Pourquoi j’ai quitté le Frankistan


C’est contraint et forcé que j’ai dû partir du Frankistan..

TRIBUNE

Pourquoi j’ai quitté le Frankistan

Par Jean

drapeau-frankistan-300x199C’est vrai, la réponse est un peu dans le titre de cet article. Mais la question revient tellement souvent dans mes conversations avec des habitants du Frankistan que je me devais d’y répondre une bonne fois pour toutes. Voilà un an et demi que je suis parti, et que je suis arrivé en France, celle de mon enfance, non encore islamisée, et mieux, en dehors de l’Union Européenne, de l’euro, avec le beau temps en permanence, et beaucoup moins d’impôts.
C’est contraint et forcé que j’ai dû partir du Frankistan.
Je ne l’ai pas plus choisi que je n’ai choisi de me convertir à Christ. Il m’a ouvert les yeux ce 18 décembre 2014 à 1h24 du matin, et j’ai réalisé que je vivais dans le Frankistan et que je devais partir en Polynésie.
Pourquoi la Polynésie ? Je le découvre chaque jour un peu plus que je vis ici. Comme l’Oracle dit à Néo dans Matrix Reloaded : Vous n’êtes pas là pour faire un choix, vous avez déjà fait ce choix. Vous êtes là pour comprendre pourquoi vous l’avez fait.
La vie c’est ça : on fait des choix, et on passe sa vie à essayer de les comprendre. La Polynésie, c’est un choix qui ne vient pas de moi, mais de Très Haut. Une voix très claire qui me dit d’aller là-bas, alors que j’ignore tout de ce bout de France perdu dans l’Océan Pacifique.
On ne résiste pas à Dieu, donc je suis parti. Oh pas tout de suite ! On reste humain, et la première réaction c’est de dire : non ! Trop loin, trop inconnu, trop brutal. Et puis c’est Charlie Hebdo, alors on dit “Ok Seigneur, pardonne-moi” et on prépare ses bagages.
Quel échec. 10 ans de ma vie à essayer de convaincre (en vain) mes compatriotes que leur pays n’était plus la France. 10 ans à prêcher dans le désert. 10 ans à essuyer des refus de maisons d’édition, de journalistes pour des interviews, 10 ans de galères pour lutter contre la censure et les traîtres à la France. Nul n’est prophète en son pays.
Des interventions surprises sur des plateaux télé ou radio, pour montrer comment prendre le système d’assaut, mais tout cela tombe à l’eau. On m’écoute attentivement dans certains cercles, catholiques, identitaires ou autres, on me félicite parfois, bien sûr, mais au final quand je demande qui est avec moi, on ne se bat pas.
Je l’avoue, je n’ai pas su convaincre avec mes mots. Mais les morts français des prochaines années parleront mieux que mes mots.
Je n’ai pas su convaincre avec mes actes. Mais les actes des Français musulmans et non musulmans seront plus parlants que mes actes et convainqueront les Français que ce pays n’est plus la France.
Ici en Polynésie, c’est un sentiment étrange que je ressens quotidiennement. Comme Noé et sa famille dans leur arche alors que le déluge s’abat sur la terre, j’imagine. Comme les réfugiés allemands aux US en 40 qui regardent les bombes tomber sur la ville où ils sont nés. Comme dans une voiture ou une maison quand l’orage et la tempête grondent. Pourtant certains préfèrent rester dans l’œil du cyclone.
Ils m’accusent parfois d’être parti comme un lâche, comme un traître, eux qui n’ont souvent pas fait le millième de ce que j’ai fait pour mon pays, eux qui écrivent sous pseudo sur Facebook, eux qui n’ont jamais été menacé de mort comme je l’ai été à plusieurs reprises, y compris par un Algérien qui cria “Jean Robin est un sioniste” alors que je filmais une foule d’Algériens pour la commémoration du 17 octobre 1961. Ou par des marxistes sur un site très fréquenté (“Jean Robin mérite 12 balles dans la peau”, toujours visible à ce jour), des musulmans ou tant d’autres sur Internet ou par téléphone. Mais ce n’est pas grave, c’est moi le lâche, moi le traître, et eux sont les héros du Frankistan.
Ils sont contents de pouvoir tourner chaque jour la roue de l’infortune. Vous ne la connaissez pas ? Elle n’offre que 3 cases : migrants – attentat – mosquée.
En ce moment c’est plutôt la case migrants, avec la dispersion de plus de 6000 migrants de Calais. Demain, ce sera attentat près de chez eux et après demain ils apprendront qu’une nouvelle mosquée vient d’ouvrir ses portes à deux pas de chez eux.
Le tout plongeant le pays dans la guerre civile, faisant chuter le prix de leur maison pour laquelle ils avaient tout sacrifié ou presque, des années de boulot, d’efforts, de sacrifices sur les achats du quotidien, les études du petit, ou les loisirs.
Tous ces sacrifices ont servi à quoi, dites-moi ? On ne vous demande même plus si vous voulez la tourner votre roue de l’infortune, on la tourne chaque jour pour vous, et vous êtes sommé de vous réjouir du résultat, quel qu’il soit. Ah ! une nouvelle mosquée. Au moins on a évité l’attentat.
Vous qui êtes resté dans le Frankistan, vous allez bientôt trouver génial d’avoir une journée sans racket de votre enfant à l’école, sans insulte “sale kouffar” ou “face de craie”, sans rodéo à moto à 2h du mat, ou sans dealer qui vous interdit de rendre visite à vos amis en banlieue. Ou sans attentat. Ou sans arrivée de milliers de migrants sur les côtes italiennes, françaises ou de l’Union européenne.
Vous comprendrez peut-être alors pourquoi je suis parti, pour partir en France, mon pays, que j’avais quitté en restant dans le Frankistan.

Jean pour Enquête et Débat

Capture d’écran 2015-12-28 à 06.35.18
*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE n’engageant que son auteur***

Ici à l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier. Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

Du même auteur: Le calme avant la tempête

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  

LOGO OBS

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

LOGO OBS

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
Jean pour http://www.enquete-debat.fr
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.
Avertissement : Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

LOGO OBS

♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres !

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Chères lectrices, chers lecteurs, Nous irons droit au but en vous demandant d’aider l’Observatoire du MENSONGE à préserver son indépendance.
Nous survivons grâce à des dons d’une valeur moyenne de 10 € mais seule une faible part de nos lecteurs nous fait un don. 
Si chaque personne lisant ce message donnait 2 €, notre levée de fonds serait achevée en cinq heures. Nous sommes une petite organisation à but non lucratif qui supporte les coûts du premier site d’opposition en France!
Alors OUI nous méritons votre contribution.
Merci.
Nous vous rappelons que nous sommes indépendants et que nous publions des tribunes libres vraiment libres.

Pour nous aider: Cliquez juste sur le coeur 

bleu-copie

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi j’ai quitté le Frankistan

  1. BAILLY

    Il y a beaucoup we résignation dans ce texte. Il ne faut pas perdre espoir. Des millions de français pensent comme nous mais ne s’expriment pas. Les élections Américaines sont une véritable chance pour les français. Cela prouve que tout est possible. Il ne faut pas accepter le terrorisme des médias aux mains des destructeurs de la grande nation France. Le peuple attend un signal assez fort pour bouger. Nous allons d’ici peu mettre en marche la politique du grand netoyage

    J'aime

  2. Candide

    Cher Jean, vous êtes malheureusement dans le VRAI en ce qui concerne notre proche avenir en France. Cela fait déjà un bout de temps (pas 10 ans mais bien 4 ou 5) que je dis que nous allons avoir une guerre civile. Je la vois venir et pas dans 5 ou 10 ans, c’est pour 2017-2018. Moi aussi je passe pour un « fou », les gens sont anesthésiés, ils n’y croient pas. Et bien continuez de « rêver » braves Franchouillards, le réveil vas être terrible!!!

    J'aime

Laisser votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s