Démasquer la création de l’islamophobie… (1)


Pour faire taire les gens, on les catalogue d’extrême droite et d’être forcément racistes, ce qui est évidemment faux et pose un grave problème quand notre société est en danger.

  Nous avons le plaisir et l’honneur de pouvoir publier ici Pamela Geller,
Rédacteur en chef, éditeur, auteur du rapport Geller, FATWA : Hunted in America.

Les choses n’arrivent pas comme cela : elles sont faites pour se produire. Il existe un réseau d’acteurs communs qui promeuvent ce discours d’extrême-droite et d’Islamophobie.
Non seulement l' »islamophobie » est devenue l’argument par défaut pour toute critique des massacres perpétrés par le jihad et par la brutalité de la charia, mais les attentats terroristes islamiques sont devenus des occasions pour les tenants de la suprématie islamique d’organiser des attaques islamophobes dans les médias de masse dans la presse, de concert avec le prosélytisme de la Dawah qui est une invitation aux non-musulmans à écouter le message de l’islam. Elle désigne la technique de prosélytisme.
Lisez tout cela ci-après…

Démasquer la création de l’islamophobie dans l’Académie.

Par Pamela Geller

1ère partie
Les individus et les groupes conservateurs signalent fréquemment qu’ils sont bannis, bloqués ou interdits de sites de médias sociaux tels que Facebook et Twitter. Beaucoup de ces personnes se plaignent souvent d’être étiquetées « d’extrême droite » alors qu’en fait, elles ne sont même pas de droite, et encore moins « d’extrême droite ». On se rend de plus en plus compte qu’il y a là un grave problème. Examinons donc certains détails sur la façon d’y parvenir et la profondeur du problème. Nombreux sont ceux qui, dans le monde universitaire, sont de connivence totale.
Un article publié ce mois-ci démontre sans l’ombre d’un doute à quel point les hypothèses idéologiques paresseuses et erronées de nombreux universitaires sont profondément ancrées. « La transnationalisation du discours d’extrême droite sur Twitter : Les questions et les acteurs qui traversent les frontières dans les démocraties d’Europe occidentale » est typique de nombreux articles de ce type. Il pourrait bien passer inaperçu par tous, sauf quelques érudits, d’autant plus qu’il est enfermé derrière un coûteux mur de paiement, écrit en charabia académique, et jonché de diagrammes mystérieux qui rappellent le travail des alchimistes. Pourtant, cet article vaut la peine d’être examiné, car c’est une pièce du puzzle de la façon dont l’astuce consistant à étiqueter les gens comme « d’extrême droite » et « islamophobe » est retirée par l' »intelligentsia » et l’establishment. Il est facile de supposer que « les universitaires sont enfermés dans leurs tours d’ivoire et ne font rien d’autre que de se parler, alors ignorons-les ». Mais tous ne le sont pas. Certains parlent aux gouvernements et d’autres aux entreprises de technologie, et il y a des conséquences.

Soutenir, aider Observatoire du MENSONGE

par un simple don

€5,00


Il existe un réseau d’acteurs liés qui promeuvent ce discours d’extrême-droite et d’Islamophobie. Le document a fait l’objet d’un examen par les pairs. La revue affirme qu’elle est  » solidement établie comme l’une des principales revues interdisciplinaires en sciences humaines et en études culturelles dans les universités et autres institutions académiques « . Les deux auteurs occupent des postes dans un centre de recherche de l’Université d’Oxford. Un auteur occupe également des postes à l’Université d’Oslo, à Sciences Po Paris et à l’École européenne des sciences politiques et sociales. La page web de l’autre auteur nous dit qu’il était jusqu’à récemment chercheur à « Tell MAMA, un projet national dédié à la cartographie et à la surveillance de la haine anti-musulmane au Royaume-Uni. Il a témoigné devant les Chambres du Parlement sur la gouvernance, l’extrémisme, le genre et les crimes haineux et a rédigé un certain nombre de rapports dans ce domaine. Il a été invité sur BBC News, Radio 4 et d’autres médias nationaux. » Il est également inscrit comme Senior Fellow au Centre for the Analysis of the Radical Right, dont les partenaires incluent le Southern Poverty Law Center (SPLC.). La recherche a été financée en partie par Vox-Pol, qui est financé par l’Union européenne et qui fait des recherches sur « l’extrémisme politique violent en ligne ».
Le sujet du document est l’interaction en ligne entre différents « groupes d’extrême droite » au-delà des frontières nationales. Apparemment, il est tellement surprenant que les gens dont le point de vue inclut le respect de l’intégrité des États nations parlent à d’autres personnes de différents États nations que cela mérite du temps de recherche et du financement public sous l’égide de Vox-Pol. Les chercheurs ont collecté des tweets et retweets d’une quarantaine de comptes Twitter supposés  » d’extrême droite  » en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni, et se sont concentrés sur les retweets qui traversent les frontières nationales. Une liste des titulaires de comptes est incluse à la fin de cet article.
La façon dont l’extrême droite est définie et appliquée manque de clarté et de rigueur intellectuelle. Les auteurs définissent les « organisations populistes d’extrême droite et de droite radicale » comme « partageant trois noyaux idéologiques : le nativisme, l’autoritarisme et le populisme », se référant aux travaux de Mudde (2007). Il y a des organisations qui, comme le BNP (British National Party), méritent pour la plupart le label « extrême droite », mais d’autres sont également incluses dans cette catégorie fourre-tout. Fait révélateur, pour un article universitaire qui a fait l’objet d’un examen par les pairs, il n’y a pas d’explication claire ou d’annexe démontrant que chacun des comptes  » d’extrême-droite » méritait ce label. Les auteurs affirment plutôt qu’ils ont basé leur échantillon sur « les rapports officiels et la littérature secondaire des universitaires et des organisations de surveillance ». Il n’y a nulle part une déclaration de qui sont ces érudits et organisations de surveillance, une omission négligente pour un article académique, mais nous savons que les auteurs ont des liens avec Tell Mama et le SPLC. Les signaux d’alarme devraient sonner ; ces groupes sont loin d’être impartiaux.
L’étiquette d' »extrême droite » est donnée indépendamment des preuves contraires ou même des dénégations de ceux qui sont ainsi étiquetés. Dans certains cas, les propriétaires de comptes ont rejeté à plusieurs reprises et spécifiquement l’étiquette d' »extrême droite » ; par exemple, Tommy Robinson, dont le compte Twitter maintenant suspendu a été inclus, décrit sa propre politique comme étant plutôt centriste. Il n’est pas clair non plus comment il compte comme « autoritaire » ; il affirme aussi explicitement qu’il n’est pas contre le multiculturalisme en soi. Les organisations qui s’opposent à l’UE sont incluses, malgré le fait que de nombreux arguments anti-UE reposent sur une méfiance à l’égard de l’autoritarisme de l’UE. (Et n’oubliez pas que la recherche a été financée en partie par une organisation de l’UE !) Le compte Twitter de l’UKIP est inclus dans la liste. Aucune tentative n’a été faite pour expliquer les disparités entre l’attribution de l' »extrême droite » et l’auto-définition des titulaires de compte — voir, par exemple, l’énoncé de mission de l’EDL, qui se concentre sur les droits de l’homme, dont le compte Twitter maintenant suspendu a été inclus dans l’étude. Bien sûr, un énoncé de mission peut s’écarter de la réalité. Mais ces auteurs universitaires n’ont pas démontré que le label « d’extrême droite » est mérité, comme un universitaire devrait le faire. La vision qu’ont les titulaires de comptes de leurs activités est balayée ; au lieu de cela, ils sont  » scrutés et étudiés, peut-être presque aussi étroitement qu’un homme avec un microscope pourrait examiner les créatures éphémères qui essaiment et se multiplient dans une goutte d’eau « , pour citer H.G. Wells.
L’article donne certains indices sur ce que les auteurs pensent vraiment « d’extrême droite » : la priorité donnée aux citoyens d’un pays, comme « les dispositions sociales (par exemple, plus d’aides sociales uniquement pour les autochtones), les droits du travail (plus de droits uniquement pour les travailleurs autochtones) ». Cela inclut toute personne qui pense que les citoyens d’un pays ont droit à des prestations sociales (plus élevées) que les non-citoyens. C’est une définition si large qu’on peut en rire.
Le document est plein d’hypothèses, des hypothèses qui agissent pour nier l’agence et la crédibilité de ceux qu’ils étudient. Certains chercheurs qui partagent certains points de vue de « l’extrême droite » et de « l’islamophobie » sont cités comme faisant autorité, alors que pour d’autres, comme Samuel Huntington, la simple mention du nom suffit à indiquer qu’ils ne doivent pas être pris au sérieux. Les auteurs écrivent à maintes reprises des phrases hideuses telles que « un discours transnational d’extrême droite est construit autour de cadres interprétatifs de l’islamophobie » et « L’engagement dans une action collective transnationale signale la volonté des mouvements d’établir des liens avec des formations similaires à travers les frontières sur la base d’un discours commun construit sur des cadres interprétatifs partagés ». Ce que cela signifie en anglais, c’est que les points de vue des titulaires de comptes Twitter sont considérés comme des « interprétations » du monde ; nulle part, littéralement nulle part dans ce document, il n’y a la suggestion la plus éloignée que l’une ou l’autre de ces « interprétations » pourrait avoir un quelconque fondement en fait ou en preuve. Cette « érudition » s’est complètement détachée de toute suggestion selon laquelle les « sujets » qu’ils étudient pourraient avoir une idée de ce qui se passe dans le monde. Ils les voient vraiment comme s’il s’agissait de microbes, pas de vraies personnes.
Il est important de comprendre jusqu’à quel point les normes des bourses d’études universitaires ont baissé. Souvent, ce genre de travail de recherche est confié à de jeunes universitaires enthousiastes qui ont peu d’expérience ou de connaissances, heureux de produire n’importe quelle publication conformiste qui leur permettra de passer à l’étape suivante d’une carrière de plus en plus périlleuse. La ruée vers la publication et l’incertitude du marché de l’emploi universitaire sont un mélange toxique qui explique en partie l’abaissement des normes universitaires et qui est un facteur important à l’origine des hypothèses paresseuses qui affectent le monde réel.
À suivre

Pamela Geller

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Pamela Geller pour GELLER REPORT

 

Soutenir, aider Observatoire du MENSONGE

par un simple don

€5,00

Allez on partage la parole !!!

Texte original:
Unmasking the Creation of ‘Islamophobia’ in the Academy
By Pamela Geller
Conservative individuals and groups frequently report that they are banned, blocked, or shadowbanned from social media sites such as Facebook and Twitter. Many of these people frequently complain that they are labelled “far right” when in fact, they are not even right-wing, let alone “far right.” It is increasingly being realized that there is a serious problem here. So let’s look at some details of how this is achieved, and how deep the problem goes. Many in academia are fully in collusion with this.
An article published this month demonstrates without a shadow of a doubt how deeply embedded the lazy and erroneous ideological assumptions of many academics are. « The transnationalisation of far right discourse on Twitter: Issues and actors that cross borders in Western European democracies » is typical of many such articles. It could well pass unnoticed by all but a few scholars, especially since it’s locked behind an expensive paywall, written in academic gobbledygook, and littered with mysterious diagrams reminiscent of the work of the alchemists. Yet this article is worth scrutiny, for it’s one piece of the puzzle of how the trick of labelling people as “far right” and as “Islamophobic” is pulled off by the “intelligentsia” and the establishment. It’s easy to assume “academics are locked in their Ivory Towers doing little other than talking to each other, so let’s ignore them.” But not all are. Some are talking to governments and some are talking to tech companies, and there are consequences.
There is a network of linked actors promoting this “far right/Islamophobia” discourse. The paper was peer reviewed. The journal claims that it is “firmly established as one of the leading interdisciplinary humanities and cultural studies journals in universities and other academic institutions.” The authors both hold positions at a research centre at Oxford University. One author also holds positions at the University of Oslo, Sciences Po Paris, and the European School of Political and Social Sciences. The other author’s webpage tells us that he was until recently a researcher at “Tell MAMA, a national project dedicated to mapping and monitoring anti-Muslim hate in the United Kingdom. He has given evidence in the Houses of Parliament on governance, extremism, gender, and hate crime and authored a number of reports in this area. He has been a guest on BBC News, Radio 4, and other national media outlets.” He is also listed as a Senior Fellow at the Centre for the Analysis of the Radical Right, whose partners include the widely-discredited Southern Poverty Law Center (SPLC.) The research was part funded by Vox-Pol, which is funded by the European Union and which researches “violent online political extremism.”
The topic of the paper is the online interaction between different “far right groups” across national borders. Apparently, it’s so surprising that people whose views include respect for the integrity of nation states talk to other people from different nation states that this merits research time and public funding under the aegis of Vox-Pol. The researchers collected tweets and retweets from about 40 supposedly “far right” Twitter accounts from France, Germany, Italy and the UK, and focused on retweets that crossed national borders. A list of the account holders is included at the end of this article.
The way in which “far right” is defined and applied lacks clarity and intellectual rigor. The authors define “extreme and radical right populist organizations” as “sharing three ideological cores: nativism, authoritarianism and populism,” referring to the work of Mudde (2007). There are organisations included which most would agree merit the label “far right” such as the BNP (British National Party), but others are also included in this catch-all category. Tellingly, for an academic paper that made it past peer review, there is no clear explanation or appendix demonstrating that each of the “far right” accounts actually deserved this label. Rather, the authors state that they based their sample upon “official reports and secondary literature by scholars and watchdog organizations.” Nowhere is there a statement of who these scholars and watchdog organisations are, a careless omission for an academic paper, but we know that the authors have links with Tell Mama and the SPLC. Alarm bells should be ringing; these groups are far from impartial.
The label of “far right” is given regardless of contrary evidence or even denials by those so labelled. In some cases, the account owners have repeatedly and specifically rejected the label of “far right”; for instance, Tommy Robinson, whose now-suspended Twitter account was included, describes his own politics as pretty centrist. It is also completely unclear how he counts as “authoritarian”; he also explicitly claims that he is not against multiculturalism per se. Organisations that are against the EU are included, despite the fact that many anti-EU arguments are based upon a distrust of the authoritarianism of the EU. (And remember, the research was partly funded by an EU organisation!) UKIP’s Twitter account is included in the list. No attempt was made to explain the disparities between the attribution of “far right” and the account holders’ self-definition — see, for instance, the mission statement of the EDL, which focuses on humans rights, whose now-suspended Twitter account was included in the study. Of course, a mission statement may deviate from reality. But these academic authors have not demonstrated that the “far right” label is merited, as an academic should do. The account holders’ own view of their activities is swept aside; instead, they are “scrutinised and studied, perhaps almost as narrowly as a man with a microscope might scrutinise the transient creatures that swarm and multiply in a drop of water,” to quote H.G. Wells.
The paper gives certain clues about what the authors really think “far right” involves: priority given to a country’s citizens, such as “welfare provisions (e.g. more social aids only for the natives), labor rights (more rights only for native workers).” This includes anyone who thinks citizens of a country are entitled to (higher) welfare payments than non-citizens. This is such a broad definition as to be laughable.
The paper is dripping in assumptions, assumptions which act to deny the agency and credibility of those they study. Certain scholars who share some views of the “far right” and of “Islamophobia” are cited as authoritative, yet for others, such as Samuel Huntington, the mere mention of the name is enough to indicate that they are not to be taken seriously. The authors repeatedly write hideous sentences such as “a transnational far right discourse is built around interpretative frames of Islamophobia” and “Engaging in a transnational collective action signals the will of movements to establish links with like-minded formations across borders based on a common discourse built on shared interpretative frames.” What this means in English is that the views of the Twitter account holders are seen as “interpretations” of the world; nowhere, literally nowhere in this paper, is there the remotest suggestion that any of these “interpretations” might have any basis in fact or evidence. Such “scholarship” has unmoored itself completely from any suggestion that the “subjects” they study might have a clue about what’s going on in the world. They really do see them as if they are microbes, not real people.
It’s important to understand how far the standards of university scholarship have fallen. Often this kind of research work is farmed out to young eager academics with little experience or knowledge, happy simply to churn out whatever conformist publication will get them on the next stage of an increasingly perilous career ladder. The rush to publish and the uncertainty of the academic job market are a toxic mix that’s part of the reason for lowered academic standards, and is an important factor driving the lazy assumptions that are affecting the real world.
– To be continued –
Pamela Geller is the President of the American Freedom Defense Initiative (AFDI), publisher of The Geller Report and author of the bestselling book, FATWA: Hunted in America, as well as The Post-American Presidency: The Obama Administration’s War on America and Stop the Islamization of America: A Practical Guide to the Resistance. Follow her on Twitter or Facebook.

Inscrivez-vous gratuitement pour nous SUIVRE 

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 11 666 autres abonnés

Un grand merci à vous tous qui faites le succès de l’Observatoire du MENSONGE présent dans 178pays, suivi par + 200.000 LECTEURS+ 50 auteurs pour des tribunes libres vraiment libres et aussi 1er site de l’opposition en France!

Avec La Semaine du MENSONGE: recevez gratuitement chaque samedi matin par mail les articles publiés dans la semaine

 

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

COMMENTAIRES:

Avertissement: Tous les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de L’Observatoire du MENSONGE qui se réserve le droit de ne pas publier un ou des commentaires sans avoir à justifier sa décision.
Ne pas mettre de liens vers d’autres sites car votre commentaire sera supprimé par le système.
Votre adresse mail ne sera pas publiée et vous pouvez signer de votre nom ou d’un pseudo.

Publicités

5 commentaires

  1. Je partage et même, je fusionne avec l’esprit très aéré et lucide de l’écrivaine américaine Pamela Geller. En osmose à son analyse, j’y ajoute très modestement :

    Les comparateurs de réactions négatives venant de citoyens en Europe relatifs à l’immigration musulmane font pléthore, mais ne sont que peu relayés par la grande presse bouclée sous le verrou dissuasif de Matignon, via le chantage aux violences économiques. Pourtant, les réactions depuis la rue à la presse en ligne ne cessent de rebondir au rythme de l’accélération de l’accueil des réfugiés économiques et sanitaire venant d’Afrique noire et du Nord ou du Moyen-Orient. Les manifestations contre l’entrée et le séjour de cette immigration musulmane, lorsqu’elles sont trop importantes pour les occulter, sont derechef qualifiées de xénophobes par les observateurs politiques au service de la sacro-sainte social-démocratie de l’Union, implicitement emmenée par le couple franco-allemand.
    La parade d’Angela Merkel, ou de François Hollande et de son successeur, consiste à soutenir que les protestants anti-migrants seraient influencés par des partis dits populistes pour mieux les discréditer. Quant aux patriotes qui se déclarent inquiets devant la montée de l’Islam, via l’immigration massive, ils ne seraient rien de moins que des nationalistes suspects de liens avec des factions extrémistes et/ou d’obédience fasciste.
    Or, s’il ne s’agissait que de nébuleuses réactionnaires néo-nazies et autres activistes d’extrême droite, la prolifération en nombre et en fréquence des cortèges de protestations oppose l’idée qu’il existe un autre courant d’opinion légitime de mécontents, quant à la nature et au devenir de cette politique d’immigration exponentielle et incontrôlable à travers la zone Schengen. Eu égard aux complications récurrentes autour de l’incapacité d’intégration de ces communautés islamiques, puis des problèmes économiques, sociaux-sanitaires et d’insécurité qui manifestement en découlent, ne doit-on pas s’interroger, à savoir qui sont les véritables fauteurs de troubles ;
    – les opposants anti-migrants quels qu’ils soient,
    – ou les nébuleuses djihâdistes déversées par les réfugiés qui provoquent des insurrections péri-urbaines et des attentats,
    – puis encore en amont, les dirigeants responsables de ce déversement à flots ininterrompus de migrants mahométans inassimilables qui déstabilise, voire défigure les États de culture historique judéo-chrétienne, membres de l’Union européenne ?
    En clair, la politique irresponsable de ces derniers, sans aucun précédent historique quant à l’ampleur du désastre annoncé par les opposants, provoque ostensiblement une montée en charge du nationalisme. Cette réaction d’auto-défense, non légale mais prévisible devant l’inexorable machine à broyer les identités, rompt avec l’universalisme multiculturaliste et homogène du melting pot. Or, ce paradigme se voit dissout par l’idéologie khalifienne dont l’intolérance coranique et sharîaque s’oppose au principe naturel d’une société interculturelle, d’où l’assimilation aux standards patriotiques issus de la démocratie laïque des pays d’accueil de l’Europe de l’ouest.
    Il ne fait donc aucun doute que ce profil d’immigration à prépondérance mahométane imposé par les chefs d’État susmentionnés, qui n’est en aucun cas comparable avec l’accueil des réfugiés d’antan, participe au premier chef au dérèglement de l’équilibre interethnique, juridique et social de la société européenne. Comment davantage réprouver les groupes anti-migrations qui grondent à présent partout sur le vieux continent, lesquels ne sont que la conséquence directe de cette politique désastreuse en termes d’équilibre, d’harmonie et de concorde ?
    Des exemples parmi tant d’autres, font pléthore dans l’Union et même dans les pays voisins. Ainsi, le 24 août 2015 à Heideneau dans l’est de l’Allemagne, une foule de manifestants anti-immigration ont assailli des bus chargés de 250 demandeurs d’asile musulmans. Au cri de ralliement « Wir sind das valk » (Nous sommes le peuple), rappelant la RDA avant la chute du mur de Berlin, les partisans germaniques donnèrent le ton devant la menace de la perte de leur identité après la réunification si chèrement acquise, mais à présent menacée de l’intérieur. Un scénario quasiment idoine s’est produit à Chemnitz dans l’État régional de Saxe le 28 août 2018 après le meurtre d’un Allemand le 28 août 2018 par deux migrants syrien et irakien.
    Quatre nuits d’émeutes urbaines ravagèrent des rues de Londres mi-août 2011 pour protester contre l’immigration massive de réfugiés musulmans. « Un Blitz résurgent » selon le Premier ministre David Camerone ! Le quartier Tor Sapienza, dans la périphérie de Rome fut le théâtre de contestations et d’affrontements des riverains contre un centre d’accueil de réfugiés islamiques (in : Courrier International du 13 novembre 2014). En Norvège, un pays pourtant qualifié de modèle de tolérance, les législatives de septembre 2013 ont plébiscité une certaine droite, qualifiée de xénophobe. Quant à la France, de telles manifestations identitaires ne se comptent plus entre Calais, Lyon, Nantes, Grenoble, Toulon, Paris etc.
    Daniel Desurvire

    J'aime

  2. si lutter pour sauvegarder les valeurs de son pays est considéré comme un acte raciste et islamophobe, alors tout accepter, la sharia, le halal et les mosquées , est un acte de collaboration, de soumission, de faiblesse et de haute trahison…je suis islamo-réfractaire et je suis fière de le revendiquer !

    J'aime

    1. Les études sérieuses de Daniel de Survire démontrent clairement qu’il n’y a aucune compatibilité entre notre culture et celle des islamistes. Elles sont clairement opposées. Chez nous c’est la tolérance, l’amour et le respect du prochain qui se dégagent. Alors que chez eux, c’est la haine, l’exploitation et la violence qui domine. Il est tout à fait compréhensible qu’il y ait des islamo-réfractaires ou des islamophobes chez nous. Malheureusement, nous avons comme président… UN ISLAMOPHILE!!!!!

      J'aime

  3. Je ne suis pas d’extrême droite ni d’extrême gauche. Je suis tout simplement islamophobe parce que les islamistes veulent nous égorger !!!
    Je suis maintenant et en plus arabophobe et africophobe car je ne veux pas attraper le choléra ni la gale ni quelqu’autre maladie que ce soit qu’ils peuvent nous apporter.
    J’aimerais connaître l’avis des autres commentateurs …….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.