La Guerre souterraine 5


Renseignement contre libertés! Attention danger. Chapitre 5

Un document exclusif Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

La guerre souterraine

Par Daniel Desurvire

Chapitre 5

Quand le renseignement d’État, au motif de terrorisme, explose le secret de la vie privée des citoyens, faisant fi de la corruption financière qui sévit dans ses rangs.

Lorsque de tels scandales éclatent au sein du pouvoir, immédiatement les deux chefs de l’exécutif se posent en donneurs de leçon, rappelant la loyauté et l’honnêteté dont l’État doit s’habiller, nonobstant la peur aux trousses de se voir un jour ou l’autre à leur tour impliqué. Pour la petite histoire, souvenons-nous des multiples affaires crapuleuses sous la mandature de François Mitterrand, dont les écoutes téléphoniques illégales à l’Élysée, les rétrocommissions des frégates de Taïwan, le scandale politico-médiatique des Irlandais de Vincennes, l’action barbouze commanditée depuis la place Beauvau du Rainbow Warrior, le financement occulte du PS, etc., dont le chef d’État et sa famille n’étaient pas étrangers. Difficile dans l’histoire de la République de trouver une présidence autant impliquée dans les affaires au cœur des ressorts de l’intrigue !
Beaucoup ont oublié le passé troublant du maréchaliste de Vichy : François Mitterrand aux ordres de Pétain sous l’occupation de la France par les nazis, même si par suite l’homme s’est opportunément tourné vers la clandestinité des maquisards pour se laver des accusations de collaboration qui pesaient sur lui. Rappelons que cet ancien compagnon de Pierre Laval travailla début 1942 à la légion française des combattants et des volontaires de la révolution nationale au titre d’activiste contractuel, ce qui valut à François Mitterrand de devoir faire face à de compromettantes controverses dans les années 1980/1990. Ou encore, évoquons le faux attentat « de l’Observatoire » qui a été manigancé par la présumée victime elle-même en 1959 ; une mascarade pour que le sénateur de la Nièvre regagne de la visibilité publique face à l’inexpugnable Charles De Gaulle. Comment de tels gens peuvent-ils faire carrière en politique et relever dignement la tête après s’être souillés dans les mares aux combines, fourvoyés dans les mensonges et confondus par leurs trahisons ?
En politique, les parias, pris la main dans le sac – tels des pestiférés – sont précipitamment expulsés par leurs amis, et pour se réhabiliter, ces derniers s’en remettent à la justice pour rappeler l’indépendance des tribunaux qu’ils cherchent pourtant, et à tout propos, à se les suborner. De sorte que, bizarrement, François Hollande et ses premiers ministres successifs deviennent des victimes lorsqu’ils se sentent éclaboussés par les affaires, tel le scandale de Jérôme Cahuzac, alors même que leur responsabilité indissociable est en cause puisque ce sont précisément ceux-là qui choisissent leurs collaborateurs, arguant qu’ils ne peuvent pas tout savoir. Au plus fort de la crise, les services de l’information et du renseignement d’État, plutôt que d’enquêter préalablement sur la probité de leurs proches collaborateurs, commencent alors un travail d’enfouissement, non-lieux et sursis à l’appui. Puis très vite, les escrocs institutionnels seront oubliés sous les feux d’une actualité superficielle qui soudainement prend la place sur la pelouse d’un stade… jusqu’à une nouvelle affaire, et en voici une autre :
Christiane Taubira s’est piégée dans les mailles de son propre filet à propos de courriels dévoilés impliquant directement sa prétendue impartialité. Il s’agit d’une affaire impliquant la Garde des Sceaux elle-même après une plainte de Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. En 2010, l’association déclarée Anticor pour l’éthique, fondée en juin 2002, dont le but est de lutter contre la fraude fiscale et la corruption en politique, a déposé une plainte contre Patrick Buisson pour favoritisme et détournement de fonds publics dans le cadre de l’affaire des sondages commandés par l’Élysée. Or, à cette époque, il s’agissait évidemment de frapper un adversaire politique, mais un coup bas qui eut l’effet d’un boomerang contre celle-là même qui croyait servir son camp, puisque de nouveaux documents, que France 3 a pu consulter, mettent en lumière une concussion existante et une prise illégale d’intérêt entre Christiane Taubira et Anticor ; un abus de position dominante en violation avec l’indépendance déclarée aux statuts de cette association. Rappelons que le ministère de la Justice, alors sous l’empire de son Garde des sceaux Christiane Taubira, était déjà placé sous le coup d’un rapport d’inspection interministérielle pour l’emploi de 40 500 personnes salariées non déclarées.
L’information, pierre angulaire du capital et du pouvoir régalien réglée sur le tempo de propagandes qui focalisent le mercantilisme et la politique, se fait la courroie de transmission du profit et des campagnes électorales. De fait, la faculté de suggestion de l’information, lorsqu’elle capte l’intérêt et conditionne la perception du public à qui elle est destinée, draine autant les appétits consuméristes que la sensibilité des électeurs qui bourrent les urnes des promesses qu’on lui injecte. La congruente efficacité de l’information vaut à ce jour ce que les variables digitales et la norme GSM sont capables de diffuser dans un instantané fulgurant, et dans un espace concentré de millions de récepteurs. Tandis que le particulier croit pouvoir communiquer et répandre ses informations sur son ordinateur ou son androïde, en réalité celles-ci se dispersent et se perdent dans l’infinitude abyssale du vacuum numérique ; un nomadisme fragmenté en blogosphères quasi introuvables par des tiers dans le tempo compartimenté de la toile.
Mais pour ceux qui disposent d’un vrai pouvoir, les élus et les grandes fortunes, assistés de leurs ingénieux techniciens aux ordres, l’information numérique, avec ses variables algorithmiques au service du renseignement, devient une arme redoutable. Dans cet exercice de style qui autorise toutes les audaces, les opérateurs ciblent un public choisi, et mettent en œuvre une stratégie de coalition qui parvient même à forcer l’incrédulité des plus avertis. La société moderne est ainsi devenue malléable, pénétrée de chimères et conditionnée par l’information qu’on lui distille de façon insidieuse, éveillant inconsciemment chez le sujet un stimulus capturé avec la précision d’un schème infraliminal. Il n’y a plus désormais de libre-arbitre, il ne subsiste plus que l’illusion d’une liberté devenue seulement symbolique, d’une indépendance invalidée d’imprégnations combinées et de truismes savamment administrés.
L’information inoculée par les voies informatiques et télévisuelles n’efface pas l’idée d’une opinion personnelle. Mais – ô paradoxe ! – elle laisse croire que chacun dispose de ses propres choix, alors que la plupart agit dans une même direction ; une doxa qui fait que les gens s’expriment avec les mots d’une dialectique préalablement orchestrée à l’insu de chacun et que colportent les réseaux sociaux. En conclusion, alors que l’exécutif s’évertue à tout savoir sur les citoyens en les espionnant jusqu’au moindre recoin de leur conscience, ces mêmes politiciens qui gouvernent s’efforcent concomitamment de priver les électeurs de la réalité d’une actualité notamment troublée par le terrorisme, puis la corruption fiscale des élus largement gratifiés par leurs argentiers depuis la péninsule arabique, les consortiums pétroliers et les firmes pharmaceutiques principalement. Les uns sont les initiateurs, d’autres leurs complices et bénéficiaires tout en simulant œuvrer pour le bien et la sécurité des citoyens, contribuables et électeurs.
À suivre…

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

♥️ Relire les chapitres précédents en cliquant sur le chiffre 1 ou 2 ou 3 ou 4

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE  faîtes un don en cliquant ICI

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Alexandre Goldfarb pour Obsevatoire du MENSONGE

La Semaine du MENSONGE

Recevez gratuitement chaque dimanche matin par mail les articles publiés


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Publicités

5 commentaires

  1. La liberté suscite chez les gens tant d’émotions qu’ils ne savent plus en réalité ce qu’elle est ! (Est-ce qu’on est libre dans un « dénouement total » ? libre de circuler ou on veut ? DIRE ce qu’on veut ? Sur les réseaux asociaux pour l’instant avant le grand chamboulement numérique « neutralisation » ). -:

    J'aime

  2. « Il n’y a plus désormais de libre-arbitre, il ne subsiste plus que l’illusion d’une liberté devenue seulement symbolique, d’une indépendance invalidée d’imprégnations combinées et de truismes savamment administrés. ». Je souscris totalement à votre affirmation. Maintenant, une question se pose… Comment s’assurer de faire comprendre à celle et ceux qui sont hypnoptisés, par les démons de la presse, je veux dire les médias d’information officielle à la solde du gouvernement afin de les sortir de leur torpeur?

    J'aime

  3. La politique est, maintenant, bien plus qu’une poubelle, elle est devenue une véritable décharge saturée par la dernière élection présidentielle

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s