20 ans déjà, Claude Erignac


Ils visaient le préfet. Ils ont assassiné un homme.

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

20 ans déjà, Claude Erignac

Par Maxime Tandonnet

Je l’ai bien connu quand j’étais son tout jeune directeur de cabinet à la préfecture de Versailles. Le rez-de-chaussée de la préfecture des Yvelines, voisine du château, était composé de vastes bureaux intimidants, salons prestigieux, aux murs et plafonds ornés de dorures, aux tapis et meubles anciens, de grandes portes-fenêtres donnant sur un parc.
Erignac, dès notre première rencontre, m’avait impressionné. Son personnage correspondait à ce décors: le pas sûr, l’allure cambrée, mince comme un fil, un visage étroit, allongé, des cheveux grisonnants, raides, coiffés en arrière, des lunettes sévères, le costume sombre tiré à quatre épingles, des chaussures parfaitement cirées. Il s’exprimait d’une voix claire, haute, autoritaire, homme d’action, décideur responsable qui ne se dérobait jamais. Il avait une vision rigoureuse du travail et de l’action: il lui fallait des résultats. Les belles paroles inutiles, la frime, les cérémonies grandiloquentes lui étaient insupportables. Le temps lui paraissait compté : pas une minute ne devait être perdue.
Dans sa mission, il n’avait qu’un mot à la bouche : le service de l’Etat dont il défendait l’autorité. « Si je cède là-dessus, je cède sur tout » avait-il coutume de dire. Un député et président du Conseil général de l’époque, pressenti pour entrer au gouvernement ne l’impressionnait absolument pas. L’Etat, le détenteur de l’autorité républicaine, dans les Yvelines, à deux pas du château de Versailles, c’était lui et personne d’autre. Il n’avait peur de rien ni de personne.
Mais le soir tard, dans son bureau, il écoutait de l’Opéra en travaillant. Dans les moments de relâche, il pouvait se montrer d’une extrême gentillesse et humanité. De religion protestante, croyant et pratiquant, il perdit sa mère pendant son mandat versaillais. Dans le grand couloir qui longe les bureaux de la préfecture, je lui présentais mes condoléances. Après une brève poignée de mains, il me dit : « C’est un au-revoir, pas un adieu. Ma douleur est intime, personnelle. Elle ne doit strictement rien changer pour notre mission ». Il adorait le tennis, le vélo pendant le weekend. Il recevait des intellectuels à sa résidence et aimait leur parler d’histoire. Il était sans prétention leur posait mille questions mais ne donnait jamais de leçon. Erignac aimait passionnément la vie.
Quatre ans plus tard, au lendemain d’un 6 février maudit, un samedi matin, vers 8 heures, je reçois un coup de téléphone d’un proche. « Tu as entendu les actualités ? Le préfet de Corse a été assassiné ! Tu le connaissais n’est-ce pas ?» Je me rue sur la télévision. Je vois mon Erignac étendu par terre, la face contre sol, l’une de ses chaussures noire arrachée. Alors, je me suis effondré, comme jamais peut-être dans toute ma vie. Le sentiment d’injustice et de rage devant la bêtise éternelle et criminelle. Ils visaient le préfet. Ils ont assassiné un homme.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

Pour aider l’Observatoire


>

LOGO OBS

Image

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays et suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour https://maximetandonnet.wordpress.com

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Publicités

6 commentaires

  1. Cet article est un ramassis de mièvreries, a la sauce pleurnicharde.
    Bon appétit !!
    Les préfets ne méritent pas plus.
    Un: ils sont le premier rouage visible de l’état.
    Deux: ils en profitent très largement.
    Trois: ils font appliquer avec zèle les saloperies édictées par paris.
    Quatre: au vu du résultat final, en corse les autonomistes sont au manettes.
    Donc votre article larmoyant pue, en ne posant pas les vrais bonnes questions.

    J'aime

    1. c’est quoi les vraies bonnes questions ? c’est que l’on peut tuer un homme même si il est préfet ?? et qui d’après ce que dit Mr Tandonnet avait des qualités morales ? on peut, peut être douter , après ils sont les commissaires de l’Etat, mais vous ne pouvez pas douter qu’il ait été assassiné !

      J'aime

  2. …ce que je me permets de dire en sus , c’est que Mr Colonna est incarcéré, à vie , et cela je ne le remets pas en cause du tout , c’est évident, disons que je ne souhaite pas y réfléchir , mais comme je disais plus haut dans ma précédante réponse, c’est que ce rwandais avait été incarcéré pour 8 ans, qu’il en est sorti au bout de 4 ans , sans être expulsé , lui , ( du temps de Mme Taubira ) , et qui a réitéré !!! il y a là quelque chose qui ne va pas , ne croyez vous pas ? j’ai donc écrit au ministre , qui m’a répondu, qu’en effet le fait de ne pas faire son temps de prison est un problème !!! que voulez vous dire ? , alors que ce n’était pas mon propos !…

    J'aime

  3. je lis , je comprends tellement ce que vous ressentez , Monsieur Tandonnet avec de simples mots et des phrases courtes ! je comprends votre douleur de ce moment et le souvenir que vous en avez ; puis je vous dire sans vouloir aucunement vous blesser, qu’aujourd’hui cela devrait vous ( nous ) permettre de ne plus accepter les assassinats qui ont lieu en France ( en France et ailleurs mais je me fous des autres présidents ) et qui ne semblent pas avoir été pris au sérieux puisque encore aujourd hui un président français laisse rentrer des immigrés dans lesquels se sont cachés des djhadistes, que pour le bataclan on sait que c’était prévisible, et je note que nous gardons sur notre sol des délinquants sans papiers, ou bien qui ont assassiné alors qu’ils n’ont qu’un droit de séjour ( ex d’un tunisien qui a tué un jeune étudiant français à Montpellier, ex d’un rwandais sans papier et qui sortait de prison .qui a tué deux jeunes français à Rouen et qui est de nouveau incarcéré ;;;Et APRES ? ) les exemples se multiplient et personne n’en parle ! le principe de précaution n’est pas observé, peu importe, ce ne sont que des français qui ont perdus un des leurs et qui continueront à être des cibles .. n’est ce pas ? je sais aussi ce qui se passe dans les cités, cette France présente un visage ignoble, et le président laisse faire ( des associations aident à mettre en place des réseaux de prostitution !! rien de caché , une émission à la télévision dans la banlieue rouennaise..) .
    Alors, Monsieur , puissiez vous mettre votre douleur que je comprends parfaitement, au service ( je ne sais comment mais vous devriez pouvoir trouver ) , de nos compatriotes dont une seule vie compte autant pour moi que le Préfet que vous avez connu ! Je vous remercie pour votre article !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.