La confusion des pouvoirs


L’affaire Benalla fait apparaître que nous avons là un gros problème du point de vue de nos institutions, mais aussi, avec Emmanuel Macron.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 955 autres abonnés

Nous aimons la liberté de publier : Vous de partager !
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas 
Observatoire du MENSONGE 

Pour l’instant, nous ne voyons que le pire de l’ancien.

La confusion des pouvoirs

Par Claude Picard

L’affaire Benalla fait apparaître que nous avons là un gros problème du point de vue de nos institutions, mais aussi, avec Emmanuel Macron.
Les péripéties du chargé de mission, Alexandre Benalla, ne sont rien par rapport aux responsabilités élyséennes.
D’autant, que le Président de la République, confirme qu’il est le seul responsable des actes commis par son protégé ; soit !
Et pour, probablement, désamorcer la légitime fronde des parlementaires, il proclame avec arrogance : « S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent me chercher » !
Mais on est où ?
Dans une cour de récré ?
Ce n’est pas sérieux, pas à la hauteur de la fonction et cette interjection jette un trouble sur la personnalité, pour le moins immature, du Président de la République.
Il semblerait qu’il se prenne pour un chef de clan ou un petit caïd de banlieue, et qu’il n’ait pas bien compris les limites de sa fonction.
Il a été élu, à la magistrature suprême, certes pour appliquer son programme, mais aussi pour être le garant de nos institutions, pas pour dire et faire n’importe quoi, n’importe comment.
Et certainement pas pour étendre son hégémonie sur tout l’appareil d’État.
Cette affaire Benalla, qui devient de fait l’affaire Macron, révèle, outre l’ego démesuré du président de la République, la confusion dans le fonctionnement de l’État de droit.
Dans notre démocratie, une garde rapprochée, même chargée de mission auprès du cabinet du Président, n’a pas à interférer sur les missions régaliennes de sécurité.
Les dérives de cette affaire, et si tous les faits sont avérés, posent la vraie question : y a-t-il de la part d’Emmanuel Macron une volonté d’installer une police parallèle ?
Nous connaissons sa répulsion pour tout ce qui concerne le service public, la police comme le reste, et il n’a jamais fait mystère de sa fascination pour la privatisation des services, administratifs, économiques et financiers.
Superposer au service officiel de sécurité une armada d’agents contractuels recrutés, rémunérés et affectés, selon son désir et pour la durée souhaitée, ne semble pas impossible.
Loin d’être une chimère, cette possibilité apparaît, sous-jacente, dans l’audition, devant les commission des lois de l’Assemblée nationale et du Sénat, des collaborateurs de la chaîne hiérarchique dédiée à la sécurité élyséenne.
Quant aux privilèges exorbitants, disproportionnés et à la protection qu’accorde le Président de la République à un simple chargé de mission (laquelle ?), il y a matière à s’interroger : relation particulière, politique ou diplomatique ?
On ne sait toujours pas et pour l’instant cette affaire pose plus de questions qu’elle ne reçoit de réponses, sinon sibyllines, en tout cas, restreintes. Vraisemblablement, il y a un grave dysfonctionnement au sommet de l’ État.
Par népotisme, par inexpérience, par négligence ? Espérons que la commission des lois du Sénat nous en dira plus quand elle publiera son rapport sur l’affaire, puisque le résultat de l’enquête de la commission des lois de l’Assemblée nationale est d’ores et déjà pipé et que, d’autre part, cette commission n’a pas pu faire son travail sereinement jusqu’au bout.
En tout état de cause, nous ne pouvons que constater que le nouveau monde a du mal à émerger.
Pour l’instant, nous ne voyons que le pire de l’ancien.
Le pire du pire, qui donne la nausée !

Claude Picard

Auteur de Un colonialisme qui ne dit pas son nom
et Les tartuffes de la compassion
*** Citation : “L’optimisme est la foi des révolutions.” de Jacques Bainville – Lectures.

A lire aussi : 2034 l’année où…

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Claude Picard pour Observatoire du MENSONGE

Allez on partage la parole !!!

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE 

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 955 autres abonnés

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Soutenez Observatoire du MENSONGE c’est notre seul moyen de nous développer et nous comptons vraiment sur votre aide


Via  Plateforme totalement sécurisée PAYPAL.

Vous avez envie de vous exprimer ? Faîtes-le !
Comment ?
C’est simple : vous rédigez un article* d’au moins 40 lignes, maximum 150 lignes et vous l’envoyez avec la référence EUA par mail en cliquant ICI

*Si le comité de lecture l’approuve, l’article sera vite publié.

Publicités

5 commentaires

  1. Macron est un prétentieux arrogant qui s eprend pour le petit père du Peuple et qui n’est rien mais rien du tout. Le réveil de la France sera terrible par sa faute. Les gens en ont assez d’être pris pour des pauvres types ou comme la gauche les appelle des populistes.

    J'aime

    1. Petit rappel sur la définition du populisme qui semble utile :
      Définition du populisme
      C’est quoi le populisme? le populisme c’est en politique « un discours politique qui s’adresse aux classes populaires, fondé sur la critique du système et de ses représentants, des élites.
      Le populisme peut être de droite ou de gauche » (Petit Robert)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.