La paix est une chose trop sérieuse pour ne la confier qu’à des civils


On ne peut que s’indigner de l’égarement et de la perte de réalisme et de responsabilité manifestés par des dirigeants politiques

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

La paix est une chose trop sérieuse pour ne la confier qu’à des civils

Par le Général (2s) Antoine Martinez

Face aux récents développements de la situation sur le terrain en Syrie et à l’emballement de déclarations intempestives et irréfléchies pour certaines, on ne peut que s’indigner de l’égarement et de la perte de réalisme et de responsabilité manifestés par des dirigeants politiques, à la tête de grands pays, guidés par des intérêts tout autres que ceux liés à la nécessaire réduction des tensions dans le monde. Ce faisant, par leur manque de lucidité, leur incapacité à retenir les leçons pourtant récentes de l’histoire, leur absence de vision globale, voire leur refus d’analyser les conséquences probables de leurs décisions, ils jouent les apprentis-sorciers en favorisant l’émergence d’un conflit beaucoup plus large et en mettant en danger la vie de leurs propres citoyens, en l’occurence les citoyens européens les plus exposés aujourd’hui. 
Le président de la République serait donc bien inspiré d’éviter de répéter l’erreur de son prédécesseur qui, en 2013, plus téméraire que ses homologues américain et britannique, pensait tirer de nombreux bénéfices en frappant la Syrie. Chacun se souvient de l’épilogue : la France, isolée, était contrainte de renoncer après les défections du Royaume-Uni et des Etats-Unis dues à l’opposition manifestée par leurs parlements respectifs. Rien n’indique d’ailleurs, à ce stade, que le même scénario n’est pas en voie de se répéter. Cette fois, le renoncement aux frappes serait cependant plus contre-productif et désastreux en termes de crédibilité non seulement nationale mais internationale pour le président français qui se rêvait en « leader » de l’Europe. Il en sortirait affaibli et la France perdrait en influence. Mais plus les frappes annoncées et sensées être effectives quarante-huit heures après l’incident sont retardées, plus s’installe l’hésitation qui alimente le doute non seulement sur la volonté de les exécuter mais sur leur légitimité. 
Cela dit, quelques points doivent être rappelés à tous ces va-t-en guerre, dirigeants politiques, mais également tous ceux de la société civile partisans de l’ingérence et de l’intervention militaire pour des raisons présentées comme humanitaires.
1. L’invasion de l’Irak en 2003 par les Etats-Unis, décidée unilatéralement, en violation du droit international, sans mandat de l’ONU, en ayant menti à la communauté internationale sur l’existence d’armements de destruction massive, a complètement déstabilisé le pays, créé le chaos et favorisé l’expansion du terrorisme islamique et est à l’origine de la création de l’Etat islamique.
2. L’action de la France en Libye en 2011 a eu les mêmes conséquences, à savoir la déstabilisation complète du pays. Cette déstabilisation est à l’origine de l’expansion du terrorisme islamique et surtout, après la création de l’Etat islamique en juin 2014, de l’attaque sans précédent subie par les peuples européens avec l’invasion migratoire déclanchée à l’été 2015.     
3. La décision de déstabiliser la Syrie est l’une des conséquences de ce qu’on a appelé le « printemps arabe ». Celui-ci est né en décembre 2010 en Tunisie, s’est propagé dans l’ensemble des pays arabo-musulmans et a conduit à l’arrivée au pouvoir des islamistes avec des résultats différents d’un pays à l’autre. A ce moment-là, la Syrie représentait le seul pays majoritairement musulman vraiment laïque dans la région. C’était insupportable pour certains. Dès le début de l’année 2011, des émissaires de l’Arabie saoudite et de la Turquie exigeaient du président syrien des changements dans sa gouvernance et dans ses orientations politiques pour favoriser les islamistes. Et c’est son refus qui est à l’origine de la déstabilisation de son pays organisée par ces soutiens des islamistes.
4. Dans le chaos organisé en Syrie, la France a armé des islamistes dans le but de faire tomber le régime syrien. Souvenons-nous : « Al-Nosra fait du bon boulot » (Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères). Au sein de la coalition conduite par les Etats-Unis, la France, suivant aveuglément ces derniers, a appliqué par ses bombardements aériens une stratégie visant à maintenir un conflit de bas niveau pour donner l’impression que la coalition combattait l’Etat islamique, mais en réalité pour affaiblir le président syrien et le faire tomber. C’était l’obsession des présidents français et américain. Ils ont échoué évitant ainsi qu’après la mainmise des islamistes sur la Syrie, ces derniers s’attaquent à la Jordanie et au Liban ce qui aurait entraîné massacres et exode de millions supplémentaires de réfugiés. Depuis l’intervention russe, la situation s’est inversée à l’avantage du président syrien dont les forces armées reprennent progressivement le contrôle du pays.
Les forces syriennes n’ayant eu, objectivement, aucun intérêt à utiliser des armes chimiques, le 7 avril, dans le secteur de la Ghouta libéré à 95 %, on peut raisonnablement accepter l’hypothèse d’une manipulation et, au moins, tout faire pour obtenir la vérité.   
C’est pourquoi le président de la République devrait être moins péremptoire dans ses affirmations marquées par le sceau de la certitude et plus prudent dans sa détermination affichée de vouloir punir le président syrien. Car son affirmation selon laquelle il détiendrait la preuve d’utilisation de gaz par les forces syriennes pourrait être qualifiée de mensonge, qui, s’il se vérifie, porterait atteinte à la fonction qu’il incarne et à sa crédibilité personnelle.  Il est légitime de se poser la question dans la mesure où même les Etats-Unis, malgré les déclarations de leur président, semblent désormais moins pressés pour lancer des frappes de représailles. Le secrétaire d’Etat à la Défense vient, en effet, de mettre en garde contre une frappe sur la Syrie et a demandé la recherche de « plus de preuves de l’attaque chimique présumée du 7 avril ». Il avait d’ailleurs reconnu, quelques jours plus tôt, n’avoir aucune preuve et s’appuyer sur les seuls témoignages des médias et réseaux sociaux qui rapportaient que « le chlore aurait été utilisé ». Enfin, il met en garde contre l’escalade qui pourrait conduire vers un « conflit plus large entre la Russie, l’Iran et l’Occident ». 
Il y a donc un risque sérieux de provoquer l’irréparable car des frappes sur des objectifs ou des cibles des forces armées syriennes au sein desquels opèrent des Russes ou des Iraniens ne resteront pas sans réponse de la part de la Russie et de l’Iran. Il faut bien comprendre que dans le rapport de force engagé dans une crise, la gesticulation est un des outils utilisés par la diplomatie et est envisageable lorsque la force militaire qui la seconde est dissuasive. C’est le cas pour les Etats-Unis. Mais cette gesticulation, lorsqu’elle repose sur des déclarations comme celles diffusées par les tweets du président américain est dangereuse à double titre : elle perd de son crédit (on ne s’adresse pas à la Russie comme à la Corée de Nord), mais d’un autre côté, elle engage son auteur. On ne peut pas envisager – ce serait inacceptable – que la seule raison d’une frappe sur la Syrie repose sur le refus de perdre la face après des déclarations complètement stupides. 
Il est donc urgent que le président de la République qui s’est piégé en s’alignant hâtivement sur les Etats-Unis, choisissant ainsi le camp de la guerre, revienne à la raison et décide de renoncer à ces frappes, qui, en raison du manque évident de preuves sur l’emploi d’armes chimiques, ne sont pas justifiées. Il serait, en outre, souhaitable qu’il l’annonce rapidement avant d’être le dernier à le faire, le scénario de 2013 étant en train de se réaliser. S’être retranché derrière un devoir moral pour motiver ces frappes constitue une aberration et précisément une faute morale et politique. On ne s’engage pas dans des actions militaires punitives, même et surtout avec des alliés, sans disposer de moyens ou de sources propres pour valider l’information, ce qui permet la prise de décisions de façon indépendante et donc en toute connaissance de cause.

Général (2s) Antoine Martinez

Président des Volontaires Pour la France
Capture d’écran 2016-06-18 à 22.29.28

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Général (2S) Antoine Martinez pour Observatoire du MENSONGE

Suivre Observatoire du MENSONGE 

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 666 autres abonnés

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 LECTEURS + 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine


NB: vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Pour soutenir l’opposition indépendante***

***A partir de 2 €uro cela nous permettra de continuer à nous opposer, alors n’hésitez pas…

Publicités

6 commentaires

  1. Jean Jaurès en son temps as dit :  » On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre ! » (Ils créeront des « systèmes chaotiques  » ou ils devront intervenir militairement ).
    ——————————————————————————————————————–
    – André Malraux : « Il n’ y a des guerres justes mais, il n’ y a pas d’armées qui soient justes !  » (Dommages collatéraux ).

    J'aime

  2. Bachar al Assad est pour l’instant le seul capable de remettre de l’ordre en Syrie. Ne pas oublier que les frappes effectuées par les usa est une manière de dire à Poutine qu’il ne peut pas laisser Bachar faire n’importe quoi. Trump donne de la voix,car un jour il faudra reconstruire la Syrie et les usa ont bien l’attention de participer à cette reconstruction.

    J'aime

  3. Bravo ! mon général ! Vous dites vrai quand à savoir s’il s’agit de manipulation tout est possible et vous savez pertinemment que c’est le rôle des « services de renseignement » que de construire de « fausses preuves » par la démonstration autant que par l’imagerie . La France se vautre une fois de plus devant le « patron » de l’ Otan « anglo-saxon » et perd son honneur dans cette bataille fausse de l’information car, comme vous le dites ,le président Bachar Al Assad as repris du terrain sur les « terroristes » qui veulent prendre le pays par la force et non par les urnes !!! (L’après IRAK n’as rien changé , la preuve par l’enlisement , les « russes ne se laisseront pas faire !).

    J'aime

  4. Le va-t-en guerre, ne vous a pas écouté mon Général, avec les Américains, Britanique et la France , plus d’une centaine de missiles ont été tirés…. Heureusement sans dégâts humains…
    Au vue de tout ce qui a été dit , il me semble que le Président Macron n’est plus crédible , il commet une double faute : soumission de la France à la diplomatie américaine et violation du droit international ! C’est totalement irresponsable. La France dans cette affaire joue un jeu dangereux, car nous sommes en première ligne en Méditerranée. Imaginons une de nos frégates touchée -par inadvertance- par un missile russe ou une torpille inconnue ? Qu’elle serait notre riposte ? J’espère que le haut de la pyramide y a pensé, à moins de considérer que ce risque est totalement exclu. Mais l’expédition punitive qu’on brandit à nouveau au nez des Russes prouve une chose. Les diplomaties occidentales n’ont toujours pas compris ce qui se passe en Syrie. Bachar Al-Assad a remporté la guerre et nous avons perdu. Et cette fois-ci, les Russes sont décidés à ne pas se laisser faire. Les faucons jouent avec le feu et ils se brûlent le bec.

    J'aime

  5. Si je comprends bien, beaucoup soutiennent Assad qui a détruit son pays de peur de déplaire à Moscou. Sauf que vous ne connaissez visiblement pas ce qui se passe chez nous en Syrie. Or tout a commencé par la torture puis la mort d’enfants syriens qui avait déplu à Assad en mars 2011

    J'aime

  6. Certes mon général mais dans le cas présent c’est tout à l’honneur du Président d’avoir agi face au dictateur sanguinaire bien connu Assad. Dommage que ce soit après donc trop tard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.