De l’inutilité publique


La notion d’utilité publique s’est dégradée à un point inquiétant

TRIBUNE

De l’inutilité publique

Par Claude Picard

Au fil du temps, de plus en plus dévoyée, la notion d’utilité publique s’est dégradée à un point inquiétant.
S’il fallait lister toutes les associations, parfaitement inutiles au bien commun, qui reçoivent des subventions publiques payées par l’argent des contribuables, un répertoire en quinze volumes n’y suffirait pas.
Entre les collectivités territoriales et les institutions d’État, qui font du clientélisme, du copinage et du rachat de la paix sociale, leur principale action politique, la coupe est pleine. Sachant que l’on dénombre 35 498 communes, 100 conseils départementaux, en comptant Paris et Lyon (statut particulier) et 17 conseils régionaux, même si tous ne pratiquent pas la prodigalité institutionnelle, l’ampleur du gaspillage est infinie.
Parfois, l’exemple vient du plus haut sommet de l’État : deux mois avant la fin de son mandat, François Hollande instituait, par décret, sa nouvelle fondation « La France s’engage », établissement d’utilité publique. Cette fondation qui dispose d’un budget global de 30 millions d’euros, reçoit désormais 8,5 millions d’euros d’argent public… Pour assurer à l’ancien président, une tribune politique… D’utilité publique et pour le bien commun ? Tout aussi choquants, sont les 2 436 500 € alloués par la mairie de Paris, aux organisations syndicales parisiennes, qui bénéficient déjà d’une mise à disposition (gratuite) de locaux sur les quatre sites de la Bourse, plus le financement officiel de l’État…
Et que dire, toujours distribués par la mairie de Paris, des 92 200 € pour trois « cafés sociaux » créés pour des personnes âgées immigrées « pour favoriser leur insertion dans leur environnement, par l’apprentissage du français, l’accès aux droits et l’accompagnement dans les échanges intergénérationnels et entre personnes âgées immigrées pour une meilleure autonomie. » Ou encore, des 20 000 € à l’association Rainbow Submarine pour l’organisation du festival LGBTQ+ « Chéris, Chéris » qui s’affirme comme un « festival engagé, qui donne à voir et à comprendre tous les aspects de l’homosexualité, de la transsexualité et des questions de genre ». Et de la subvention de 3 000 € pour les joueurs d’échecs de l’École Normale, alors que ses étudiants sont déjà rémunérés durant toutes leurs études supérieures par l’argent public… (Source : les contribuables associés)
Non seulement des associations, soutenues, en dépit du bon sens, par l’argent des impôts des citoyens, n’ont aucune utilité publique, mais de surcroît elles se permettent d’être néfastes pour la liberté d’expression. Quand elles ne sont pas noyautées par des fous d’Allah… La plupart ont réussi à imposer une censure intolérable sous le prétexte du racisme, de l’antisémitisme ou de toutes formes de discriminations.
Motifs louables mais vidés de leurs sens par un manque de discernement évident et par une profusion de procès d’intention à l’encontre de tout et de n’importe quoi. Surtout, ceux qui ne sont pas politiquement corrects ; ils peuvent être envoyés devant les tribunaux pour une simple virgule mal placée. Cette pratique est la spécialité de la célèbre association, « SOS Racisme ». Gauchisante s’il en faut, cette dernière ne veut pas reconnaître le racisme anti-blanc, fait de la discrimination positive son cheval de bataille et a touché pour l’année 2015 un pactole de 1 400 000 €. État, collectivités et administrations, ont participé à son financement. Pour promouvoir la détestation de la France.
Faire le tour de toutes les municipalités qui distribuent leur prodigalité, à tort et à travers, avec l’argent des contribuables, serait trop fastidieux et la liste serait trop longue.
Mais la loi garantit à chaque citoyen le droit à l’information et il peut, s’il le désire, consulter la liste des subventions versées aux associations par sa ville ou toute autre entité administrative publique. Chacun pourra y constater les dérives, aberrantes, de la notion d’utilité publique. Peu de municipalités échappent à ce dévoiement : que ne ferait-on pas pour acheter des voix !
À part « les ravis de la crèche macroniste qui récitent le catéchisme startupiste de la France de demain » (dixit, Élisabeth Lévy), qui peut croire encore que le label « d’utilité publique » est une garantie du bon usage de nos impôts et que la plupart des labellisés sont là pour nous faire du bien ou pour nous rendre des services ?

Claude PICARD

Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur
Ici à Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier.
Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  


Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article: Claude Picard pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com

Inscription gratuite

Recevez chaque dimanche matin par mail les articles publiés avec La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Evitez de mettre des liens car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs, aidez-nous à rester libres!
Pour nous soutenir:  cliquez juste sur le coeur 

 

Publicités

3 commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec vous, et bien exprimé de surcroit ! les » contribuables associés » l’avaient dénoncé en effet , mais je n’ai jamais compris leur but puisqu’ ils ne font rien de leur dénonciation ! leur revue est à peine connue mais bon, ils sont courageux, ils ont fait un tour de France avec un bus et je les ai rencontré ; je m’étais penché sur la question fût un temps avec un ami, qui a fini par laisser tomber.. je pense encore une fois que les citoyens devraient se fédérer, se mobiliser, médiatiser la chose mettrait la puce à l’oreille à ceux qui ne savent pas ! j’ai écrit au 1er ministre semaine dernière en lui posant cette question  » pourquoi augmenter la CSG à des retraités qui ont travaillés quand certains reçoivent de l’argent public bien facilement notamment les associations pour l’aide aux réfugiés, dont c’est le gagne pain ! renseignez vous , c’est effarent le nombre d’associations qui gravitent autour de ce thème .;

    J'aime

  2. Votre article est sans défaut Claude Picard,  » De l’inutilité publique » il aurait put s’intituler : « la France des orgies »…
    « Quand les gens sont malheureux et perdent tout espoir de voir venir la fin de leurs tourments, ils passent aisément de l’amertume, née de la spoliation, à la fureur vengeresse et destructrice. Il ne faut que quelques minutes pour transformer l’hostilité latente d’une foule en une fulgurante orgie de sang et de ruines. «
    Citation de Isaac Asimov .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s