Le pouvoir du verbe


Serions-nous favorables au retour en arrière?

Le pouvoir du verbe

Par le Pasteur François Celier

Le pouvoir de nommer et d’innover répond aux alarmes de la vie de nos sociétés européennes en péril d’être pillées et « remplacées » par des imitateurs mahométans barbus, orchestrant un stratégique et méthodique retour vers les temps moyenâgeux du septième siècle.
Il est évident qu’un esprit génocidaire hante toujours le coran qui, à son tour alimente ses centaines de millions de dévots de part le monde. Et cela dure depuis près de 15 siècles. C’est une constante strictement religieuse que d’appliquer la déontologie maléfique du prophète Mahomet.
Cette inféodation initiale est datée de l’an 627 à Médine. C’est ainsi, par soumission inconditionnelle que l’esprit de mort barbaresque se perpétue de siècle en siècle, croissant toujours plus en puissance hégémonique dans les cinq continents.
Le massacre initial référent fut celui de la tribu juive des Banû Quraydha, planifié par le Prophète lui-même et dans lequel il participa activement en viols et décapitations. Ce premier acte de barbarie significative servira de divin modèle. Il perdure jusqu’à nos jours par l’État islamique (ISIS), de même que toutes les mouvances religieuses terroristes de l’Oumma.
Ses hordes terroristes qui tuent à l’aveuglette, ne font qu’imiter ce prophète de la mort « en son nom », dans le but de créer la peur massive, le chaos contrôlé, et d’illustrer sa geste impérieuse par la domination des peuples mécréants qui les accueillent.
Cependant, par héritage génétique et historique, l’homme peut devenir un véritable génie de l’invention défensive et offensive.
Il peut affronter et vaincre cette criminalité plurielle qui phagocyte son identité, son Histoire, sa citoyenneté et ses biens.
Nommer et innover sans cesse devraient être la constante de ce précieux héritage mémoriel. Pour tous ceux qui en sont conscients, ce savoir leurs permettraient d’avoir une longueur d’avance sur leurs adversaires, en les nommant « islamistes mahométans » afin de les combattre avec force, innovation et « intelligence spirituelle ».
Les verbes de nommer et d’innover sont chargés d’une formidable puissance, délibérément oubliée par les agnostiques et les athées.
Pourtant ce fut par le pouvoir de mots existentiels que le Créateur édifia la création prodigieuse de l’Univers, de notre merveilleuse planète bleue et de chacun d’entre-nous, amis/ennemis, détenteurs du Bien et du Mal qui, « bêtement », depuis l’aube des temps terrestres… s’entretuent.
L’Eternel offrit à l’homme une conscience libre lui permettant « d’être ou ne pas être », de vivre ou de « partir » (nouvelle mode pour « mourir »). Il lui donna le pouvoir de nommer les choses vivantes qui les environnaient (plantes, animaux), ainsi que l’aptitude intellectuelle nécessaire pour agir envers son évolution technicienne sur terre. Seule obligation pour l’homme adamique, agir en son âme et conscience.
Dès lors, il fut rendu pleinement responsable de ses mots actées.
Mais quel immense pouvoir lui a été confié ! Celui de nommer.
Or, qu’en fit-il ? Une petite histoire événementielle d’hommes, qui s’interrogent et s’en alarment. Ils ne veulent pas entendre ce que dit l’urticante Bible: « Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. ».
Aujourd’hui, nos sociétés sont dans une phase de déclin moral, due au conditionnement médiatique assénant ses idéologies du paraître, du consumérisme, de peur et de mensonge à tous les niveaux de conscience. Nombre de Dirigeants actuels n‘osent même pas « nommer » l’ennemi qui veulent délibérément les assassiner.
Le pouvoir des mots évidés, verbeux, dégénérés est au travers de l’espace-temps historique, jusqu’à nos jours tourmentés et confus.
Quelle dommageable perte de puissance, méconnue, mésestimée, oubliée, alors qu’elle pourrait guérir la peur latente (prélude à la mort) qui habite les futiles et suffisants humains occidentaux en particulier. !
Bien nommer les choses (les armes et leurs usages) et les dangers (avec des stratégies innovantes) permettrait de rectifier la gestion des risques mortifères qui barrent l’horizon de la vie.
Or, pour des aventuriers de l’extrême, entrepreneurs audacieux, découvreurs de secrets enfouis, soldats héroïques, stratèges militaires géniaux, pour ces hommes-là, nommer et innover sont des mots flamboyants ! Par leur exemple, ils peuvent galvaniser des hommes et femmes tourmentés par le principe d’incertitude face aux temps mauvais qui s’amassent et qu’ils n’osent pas affronter.
Les mots nommer et innover devraient s’appliquer en premier lieu aux Autorités dirigeantes d’un monde politique inadaptées à l’irrationalité qui parcourt la terre, trop timorées pour rompre ou rectifier leur mentalité arriériste et coutumière, leurs mésalliances douteuses et leurs compromis spseudo tactiques fondés sur des rapports de force menteurs, pour le pouvoir, le gain falsifié et l’avide cupidité.
De même, nommer et innover peut rehausser le niveau d’une éthique naufragée par l’iceberg de l’athéisme et son fatalisme sous-jacent.
Philosophie et métaphysique sont à cours d’idées de régénération, sinon l’inadmissible devenir d’un « born again » par la foi.
Cela démontre l’urgence d’un réarmement moral individuel et collectif, fondé sur le respect de la Loi et de la Foi en Dieu, celui de « tous » les hommes et non des rites théâtreux et fétichistes du grand business des croyances es-crédulité.
Nommer et innover sur le Droit, version moderniste, devrait porter assistance aux aléas d’une justice vouée aux ordres des puissances d’argent et promoteurs d’une politique mondialiste, associées tactiques à l’islamisme en charge de créer un chaos contrôlé. L’injustice s’ensuit, fatalement. Contrainte d’occulter ou de dévoyer subtilement les Droits de l’homme par l’inversion subtiles des valeurs de bon sens, elle révèle son assujettissement (fonction et salaire obligent) à l’arbitraire maffieux.
De nos jours, subrepticement, le Mal devient le Bien.
Nommer et I innover pour combattre l’affaissement du bon sens patriotique qui perdurait tant bien que mal, découlant à son insu des dix Paroles bibliques et empêcher l’ensemencement médiatique quotidien d’une insécurité masquée et banalisée par la profusion de jeux infantilisants, de séries avides de violence et de moeurs dépravées.
Nommer et innover peut palier à l’affaiblissement des armées qui élèvent des bannières en berne, tant elles se sentent bernées par le défaut de respect envers leur hiérarchie et anémiées par le manque de moyens appropriés à leurs fonctions régaliennes: défense des frontières et de l’Autorité de l’Etat. Mais comment ?
En réhabilitant le respect et l’honneur militaire, en rappelant les hauts-faits d’armes des anciens héros, des chefs de guerre marchant au-devant de leurs troupes, de fameux guerriers historiques, et en élevant leurs témoignages rédigés avec leur propre sang, au rang de vertu cardinale pour notre XXI ème siècle en voie de déstructuration avancée d’immoralité par les loi de la jungle et son déclin politique programmé.
La liste de verbes exaltant au courage est exhaustive.
Pour bannir les mots maléfiques de No Futur qui hantent les neurones citoyennes, ne faudrait-il pas entreprendre la création d’un grand « chantier européen de la dernière chance »? Impliquant de raviver les valeurs de l’Occident gréco-judéo-chrétien, une re-civilisation ad hoc?
Se lancer des défis technologiques en intelligence artificielle? Les robots n’aiment pas leur état de robot, ni celui de leur prochain.
Un seul scénario stratégique demeure fiable, celui de bouter par tous les moyens hors de nos frontières l’invasion islamiste mahométane !
Pour que renaissent la grandeur et la beauté de la vie à la française. Avec l’aide de Dieu, nommer (l’ennemi) et innover (pour le combattre), sont deux mots chargés d’une volonté de puissance intrinsèque qui peut s’ajouter au génie et à la furia francese.
Pour l’amour et l’avenir de nos enfants.

Pasteur François CELIER

Pasteur iconoclaste

Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur
Ici à Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier.
Ce qui ne veut pas dire que nous approuvons.

  SUIVEZ ! PARTAGEZ !  


Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS ! + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article: Pasteur François Celier pour Observatoiredumensonge ou http://observatoiredumensonge.com

Inscription gratuite

Recevez chaque dimanche matin par mail les articles publiés avec La Semaine du MENSONGE


NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.

Chères lectrices, chers lecteurs, aidez-nous à rester libres!
Pour nous soutenir:  cliquez juste sur le coeur 

 

Publicités

4 comments

  1. Faut pas tomber dans le panneau de l’arbitraire « tous coupable » parce que des « groupes autoproclamés » se sont accaparé la parole divine pour endoctriner des faibles rejetons du système inégalitaires pour le compte de services spéciaux (Nouvel ordre mondial ) .Cela parait compliqué à dire comme cela mais, c’est à peu près ça et les gens avec un peu d’intelligence peuvent le ressentir (pas les autres qui sont dans le ressentiment ).C’est pas du charabia , je connais bien mon sujet basé sur de l’étude et non pas des bavardages de comptoir . * * * Plimpton 322.

    J'aime

    1. Quel panneau? La théorie du complot et du NOM est l’apanage de l’extrême droite française la pire, souvent même pro nazie. Tout ce verbiage ne repose sur rien de concret mais permet à des illuminés de dire et d’écrire n’importe quoi et de finir par croire à leurs propres mensonges. Heureusement la majorité ne tombe pas dans ce piège grossier autant que grotesque.

      J'aime

      1. Vous avez même pas idée de son existence , vous l’a nier . Je n’impose pas mes idées aux autres réfractaires .J’ai pas mal barouder sur des réseaux sociaux et je connais tout système qui vise à discréditer et dénigrer les personnes qui sont dans le vrai et en permanente recherche de la vérité qui vous dérange en fait alors, vous n’avez rien de mieux que d’agiter des « théoristes de complot » sortis tout droit de votre chapeau . Je suis d’aucune sorte , j’appartiens à mon cerveau intellectuel et mon bon sens , mon optimisme à tout épreuve (j’en ai vu d’autres trolls défilés …) . La majorité (la votre ?) NE sait probablement pas qu’ils se font manipuler en permanence car, la véritable liberté est à l’intérieur de chacun de nous . *

        J'aime

  2. Révérand, avec tout le respect que je vous dois, je reviens sur ce que j’ai déjà exprimé : s’il existe vraiment un Dieu unique pour l’humanité (encore plus, le créateur de l’univers), il manque sérieusement de pouvoir pour amener la paix profonde et durable chez l’Homme (l’humanité).
    Ceci me laisse sur une sérieuse interrogation : celle de mettre dans les « mains » d’un être(?) hypothétique (selon moi), qui, par un simple coup de baguette magique, réglerait tous les problèmes de l’humanité (plus particulièrement, ceux de la France). Cependant…
    Le « Verbe », donc « nommer », permet de faire « naître » et véhiculer la nécessité d’« Innovation ». Mais d’où vient cette notion d’Innovation?
    L’Autrichien Schumpeter a été le précurseur, dès les années 30, a « prêcher » pour l’innovation. Sa « croyance » n’a pas cessé de progresser. En effet, l’Innovation est aujourd’hui, un credo utilisé dans tous les domaines de la vie des humains. Est-elle bonne ou mauvaise?
    À l’énoncé du principe, un des premiers à en comprendre la portée… Ce fut Hitler. L’histoire de la deuxième guerre mondiale démontre clairement que l’Allemagne a su, avant, pendant et vers la fin, procéder à des innovations mortifères. Qu’en est-il maintenant?
    La planète fait face aux Innovations mortifères, de ceux que vous appelez les « islamiste mahométan » et de quoi se servent-ils ?… Du « Verbe » ; ils nomment les cibles, véhiculées à travers les différents réseaux de communication (fruits de l’innovation incessante dans ce domaine). Et maintenant, que faut-il faire pour sauver la France ?
    De votre texte, je retiens ces éléments de votre conclusion :
    « Pour que renaissent la grandeur et la beauté de la vie à la française. Avec l’aide de Dieu, nommer (l’ennemi) et innover (pour le combattre), sont deux mots chargés d’une volonté de puissance intrinsèque qui peut s’ajouter au génie et à la furia francese. » Et plus concrètement…
    « Un seul scénario stratégique demeure fiable, celui de bouter par tous les moyens hors de nos frontières l’invasion islamiste mahométane ! ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s