Autopsie du culte mahométan 7


L’Islam en tant que religion n’existe que par le Coran, et le Coran est, à l’instar des langues mortes (ainsi la langue d’Hérodote ou le latin archaïque), un culte mort, stratifié dans la seule histoire de son Prophète. Le reste est tiré de la Bible, plagiée, malmenée et déformée jusqu’à l’outrage.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 805 autres abonnés

Un document exclusif Observatoire du MENSONGE

Nous aimons la liberté de publier.
Attention ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur et en aucun cas
 
Observatoire du MENSONGE 

Autopsie du culte mahométan

Par Daniel Desurvire

CHAPITRE 7
Mais là où le bat blesse, c’est précisément parce que les Musulmans n’acceptent pas de changer un seul mot du Coran, que nombre d’entre eux adoptent les comportements de gens qui ont vécu mille quatre cents ans en arrière de notre époque.
L’Islam en tant que religion n’existe que par le Coran, et le Coran est, à l’instar des langues mortes (ainsi la langue d’Hérodote ou le latin archaïque), un culte mort, stratifié dans la seule histoire de son Prophète. Le reste est tiré de la Bible, plagiée, malmenée et déformée jusqu’à l’outrage. Si le souvenir de la prédiction mortifère de ce Messager avait disparu, ôté de ses outrages et génocides, autant dire la révélation de ses crimes et de ses atrocités, l’Islam si dénué, médiocre et immoral dans sa théologie, n’aurait pas survécu à l’hégire et sa mémoire se serait éteinte dépouillée de l’ignominie du Prophète. De fait, ce culte n’évolue pas, ne peut pas être réformé, ni modifié ou amélioré dans le texte ; tel n’est pas le cas pour la plupart des confessions théistes pratiquées aujourd’hui à travers le monde.

Soutenir, aider Observatoire du MENSONGE

par un simple don

€5,00

D’ailleurs, cette disposition s’inscrit en toutes lettres dans le Coran (II.100 et 169 ; XVI.104 et XXVI.195 à 200). Certes, la Bible ancienne, la Torah, le Talmud, l’Évangile et le canon bouddhique avec ses textes en pāli (tipitaka), en sanscrit, tibétain ou chinois, sont également figés dans leurs écritures, mais pas dans leurs interprétations à l’intérieur même des cultes où les mots et les expressions ont un sens acceptables et pas nécessairement retranchés derrières des paraboles ; là même où l’Islam se dérobe. L’Église catholique s’est réformée à travers l’aggiornamento et aura mis de mis de l’ordre dans ses écritures en passant certaines comme apocryphes. Par euphémisme, les pseudépigraphes relèvent d’une authenticité non établie.
Certes encore, bien des cultes ont donné naissance à des sectes qui s’écartèrent du front commun de la religion mère. Mais ces schismes furent plutôt des fractures liturgiques et politiques que l’on ne saurait confondre à un changement dans la religion, ou à des variations dans les textes mêmes susceptibles de se rapprocher du peuple et de son époque. À l’exception de l’Islam conquérant, durant sa traversée d’une grande noirceur et de dépression, les confessions d’Abraham, les cultes polythéistes tantriques, amérindiens et animistes bougèrent avec leur temps, s’adaptèrent assurément avec difficulté et lenteur, mais leurs autorités respectives font néanmoins cette démarche.
Quant à la source de ce qui devint la confession musulmane, entre la jâhilîa (« Ère de l’ignorance » en arabe, période antéislamique) et l’Islam de l’hégire à aujourd’hui, la transition fut des plus catastrophiques car cette période connut des violences inouïes. De la moralité, de l’éthique et du savoir, après le passage cyclonique de l’Islam, il ne resta quasiment plus rien de la Gemara babylonienne (Michna hébraïque, Gemara araméenne) ou du zoroastrisme qui couvrait l’Empire Sassanide de Perse, ainsi que des mythologies grecque hindoue et païennes ; là où le rouleau compresseur musulman écrasa le monde, ainsi l’Empire romain byzantin. Il est même probable que ce culte, d’une morale en totale déliquescence, n’aurait jamais traversé l’histoire, ou serait mort-né sous le linceul de son fondateur, si cet augure n’avait pas semé la mort et la désolation tout au long de son parcours guerrier, en quête d’hégémonie et d’obéissance à son autorité spirituelle.
Pourtant, cette supposée religion nouvelle, écrite dans le sang plutôt que dans l’amour et la fraternité, celle que s’inventa Muhammad au fil de ses razzias et des charniers qui ensanglantèrent la terre de ses victoires, celui qui fut proclamé prophète et messager par ses compagnons d’armes rejeta ses propres racines polythéistes. Pour asseoir son autorité au côté d’une divinité fabriquée à son image (Allah), ce conquérant, dépourvu d’instruction, dut rassembler les bases de son support hiératique dans une compilation de la Bible ancienne (« le Livre révélé » selon les termes du Coran) ainsi que de l’Évangile chrétien ; dont les scribes postérieurs à l’hégire au service de Muhammad manifestement s’inspirèrent avec une maladresse troublante pour se construire leur propre livre de culte.
Les religions juive et orthodoxe, pourtant réputées les plus rigides, excellent dans la recherche d’une harmonie et d’un partage entre les deux mondes séculier et spirituel. Les postulats fondateurs de ces cultes sont principalement la tolérance, la paix et l’amour. De même que les Protestants les moins conservateurs entendent magnifier les valeurs temporelles, culturelles, sociales et humanistes au dogme religieux lui-même. Inversement, les Islamistes associent la vie terrestre à l’enfer, de sorte que la mort est vécue comme une délivrance, puis est saluée telle une récompense au paradis des houris par leur dieu Allah lorsque de surcroît, le Musulman trouve la mort au combat, et/ou aura occis un maximum d’impurs (les non-musulmans).
Ce pourquoi l’Islam n’est pas seulement une secte morte au sens où elle a cessé de se construire, mais a fortiori ce culte incarne cette mort. De fait, s’il y a construction, elle se mue en destruction, en vacuum. Ainsi, la religion musulmane, lorsque ses précepteurs se querellent, aboutit à de sanglants conflits et se scinde en sectes, plutôt qu’elle recherche une concorde. Ce pourquoi encore, les fervents fidèles de l’Islam depuis son avènement n’ont jamais cessé, à l’instar de la vie de Muhammad, de guerroyer, de s’entretuer, parce que ce culte n’a jamais eu d’autorité spirituelle magistrale pour enrichir sa propre réflexion et pouvoir s’affirmer en une doctrine vivante et progressiste.
À défaut d’accommodement avec les autres cultes et d’adaptation progressiste à l’instar des conciles œcuméniques, des consistoires ou du Congrès juif mondial, l’Islam s’est chevillé à lui-même. Quant à l’édification sociale de l’Islam (la sunnah), seulement parcourue de guerres et de razzias, la civilisation musulmane fut jusqu’à nos jours un désastre par absence d’évolution possible et d’élévation cérébrale. Pour preuve, la période al-Andalus, par ses modernités et son partage avec les savants juifs séfarades, sombra dans les profondeurs de l’oubli, d’abord sous le joug des khalifes sunnites des abbassides. Par suite, la lueur des omeyyades fut définitivement éteinte sous le durcissement obscurantiste et régressif du khalifat ottoman.
De sorte que pour l’Islam, le savoir et le progrès ne sont pas de ce monde, car ces notions ne s’inscrivent pas dans le Coran – sauf interprétation des illuminés concordistes – seul détenteur des connaissances requises par les bons Musulmans (Coran : VII.185, XXVII.77, XXXIV.3). La femme mésestimée, diminuée et humiliée, fut confinée dans la procréation et la condition de servitude domestique. Il en ressort que les pays musulmans se sont privés – et se privent encore – de la moitié de leur potentiel actif dans le monde moderne, puis s’enfoncent inexorablement dans l’échec ; une dégénérescence acquise où l’indigence intellectuelle et la frustration mènent au djihâd.
Entre l’absence d’une hiérarchie ordonnée et respectée dans cette religion où l’anarchie prévaut, et le refus d’accepter le progrès et la réforme des Écritures, cela explique qu’il y ait tant d’exclusions et de condamnations réciproques entre les clans et frères ennemis mahométans. L’unité islamique retrouve une courte trêve lors des grands pèlerinages autour de la Kaaba à La Mecque et au mont Arafa, mais également lorsqu’il s’agit de s’unir contre la puissance intellectuelle et économique des autres civilisations, constituée selon elle par des impurs. Non pas que les Musulmans n’aient pas d’opinion ou d’esprit, mais leurs divisions internes, l’intolérance qui s’inscrit quasiment à chaque sourate du Coran et l’immobilisme théologique, sont autant d’obstacles qui compromettent toute idée d’évolution.
Les quatre doctrines de l’Islam sunnite sans réelle homogénéité (chafiite, hanbalite, hanafite et malikite) pour ne citer que cette école, s’insupportent entre-elles. Alors que dire des rivalités tribales et les antagonismes cultuels entre l’imamat shi’ite et les branches principales sunnites et kharidjites, puis encore entre autres sectes (73 dans la Jamâ’ah dont les mécréants et les impurs) que portent les écoles wahhabites et salafistes de cet Islam rétrograde ? Si les cinq piliers de la foi mahométane fédèrent tous les courants sectaires, les dissidents séparatistes ne manquent jamais de faire connaître leurs antagonismes à coup de bombes, d’assassinats, d’insurrections et d’ethnocides.
Nous pourrions même avancer que l’Islam est le chancre des sectes. La devise de Catherine de Médicis : Divide ut regnes (« divise afin que tu règnes » dans sa version latine impérative) semble en effet parfaitement adaptée à la logique coranique, comme elle le fut pour des esprits facétieux tel Machiavel, ou les grands conquérants tels Philipe de Macédoine et Louis XI dit le fourbe. Comment d’ailleurs ne pas adhérer à ce constat, puisque le Coran lui-même en fait la leçon à ses croyants (Sourate V, verset 53) : « Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous tous un seul peuple ; mais il a voulu éprouver votre fidélité à observer ce qu’il vous a donné*. Courez à l’envi les uns des autres vers les bonnes actions ; vous retournerez tous à Dieu ; il vous éclairera lui-même l’objet de vos différends ». N’espérons nullement qu’il s’agisse ici d’un appel à vivre en harmonie avec d’autres cultes et leurs différences, car dans la même sourate, comme dans tant d’autres, il s’écrit (verset 37 : « […] vous les mettrez à mort ou vous leur ferez subir le supplice de la croix ; vous leur couperez les mains et les pieds alternés… ».
Comprendre les divisions internes et irréductibles de l’Islam, c’est déjà faire un pas dans la compréhension des évènements, de cette violence qui prévaut dans ce culte ; sachant que, puisque nombre de ses courants religieux s’insupportent déjà eux-mêmes, cette confession en l’état se saurait montrer une once de tolérance pour les autres. Mais de cela, les politiques et les intellectuels islamophiles d’Europe et même de l’Amérique démocrate ne veulent l’admettre ni même l’entendre ; les plus lucide acceptant d’en parler à demi-mot. Les citoyens européens pris à part, interrogés lors de sondages d’opinion anonymes, ont la volonté d’exprimer sur ce qu’ils pensent vraiment de l’Islam.
A suivre…

Daniel Desurvire

Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire.

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE

Allez on partage la parole !!!

Inscrivez-vous pour nous SUIVRE – c’est gratuit en plus !  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 805 autres abonnés

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevezgratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Vous avez envie de vous exprimer ? Ecrivez un article que vous nous soumettrez pour publication uniquement par mail en cliquant ICI

Publicités

8 commentaires

  1. Les sémites (juifs et arabes) s’appuient sur l’irrévocable supériorité de leur religion dont ils perpétuent les dogmes sans jamais les confronter à l’évolution, donc sans savoir ni pouvoir les « actualiser ». Ils ont donc en commun cette prétention à la supériorité du peuple ‘élu’ ou ‘choisi’ qui les autorisent à condamner tous les autres…Les chrétiens, eux, ont « inventé » l’amour, même des autres, ainsi que la tolérance et sont parvenus à pratiquer ces deux vertus depuis un peu plus d’un siècle maintenant…Il était temps, mais ils y sont parvenus. A contrario on répète le même rituel depuis des siècles dans les synagogues et mosquées tandis que celui qui n’est pas allé à l’église depuis 20 ans n’y retrouvera plus ses prières et rituels « d’avant »…mais une dignité vraiment exclusive !!

    J'aime

    1. La définition mêm d’un rituel c’est justement de perpétuer une habitude. Donc en quoi serait-ce anormal qu’une religion garde son rite, c’est même sa raison d’être ? En plus vous parlez de supériorité mais c’est vous qui le dîtes car la religion, n’importe laquelle, ne prône aucunement une quelconque supériorité puisqu’elle se place sou Dieu ! Ce commentaire est plutôt bizarre et tendancieux si vous voyez ce que je veux dire et je suis catholique aussi….

      J'aime

  2. Merci Daniel Desurvire pour votre éclairage sur ce sujet permettant de ne pas être un ignare , ou un ignorant sur cette secte comme vous le dites si bien : « Mais là où le bat blesse, c’est précisément parce que les Musulmans n’acceptent pas de changer un seul mot du Coran, que nombre d’entre eux adoptent les comportements de gens qui ont vécu mille quatre cents ans en arrière de notre époque.
    « L’Islam en tant que religion n’existe que par le Coran, et le Coran est, à l’instar des langues mortes (ainsi la langue d’Hérodote ou le latin archaïque), un culte mort, stratifié dans la seule histoire de son Prophète. Le reste est tiré de la Bible, plagiée, malmenée et déformée jusqu’à l’outrage. «

    « Il y a des musulmans modérés, mais l’islam lui-même n’est pas modéré. L’islam est une idéologie fasciste. Il n’y a aucune différence entre l’islam et le fondamentalisme islamique, il y a tout au plus une différence de degré mais pas de nature. »
    Citation de Ibn Warraq

    J'aime

    1. Le problème est qu’ils ne peuvent pas changer un mot du texte ! Cela serait blasphématoire et puis les écrits sont détournés par des groupes autoproclamés pour distiller la haine dans le cœur des gens .

      J'aime

      1. C’est 100% faux car l’islam est UN et indivisible : la théorie fumeuse qui consiste à vouloir nous faire croire qu’il y en aurait plusieurs est révisionniste ou collaborationniste. En aucun cas l’islam n’a condamné clairement les crimes et autres assassinats barbares perpétrés en son nom . en aucun cas officiellement et c’est tout ce qui compte ! J’ai déjà lu vos commentaires tendancieux et celui-là je ne le le laisse pas passer.

        J'aime

  3. Le problème est religieux , c’est une simple guerre de religion que nous fait l’islam et tant que les dirigeants ne le comprendront pas, nous sommes à la merci du pire. Comme pour les nazis, on retrouve les mêmes clivages avec de nombreux collabos qui font le lit de cette religion entièrement axée sur cette guerre.

    J'aime

  4. Pour moi, l’islam est tout simplement nuisible au monde et doit être traité comme tel ! Le passé nous a démontré que j’ai entièrement raison !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.