L’inévitable rupture


Rien ne va plus entre le pouvoir et son armée.

L’inévitable rupture

Par le Général (2s) Antoine Martinez

Jamais un Etat en situation de guerre n’aura fait subir aux forces armées qui protègent la nation une diète aussi insensée et imprudente. L’annonce d’une coupe de 850 M€ du budget 2017 des armées qui représentent, en fait, les surcoûts des OPEX (opérations extérieures) et des OPINT (opérations intérieures) – non budgétés, il faut le souligner, car seuls 450 M€ l’ont été alors que le véritable coût est 1,3 Md€ – est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
Il est vrai que le président de la République ne s’attendait pas à ce que le Chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, exprime sa désapprobation à la suite de cette décision prise par le gouvernement. Complètement étranger à l’institution militaire et à la culture qui habite ceux à qui la France a confié son épée, il vient de découvrir qu’au sommet de la hiérarchie militaire un général, voire des généraux, ose (nt), lorsque l’intérêt supérieur du pays et de la nation est en cause, comme c’est le cas aujourd’hui, exprimer son (leur) désaccord. Alors, il a cru bon de devoir, lors de son discours aux armées, la veille de la fête nationale, humilier le CEMA avec des propos inappropriés mais révélateurs d’un orgueil démeusuré qui ne supporte pas la contradiction, rappelant notamment qu’ « il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique ». Peut-on relever que le CEMA s’est exprimé – et c’est un devoir légitime – à huis-clos devant les parlementaires concernés par le sujet ? Peut-on rajouter que le président de la commisssion qui l’auditionnait a regretté les mesures prises par le gouvernement et a donc approuvé les conclusions émises ? N’est-ce pas le président de la République lui-même qui, par sa déclaration brutale, étale ce débat sur la place publique ? Mais peut-être est-ce par calcul afin de signifier au CEMA que son crime de lèse-majesté n’a qu’une issue, son départ. Cependant, il n’est pas certain que le président sorte grandi de cet incident. Rappeler, en effet, sur un ton condescendant et méprisant que le chef, c’est lui, peut non seulement être considéré comme une réaction d’enfant gâté mais constitue, à l’évidence pour qui a commandé des hommes, une faute qui se traduit par une marque non pas d’autorité mais d’autoritarisme. Mais cette réaction se révèle être surtout une marque de faiblesse préjudiciable pour la confiance à son égard.
Permettons quelques observations probablement désagréables mais difficilement contestables. Première anomalie, s’agissant de la répartition de cette purge budgétaire pour 2017 entre les ministères, les armées se voient appliquer injustement 20 % du total alors qu’en toute équité cela aurait dû représenter 13 %. Les armées sont donc doublement pénalisées. Ensuite, on peut s’étonner que le Premier ministre, « découvre » avec le rapport de la Cour des Comptes le déficit à combler pour 2017 pour respecter la volonté de Bruxelles et le qualifie d’inacceptable. En effet, le président de la République, héritier direct du quinquennat précédent en matière économique n’était-il pas à la manœuvre jusqu’à la fin du mois d’août 2016 et donc responsable au moins partiellement de cette situation ? Enfin, last but not least comme dirait le président qui s’exprime beaucoup en anglais au lieu de le faire dans la langue de Molière pour défendre et faire rayonner la langue française, il est aujourd’hui au pouvoir grâce à un coup d’Etat institutionnel, n’ayant, de surcroît, obtenu que 18 % des voix des électeurs inscrits, au premier tour de l’élection présidentielle. Et pour couronner le tout, avoir jeté l’opprobre sur la France en accusant notre pays d’avoir commis un crime contre l’humanité en évoquant la colonisation restera pour les patriotes – notamment au sein du monde militaire – une tache indélébile.
Cela dit, ce sérieux désaccord entre le CEMA et le Chef de l’Etat révèle simplement le niveau atteint par l’incompréhension et le décalage énorme qui s’est instauré entre le militaire et le politique en matière de conception de la gouvernance du pays sur le long terme qui doit viser la sécurité à l’extérieur et la concorde à l’intérieur. Il y a aujourd’hui, incontestablement, un fossé qui s’est creusé et qui sépare l’approche des problèmes du monde, et par voie de conséquence du pays, entre le militaire et le politique dont les logiques et les horizons sont par nature différents. Le premier voit loin et la permanence de la défense du pays et de ses intérêts, la sécurité et la protection de la nation restent un tourment constant qui dépasse le temps présent et s’inscrit dans le temps long. Le second détient le pouvoir après avoir gagné des élections qui consacrent généralement des ambitions personnelles mais l’exerce le plus souvent soumis au cours des événements qu’il ne maîtrise pas toujours et qui le maintient dans une vision qui, la plupart de temps, ne dépasse pas le court terme et qui s’inscrit donc dans le temps court. Mais le destin du peuple, le destin de la nation s’inscrit dans le temps long.
Alors, s’agissant de la sécurité à l’extérieur, chacun sait que depuis très longtemps le budget de nos forces armées a servi de variable d’ajustement et il faut reconnaître que depuis la fin de la Guerre froide la situation n’a fait qu’empirer, la détérioration de nos capacités opérationnelles ayant atteint un niveau critique mettant en danger la vie de nos soldats engagés en opérations. Cette détérioration a d’ailleurs déjà mené à une rupture irréversible des capacités dont la conséquence pour nos forces armées se traduit par un déclassement stratégique extrêmement préjudiciable pour la France et dangereux pour la défense de nos intérêts dans le monde. C’est la conséquence du relâchement de l’effort de défense qui en une trentaine d’années est passé de 3% à 1,5% du PIB. Et les promesses de relever cette part du PIB à 2%, à l’horizon … 2025, sont indécentes compte tenu de l’état plus que préoccupant de nos forces armées. Et c’était le devoir du CEMA de le dire.
Quant à la concorde à l’intérieur, elle dépend essentiellement du niveau de cohérence interne de la société qui se caractérise par sa culture et donc son identité. Force est de constater que la société française n’est plus aujourd’hui une société apaisée et ne le sera plus avant longtemps en raison de la fracture identitaire qui lui est imposée contre son gré avec une immigration de peuplement qui a marqué les quatre dernières décennies et à laquelle il faut ajouter aujourd’hui la submersion migratoire qui frappe l’Europe, sans réaction de l’Union européenne ou des chefs d’Etat européens, à l’exception de ceux du Groupe de Visegrad. Circonstance aggravante, cette immigration de peuplement complétée par cette submersion migratoire africaine véhiculent une culture hostile à la nôtre et incompatible avec la démocratie. Refuser de le comprendre met en sérieux danger l’avenir de la nation et de l’Europe. Le terrorisme islamique qui sévit le confirme et nos forces armées exangues sont engagées également sur le territoire national alors qu’elles n’ont jamais été autant sollicitées sur les théâtres extérieurs depuis la fin de la Guerre froide et alors qu’elles ont perdu avec les purges engagées au cours des deux derniers quinquennats 70 000 hommes !
Alors quel sera le dénouement de cette confrontation entre le président de la République et le CEMA, puisque ce dernier est convoqué le 21 juillet à l’Elysée ? Le président recevra-t-il le général Pierre de Villiers pour lui réitérer son mécontentement et pour exiger sa démission – seconde humiliation – ou pour, considérant qu’une large majorité de Français approuve le général, passer l’éponge ? Une chose est certaine: le CEMA a été humilié publiquement et ceux qui portent l’uniforme ou qui l’ont porté se sentent offensés car il ne s’agit pas d’une lutte engagée pour des intérêts personnels ou pour des intérêts propres aux armées mais pour la défense de la France et de son peuple aujourd’hui en guerre. Ne pas vouloir le comprendre est irresponsable et augure mal de l’aptitude du chef de l’Etat à appréhender les vraies menaces qui pèsent sur la nation. Il serait donc logique que le CEMA décide de démissionner et le fasse savoir avant de se rendre à cette convocation. Sans remettre en cause la primauté du civil sur le militaire, il convient cependant de rappeler que les forces armées exercent un sacerdoce au service avant tout du peuple, quels qu’en soient ses représentants. Cela dit, cette situation de crise est à rapprocher de celle qui s’est déjà produite il y a deux ans et au cours de laquelle, pour des raisons portant sur des réductions importantes d’effectifs décidées alors que la France est en guerre, le CEMA et les chefs des trois armées (Terre, Air, Mer) ont déjà failli démissionner. Le ministre de la Défense avait su exercer son rôle notamment de médiation et convaincre le président de la République. Aujourd’hui, deux mois après le début du quinquennat, nous en sommes déjà à un second ministre, non plus de la Défense mais des Armées, court-circuité car son champ d’action a été réduit, le président ayant décidé de s’accaparer toutes ces prérogatives, avec le risque évident d’être en permanence en première ligne. On ne voit donc pas pourquoi les trois autres chefs des armées de Terre, de l’Air et de la Marine, solidaires du CEMA, pourraient ne pas le suivre cette fois-ci en démissionnant également. Une crise serait alors ouverte mais qui aurait le mérite de créer un choc pour rappeler à nos élites politiques leurs devoirs à l’égard de la nation en sérieux danger sur son propre sol. Des drames sont, en effet, en train de se préparer et les responsables politiques ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas. Avec mon essai « Quand la Grande Muette prendra la parole » (Ed. Apopsix), préfacé par Ivan Rioufol, nous sommes dans l’actualité et dans le vif du sujet.

Général (2s) Antoine Martinez

Président des Volontaires Pour la France
Capture d’écran 2016-06-18 à 22.29.28

Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur
Ici à Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier.
Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  


Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Général Antoine Martinez pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com
Pour tous les mots ou phrases qui sont suivis de ce signe © vous devez également citer le copyright ci-dessus défini.

NOUVELLE VERSION

Recevez gratuitement par mail les articles publiés chaque semaine avec

La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE et le site se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs,
Pour nous soutenir:  cliquez juste sur le coeur 

Pour contacter l’Observatoire du MENSONGE: Cliquez ICI

Publicités

19 comments

  1. Le général Pierre De Villiers est un homme d’honneur patriote,(( vous n’avez pas le monopole du mon messieurs )) issu comme Philippe son frère, d’une génération de militaires de haut rang et d’une dynastie qui servie la France, des princes et des descendants Napoléoniens en donnant leur vie.Est-ce la clé de son éviction ,en éliminant une France  » des moins de rien  » afin d’y installer une mouvance diabolique mondiale ?

    J'aime

  2. FORCE EST DE CONSTATER QU’ IL A UNE TOTALE MÉCONNAISSANCE COMME SES PRÉDÉCESSEURS EN TOUS LES DOMAINES
    EN CONSÉQUENCE RIEN NE CHANGERA EN FAVEUR DE LA FRANCE SOUS LA HOULETTE D’UN PRÉSIDENT QUI A DÉMONTRÉ SON IMMENSE ORGUEIL ET SON INCOMPÉTENCE EN SE RENDANT COUPABLE D’UNE IMMENSE FAUTE DE JEUNESSE HUMILIANT EN PUBLIC UN VRAI CHEF QUI A SERVI DIGNEMENT LA FRANCE UN HOMME REFLECHI. ET D’EXPÉRIENCE QUI SONT ALLÉS EN PERSONNE COMBATTRE SUR LES TERRAINS EN GUERRE AUX CÔTÉS DE LEURS SOLDATS
    JE NE FERAI JAMAIS CONFIANCE EN TEMPS DE GUERRE À CELUI QUI S’EST DIT ÊTRE LE CHEF DE NOS ARMÉES.
    FRANCAISES FRANCAIS ATTENDEZ VOUS AU PIRE . ..

    J'aime

  3. En marche vers les ténèbres?
    Excellent Général Martinez, malheureusement pas suffisamment de personnes l’ont compris!
    Il est un homme politique qui, après avoir fait pas mal de politique, et il a beaucoup fait parler de lui, le dit très bien et très justement, il est de la famille du Général de Villiers d’ailleurs, je crois que c’est son frère et dégoûter il a arrêté la politique, mais par contre, il dit toute la vérité sur ce qu’est cette politique d’aujourd’hui qui est devenue l’antre des monstres qui tuent la France chaque jour davantage…!
    Je ne répéterai pas ce que j’ai écris 700 fois, au moins, par contre voici ce qu’il en dit et c’est parfaitement clair de la part d’un homme qui l’a vécu…!
    **********
    La France en « danger de mort » – Philippe de Villiers
    Suicide français d’Eric Zemmour. Comment l’expliquez-vous ? Ces succès d’édition cachent-ils un phénomène de société ?

    Philippe DE VILLIERS. – Cette lame de fond s’explique par l’immense désarroi des Français lucides, désemparés, submergés par un sentiment de dépossession d’eux-mêmes et qui craignent le pire. Mais le désarroi n’est pas une explication suffisante, il y a aussi une soif de connaître, depuis la coulisse, les cheminements et officines qui nous ont conduits au désastre. Beaucoup de gens veulent savoir comment ont été descellées les pierres d’angle, comment la machine à décerveler les pensées justes a procédé pour vitrifier les esprits libres, comment se sont imposées la terreur et la haine de soi jusqu’à faire perdre à la France son âme et à la mettre en « danger » de mort.

    Mon livre est un témoignage qui propose plusieurs clés de compréhension. Ma conscience civique s’est éveillée en mai 1968. J’ai vu derrière le grand chambardement, se profiler le boboïsme, l’idéologie en fusion du bourgeois-bohème, libéral-libertaire. J’ai connu de l’intérieur le creuset de l’ENA, cette couveuse à crânes d’œuf qui fabrique en série les « ingénieurs sociaux ». J’ai regardé comment le système produisait des poulets de batterie hors sol à la Juppé-Fabius, choisissant au hasard leur emballage de sortie, leur étiquette. J’ai vu comment la grande broyeuse à apparatchiks confisquait les talents et les passait au micro-ondes pour qu’ils soient, comme la viande attendrie, aseptisés et nourris à la pensée chloroforme.

    Les hasards de la vie m’ont amené à côtoyer dans leur intimité les grands fauves, Giscard, Mitterrand, Chirac, puis les lapins-tambours Duracell et ludions électroniques du Sarkhollande, qui clignotent comme des néons. J’ai vu comment ils pirouettent et toupillent non plus au service de la France, mais « de leur parcours », en pratiquant l’hédonisme politicien. Tous ces gens propres sur eux plaisaient à M. Bertin de Ingres et à la bourgeoisie française qui se voulait « anationale » comme le disait de Gaulle. Ils promenaient leurs accents de gravité, ils savaient poser la main sur le cœur, ils portaient le costume trois-pièces du VIIème arrondissement des assureurs qui rassurent. En fait ils ont coulé la France, c’étaient des naufrageurs en cravate.

    Ce succès ne vous donne-t-il pas envie de remonter sur le ring politique ?
    Je n’en ai pas envie et cela me paraît, dans les circonstances actuelles, inutile. En effet, nous ne sommes plus dans un système démocratique, nous avons basculé dans un système oligarchique protégé par une médiacaste mondialiste : la potestas est partie à Bruxelles et à Washington et l’auctoritas chez Ruquier. Impossible de survivre plus de cinq minutes quand on joue au rodéo de la vérité dans cette cabine de maquillage : on vous déstabilise, on vous déséquilibre, on vous peinturlure en paria, on vous rend grotesque, et vous terminez dans la sciure sous les sifflets playback. Seule la parole agréée est filtrée par le tamis idéologique de la pensée conforme.

    « Les hommes politiques ont encore aujourd’hui le culot d’expliquer aux Français ce qu’ils feront demain, alors qu’ils savent parfaitement qu’ils n’ont plus le pouvoir. »

    Aujourd’hui, pour faire de la politique, il faut avoir beaucoup d’argent pour acheter les sondages, car ils sont prescripteurs et structurent l’offre. Et il faut accepter de participer au simulacre, au risque d’y perdre son honneur. Les hommes politiques ont encore aujourd’hui le culot d’expliquer aux Français ce qu’ils feront demain, alors qu’ils savent parfaitement qu’ils n’ont plus le pouvoir. Or quand le pouvoir n’a plus le pouvoir, la parole n’est plus que gesticulatoire ; c’est une clownerie. Hollande, c’est René Coty avec son pot de fleurs dans les bras qui se produit au Plus Grand Cabaret du monde de Patrick Sébastien. Du pot de fleurs sort un bouquet d’étoiles, les étoiles du drapeau américain.

    Ma parole d’homme politique était suspecte quand j’avais des mandats. Maintenant que je ne quémande plus de picotin de popularité, elle est écoutée et enfin reçue comme authentique.

    Si vous êtes un homme politique et que vous voulez avoir de l’influence, quittez donc la scène politique, remontez sur l’Aventin et alors, vous serez entendu. C’est dire à quel point le système politique est en voie de décomposition puisque toute parole publique sur fond de mandat est discréditée. Les hommes politiques pratiquent tous ensemble et en même temps le « mentir vrai » d’Aragon : « Moins il y aura de frontières, plus il y aura de sécurité. Plus il y aura de mosquées, moins il y aura d’islamistes. Plus il y aura de migrants, moins il y aura de chômeurs. Plus on aidera al-Qaida en Syrie et les « salafistes modérés » – Laurent Fabius disait il y a encore un an d’al-Nosra qu’ « elle faisait du bon boulot » – plus vite se réglera le conflit syrien. Etc. ». A force de proférer ce genre de paradoxes ludiques, les hommes politiques ont changé de catégorie, dans l’esprit public. Ils sont passés à la rubrique « comédie-spectacle » où s’affichent Brutus et Yago.

    —Vous-même n’avez-vous pas participé à ce système ? Pourquoi avez-vous rejoint Nicolas Sarkozy en 2009 ?
    Non, je ne l’ai pas rejoint. J’ai commencé ma vie politique dans la partitocratique classique. Où j’ai fait très vite entendre ma différence. Marie-France Garaud m’avait prévenu très tôt : « Méfiez-vous, car ce système est une sorte de manège avec des forces centripètes et des forces centrifuges. Quand on s’éloigne du centre, on est irrémédiablement aspiré à l’extérieur, dans les marges. » J’en suis sorti au bout de deux ans seulement à la suite de mon combat contre la corruption et le traité de Maastricht. J’ai alors guerroyé de l’extérieur pendant des années. En 1995, je me suis présenté à l’élection présidentielle contre Jacques Chirac et Edouard Balladur. En 1999, avec Charles Pasqua, nous avons affronté le RPR aux Européennes. En 2007, je me suis porté candidat contre Nicolas Sarkozy. A un moment donné, je me suis dit qu’en concluant une paix des braves avec lui, je serais peut-être plus efficace. Mais quand j’ai vu de près durant quelques mois ce qu’était le cloaque Sarkozy-Fillon, j’ai pris les jambes à mon cou et me suis éloigné de la piscine sanguinolente où les caïmans se mangent entre eux.
    **************
    Voici le lien pour lire :
    egaliteetreconciliation.fr/La-France-en-danger-de-mort-35718.html

    Vous pourrez lire d’autres commentaires sur des sujets très intéressants de Philippe de Villiers… comme par exemple :
    Philippe de Villiers raconte la corruption systémique de l’Union européenne
    ou
    De Villiers balance la classe politique…, Achetée par le Qatar et l’Arabie saoudite !
    et également : l’entretien donné le 22 octobre 2015 par Phlippe de Villiers à TV Libertés :

    Bien à vous

    J'aime

  4. D’accord avec joséphine , le général De VILLIERS aurait dû démissionner dés le 14 juillet pour clore le bec du prétentieux Macron !!!
    Quant à l’autre général , le général MARTINEZ , auteur de ce billet , je lui dit : c’est le foutoir le plus complet !!!
    Que de temps perdu bon sang , le nécessaire aurait dû être déjà fait ., nous aurions pu éviter le maudit quinquennat Hollande et le suivant se présente destructeur , pendant ce temps là , ça rentre de tout les côtés , et parallèlement les moyens de défense s’amenuisent , le grand remplacement accélère la cadence .

    Ha , pour parler , pour écrire nous sommes des champions , pour l’action……. , la nuit porte conseil , et de nuit en nuit la situation empire jusqu’au jour maudit ou il n’y aura plus rien à espérer pour sauver notre vieux pays.

    Si le peuple décide par lui même d’agir par ses propres moyens , attention aux dommages !!!! jacky à bien raison de préciser l’existence de dégâts collatéraux .
    Général Antoine MARTINEZ , combien de temps encore devront nous attendre et espérer le changement ???
    Combien de temps pour déculotter et fesser le petit cul de l’inconscient Macron ???
    Combien de temps pour fermer les frontières ???

    Nous avons besoin de votre action sous peine de disparition !!!

    Oui Joséphine , virons la dictature en marche !! Et faisons en sorte que les prochains n’aient plus envie de recommencer les mêmes saloperies de conneries qui nous mènent au bord du gouffre.

    J'aime

    1. En relisant tous nos commentaires « conjoints » qui partent tous dans la même idéologie et analyse de la situation catastrophique que nous vivons actuellement, il est certain que nous ne pouvons compter QUE sur les Élites Militaires pour remettre de l’ordre dans ce foutu bordel
      Jamais au grand jamais la 5ème République n’a été aussi bafouée ! Sous le caporal Sarko çà a commencé à bien merder et celui-ci a déjà pas mal planté le clou en diminuant drastiquement les moyens et effectifs de nos armées !
      Ne parlons pas du capitaine de pédalo avachi dans ses conflits ménagers avec croissants, scooter et sauteries, sous le règne duquel notre Pays a fait les frais de plus de 250 morts uniquement par sa faute !
      Déjà à ce moment-là la Grande Muette aurait dû sortir de son mutisme et renverser cette bande d’incapables aux pensées et activités mortifères !
      Je l’ai espéré tellement fort … MAIS ! RIEN ne s’est passé! ce qui m’a provoqué une grande déception!
      Il y a eu le scandale du Général Piquemal traité pire qu’un vulgaire délinquant … et personne dans les rangs de l’Armée n’a bougé au point de créer le déséquilibre de ce précédent GVT pourri jusqu’à l’os!
      Il y a eu le scandale du Général de Gendarmerie ( Gal- Soublet) qui a subi une mutation disciplinaire pour le faire taire … MAIS cette fois encore, personne ne l’a épaulé assez sérieusement pour faire pression sur les salopards qui se permettent ces manques de respect aux élites Militaires!
      Et il ne faut pas oublier que pendant que ces actes destructeurs de nos Armées se passaient, le  » p’tit macreux 1er  » futur dictateur de la France régnait déjà dans les coulisses de l’autre président larvaire de ce foutu quinquennat et tirait déjà certaines ficelles de ces exactions !
      Maintenant qu’il pense avoir obtenu les pleins pouvoirs ( … pouvoir que nous allons devoir lui sucrer de gré ou de force par tous les moyens possibles, mêmes illégaux comme son élection!) il tranche et décide sans aucune concertation ! A quoi bon avoir fait élire une assemblée nationale avec 577 députés (des putains pour la plupart!) si ce n’est pour ne tenir aucun compte de sa présence ?
      Il s’en fout comme de sa première couche (… ce qui n’est pas si loin étant donné le comportement juvénile du merdeux!)
      Messieurs les Généraux … C’est à VOUS aujourd’hui de remettre bon ordre dans ce foutoir indescriptible!
      Comme le dit l’ami « Santiago » plus haut :
      Général Antoine MARTINEZ , combien de temps encore devront nous attendre et espérer le changement ???
      Combien de temps pour déculotter et fesser le petit cul de l’inconscient Macron ???
      Combien de temps pour fermer les frontières ???
      Nous avons besoin de votre action sous peine de disparition !!!
      Messieurs les GÉNÉRAUX
      Faites vraiment une action bénéfique pour votre Pays MAINTENANT !!! Sinon, nous allons tous le payer très cher et la Révolte populaire sera incontournable et très sanglante!
      Vous en porterez un peu une part de responsabilité par votre inaction et votre mutisme !
      Si c’est ce à quoi vous aspirez …..

      J'aime

    2. Je profite de votre révolte qui est la mienne Santiago pour soulever un problème qui me turlupine depuis l’annonce de l’arrivée du remplaçant de Pierre De VILLIERS.
      Vous ne trouvez pas qu’il a été trouvé un peu trop « vite fait bien fait » ? Moi si. Macron aurait-il insulté le Général de Villiers pour précipiter son départ ? Il le connaissait et savait qu’il ne se laisserait ni « baiser » ni insulter, tout ça parque qu’ Il était URGENT que DECOINTRE arrive tel un sauveur. Donc je m’inquiète sur cette nouvelle nomination. Sur ce type que le porte parole du gouvernement Castaner qualifie de « HEROS »…Je l’ai vu de profil le héros. Il est pas mal, mais alors juste de profil car de face, il me glace, kif kif le Diktator !

      Vous vous souvenez de Laurence HAÏM, cette journaliste qui avait quitté l’Amérique pour soutenir Macron en France. Ce dernier vient de l’éjecter. Elle voulait un poste d’Ambassadeur (probablement en guise de remerciements pour les bons et loyaux services rendus) et ? Ben, NIET, elle l’a où je pense et qu’elle aille au diable. Conclusion :Le psychopathe Macron UTILISE et JETTE !

      Ami entends-tu le cri sourd du Pays qu’on enchaîne ! Ohé Partisans, Ouvriers et Paysans, c’est l’ ALARME !

      J'aime

  5. Bien que je persiste à penser que le Général de VILLIERS aurait du signifier sa démission au petit caporal de pacotille, avant le 14 Juillet (le laissant dans la ……..) juste après avoir été insulté publiquement ! J’ai pensé ensuite qu’il a peut-être voulu saluer (une dernière fois) tous Les Soldats présents sur les Champs Elysées .

    J’ai appris aux infos qu’il venait de claquer la porte. Respect !

    LIBRE OPINION du Général (2s) Henri ROURE : Monsieur Macron ne connaît pas son métier.
    Posté le dimanche 16 juillet 2017

    Monsieur Macron s’est sans doute trompé de rôle et, comme beaucoup de jeunes trop vite arrivés, il s’imagine détenir un pouvoir qu’il n’a pas. Il joue avec la France, dont il a pris la tête à la suite d’une véritable opération médiatico-bancaire. Il se gargarise de l’expression Chef des Armées. Malheureusement son attitude et ses propos démontrent qu’il n’en a pas compris le sens.

    L’Armée est en effet un domaine d’exception. Elle ne peut être considérée comme les autres rouages ou administrations de l’Etat. Elle est la nation en armes et ceux qui y servent ont le privilège de tuer légalement et l’honneur de risquer leur propre vie pour l’indépendance du pays, la liberté et la sécurité de leurs concitoyens. Pour ces raisons, les militaires ne sont pas des fonctionnaires. Leur statut est autre, même s’il s’en rapproche. Le président de la République est donc, de manière bien différenciée, d’une part, chef de l’État et d’autre part chef des Armées.

    Dans le cadre de cette fonction, sans doute la plus haute qu’il ait, le président est donc responsable de la sécurité globale de la nation et, in-fine, de l’accomplissement des missions des Armées. Il se doit, en toute logique, de s’appuyer sur les compétences de ceux qui savent véritablement les risques que court le pays et les moyens nécessaires pour le défendre face aux menaces ou aux agressions.

    Dans ce contexte les chefs d’état-major d’armées et, surtout le chef d’état-major des Armées doivent (verbe « devoir ») exprimer les besoins des forces et expliquer au « chef des Armées » les impératifs, les contraintes, les risques et les obligations qui pèsent sur les forces.

    Le général de Villiers devant la commission de la Défense de l’Assemblée n’a fait que dire la vérité. Les moyens ne sont plus en adéquation avec les missions. Il était en conformité avec sa fonction.

    En revanche le président a outrepassé ses droits. Sans le vouloir, espérons-le, il a trahi sa mission suprême en donnant raison à des comptables totalement ignares s’agissant des questions régaliennes de sécurité nationale ou trop investis dans l’internationalisme bruxellois.

    Pire, monsieur Macron, a osé traiter le chef d’état-major des Armées, sur un ton totalement inapproprié, voire insultant. Je ne sais quelle image il a du fonctionnement des armées, mais hier comme aujourd’hui, le chef, avant de prendre une décision, s’informe, discute puis décide. Le respect des avis des subordonnés et la confiance dans leur compétence sont les principes sur lesquels repose l’efficacité. Même le jeune sous-officier apprend à travailler avec ses hommes et à les respecter. Le « garde-à-vous » est réservé à l’ordre serré, action collective de démonstration de cohésion. Que je sache, nous ne sommes pas dans cette configuration, ou alors monsieur Macron s’inspire de Courteline.

    Général (2s) Henri ROURE
    ASAF

    Sans rêver, j’attends la tempête qui s’impose, le temps PRESSE !

    J'aime

  6. difficile de juger, quand on entend le Général Trinquant sur LCI je crois, qui a soutenu Mr Macron pendant sa campagne, dire qu’il y a des coupes ou des choix, qui peuvent être faits, sous marin ou autre.. personnellement j’entends depuis quelques années, le problème de sous effectif et de matériel qui s’enlise ! des attaques qui sont reportées car le matériel ne suivrait pas ! j’ai entendu par des militaires eux même , qu’ils n’avaient pas été sollicités à Calais lors de débordements parce que la demande n’était pas faite et que ce qui se passait était dramatique ! etc
    Oui il est possible que le GL De Villiers ai été écarté à dessein ! les OPEX se sont multipliées , le danger est permanent à l’Intérieur, donc je ne comprends pas, sauf à dire que Mr Macron veut peut être une armée européenne et la boucle est bouclée, c’est à dire l’Europe , Bruxelles prendra toutes les décisions pour tous les Etats comme cela se dessine depuis quelques temps, sans que l’on bouge !

    J'aime

    1. Effectivement vos dernier mots sont tellement désolants par leur réalité: … « sans que l’on ne bouge » !
      Tout laisse à penser que cette épuration volontaire de nos Généraux d’Armées Françaises est un but préparé et voulu par les tueurs de l’europe actuelle! ( « europe » sans majuscule car cet honneur n’est pas mérité!)
      Et si Macreux-1er dictateur français en pleine ascension n’était que l’instrument ( ou plutôt le « yoyo » … le jouet étant donné l’immaturité du sujet!) pour parvenir à implanter au plus profond de notre Pays tous les coups-bas de cette europe suicidaire ?
      Et ce peuple poltron qui ne réagit pas!
      Qui ne pense en ce moment qu’à « ses vacances » durant lesquelles vos gouvernants véreux vont vous pondre des textes qui, à la rentrée, vont continuer à ruiner et anéantir ce que fut la « Grandeur de la France »!!!
      Pauvre France déshonorée par des politicards sans scrupules et surtout totalement incapables de redresser une barre qui fait sombrer le navire depuis une quarantaine d’années! Pire, ce sont ces mêmes politicards qui la propulsent encore plus vite au fond du triangle des oublis définitifs!
      Et maintenant, qui va-t-on voir surgir du chapeau de « macreux-1er » pour remplacer le grandissime Général De Villiers ?
      Un collabo-souteneur à la botte de macreux-1er sans aucun doute ! « Un toutou » qui ne lui dira pas ce qu’il pense et filera tout doux sous les ordres du dictateur en puissance?
      Mais quand « la Grande Muette » va-t-elle se réveiller et montrer les dents?
      Un coup d’Etat bien préparé et orchestré avec minutie et … »flop » le macreux-1er dictateur !
      Mais tout ceci relève du rêve …. sans doute ?
      Je dois me pincer pour revenir sur terre ! Jamais je ne vivrai cet immense plaisir de voire sauter ces incapables gouvernementaux pour trahison envers leur Pays!!!
      Et Dieu que c’est dommage !

      J'aime

    2. Voilà Limon vous avez tout compris, vu le groupe de commissaires venir vers Macron en chantant la marseillaise QUEL culot… Le gégé Lecointre à la botte fera sans doute ? tout pour terminer la chute de notre armée, pendant ce temps se prépare une armée légère à Bruxelles pour venir botter les fesses des insurgés dans les états nations et museler les syndicats… le fédéralisme est en marche…

      J'aime

  7. Après l’humiliation il ne pouvait que démissionner. Ce militaire de haut niveau ne pouvait accepter de se laisser traiter de la sorte par un gamin gâté de 39 ans, fût-il président de la République. C’est une question d’honneur et l’honneur d’un militaire est à prendre au sérieux. Macron vient de se mettre l’armée à dos pour 5 ans. Que va-t-il se passer à présent ? Va-t-il trouver un général à ses ordres comme CEMA ?

    J'aime

  8. Bonjour Messieurs les Militaires de haut niveau, gardiens de notre sécurité Nationale.
    J’approuve pleinement la prise de décision du Général De Villiers de ne pas marcher dans les pas de cet incapable nouveau PDT d’une République totalement démolie!
    J’admire votre calme, Messieurs, malgré cette tourmente qui vous frappe et essaie de vous détruire un peu plus chaque jour, ceci depuis une dizaine d’années maintenant!
    Mais pourquoi ne vous unissez-vous pas, avec l’aide et l’appui actuel dont vous bénéficiez d’une grande majorité des Français, pour purement et simplement VIRER toute cette équipe de nuisibles à notre Nation, équipe de traîtres tout juste élus avec 18% de voix réelles!
    Je souhaite que vous mettiez au point un vrai coup d’État qui purifie toute cette voyoucratie et la renvoie jouer dans leur bac à sable!
    Faites preuve du courage qui vous honore, Messieurs les Généraux et les hauts fonctionnaires Militaires, et de grâce… DÉBARRASSEZ-NOUS de cette dictature qui se met en place un peu plus chaque jour!
    Vous SEULS à l’heure actuelle, VOUS SEULS en avez encore les moyens!
    Voyez déjà juste en deux mois de règne ce que ce minable petit dictateur immature a déjà cassé …. comme si pour lui toute la vie et la survie de la France n’était qu’un jeu!
    Il est le seul chef à vouloir décider … ce n’est pas « çà » que l’on nomme un dictateur ?
    RENVERSEZ-MOI tout ce système néfaste pour notre Nation, Prenez le Pouvoir par la FORCE et surtout DÉBARRASSEZ-NOUS de cette cohorte d’incapables qui veulent finir d’anéantir notre Pays par tous les moyens !
    Nous sommes en guerre dites-vous ? OK ! Alors prouvez qu’en période de guerre, les Armées sont effectivement là pour servir le Pays et défendre la Nation et son Peuple!
    Aujourd’hui parmi les plus virulents ennemis de la France, il y a « son » gouvernement dictateur qui mérite d’être renversé!
    Je compte sur VOUS Messieurs !
    Sinon, au train où progressent les évènements, c’est le peuple lui-même qui sera obligé de prendre les armes… et je pense que là, les dégâts collatéraux risquent d’être beaucoup plus meurtriers!
    Le Peuple Français vous soutient !
    Ne le décevez-pas!

    J'aime

  9. Communiqué du général d’armée Pierre de Villiers 19 juillet 2017
    J’assume les responsabilités de chef d’état-major des armées depuis trois ans et demi. Je suis pleinement conscient de l’honneur qui m’est fait, de la confiance qui m’a été accordée et des devoirs qui sont attachés à cette fonction.
    J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter et les moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour les remplir.
    Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n’a jamais cessé d’être le fondement de ma relation avec l’autorité politique et la représentation nationale, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité.
    Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l’a acceptée.
    J’éprouve une vraie reconnaissance envers nos soldats, nos marins et nos aviateurs avec lesquels j’ai partagé ma vie, pendant quarante-trois années, au service de la nation, en toute sincérité. Je sais pour les connaître qu’ils continueront à assurer la mission aux ordres de mon successeur avec autant de détermination et de fidélité.
    Je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France.
    Général d’armée Pierre de Villiers

    J'aime

  10. C’est une sage décision qui honore le Général de Villiers. Nous le remercions comme de nombreux Français le feront. Pour autant, Le Pdt Macron se devrait de présenter ses regrets pour les dommages qu’il a causé à Notre Armée lorsqu’il a humilier le Général de VILLIERS.

    J'aime

  11. C’est bien plus grave qu’on peut le supposer…
    Convoqué le 21 juillet à l’Elysée par le président de la République après avoir protesté contre les coupes dans le budget de la Défense, Pierre de Villiers a pris les devants et a présenté sa démission à Emmanuel Macron qui l’a acceptée.
    Le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers a annoncé le 19 juillet dans un communiqué envoyé à l’AFP avoir présenté sa démission au président Emmanuel Macron «qui l’a acceptée», à l’issue d’un conseil restreint de Défense.
    Le général de Villiers explique dans ce communiqué qu’il considère «ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel [il] croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays» et avoir «pris ses responsabilités» en présentant sa démission au président, qui l’a récemment vivement recadré après ses critiques sur le budget de l’armée.
    J’ai estimé qu’il était de mon devoir de faire part de mes réserves
    «J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter et les moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour les remplir», déclare le général de Villiers, en rappelant qu’il assumait les responsabilités de chef d’état-major depuis trois ans et demi.
    «Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n’a jamais cessé d’être le fondement de ma relation avec l’autorité politique et la représentation nationale, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité» ajoute-t-il.
    Source : (francais.rt.com/document/596f09e109fac201448b4567/amp)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s