquoi ne pas alors attaquer Chirac ou Mitterrand ?

    J'aime

  4. QUOI!!! SARKOZY, un des pires présidents? Mais que raconte michel? quelle mauvaise foi!! que dire de hollande? SARKOZY, l’homme des reformes, du statut d’auto entrepreneur, l’homme qui a sauvé les banques francaises, l’homme de la reforme des universités? je prefere m’arreter là

    J'aime

  5. J’ai lu avec intérêt et amertume les précédents commentaires, véritables non sens dans ce débat auquel nous invite le rédacteur de l’article. Le referendum, expression de démocratie directe, est également un couteau a double tranchant, car les peuples ont tendance à laisser de coté la question posée pour répondre systématiquement NON et ainsi exprimer un mouvement d’humeur contre leurs gouvernants.
    En outre, comment nos chers précédents commentateurs peuvent mépriser a ce point la représentation parlementaire, véritable voix du peuple, et qui vote les lois!! Sarkozy, par une victoire forte aux présidentielles, a reçu mandat du peuple français pour prendre les bonnes décisions et assumer ses choix. Il faut saluer le COURAGE et le talent d’un homme qui en plus a protégé avec détermination son peuple dans la violente crise qu’il a été contraint d’affronter. L’histoire saura reconnaître les talents de cet HOMME D’ETAT. Pour le reste, que les antisarkozystes s’adonnent a leur gymnastique intellectuelle favorite. Le chien aboie, la caravane passe…

    J'aime

    1. Sarkozy, nous lui devons la misère et le chaos, c’est je le répète un mondialiste qui n’aime pas la France, il nous a trahi à plusieurs reprises, notamment avec le traité de Lisbonne, alors en matière de démocratie, il est plutôt très mal placé !
      Il fait parti des pires président de la 5ème République !

      J'aime

    2. « En outre, comment nos chers précédents commentateurs peuvent mépriser a ce point la représentation parlementaire, véritable voix du peuple, et qui vote les lois! »

      Juste sur cette dernière phrase… La représentation parlementaire actuelle ne peut être une véritable voix du peuple tant que certains partis, avec peu de voix, y ont beaucoup d’élus et, à contrario, quand d’autres ont beaucoup de voix (du peuple justement) et très peu d’élus. C’est juste, à mon sens, bafouer la démocratie !

      J'aime

  6. Comment peut-on faire l’apologie de ce type qui a trahi les français et la France, France qu’il n’aime pas écoutez les 10 premières minutes de cette conférence http://youtu.be/8VYbpcW4SW8 ça vaut son pesant d’or. Dans quelle galère Sarkozy voulait et veut encore nous emmener…
    Sarkozy et Hollande, c’est vraiment du copier/coller ! Sarkozy et Hollande dont le seul but est de ruiner, et de détruire la France et sa culture…

    J’approuve à 100 % l’analyse de Georges PN !

    J'aime

    1. Merci pour la video, je fais suivre c’est très instructif.
      Quoi qu’il en soit je constate quand même, que l’article qu’Alexandre a mis en ligne sur l’Observatoire du mensonge (et il a bien fait au nom de la sacro-sainte liberté d’expression) montre que nous ne sommes pas dupes des manoeuvres des courtisans pour ne pas dire les lèche bottes de l’ex président.
      Que Sarkozy s’occupe de la carrière de sa femme, aille faire des conférences histoire de se faire moucher de temps en temps et gagner ce fric qu’il aime tant , mais surtout qu’il ne revienne pas par la fenêtre après qu’on lui ait claqué la porte.

      J'aime

      1. 100 % d’accord, mais il est toujours bon de connaitre les intentions de l’adversaire, pour mieux les contrer. C’est clair, que de Sarko nous n’en voulons plus, il a fait assez de dégâts, et ce qu’il n’a pu réaliser, Hollande le fait ! Il es exact que les conférences de Ph. Ploncard d’Assac son très instructives.
        Bonne soirée…

        J'aime

  7. Cet article est une pure provocation, en plus il est trop long, mal écrit et franchement il faut le mesurer a l’aune de la mauvaise foi. Pour qui roule ce comité Theodule pompeusement appelé Europe populaire ?
    On peut encore croire en Sarkozy, mais rien dans son quinquennat laisse entendre qu’il n’a rien été d’autre qu’un de ces politiciens plutôt prêt a vendre la France sans se soucier de l’intérêt du pays. Moi le premier je me considère comme cocufié.
    Je rejoins totalement Georges PN dans ses commentaires.

    J'aime

    1. Juste pour que les choses soient bien claires : l’Observatoire du MENSONGE publie des tribunes libres qui sont donc vraiment libres et j’accepte sur mon site des opinions divergentes et même qui ne sont pas les miennes. C’est un gage de liberté que vous ne trouverez dans aucun média. Cela présente avantages et inconvénients mais c’est ce que je défends : la liberté d’expression…

      J'aime

  8. C’est vrai que c’est un avis intéressant. Mais cette Europe (l’UE) est vraiment trop loin des peuples pour leur être vraiment nécessaire, voire seulement utile.
    On peut prôner une certaine Europe, mais pas à l’encontre des nations. C’est injouable. L’Europe géographique est un rassemblement de peuples tous bien différents les uns des autres et au passé historique chargé. Une bonne, une excellente coopération s’impose entre tous nos pays. Passons des accords d’amitiés, culturels et commerciaux privilégiés par rapport au reste du monde, mais ne visons pas un nouvel état qui ferait en sorte d’affaiblir les prérogatives de chacun des pays européens.
    Quant à Nicolas SARKOZY, n’a t’il pas bafoué la Constitution et les droits du peuple souverain en constituant un 101 ° département, Mayotte, sans nous demander notre avis ? Combien nous coûte Mayotte à l’heure actuelle ? Et la porte ouverte à une immigration non maîtrisée qui fait que de nombreuses femmes, des îles aux alentours, viennent accoucher sur un sol Français et Européen donc ?
    Ce sont des questions que le peuple français est en droit de se poser.

    J'aime

  9. Cette analyse n’est pas inintéressante. Toutefois, le Traité de Lisbonne contrevient incontestablement au refendum de 2005, Fabius ou pas. Quant à la position de Sarkozy, c’est, ni plus, ni moins, celle d’un mondialiste dont le but est de faire disparaître les nations, que cela plaise ou non aux abrutis que nous sommes. Ne s’est-il pas, d’ailleurs, exprimé, après la signature de Traité : « comme ça, je suis tranquille, on ne pourra plus jamais faire marche arrière ! ». C’est beau d’avoir le sens de l’histoire dans ses gênes…
    Reste à savoir si c’est démocratique….Et là, je n’en démordrai pas. Sarko a montré le mépris qu’il avait pour les Français.
    Au passage, rappelons, sous son règne, l’introduction de la théorie du genre, la réforme des programmes d’histoire, l’ouverture des écoles primaires aux LGBT. J’en passe et des meilleures, parmi les lesquelles la non-suppression des 35h, de l’ISF, la surtaxation des plus-values et des successions, la suppression de la double-peine. J’en passe et des meilleures. Ne parlons pas de l’augmentation des dépenses publiques dans le PIB.
    Une mention spéciale pour l’intervention en Lybie qui a permis à l’anarchie totale de s’installer dans le pays.
    Un mec qui aura gouverné au coup par coup. Un bilan vraiment très intéressant 😂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s